Navigation – Plan du site

Orazio Irrera, Daniele Lorenzini (dir.), « Prises de parole : les discours subalternes », Raisons politiques, n° 68, 2017

Cécile Rousselet
Prises de parole : les discours subalternes
Orazio Irrera, Daniele Lorenzini (dir.), « Prises de parole : les discours subalternes », Raisons politiques, n° 68, novembre 2017, 108 p., Paris, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 9782724635027.
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro 68 de la revue Raisons politiques s’intéresse, de manière précise et fondée théoriquement, à la question de la prise de parole des subalternes, la notion de « prise de parole » étant ainsi définie par Orazio Irrera et Daniele Lorenzini dans leur éditorial comme un « acte d’énonciation spécifique qui, à la fois, exerce une force d’interruption vis-à-vis d’un pouvoir et d’un savoir jusque-là partagés (ou du moins acceptés) et inaugure des modalités nouvelles de subjectivation politique » (p. 5). La notion de « subalterne » recouvre quant à elle des groupes marginaux, dont les voix sont généralement ignorées voire niées dans l’espace public, comme par exemple les groupes décrits par Pauline Vermeren, à savoir les acteurs du « mouvement nègre » de la première moitié du XXsiècle, membres de l’intelligentsia africaine subsaharienne et antillaise en France qui, au sein du Parlement, dans la presse écrite, la littérature ou dans l’organisation de manifestations culturelles pour un public français, revendiquent une identité « nègre ».

  • 1 Cité in Liguori Guido, « Le concept de subalterne chez Gramsci », Mélanges de l’École française de (...)
  • 2 Spivak Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak ? », in Cary Nelson, Lawrence Grossberg (dir. (...)

2Le terme de « subalterne » apparaît, dans l’un de ses premiers développements scientifiques, chez Antonio Gramsci dans les Cahiers de prison, où il est apposé au concept de classe : « Les classes subalternes subissent toujours l’initiative des classes dominantes même quand elles se rebellent »1. La notion de « subalternes » a pris un nouvel essor au sein des études post-coloniales, particulièrement en Inde, dans un contexte où s’y généralisaient les courants historiographiques désignés sous le terme « history from below », afin de penser les fractures sociales, à la fin des années 1960. Ranajit Guha entame alors la formation des subaltern studies, ou étude des marginaux, qui se situent en « bas » d’une société organisée hiérarchiquement sur un modèle vertical. Les subaltern studies, ou « courant d’études historiques qui, dans le contexte de l’Inde post-coloniale, s’est donné le projet d’écrire l’histoire du point de vue des dominés », se pose comme une discipline dans laquelle « il s’agit […] de reconnaître aux sujets subalternes ou, de manière plus large, aux sujets précaires une voix propre » (p. 9). La particularité de la notion de subalternes tient effectivement à sa dépendance vis-à-vis de la notion d’élite (de classe, de culture, de langue, etc.) – et c’est là sans doute un écueil qui n’est pas résolu, de manière explicite, dans ce numéro de la revue Raisons politiques – : entre groupe social déterminé, ou relation d’une majorité à une minorité, la notion de subalterne recouvre de nombreuses réalités, et induit par là le risque profond d’une essentialisation de ces « marginaux » décrits par Antonio Gramsci. L’article de Gayatri Spivak, « Can the Subaltern Speak? » en 19882, fonde enfin véritablement l’analyse conjointe des groupes minoritaires et de leurs prises de parole. Mais c’est dans un contexte théorique européen que la réflexion des subalternes et de leurs prises de parole au sein de l’espace public est ici menée, ce numéro de revue étant dirigé par deux philosophes spécialistes des écrits de Michel Foucault.

  • 3 Michel de Certeau et Michel Foucault se sont, à de nombreux égards, répondus sur le plan théorique.
  • 4 de Certeau Michel, La Prise de parole. Pour une nouvelle culture, Paris, Desclée de Brouwer, 1968.

3L’éditorial, par Orazio Irrera et Daniele Lorenzini, intitulé « L’indocilité des discours subalternes », pose et définit d’emblée ces présupposés théoriques foucaldiens : les discours dans l’espace public, portés par des groupes sociaux minoritaires, sont à même, parce qu’ils ont des effets politiques, de remettre en question les normes sociales. Orazio Irrera et Daniele Lorenzini décrivent dès lors3 la notion de « prise de parole » en se fondant sur l’ouvrage de Michel de Certeau, La Prise de parole. Pour une nouvelle culture4, comme étant « en mesure de “déplacer le système” et d’“engager sa structure” » (p. 5). Les prises de parole comportent donc une dimension performative, et bien que celle-ci ne soit pas nommée explicitement par les deux auteurs, elle est une interrogation qui traverse l’ensemble de ce numéro de revue, et qui est abordée sous plusieurs angles : performativité de la prise de parole, mais aussi performativité de l’absence de prise de parole, des silences, des continuités et des ruptures dans les discours des subalternes : que le subalterne parle ou ne parle pas, sa position discursive est, selon ces deux auteurs, forte d’implications sur le plan politique. La question est donc bien de savoir comment ces prises de parole s’inscrivent dans des rapports de domination entre classes dominantes et groupes minoritaires, et participent à fonder une politique « mineure » qui permettrait de déligitimiser les dominants. L’éditorial, qui s’attache à construire l’édifice argumentatif du numéro de la revue, demeure somme toute théorique, renvoyant le lecteur à des concepts qu’il doit, au préalable, avoir assimilés, et notamment en ce qui concerne les approches de Michel Foucault dans ses Dits et écrits. Celui-ci, dans ses écrits, s’intéresse profondément à la question de l’oppression, et au statut des opprimés, notamment en ce qui concerne leur subjectivisation dans l’espace public. Convoquer Michel Foucault pour problématiser des questions propres aux « subalternes » ne va donc pas de soi, cette notion étant, telle quelle, absente des Dits et écrits, mais a le mérite, dans une démarche comparatiste en sciences politiques, de renouveler le regard sur ces questions.

4En effet, les différents articles font leurs ces concepts, en proposant, pour chacun, des orientations théoriques européennes qui s’inscrivent dans la critique foucaldienne ou qui y répondent. Le premier article de Philippe Sabot s’appuie sur les théories de Michel Foucault et s’interroge sur la possibilité pour les subalternes, dans leurs prises de parole, de « faire sujet ». Cet article ouvre sur la question de la visibilité des subalternes dans l’espace public : y être visible, c’est s’y faire « sujet ». Cette notion de visibilité est approfondie par Guillaume Le Blanc dans son article « Une manifestation sans manifeste. La voix précaire de Bartleby », article qui se fonde sur le court récit de Melville, Bartleby, the Scrivener. A Story of Wall Street (1853), et qui s’inscrit notamment dans le sillon théorique des écrits de Nathalie Heinich sur la visibilité dans l’espace social, la question de l’exclusion et la conquête de visibilité comme « gage de puissance ». En effet, c’est bien la dichotomie visibilité/invisibilité qui fonde la précarité de Bartleby : « Le précaire est celui ou celle qui est perçu comme ne devant plus tellement être perçu » (p. 25). En réfléchissant à l’articulation entre « visibilité » et « audibilité », Guillaume Le Blanc pose de manière originale le problème des prises de parole des subalternes : celui qui est invisible (le subalterne) ne disparaît pas tant qu’il est audible (par ses prises de parole). Les trois articles suivants posent différemment le problème, notamment en mettant en perspective l’apport foucaldien sur ces problématiques par la convocation d’autres modèles théoriques. L’article de Pauline Vermeren, décrit ci-dessus, et qui s’intéresse aux « mouvements nègres » de l’entre-deux guerres, se fonde sur les notions, proposées par Gilles Deleuze, de « lignes de fuite » et de « déterritorialisation ». L’auteur s’inscrit, grâce à ces détours théoriques, dans une lecture rancièrienne des mouvements de subjectivation politique de la « communauté noire ». Katia Genel, quant à elle, s’appuie sur le modèle de l’éthique d’Habermas, contre lequel se fonde la position arendtienne, pour qui la prise de parole a son importance dans l’espace public. La singularité de chaque acte de parole est prise en compte, pour aboutir à une « égalité entre inégaux » (p. 48), ce que l’auteure de l’article analyse à partir des lectures d’Hannah Arendt par Seyla Benhabib et Iris Marion Young. Enfin, Orazio Irrera et Daniele Lorenzini proposent une mise en perspective de la notion foucaldienne de « parrêsia », développée dans ses derniers cours au Collège de France, par l’apport des théories de James Scott sur les « arts de la résistance ».

  • 5 Derrida Jacques, L’Écriture et la différence, Paris, Éditions du Seuil, 2014.

5Ce numéro de Raisons politiques constitue un apport dans le champ des études sur les prises de parole des subalternes, notamment par la mise en perspective des différentes théories qu’il opère. Chaque auteur, poursuivant un sillage critique intéressant, s’applique à faire résonner ces positionnements théoriques avec les problématiques générales soulevées par le dossier. Néanmoins, il semble regrettable que certains présupposés théoriques à toute pensée sur les subalternes n’aient pas été évoqués, comme la notion de « déconstruction »5 des discours dominants par les subalternes, qui mériterait à elle-seule un long approfondissement concernant ses liens avec le concept de précarité ou d’exclusion ; la nécessité de concevoir l’espace politique et social comme un espace polyphonique, dès lors qu’il est question de multiplicité de voix et de leur légitimité ; ou encore la possibilité pour les subalternes non pas tant de mettre en question les normes, comme il l’est indiqué dans l’éditorial, que de déconstruire la notion même de norme. Ces quelques pistes théoriques pourraient faire l’objet de développements conséquents, afin de continuer à nourrir un champ théorique et discursif qui mériterait encore d’être davantage pensé et débattu.

Haut de page

Notes

1 Cité in Liguori Guido, « Le concept de subalterne chez Gramsci », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, vol. 128, n° 2, 2016, disponible en ligne : http://journals.openedition.org/mefrim/3002 ; DOI : 10.4000/mefrim.3002.

2 Spivak Gayatri Chakravorty, « Can the Subaltern Speak ? », in Cary Nelson, Lawrence Grossberg (dir.), Marxism and the Interpretation of Culture, Chicago, University of Illinois Press, 1988, p. 271-313.

3 Michel de Certeau et Michel Foucault se sont, à de nombreux égards, répondus sur le plan théorique.

4 de Certeau Michel, La Prise de parole. Pour une nouvelle culture, Paris, Desclée de Brouwer, 1968.

5 Derrida Jacques, L’Écriture et la différence, Paris, Éditions du Seuil, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Rousselet, « Orazio Irrera, Daniele Lorenzini (dir.), « Prises de parole : les discours subalternes », Raisons politiques, n° 68, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24437

Haut de page

Rédacteur

Cécile Rousselet

Cécile Rousselet est doctorante en littérature comparée, sous la direction de Carole Matheron (Paris 3 – Sorbonne Nouvelle) et Luba Jurgenson (Paris – Sorbonne) : « Les personnages féminins face à l’histoire et à la mémoire dans les romans yiddish et russe entre 1930 et 1980 », avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Elle a publié une vingtaine d’articles, dont « Centres et marges. Les topiques urbaines de la mémoire en dialogue chez Andreï Platonov et Isroel Rabon » dans la Revue Mémoires en jeu (mars 2017). Elle collabore à L’Encyclopédie critique du témoignage et de la mémoire (Philippe Mesnard, Luba Jurgenson). Elle a publié avec Fleur Kuhn-Kennedy, les actes du colloque international « Expressions du collectif : les formes de dialogue dans les écritures juives d’Europe centrale et orientale ». Elle enseigne en langue et littérature françaises et en littératures comparées à l’université.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page