Navigation – Plan du site

Claire Dupuy, La régionalisation sans les inégalités. Les politiques régionales d’éducation en France et en Allemagne

Nora Nafaa
La régionalisation sans les inégalités
Claire Dupuy, La régionalisation sans les inégalités. Les politiques régionales d'éducation en France et en Allemagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2017, 190 p., ISBN : 978-2-7535-5682-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage présenté est la publication de la thèse de doctorat de Claire Dupuy en sciences politiques (2010) portant sur les politiques régionales d’éducation dans les contextes français et allemands depuis 1982 et 1969 (respectivement) et jusqu’à 2008. Au cœur du travail de l’auteure se trouve une réflexion sur la capacité des gouvernements locaux à produire des politiques publiques, ce qui constitue un enjeu majeur dans un contexte de régionalisation croissante du pouvoir politique, notamment en Europe de l’Ouest, depuis les années 1950, et encore plus 1980.

2La démarche présentée par Claire Dupuy est originale à plus d’un titre et trouve toute sa place dans la littérature contemporaine en renouvelant l’approche classique des politiques publiques régionales. Le choix des politiques d’éducation, d’abord, est novateur, car la littérature s’est surtout focalisée sur les politiques économiques alors même que les régions ont des compétences de plus en plus étendues sur les questions sociales. L’auteure s’approprie la grille d’analyse des politiques économiques qu’elle applique aux politiques publiques d’éducation. Elle souligne d’une part l’existence de normes sectorielles, à l’exemple de l’égalité, qu’elle soit sociale ou territoriale, qui façonnent les actions des gouvernements et des usagers ; et d’autre part, une préférence pour l’uniformité territoriale des politiques menées et qui se retrouve dans les politiques d’éducation. Cette grille va permettre de mettre au cœur de la réflexion la question des inégalités territoriales.

  • 1 Le détail des entretiens réalisés en France et en Allemagne est présenté en annexe. De même, pour c (...)

3La qualité et l’ambition du travail portent sur la démarche comparative qui se situe à plusieurs niveaux : différentes politiques d’éducation (choix de la structure scolaire, gestion du parc immobilier secondaire, distribution des ressources, etc.), deux pays (dont les structures politiques divergent, État central et gouvernement fédéral), et plusieurs régions dans chacun des deux pays. Les explications méthodologiques de l’auteur (au sujet notamment des choix des terrains retenus) sont appréciables pour le lecteur. L’enquête est enrichie d’un travail empirique dense composé de sources orales (40 entretiens en France, 19 en Allemagne) et écrites (archives)1 qui transparaissent dans l’ouvrage, sous la forme de traitement des données pour les archives ou bien de citations permettant d’incarner le propos.

4La démarche pédagogique de l’ouvrage s’appuie sur deux questions, qui dépassent le cas des politiques d’éducation, pour interroger plus largement le processus de régionalisation du pouvoir politique : quelle est la capacité d’action autonome des gouvernements régionaux en matière d’élaboration de leur action publique ? Et, dans quelles conditions politiques les politiques régionales entraînent-elles une réduction des inégalités territoriales ? Pour y répondre, deux approches sont adoptées : une approche relationnelle qui interroge les interactions entre les gouvernements régionaux et les autres acteurs, en considérant ceux qui ne sont pas issus des institutions formelles ; et une approche processuelle qui s’intéresse à la construction et aux évolutions des configurations pouvoir et leurs évolutions. L’ouvrage s’organise en quatre chapitres. Si à chaque fois, les cas allemand et français sont traités distinctement, ils font néanmoins l’objet d’une conclusion comparative, les replaçant également au cœur de contextes de régionalisation plus larges en Europe. La comparabilité des deux contextes se situe au niveau des configurations du pouvoir, et non sur les politiques publiques d’éducation mises en place, tant les systèmes diffèrent.

5Le premier chapitre porte sur la capacité d’action autonome des gouvernements régionaux. L’auteur y montre que « dans les deux pays les régions disposent bien d’une capacité d’action autonome qui n’est pas, ou partiellement et ponctuellement, contrainte par l’État » (p. 73). Dans le cas français, le transfert de la responsabilité du parc scolaire secondaire aux régions a été une forme de désengagement de l’État central, ce que les responsables régionaux critiquent du fait du mauvais état de ce parc et de leur nouvelle responsabilité de l’entretenir, sans financement et sans expérience. Dans le cas allemand, le Bund a au contraire tenté d’intervenir en imposant une réforme de la structuration des lycées ou de leurs programmes, mais fut repoussé par l’intermédiaire de la Conférence des ministres de l’Éducation (KMK). Dans les deux contextes nationaux, l’État est présenté comme le « garant de l’égalité territoriale » (p. 27), car il se doit de proposer des politiques d’éducation égales sur son territoire. En France, ce dernier s’est déchargé sur les régions, n’assumant plus ce rôle. En Allemagne, au contraire, les régions l’ont repoussé. L’État apparaît alors, pour des raisons différentes, comme un « garant absent de l’égalité territoriale » (p. 27). L’exercice de son pouvoir sur les politiques d’éducation doit alors se comprendre ailleurs que dans les institutions formelles (à l’image du KMK en Allemagne qui joue le rôle d’intermédiaire entre les régions et le Bund).

6Après avoir démontré une certaine autonomie des régions dans la production de politiques régionales d’éducation par rapport à l’État central, l’auteur interroge la politisation des politiques publiques (chapitre 2), c’est-à-dire l’influence des prises de position politique sur les choix en matière de politiques régionales. Les gouvernements régionaux ont ancré leurs politiques dans des positionnements distincts les uns des autres. Du côté allemand, la politisation a été partisane. Les décisions des gouvernements y sont le fruit de conceptions différenciées de l’égalité à l’école et de la justice sociale selon les partis politiques. En France, au contraire, la politisation s’est faite par rapport à l’État central et par l’affirmation des compétences des régions en politiques d’éducation. Dans les deux cas, « l’autonomie de la production de l’action publique des régions peut aller de pair avec des politiques publiques qui ne produisent pas des dispositifs d’action publique divergents, et qui, par conséquent, n’alimentent pas les inégalités territoriales produites par les politiques publiques » (p. 97). En France comme en Allemagne donc, si les régions se sont saisies des compétences de politiques d’éducation pour affirmer leur pouvoir, elles n’ont pas pour autant cherché à trop s’écarter de la moyenne ou à se différencier, gardant à cœur la norme d’égalité souhaitée par les citoyens.

7« Cultiver la similarité des politiques régionales », c’est bien l’orientation choisie par les régions dans les deux pays comme le démontre le troisième chapitre. La convergence des politiques publiques est issue de facteurs endogènes, et non exogènes, comme le serait la contrainte de l’État. Les régions sont entrées dans une « course vers le milieu » en mettant en avant leur capacité à produire des politiques publiques, mais également à réduire les inégalités territoriales. Dans les deux contextes nationaux, les citoyens (les électeurs) préfèrent l’uniformité des politiques publiques, ce qui a des effets sur les prises de décisions des gouvernements régionaux. Les interactions entre les différents acteurs (régionaux, partis politiques, État « central »), mises en avant par l’usage de matériaux empiriques par l’auteure (au travers de citations notamment), montrent la nécessité d’une analyse relationnelle hors des institutions formelles pour comprendre la production des politiques publiques. L’exemple du KMK en Allemagne et de sa position d’entre-deux, entre les gouvernements régionaux et le Bund, en est un exemple, car il se fait régulateur des tensions entre les autres acteurs.

8Le dernier chapitre s’attache enfin au thème de la compétition interrégionale, au cœur de la littérature sur les politiques publiques régionales. L’éducation s’y révèle être un cas d’étude bien singulier. En faisant intervenir des acteurs internationaux tels que l’OCDE, notamment au travers de l’enquête PISA, les régions sont en effet au cœur des débats sur la compétition en termes d’égalité territoriale à l’école. Pourtant, les régions, par la « course vers le milieu », ne souhaitent pas se démarquer, et conduisent ainsi à une réduction des inégalités territoriales.

9La régionalisation sans les inégalités n’est pas un travail sur les inégalités scolaires, mais davantage sur les recompositions du pouvoir politique et sa régionalisation en Europe depuis la seconde moitié du XXe siècle. Le cas de l’éducation est particulièrement prégnant, car il permet de sortir du paradigme de la compétition interterritoriale et d’interroger les arguments plaçant les dynamiques partisanes au cœur du processus politique. Ce travail est à ce titre un apport à la littérature, à la fois théorique et empirique, et donne à voir les configurations des prises de décisions, leurs processus, mais également les jeux d’acteurs dans lesquels elles s’inscrivent. Les indicateurs utilisés dans le présent ouvrage se limitent cependant à la seule dimension matérielle des inégalités, correspondant il est vrai aux compétences des régions (parc immobilier secondaire, structure du parcours scolaire, dotations, investissements). Aussi, le lecteur restera peut-être sur sa faim quant au traitement de la dimension sociale des inégalités étudiées.

Haut de page

Notes

1 Le détail des entretiens réalisés en France et en Allemagne est présenté en annexe. De même, pour chaque lieu d’archives consultées, l’auteure renseigne méticuleusement ses sources, et notamment la cote des cartons utilisés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nora Nafaa, « Claire Dupuy, La régionalisation sans les inégalités. Les politiques régionales d’éducation en France et en Allemagne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 mars 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24405

Haut de page

Rédacteur

Nora Nafaa

Nora Nafaa est doctorante en géographie à l’Université de Perpignan Via Domitia au laboratoire ART-Dev UMR 5281 CNRS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page