Navigation – Plan du site

Jean Beaman, Citizen Outsider. Children of North African Immigrants in France

Anne-Laure Counilh
Citizen Outsider
Jean Beaman, Citizen Outsider. Children of North African Immigrants in France, Oakland, University of California Press, 2017, 152 p., ISBN : 978-0-520-29426-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.
  • 2 L’auteure s’intéresse à la deuxième génération d’immigrés, mais aussi aux générations suivantes, sa (...)

1Avec ce premier ouvrage, Jean Beaman fait le choix périlleux, mais utile, de décentrer son regard de sociologue américaine pour étudier la question raciale en France. Elle situe d’emblée sa position dans la préface en tant que « Noire américaine [...] ayant à la fois le privilège d’être américaine et les difficultés d’être noire »1 (p. x). Elle s’attache pendant la centaine de pages de ce court ouvrage à décortiquer les notions complexes et largement discutées de race, d’ethnicité et d’identité à Paris et en Île-de-France à travers l’expérience de descendants d’immigrés nord-africains2 qu’elle détaille en cinq chapitres, complétés par une conclusion et un bienvenu appendice méthodologique.

  • 3 Voir entre autres : Crul Maurice, Mollenkopf John (dir.), The changing face of world cities: the se (...)

2L’intérêt pour la question de l’intégration des descendants d’immigrants est apparue aux États-Unis des les années 1920 et constitue aujourd’hui un champ important des recherches en sciences sociales3. Jusqu’aux années 2000, c’est le paradigme de l’assimilation qui est principalement abordé à travers l’étude des trajectoires scolaires et professionnelles des enfants d’immigrés et celle de la mobilité sociale. De plus en plus de recherches, qualitatives notamment, abordent les questions d’identité de ces minorités, aux États-Unis comme en Europe, et c’est dans cette direction que Jean Beaman inscrit sa démarche, en s’intéressant plus spécifiquement à des personnes appartenant à la classe moyenne afin de pouvoir se concentrer sur les aspects identitaires de l’intégration sans se focaliser sur des problématiques de précarité socio-économique.

  • 4 Cohen Cathy, The Boundaries of Blackness. AIDS and the Breakdown of Black Politics, Chicago, Chicag (...)

3À travers des entretiens, l’auteure explore les sentiments d’appartenance à la société française de quarante-cinq enfants adultes d’immigrés en Île-de-France, âgés de 24 à 49 ans (24 hommes, 21 femmes). Jean Beaman a rencontré des personnes d’origine algérienne (25 personnes), marocaine (12 personnes) et tunisienne (8 personnes). Elle a privilégié des enquêtés qu’elle identifie comme appartenant à la classe moyenne, c’est-à-dire diplômés du baccalauréat et ayant fréquenté l’université (sans nécessairement en être diplômés), occupant aujourd’hui des professions intermédiaires ou de cadres. En complément de ses entretiens, l’auteure a réalisé une observation participante en accompagnant certains des interviewés sur les lieux de leur quotidien ou à des événements particuliers (familles, lieux de travail, salons professionnels, événements sociaux divers entre autres). La part belle est faite à la parole des personnes interviewées puisque Jean Beaman étaye largement ses propos sur des portraits et des extraits d’entretiens avec ceux qu’elle appelle des citoyens « outsider » (p. 18), en référence à des travaux conceptualisant la simultanéité de dynamiques d’intégration et de marginalisation sociale pour expliquer la place des minorités noires dans la société américaine4.

  • 5 Voir entre autres : Balibar Étienne, La construction du racisme. Actuel Marx, vol. 38, n° 2, 2005, (...)

4Après avoir rappelé le contexte historique et politique de la République française, de l’immigration maghrébine en France et des descendants de ces immigrés, que l’on désigne sous l’expression de « deuxième génération », l’auteur discute d’un point de vue théorique la marginalisation sociale subie par ces descendants d’immigrés nord-africains malgré leurs trajectoires sociales ascendantes (« Classe moyenne et pourtant marginalisée », p. 14), qui remet en question les notions d’égalitarisme républicain ainsi que le refus des statistiques ethniques ou l’utilisation du terme de « race ». Si l’auteure met bien en évidence le lien entre ethnicité, race, racialisation, racisme, culture et culturalisation, on regrette toutefois qu’elle ne s’appuie pas davantage sur quelques-unes des nombreuses analyses d’auteurs français sur ces questions (Étienne Balibar, Éric Fassin, Didier Fassin par exemple5).

  • 6 Dans le texte : « nonwhite individuals ».
  • 7 Dans le texte : « cultural brokers ».
  • 8 Ndiaye Pap, La Condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

5Cette mise au point théorique permet ensuite à l’auteure de revenir, dans son deuxième chapitre, sur l’expérience des enquêtés pendant leur enfance. En explorant leurs trajectoires scolaires, elle montre comment ils ont construit leur identité en naviguant entre deux mondes culturels ; la famille et l’école. L’auteure note que grandir en France n’implique pas nécessairement de devenir français, soulignant ainsi les limites du modèle républicain pour l’intégration des minorités visibles6 : la non-reconnaissance de leur « citoyenneté culturelle » équivaudrait au déni de leur appartenance à la société française (p. 41). Pour continuer à explorer la dualité et les contradictions de la citoyenneté des descendants d’immigrés maghrébins, Jean Beaman poursuit sa réflexion en s’appuyant sur leur expérience dans le monde professionnel et dans l’espace public. La perception des enquêtés sur les discriminations dont ils sont victimes au travail et dans leur vie quotidienne montre en filigrane comment leur réussite socio-économique et leur conscience d’une mobilité sociale qui les affilie à la classe moyenne exacerbe leur sentiment de rejet face au déni de leur citoyenneté du fait de leurs origines nord-africaines. Si les études sur les deuxièmes générations d’immigrés montrent toujours la dualité des appartenances et la difficulté de ne pouvoir s’identifier ni totalement à la culture du pays d’origine des parents, ni totalement à celle du pays où ils sont nés et ont grandis, dans le cas étudié ici, la question de l’ascension sociale complexifie encore la problématique identitaires en multipliant la dualité des appartenances. L’introduction du concept de « médiateurs entre deux cultures »7 (p. 43) montre comment ces citoyens « outsider » font le lien non seulement entre deux mondes culturels (français et maghrébins), mais également entre deux mondes sociaux (classe ouvrière et classe moyenne). Malgré des trajectoires leur ayant permis d’accéder à une formation supérieure et à des postes de professions intermédiaires ou de cadres, la visibilité de leur héritage social et culturel et les représentations qui y sont associées dans la société française entraînent des discriminations effectives plus ou moins fortes, doublées d’un questionnement permanent de leur part sur leur légitimité à occuper des positions de responsabilité sur le lieu de travail. Cette dualité se retrouve dans d’autres lieux (lieu d’habitation, espace public, lieu de religion/islam), accentuant la nécessité permanente des enquêtés de jouer sur la dimension situationnelle de leur identité en naviguant dans « des mondes multiples » (p. 49). L’auteure contredit alors les travaux de Loïc Wacquant mettant en avant la dimension socio-économique comme facteur explicatif des discriminations, et affirme que la race et l’ethnicité jouent un rôle majeur dans les problèmes d’intégration en France. Ces réflexions amènent Jean Beaman à s’intéresser dans les chapitres quatre et cinq aux auto- et aux exo-définitions de ce qu’est et de ce que n’est pas « être Français » et « être Maghrébin » (p. 66), ainsi qu’aux «frontières de la différence » (p. 84). En s’attachant aux représentations liées à ces identités duales et aux éléments qui les composent et les mettent en tension, elle affirme l’identification des descendants d’immigrés maghrébins en tant que minorités ethniques tout en soulignant la dimension paradoxale de leur identité. En effet, bien souvent et malgré les discriminations subies, ils mettent en avant la dimension nationale de leur identité (française) avant la dimension raciale et ethnique de celle-ci (maghrébine) (p. 85). Malgré ce discours majoritaire parmi les personnes enquêtées, Jean Beaman conclut en soulevant la pertinence de rattacher leur identité à celle d’autres minorités hors des frontières nationales, en renvoyant à « la Condition noire » transnationale8 (p. 86). Elle dessine ainsi un parallèle entre la situation de cette deuxième génération maghrébine en France et la position d’autres groupes minoritaires discriminés, tels que les Noirs américains ou les Palestiniens, et affirme le sentiment d’une conscience diasporique de minorité.

6À travers l’analyse des expériences identitaires et des discriminations des jeunes adultes d’origine maghrébine ayant grandi en France, Jean Beaman montre donc la dualité, la complexité et le caractère situationnel de leurs appartenances. Malgré une évocation de l’intersectionnalité de la problématique, ce sont avant tout les dimensions ethnique et raciale qui sont mises en avant pour démontrer le déni de citoyenneté dont ils sont victimes et la dimension partielle de leur intégration à la société française. L’auteure affirme même qu’en dépit d’une différence phénotypique et en l’absence d’auto-identification des descendants d’immigrés maghrébins à cette cause, leur place dans la société française les rattache à la question de la « condition noire » à l’échelle internationale en tant que minorité discriminée. En insistant sur la centralité des notions de race et d’ethnicité comme des éléments essentiels de compréhension des mécanismes de marginalisation sociale, Jean Beaman explique comment les descendants d’immigrés Nord-africains en France, malgré une ascension sociale vers la classe moyenne, se voient encore niés l’appartenance à une citoyenneté française totale. Son point de vue original sur les questions raciales en France a le mérite de poser des questions souvent évitées sur les liens entre racialisation, ethnicité et identité tout en interrogeant la notion d’exceptionnalisme à la française. On peut toutefois regretter que l’auteure s’appuie essentiellement sur une littérature et des concepts américains, minimisant ainsi son effort de décentrement du regard, alors que les réflexions francophones sur l’immigration et les descendants d’immigrés sont si nombreuses.

Haut de page

Notes

1 Notre traduction, pour toutes les citations présentées dans ce compte rendu.

2 L’auteure s’intéresse à la deuxième génération d’immigrés, mais aussi aux générations suivantes, sans faire de distinction entre les rangs générationnels.

3 Voir entre autres : Crul Maurice, Mollenkopf John (dir.), The changing face of world cities: the second generation in Western Europe and the United States, New York, Russell Sage Foundation, 2012 ; Levitt Peggy, Waters Mary (dir.), The changing face of home: the transnational lives of the second generation, New York, Russell Sage Foundation, 2002 ; Portes Alejandro, Rumbaut Ruben (dir.), Legacies: the story of the immigrant second generation, Berkeley, University of California Press, 2001 ; Portes Alejandro, Zhou Min (dir.), « The new second generation: Segmented assimilation and its variants », The Annals of the American Academy of Political and Social Science, n° 530, 1993, p. 74-96.

4 Cohen Cathy, The Boundaries of Blackness. AIDS and the Breakdown of Black Politics, Chicago, Chicago University Press, 1999 ; Collins Patricia Hill, « Learning from the Outsider Within. The Sociological Significance of Black Feminism Thought », Social Problems, vol. 33, n° 6, 1986, p. 14-32

5 Voir entre autres : Balibar Étienne, La construction du racisme. Actuel Marx, vol. 38, n° 2, 2005, p. 11-28 et Fassin Didier, Fassin Éric, De la question sociale à la question raciale ?, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2006.

6 Dans le texte : « nonwhite individuals ».

7 Dans le texte : « cultural brokers ».

8 Ndiaye Pap, La Condition noire. Essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Counilh, « Jean Beaman, Citizen Outsider. Children of North African Immigrants in France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24427

Haut de page

Rédacteur

Anne-Laure Counilh

Après plusieurs années passées au sein du laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers, Anne-Laure Counilh a soutenu en 2014 une thèse de doctorat en géographie intitulée « Parcours, expériences, projets : récits de vie de migrants ouest-africains à Nouadhibou (Mauritanie) ». Depuis, elle a contribué au projet « Children of refugees in Europe: aspirations, socio-economic lives and transnational linkages » au sein de la Haute école de travail social de Genève ; où elle intervient régulièrement en tant qu’enseignante et chercheuse sur différents projets liées à des problématiques sociales (immigration, discrimination, domesticité, ...). Elle a publié plusieurs articles sur la question de la deuxième génération d’immigrants et sur les descendants de réfugiés.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page