Navigation – Plan du site

Elizabeth Currid-Halkett, The Sum of Small Things. A Theory of the Aspirational Class

Vincent Chabault
The Sum of Small Things
Elizabeth Currid-Halkett, The Sum of Small Things. A Theory of the Aspirational Class, Oxford, Princeton University Press, 2017, 254 p., ISBN : 9780691162737.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure a également conduit quinze entretiens de type informatif avec des restaurateurs, des comm (...)
  • 2 Traduction par l’auteur de ce compte-rendu de « aspirational class ».

1Quelque peu délaissée en France, l’analyse du style de vie et des pratiques d’achat des groupes sociaux est au cœur de l’ouvrage d’Elizabeth Currid-Halkett, sociologue américaine de la culture et de la consommation à l’University of Southern California. En menant une analyse secondaire des résultats de l’enquête annuelle sur les dépenses des Américains (The Consumer Expenditure Survey, 1996-2014)1, l’auteure met en évidence de nouvelles normes de consommation portées par une classe « ambitieuse »2. Ce groupe social se définit par un mode de vie qui diffère de celui de la « classe de loisir », catégorie dominante décrite par Thorstein Veblen à la fin du XIXème siècle. Un siècle après, la « classe ambitieuse » désigne une élite urbaine à fort pouvoir d’achat dont les membres recherchent le meilleur pour leur progéniture.

  • 3 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1970 (1ère éd. : (...)

2La consommation ne sert pas seulement à répondre à des besoins, elle sert à afficher son statut social. Tel est l’un des enseignements formulé par Thorstein Veblen en 1899 dans la Théorie de la classe de loisir, ouvrage devenu un classique de la sociologie de la consommation3, que l’auteure revisite à l’aide de nouvelles données économiques. Selon Veblen, le stade du capitalisme et de l’industrie moderne consacre, dans l’Amérique capitaliste de la fin du XIXème siècle, une structure sociale duale opposant des industriels (ouvriers, techniciens, ingénieurs) à une classe de loisir regroupant des propriétaires, des actionnaires, des spéculateurs. La description du tempérament et des conduites de cette dernière catégorie, dont le style de vie se structure autour de la rivalité pécuniaire et l’exemption du travail, met en évidence des activités culturelles (loisir ostentatoire) et des biens coûteux (consommation ostentatoire) visant à exhiber le statut de cette bourgeoisie possédante.

  • 4 Vance Packard, Les obsédés du standing, Paris, Calmann-Lévy, 1962 (1ère éd. 1960).

3Un siècle plus tard, Elizabeth Currid-Halkett considère que, pour le cas des États-Unis mais aussi pour celui de l’Irlande, de l’Angleterre ou de la France, brièvement évoqués (p. 196), la consommation ostentatoire n’est plus réservée à une élite. La mondialisation, la production et la consommation de masse mais aussi le marché des contrefaçons de produits de marque ont contribué à sa démocratisation pour de nombreux individus, en particulier pour ceux appartenant aux classes moyennes (p. 13). L’accumulation matérielle et l’accès à des produits coûteux ne définissent plus le mode de vie des nouvelles élites alors même que ces normes de consommation ont révélé une certaine forme de réussite sociale pendant des décennies4.

4Les biens matériels ne sont plus aujourd’hui un signal de la position sociale occupée. Pour l’auteure, le volume du capital culturel, composé de ressources scolaires, d’un système de valeurs et d’informations orientant les décisions du quotidien en matière d’éducation, d’alimentation ou de santé, constitue l’indicateur permettant de situer de nouveaux groupes dominants dans l’espace social. La prise de distance vis-à-vis des biens matériels ne traduit pas une gêne ressentie à l’égard d’un niveau de ressources économiques élevé – embarras vécu par les « bobos », expression que l’auteure ne définit pas (p. 19) – mais parce que les membres de cette nouvelle élite ont intégré le fait que la possession de biens ne fonctionne plus comme un indicateur de condition sociale. Le cœur de l’ouvrage consiste alors à définir les nouvelles normes de consommation diffusées par la classe « ambitieuse », élite non oisive des grandes villes américaines dont les dépenses sont davantage orientées vers la reproduction statutaire que vers l’accumulation. Ces normes s’articulent autour de deux principes : la parentalité attentive, d’une part, et la « production ostentatoire » révélant l’expression d’une conscience environnementale, d’autre part.

5Les membres de la classe « ambitieuse » s’investissent dans la parentalité. Si cet engagement s’incarne dans des dépenses liées à la garde et à l’éducation des enfants bien plus élevées que celles des classes moyennes (p. 65-70), il se traduit également par une participation intense dans des pratiques liées à la maternité : allaitement sur des périodes longues (6-12 mois) révélant une certaine maîtrise de son temps, connaissance quasi-scientifique des bénéfices de l’allaitement, recherche de maternités labélisées « Ami des bébés » garantissant une qualité d’accueil, un accompagnement à tous les stades de la grossesse, le respect du rythme du nourrisson.

  • 5 Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, P (...)

6L’investissement dans la parentalité se symbolise aussi dans le choix des meilleurs établissements scolaires. L’enjeu va être l’acquisition de connaissances, la quête de l’entre-soi mais aussi de sélectionner des écoles dont les missions d’éducation intègrent le souci du bien-être de l’enfant, prolongeant ainsi, dans un cadre scolaire, la « parentalité attentive » (p. 109). Au delà des frais de scolarité hors de portée des classes intermédiaires (entre 10 000 et 40 000 dollars par an pour une école maternelle privée), Currid-Halkett souligne le rôle essentiel que joue l’information dans la capacité à réaliser ces choix éducatifs. La possession ou non de l’information constitue aujourd’hui une barrière5 importante qui distingue les membres de la classe « ambitieuse » des catégories supérieures ne détenant pas ces connaissances et des classes moyennes qui en ont été progressivement dépossédées en raison de leur éloignement spatial des centres-villes où s’établit aujourd’hui cette nouvelle élite.

  • 6 Cf. Philippe Moati, « Les consommations émergentes : une opportunité de rebond pour le capitalisme  (...)

7En ce qu’elle révèle la transmission du statut mais aussi la quête du bien-être, la priorité donnée à l’éducation et à la santé dans les dépenses des membres de la classe « ambitieuse » se prolonge dans l’intérêt porté au mode de production des biens consommés. La « production ostentatoire » (chapitre 5) renvoie à l’attention portée à l’origine des produits, à leur manière d’être fabriqués, à leur origine, à leur histoire. Illustrée par l’essor des cafés américains Intelligentsia, qui distribuent des produits biologiques et équitables dans plusieurs grandes villes, cette nouvelle norme traduit le besoin de connaissance et de transparence exprimé par les nouvelles élites après une période durant laquelle la mondialisation a renforcé la distribution en masse de produits de moindre qualité. Le cas des supermarchés bios et citadins Whole Foods Market est longuement développé par Elizabeth Currid-Halkett. Leur offre est directement adaptée à la tendance de la « production ostentatoire ». Par ailleurs, les magasins de ce réseau alimentaire exercent une fonction identitaire : s’y approvisionner donne l’occasion aux consommateurs-citoyens de manifester leur engagement en faveur d’une agriculture locale et raisonnée, d’un commerce équitable ou des droits des animaux. Plus globalement, l’essor de la production ostentatoire est un indicateur de la remise en cause de l’industrie agro-alimentaire et des acteurs classiques de la société marchande. Comme d’autres observateurs, Currid-Halkett considère que ces nouvelles pratiques en matière d’approvisionnement et d’alimentation symbolisent plutôt une nouvelle facette du capitalisme qu’une alternative réelle au système économique dominant6. Le rachat des supermarchés Whole Foods Market par Amazon quelques mois après la parution de l’ouvrage confirme cette remarque et traduit plus généralement la récupération de pratiques de consommation alternatives par des multinationales.

8Les consommations et le style de vie des membres de la classe « ambitieuse » sont ancrés dans le centre des grandes villes où, dans des quartiers toujours plus nombreux, des boutiques, des restaurants, des cafés, des lieux culturels – la librairie indépendante américaine gagne des parts de marché face aux chaînes (p. 184) – reflètent ce nouveau système de préférences. S’ajoutent à ces commerces des établissements scolaires cotés, des parcs, des pistes cyclables, un réseau de transport efficace ainsi qu’un taux de criminalité faible dans ces quartiers. En scrutant les résultats des enquêtes statistiques sur les dépenses des foyers américains, l’auteure observe que les habitants des villes comme Los Angeles ou New-York sont de grands consommateurs de fruits et de légumes – comparé à d’autres zones comme le Texas ou le Maryland – mais aussi de services ménagers pour leur domicile. D’autres services, peu visibles dans les bilans statistiques, sont également étudiés comme les sites de rencontres, lesquels, par les dispositifs de tri et de classement, contribuent à assurer une sélection géographique et sociale des relations.

  • 7 Georg Simmel, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2015, (1ère éd. 1905) ; Edmond Goblot, La barri (...)

9Si certains développements de l’auteure ne semblent pas suffisamment étayés et si de nombreuses répétitions ponctuent les sept chapitres de l’ouvrage, The Sum of Small Things livre cependant une réflexion stimulante sur les recompositions des modes de vie des classes dominantes. Après Thorstein Veblen, Georg Simmel, Edmond Goblot ou Pierre Bourdieu7, Elizabeth Currid-Halkett met en évidence la dimension symbolique des inégalités socio-économiques et s’interroge sur les évolutions des styles de vie en lien avec la croissance des ressources culturelles (rejet du matérialisme, intérêt pour la production, investissement dans la parentalité, l’éducation, la santé, les formes alternatives de consommation).

10Enfin, l’un des atouts majeurs de cet ouvrage est d’esquisser une réflexion sur les fractures que ces normes de consommation portées par cette nouvelle élite sont susceptibles de faire apparaitre et de renforcer (p. 185). L’auteure évoque le creusement d’un fossé économique mais aussi culturel plus important qu’aujourd’hui entre une classe supérieure informée et des catégories sociales populaires et moyennes éloignées de ces stratégies de reproduction, nécessitant ressources économiques et connaissances socialement rentables en matière de parentalité, d’éducation ou d’alimentation.

Haut de page

Notes

1 L’auteure a également conduit quinze entretiens de type informatif avec des restaurateurs, des commerçants, des chefs d’entreprise comme ceux des cafés Intelligentsia ou d’une marque de produits cosmétiques.

2 Traduction par l’auteur de ce compte-rendu de « aspirational class ».

3 Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1970 (1ère éd. : 1899).

4 Vance Packard, Les obsédés du standing, Paris, Calmann-Lévy, 1962 (1ère éd. 1960).

5 Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2010 (1ère éd. 1925).

6 Cf. Philippe Moati, « Les consommations émergentes : une opportunité de rebond pour le capitalisme ? », in Philippe Moati, Dominique Desjeux, Consommations émergentes. La fin d’une société de consommation ?, Lormont, le Bord de l’Eau, coll. « Mondes marchands », 2016, pp. 155-169.

7 Georg Simmel, Philosophie de la mode, Paris, Allia, 2015, (1ère éd. 1905) ; Edmond Goblot, La barrière et le niveau. Étude sociologique sur la bourgeoisie française moderne,op. cit. ; Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Chabault, « Elizabeth Currid-Halkett, The Sum of Small Things. A Theory of the Aspirational Class », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 09 mars 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24392

Haut de page

Rédacteur

Vincent Chabault

Maître de conférences en sociologie, Université Paris Descartes – Centre de recherche sur les liens sociaux

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page