Navigation – Plan du site

Émilie Née, Claire Oger, Frédérique Sitri (dir.), « Le rapport, entre description et recommandation », Mots, les langages du politique, n° 114, 2017

Estelle Aragona
Le rapport, entre description et recommandation
Émilie Née, Claire Oger, Frédéric Sitri (dir.), « Le rapport, entre description et recommandation », Mots. Les langages du politique, n° 114, juillet 2017, Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847889222.
Haut de page

Texte intégral

1Les rapports sont des documents résultant d’une multitude d’opérations de mise en forme et d’organisation de discours, lesquels n’ont rien de neutre : ils sont protéiformes et porteurs d’enjeux contrastés. Le présent dossier incite le chercheur en sciences humaines et sociales à considérer les rapports comme un matériau à part entière, au-delà d’un usage en tant que littérature grise. Les auteurs, spécialistes en sciences du langage, de l’information et de la communication, décodent les formats (dimension documentaire de classification) et contenus (dimension discursive et langagière) des rapports pour en révéler les traits génériques. En effet, le dispositif énonciatif de ces documents particuliers est déterminé par l’objet dont ils traitent et par la sphère d’activité dans laquelle ils s’inscrivent.

  • 1 Claire Oger, « L’institution du Neutre », Discours d’autorité, discours autorisés. Faire référence (...)
  • 2 Roser Cussó, Corinne Gobin, « Du discours politique au discours expert : le changement politique m (...)
  • 3 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Presses de Science Po, 20 (...)

2Le rapport est un « macro-genre discursif historiquement situé, ancré dans une sphère sociale d’activité précise, pourvu d’une double visée informative et descriptive identifiable à des formes langagières récurrentes et s’articulant au sein d’une sphère d’activité donnée avec des genres voisins » (p. 9). Support de communication situé, le rapport est souvent un document de commande soumis à des contraintes liées aux attentes du commanditaire et au public auquel il est destiné. C’est un outil stratégique de promotion et/ou d’aide à la décision pour des actions portées par des acteurs publics et privés. Les rapports d’activité d’entreprises revêtent une forte dimension promotionnelle, usant d’un lexique positif et du nom de la marque. Les rapports publics, eux, se définissent par des effets de neutralisation discursive1 et de dépolitisation2, malgré une double visée descriptive et prescriptive ; ce sont des instruments d’action publique en tant que « dispositif[s] technique[s] à vocation générique porteur[s] d’une conception concrète du rapport politique-société et soutenu[s] par une conception de la régulation »3.

  • 4 La Campagne du Sommet du micro-crédit désigne « une organisation et une stratégie structurée par un (...)

3Odile Vallée ouvre la série de contributions par l’étude sémio-discursive des rapports d’activité de la Campagne du Sommet du micro-crédit4 de 1997 à 2013. Elle démontre que ces documents ont pour vocation de « faire reconnaître le micro-crédit comme outil incontournable de la lutte contre la pauvreté » (p. 53), organisant les différentes voix en un discours politique cohérent et élogieux sur le micro-crédit. Cette « mise en scène dialogique » (p. 50) passe par l’agencement de formes textuelles (chiffres, diagrammes) qui, par le procédé de la quantification, ont pour rôle de produire un « effet de scientificité » (p. 41) ; elle passe aussi par des formes subjectivisées (témoignages, récits) qui incarnent et humanisent le propos par l’illustration – et cela dès la couverture des rapports, qui donne à voir des femmes mises en scène dans leur travail. Cette hétérogénéité sémiotique et textuelle est commune à l’ensemble des rapports étudiés dans le dossier.

  • 5 La notion de Corporate Social Responsability date des années 1950. Selon le ministère de la Transit (...)
  • 6 Il s’agit de Lafarge (matériaux de construction), BNP Paribas (bancassurance) et Total (pétrochimie (...)

4Par exemple, les photographies sont utilisées au service de l’argumentation pour donner une représentation altruiste des firmes dans leurs rapports de responsabilité sociétale5 (RSE). Andrea Cattelani et Amia Errecart s’intéressent aux « formes prises par la figure de l’autre » (p. 57) dans les rapports de RSE produits par trois grandes entreprises françaises6. Dans l’objectif de promouvoir leurs bonnes pratiques, les auteurs des rapports reprennent les discours de clients, partenaires, autorités publiques, associations ou encore des experts ayant vanté leurs mérites en matière de responsabilité sociale. Cette dimension dialogique, textuelle et visuelle, humanise l’entreprise, introduit l’idée d’échange des entreprises avec des tiers et légitime l’action de l’organisation marchande. Le rapport de responsabilité sociétale apparaît ainsi comme une mise en scène sémiotique et discursive qui convoque l’altérité dans le but se servir d’une image positive de l’entreprise qui le produit.

  • 7 Côté français, les rapports du Haut Conseil de l’intégration sont étudiés ; côté allemand, ce sont (...)
  • 8 Traductions à partir de l’anglais.

5Dans une autre approche, Naomi Truan et Léa Renard considèrent que les rapports officiels français et allemands sur l’intégration7 sont comparables et se présentent eux-mêmes comme « cadreurs de débat » (p. 82). Ils répondent à la double injonction d’informer l’opinion publique d’une façon neutre et de mobiliser les acteurs des politiques d’intégration. L’étude des introductions et avant-propos de ces rapports, en tant que « lieu[x] de la construction d’une énonciation » (p. 79), permet de révéler les continuités discursives en matière d’élaboration de catégories d’action publique et de problématisation de l’immigration, qui sont expliquées par les contraintes génériques propres au rapport administratif. Dans une même optique de comparaison plurilingue, Rachele Raus défend que les opérations de traduction modifient la dimension argumentative des rapports. En examinant les versions française et italienne8 des rapports d’initiative du Parlement européen sur la prostitution (entre 2004 et 2014) du point de vue lexicométrique, l’auteure montre dans quelle mesure le travail des traducteurs est déterminant, malgré « la standardisation, l’automatisation et la bureaucratisation » de la production de ce type de documents (p. 98). Par exemple, « l’énonciateur-traducteur italien a tendance à se mettre en relation avec les autres acteurs sollicités par rapport auxquels il défend sa position, critique un peu plus les autres positionnements ou les approuve. […] L’énonciateur-traducteur français tend à mettre en valeur ses propres idées et à proposer ses solutions, sentant son positionnement légitime et autoritaire » (p. 106). Cependant, la traduction procède à une décontextualisation et à une neutralisation dans chacune des versions.

  • 9 Sandrine Hurel, Rapport sur la politique vaccinale, janvier 2016, disponible en ligne : http://soli (...)
  • 10 Joseph Gusfield, The culture of public problems: Drinking-driving and the symbolic order, The Unive (...)

6Le lissage énonciatif se distingue également dans le rapport public sur la politique vaccinale remis au Premier ministre9, étudié par Caroline Ollivier-Yaniv. Dans un contexte de controverse, ce rapport constitue un « espace polyphonique inédit » (p. 117) car il donne à lire des propos habituellement réservés à des espaces experts ou de mobilisation d’usagers. Mis en visibilité et reconnus, les porteurs d’avis critiques sur les effets indésirables des vaccins sont respectés dans leur droit de parole et de défense. Cependant, seuls les discours tenus pour légitimes sont conservés par l’auteure du rapport, excluant ceux qui relèvent de la « théorie du complot » (p. 124) à l’encontre des industries pharmaceutiques. En retraçant la complexité et les dysfonctionnements de l’élaboration de la politique vaccinale, et en produisant un état des lieux conflictuel de la vaccination, le rapport opère un déconfinement de l’action publique sanitaire et participe à la construction du problème public10 autour de l’usage des vaccins.

  • 11 Jean-Michel Adam, Genres de récits : narrativité et généricité des textes, Louvain- la-Neuve, L’Har (...)
  • 12 Christophe Hanna, « Rapport no 15b [Les Portraits-robots] », in La Gueule de l’emploi, Valence, Édi (...)

7Les deux contributions qui closent le dossier portent sur l’évolution du rapport en tant que genre littéraire. D’abord, à partir d’une enquête documentaire auprès d’une équipe de recherche, Anne Piponnier donne son éclairage sur le caractère hybride du rapport de recherche en sciences humaines et sociales, considéré comme publication scientifique. Selon elle, les usages académiques sont transformés dans la mesure où le rapport de recherche, en s’inscrivant dans un cadre contractuel de financement des travaux, rend compte de la rationalisation de la recherche au travers d’« injonctions technico-administratives » (p. 143). Ainsi, le rapport de recherche a une vocation de compte rendu (au sens de rendre compte ou d’accountability), de communication et de promotion. Ensuite, Mathilde Roussigné démontre l’intérêt d’évaluer le degré de généricité11 des documents pour dépasser le cloisonnement des genres littéraires (dont le roman, le théâtre) et non littéraires (discours, publicités, rapports). L’auteure étudie un corpus composé de textes de fiction contemporains qui adoptent la forme de rapports12, et montre que cet exercice de détournement met en lumière les conventions discursives du genre.

8À la croisée des sciences du langage, de l’information et de la communication, ce dossier apporte des éléments au chercheur pour définir la nature des sources documentaires qui s’apparentent à des rapports, en particulier avec le foisonnement d’outils de recherche documentaire pouvant permettre la récolte d’une diversité de formats et contenus qu’il n’est pas systématiquement évident d’identifier. Par ailleurs, les auteurs incitent à considérer la portée heuristique des rapports, ces derniers étant des matériaux de recherche à part entière en sciences humaines et sociales.

Haut de page

Notes

1 Claire Oger, « L’institution du Neutre », Discours d’autorité, discours autorisés. Faire référence et dire l’institution, Dossier d’habilitation à diriger des recherches en sciences de l’information et de la communication, Université Paris-Sorbonne, CELSA, 2013.

2 Roser Cussó, Corinne Gobin, « Du discours politique au discours expert : le changement politique mis hors débat ? », Mots. Les langages du politique, n° 88, 2008, p. 5-11.

3 Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Presses de Science Po, 2004, p. 14.

4 La Campagne du Sommet du micro-crédit désigne « une organisation et une stratégie structurée par un objectif fédérateur et les engagements des membres qui la composent » (p. 25-26). Le réseau compte plus de 2000 adhérents, parmi lesquels se trouvent des institutions de microfinance, des banques commerciales, des parlementaires, des militants individuels et des ONG. Les membres ont pour mission de promouvoir le microcrédit auprès de l’opinion publique sur la base d’un plaidoyer commun et d’objectifs en nombre d’emprunteurs. Les rapports annuels sont intitulé The State of Microcredit Summit Campaign Report.

5 La notion de Corporate Social Responsability date des années 1950. Selon le ministère de la Transition écologique et solidaire, la RSE est « un concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire » ; disponible en ligne : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/responsabilite-societale-des-entreprises, consulté le 1er mars 2018. En France, la RSE est encadrée par la loi relative aux nouvelles régulations économiques de 2001, et par les lois Grenelle I de 2009 et Grenelle II de 2010.

6 Il s’agit de Lafarge (matériaux de construction), BNP Paribas (bancassurance) et Total (pétrochimie). Les deux derniers rapports de chaque entreprise ont été analysés.

7 Côté français, les rapports du Haut Conseil de l’intégration sont étudiés ; côté allemand, ce sont les rapports des délégués du gouvernement fédéral à la migration, aux réfugiés et à l’intégration (soit un total de 29 rapports entre 1991 et 2014).

8 Traductions à partir de l’anglais.

9 Sandrine Hurel, Rapport sur la politique vaccinale, janvier 2016, disponible en ligne : http://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_sur_la_politique_vaccinale_janvier_2016_.pdf (consulté le 1er mars 2018).

10 Joseph Gusfield, The culture of public problems: Drinking-driving and the symbolic order, The University of Chicago Press, Chicago, 1981.

11 Jean-Michel Adam, Genres de récits : narrativité et généricité des textes, Louvain- la-Neuve, L’Harmattan, 2011.

12 Christophe Hanna, « Rapport no 15b [Les Portraits-robots] », in La Gueule de l’emploi, Valence, Éditions de l’École régionale des Beaux-Arts, 1999 ; « Rapport no 2 », Ouvriers vivants, Romainville, Al Dante, 1999 ; Les Berthier. Portraits statistiques, Paris, Éditions Questions théoriques, 2012.

Hugues Jallon, La Base, rapport d’enquête sur un point de déséquilibre majeur en haute mer, Bègles, Éditions du passant, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Estelle Aragona, « Émilie Née, Claire Oger, Frédérique Sitri (dir.), « Le rapport, entre description et recommandation », Mots, les langages du politique, n° 114, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24436

Haut de page

Rédacteur

Estelle Aragona

Doctorante en science politique au sein du CURAPP-ESS (UMR 7319). Recherche sur l’admission en établissements handicap. Thèse financée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page