Navigation – Plan du site

Will Atkinson, Class in the New Millenium

Adrien Quièvre
Class in the new millennium
Will Atkinson, Class in the new millennium. The structure, homologies and experience of the British social space, Oxon, Routledge, coll. « Advances in Sociology », 2017, 215 p., ISBN : 9781138644724.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Will Atkinson, Class, Cambridge, Polity, 2015, compte-rendu de Benjamin Brundu-Gonzalez pour Lectur (...)
  • 2 Notamment Brigitte Le Roux et al., « Class and Cultural Division in the UK », Sociology, vol. 42, n (...)
  • 3 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans le compte rendu. Bien qu’Atkinson n’y f (...)
  • 4 En cela, le projet d’Atkinson se rapproche du domaine des New Working Class Studies pratiqué depuis (...)

1L’ambitieux projet du sociologue Will Atkinson dans Class in the New Millenium est de cartographier l’espace social britannique contemporain. Cet ouvrage, particulièrement bien documenté, s’inscrit dans la lignée des précédents travaux de l’auteur sur la notion de classe1, en mettant cette fois-ci l’accent sur l’étude de terrain. Au vu des nombreuses études menées sur les classes britanniques au cours des dernières années, on peut légitimement s’interroger sur la pertinence de cette nouvelle entreprise2. Pour l’auteur, ces travaux présentent tous le même écueil : ils négligent l’importance décisive de l’espace physique, du lieu, vécu et parcouru par les individus. Ainsi, l’ambition d’Atkinson, exprimée dans l’introduction, est de « saisir la phénoménologie de l’expérience de classe »3 (p. 6), autrement dit de comprendre dans quelle mesure le rapport à l’espace domestique se trouve – ou non – influencé par les conditions socioéconomiques des habitants du foyer4. À cet égard, il plaide pour un examen comparatif des rapports entre la position sociale qu’occupent les individus et l’expérience qu’ils ont d’eux-mêmes dans les différents champs qui structurent leur quotidien (professionnel, familial, politique, culturel). Les questions posées en introduction sont nombreuses : comment les individus perçoivent-ils leur appartenance à telle ou telle classe ? Quels effets les transformations économiques, politiques et sociales intervenues en Angleterre au cours des trente dernières années ont-elles eues sur les classes ? Comment l’espace du foyer est-il organisé, vécu et perçu par ses habitants ? Pour y répondre, Atkinson fait un usage abondant et érudit de concepts formulés par Pierre Bourdieu – notamment ceux de « capital culturel », de « champ », d’« habitus », d’« illusio » et de« violence symbolique » – pour expliquer les rapports des individus à l’espace social. À ce propos, il est regrettable que l’auteur ne définisse pas systématiquement les concepts auxquels il recourt, laissant souvent le lecteur chercher par lui-même le sens des différentes notions. Soulignons cependant la très grande clarté de l’introduction, qui replace de façon didactique les récents travaux et débats épistémologiques sur la notion de classe, depuis son émergence au XIXe siècle jusqu’à son élargissement par Bourdieu dans les années 1970.

  • 5 L’auteur s’appuie sur les résultats de l’enquête The British Cohort Study menée en 2012.

2Le livre se divise en deux parties, chacune reposant sur une méthodologie et des objectifs distincts. Dans la première, Atkinson s’appuie sur les résultats de plusieurs enquêtes quantitatives menées ces dernières années dans le but de « dessiner une carte de l’espace social britannique » (p. 5). Les nombreux tableaux et diagrammes présentés offrent une vue d’ensemble, statistique, de la société britannique et permettent de prendre conscience de la forte corrélation qui existe entre, d’un côté, le volume et le type de capital détenu par les individus et, de l’autre, leurs pratiques culturelles et leurs prises de positions politiques. Par exemple, la pratique d’un instrument de musique augmente proportionnellement avec le volume de capital économique : 41,8% chez les femmes professions libérales contre 16,3% chez les ouvrières. La tendance s’inverse pour le jardinage, que pratiquent 32% des techniciennes (skilled workers) contre 17% des cadres (white-collar)5. Cette répartition des pratiques en fonction de la situation économique produit des rapports de force au sein de l’espace social. Atkinson montre en effet que le volume et le type de capital détenu par les individus leur assure un statut social particulier basé sur la reconnaissance (intellectuelle, économique, artistique) de leurs pairs. C’est par exemple le cas de la pratique d’un instrument de musique, majoritaire dans la classe dominante, pratique perçue comme « digne, car elle agit comme signe d’une “intelligence” (maîtrise symbolique) » (p. 42). Au terme de cette première partie, l’espace social que trace Atkinson apparaît scindé en trois classes : la classe dominante, la classe intermédiaire et la classe dominée. Entre ces classes, « la principale source de différence socioculturelle […] s’établit autour des mêmes différences arbitraires de maîtrise symbolique » (p. 61) que celles mises en lumière Pierre Bourdieu dans La Distinction, à savoir l’existence de hiérarchies culturelles et sociales, légitimant certaines pratiques et en excluant d’autres.

  • 6 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 [1980], p. XX (...)

3La seconde partie, assurément la plus intéressante de l’ouvrage, repose sur l’analyse d’une série d’entretiens réalisés entre 2010 et 2012 dans la ville de Bristol avec des individus issus de classes sociales variées. Il s’agit pour Atkinson, dans une démarche proche de la microsociologie, de comprendre comment s’invente et s’ordonne le quotidien des personnes interrogées au sein de l’espace domestique. On découvre ainsi que les rapports de force socioéconomiques mis en lumière dans la première partie, s’ils sont déterminants dans la gestion du foyer – notamment sur la taille du logement ou la variété des équipements disponibles – ne le sont que dans une certaine mesure. La valeur économique des objets et, par extension, ce qu’ils représentent en terme de positionnement dans l’espace social, s’efface au profit des valeurs affectives qu’ils véhiculent pour les individus. C’est le cas des photographies de famille analysées par l’auteur, qui servent à renforcer ou au contraire à diminuer la reconnaissance des membres du foyer entre eux, structurant ainsi le « champ familial » (p. 130). Partant, Atkinson pointe avec justesse les limites d’une lecture déterministe de la vie sociale, qui déduirait mécaniquement le quotidien des individus depuis leur position au sein de l’espace social. Selon lui, l’espace domestique n’est pas la simple conséquence des conditions socioéconomiques de ses habitants, mais se déploie dans ce qu’il nomme une « dialectique de la structure sociale et de l’espace physique » (p. 148). Autrement dit, l’espace domestique paraît s’inventer et s’organiser sans cesse dans un processus de rencontre, de fusion ou d’opposition avec les autres champs qui structurent la vie des individus. Au final, cette seconde partie n’est pas sans rappeler les recherches menées par Michel de Certeau sur la capacité des « gens ordinaires »6 à se soustraire, ne serait-ce que furtivement, à l’ordre des choses, pour organiser l’espace domestique et inventer leur quotidien.

  • 7 Atkinson complète, en partie, les critères originaux utilisés par Bourdieu en ajoutant à l’enquête (...)

4Dans sa conclusion, Atkinson insiste sur l’homologie qui existe selon lui entre l’espace social britannique d’aujourd’hui et l’espace social de la France des années 1960 et 1970 analysée à l’époque par Pierre Bourdieu dans La Distinction. Il reprend à ses fins les mêmes critères que le sociologue français dans son étude : préférences en termes de restaurants, goûts musicaux, pratiques artistiques, place de la lecture… On peut s’interroger sur le manque d’actualité de ces critères, qui ne correspondent pas entièrement aux pratiques contemporaines7. Car, faut-il le rappeler, l’Angleterre des années 2010 n’est pas la France des années 1960 et 1970. Pour exemple, l’importance des technologies numériques. Les usages d’internet, des réseaux sociaux, des smartphones ou des consoles de jeux – évidemment absents de La Distinction – sont ainsi largement ignorés par Atkinson dans son enquête, alors même que les personnes interrogées les mentionnent à plusieurs reprises. Pourtant, c’est bien leur place dans la vie quotidienne, leur capacité à transgresser, ou non, les conditions de classes qu’il conviendrait d’interroger afin de dresser une cartographie de l’espace social britannique en phase avec les pratiques contemporaines de ses citoyens.

  • 8 Voir notamment sur ces sujets les articles de Tim Strangleman, « Desindustrialisation and the Histo (...)

5En définitive, Class in the new millenium est un ouvrage riche et engageant qui offre une cartographie détaillée de la société britannique, tant à l’échelle nationale que locale. Le choix d’Atkinson d’une approche héritée des travaux de Pierre Bourdieu s’avère dans l’ensemble convaincant, même si l’on regrette par moments une adhésion trop vigoureuse aux catégories d’analyse issues de La Distinction, qui empêche une appréhension plus fine des pratiques contemporaines. L’ouvrage parvient malgré tout à tracer de nouvelles perpectives de recherche particulièrement stimulantes pour la sociologie britannique en proposant de mettre en lumière la pluralité des significations que les individus attribuent à l’espace du foyer et aux objets qui le composent en fonction des interactions et des contextes. La circonscription de l’étude à la ville de Bristol dans la seconde partie ne restreint en rien la réflexion, et invite au contraire à d’autres études qui permettraient, selon nous, de faire émerger de nouveaux enjeux liés aux phénomènes de désindustrialisation, de gentrification ou encore de mutations de l’emploi qui touchent actuellement l’Angleterre au niveau national8. Nul doute qu’un tel regard sociologique, sensible aussi bien aux macro-transformations économiques, politiques et sociales qu’à l’expérience quotidienne des individus, sera précieux pour l’évaluation et la compréhension des transformations induites par le récent Brexit.

Haut de page

Notes

1 Will Atkinson, Class, Cambridge, Polity, 2015, compte-rendu de Benjamin Brundu-Gonzalez pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/21038.

2 Notamment Brigitte Le Roux et al., « Class and Cultural Division in the UK », Sociology, vol. 42, n° 6, 2008, p. 1049-1071 ; Mike Savage et al., « A New Model of Social Class? », Sociology, vol. 47, n° 2, 2013, p. 219-250 ; Mike Savage et al., Social Class in the 21st Century, Londres, Pelican, 2015.

3 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans le compte rendu. Bien qu’Atkinson n’y fasse pas référence, notons que le concept de « phénoménologie de l’expérience de classe » a été précédemment employé par Simon J. Charlesworth dans son ouvrage A Phenomenology of Working-Class Experience publié en 1999 aux éditions Cambridge University Press. Charlesworth analyse les conséquences économiques, sociales, mais également émotionnelles et physiques de la désindustrialisation sur les classes ouvrières dans la ville de Rotherham, en faisant une large place au concept de « corps vécu » issu de la phénoménologie de Maurice Merleau-Ponty.

4 En cela, le projet d’Atkinson se rapproche du domaine des New Working Class Studies pratiqué depuis quelques années dans la sociologie anglo-saxonne, dont l’objectif est d’aborder les classes à travers l’examen des expériences vécues. Voir sur ce sujet : Tim Strangleman, « Sociology, Social Class and New Working Class Studies », Antipode, vol. 0, n° 1, 2008, p. 15-19.

5 L’auteur s’appuie sur les résultats de l’enquête The British Cohort Study menée en 2012.

6 Michel de Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990 [1980], p. XXIII.

7 Atkinson complète, en partie, les critères originaux utilisés par Bourdieu en ajoutant à l’enquête les préférences télévisuelles ainsi que les pratiques de modifications corporelles (tatouage, piercing, bronzage artificiel), p. 55-61.

8 Voir notamment sur ces sujets les articles de Tim Strangleman, « Desindustrialisation and the Historical Sociological Imagination: Making Sense of Work and Industrial Change », Sociology, vol. 51, n° 2, 2017, p. 466-82 ; Tim Strangleman, « La désindustrialisation au Royaume-Uni : mort, deuil et nostalgie industrielle », in Jean-Claude Daumas, Ivan Kharaba (dir.), La désindustrialisation : une fatalité ?, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2017, p. 61-80 ; Kirsteen Paton, Gentrification: a Working-Class Perspective, Farnham, Ashgate, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Quièvre, « Will Atkinson, Class in the New Millenium », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24404

Haut de page

Rédacteur

Adrien Quièvre

Doctorant contractuel en musicologie, université de Lille SHS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page