Navigation – Plan du site

Isabelle Danic et Patricia Loncle (dir.), Les labyrinthes de verre. Les trajectoires éducatives en France dans un contexte européen

Quentin Guatieri
Les labyrinthes de verre
Isabelle Danic, Patricia Loncle (dir.), Les labyrinthes de verre. Les trajectoires éducatives en France dans un contexte européen, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2017, 205 p., ISBN : 978-2-7535-5532-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce projet a été financé par le 7e Programme cadre de recherche et de technologie de la Commission e (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Isabelle Danic et Patricia Loncle cherche à mettre en perspective les parcours éducatifs des élèves français dans le contexte européen. Issu de l’enquête Governance of Educational Trajectories in Europe (GOETE)1 qui vise à comprendre le rôle des institutions, des politiques et des acteurs dans la construction des trajectoires éducatives en Europe, l’ouvrage mobilise les résultats de ce vaste projet de recherche afin de les recentrer sur la situation française, dans une démarche à la fois focalisée et comparative, impliquant sept autres pays européens.

  • 2 « Je souhaite […] que les auteures de ce livre soient prises au sérieux et qu’elles irritent les le (...)

2Après une préface engagée d’Andreas Walther2 et un premier chapitre présentant la méthodologie globale de l’enquête, comprenant travail documentaire, observations, entretiens et questionnaires, la deuxième contribution s’intéresse à la gouvernance des trajectoires éducatives aux échelles françaises et européennes et s’attache à cerner dans quelle mesure les institutions européennes influencent les politiques d’éducation nationale et structurent les parcours éducatifs. Il apparaît que si l’échelon européen fait émerger certaines priorités (la lutte contre le décrochage scolaire, la participation, l’employabilité) et dispose d’une influence significative, bien que soutenue par « des instruments à portée non obligatoire » (p. 73), les États conservent un certain degré d’autonomie en remodelant les orientations européennes en fonction de leurs spécificités nationales. Dans le cas de la France, si les politiques et discours éducatifs nationaux reprennent la perspective européenne d’une responsabilisation et d’une individualisation croissante des élèves face à leurs parcours scolaires, le mode de gouvernance centralisé des contenus d’enseignement et la faible autonomie accordée aux établissements du secondaire illustre une position singulière et ambivalente.

3Les auteur.e.s s’appuient ici sur les priorités formulées par les programmes européens pour montrer de quelle manière ces dernières influencent la construction de politiques éducatives nationales en reprenant le vocabulaire et les logiques du marché. Ainsi, l’Agenda de Lisbonne (2000), la Stratégie de Lisbonne (2004) et la Stratégie Europe 2020 (2010) ont progressivement orienté les politiques d’éducation et de formation vers l’idée de compétition et de consolidation d’une économie de la connaissance dans une démarche globale d’adéquation au marché de l’emploi, véhiculant ainsi de nouvelles valeurs au sein même du système éducatif : « apprendre plutôt qu’éduquer », « la compétence plutôt que le contenu » (p. 64). Ces rhétoriques ont donné lieu à une catégorisation de l’action publique centrée sur l’employabilité des jeunes, mais qui revêt une dimension stigmatisante. L’exemple de la catégorie des NEET (not in employement, education or training) illustre la qualification négative d’une jeunesse perçue avant tout par ses « manquements » (p. 66) et participe à la construction de normes de réussite et d’échec en fonction d’un référentiel productiviste.

  • 3 Parmi le large corpus disponible sur ces questions, voir notamment les travaux de Marie Duru-Bellat (...)

4La partie suivante, d’Isabelle Danic et Magali Hardouin, s’intéresse aux politiques d’orientation et à leur mise en œuvre par les professionnels de l’éducation. Les résultats de cette contribution sont issus d’une enquête réalisée au sein de trois collèges situés dans des quartiers défavorisés et se focalisent sur la période de transition à la fin du premier cycle du secondaire. Les auteures reprennent le diagnostic de politiques éducatives adaptées au marché établi dans la précédente contribution : l’élève est encouragé à développer des compétences pour gérer sa carrière scolaire en vue de son employabilité dans le cadre d’une orientation active. Cette contribution rend également compte des inégalités plurielles dans la structuration et la perception des trajectoires éducatives en fonction du milieu social d’origine. Au-delà des inégalités structurelles produites et entretenues par le système scolaire français, bénéficiant d’un volume de recherches important3, les auteures montrent un double processus. D’une part, les professionnels des collèges populaires étudiés ont tendance à envisager le parcours scolaire des élèves par « typification sociale, nationale et de genre » (p. 185), ce qui donne fréquemment lieu à l’orientation des élèves issus de familles populaires vers la voie professionnelle. D’autre part, les enfants issus de groupes sociaux défavorisés se projettent en général moins dans de longues études et intériorisent plus souvent l’avis des professionnels.

  • 4 Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’en (...)

5La quatrième contribution, d’Isabelle Danic et Magali Alexandra Filhon, traite de la manière dont les parents et les adolescents se projettent et choisissent une formation à la fin du premier niveau du secondaire. Il apparaît que les acteurs réalisent dans l’ensemble des choix socialement construits, selon le processus d’intériorisation évoqué dans le chapitre précédent. Pour les groupes sociaux populaires, ce phénomène peut trouver son origine dans une reproduction d’un parcours scolaire ou professionnel familial, ce qui induirait une autolimitation dans les choix des filières, mais également dans l’acceptation de l’avis des professionnels d’orientation, même si cela se traduit par une « baisse » des aspirations (p. 124), processus faisant référence à la domination symbolique développée par Pierre Bourdieu4. Les auteures définissent très bien ce processus en le qualifiant de « co-construction limitative » (p. 185). D’un point de vue comparatif, le contexte économique et la situation de l’emploi ont également une influence sur la structuration des choix et parcours scolaires : ainsi les jeunes français, devant s’insérer dans un marché du travail caractérisé par un fort taux de chômage des moins de 25 ans et s’intégrer à une société dans laquelle le poids du diplôme est proportionnellement plus élevé que dans les autres pays européens, se projettent en moyenne plus loin dans les études que les jeunes britanniques. Ce paradigme d’une « orientation active » véhiculé par les institutions implique au final une injonction à construire très tôt son parcours scolaire et professionnel, questionnant ainsi la place laissée à la construction de soi et à l’épanouissement personnel.

6Dans le cinquième chapitre, Valérie Becquet cherche à comprendre la place faite aux dispositifs visant à encourager la participation institutionnelle des parents et des élèves au sein des établissements scolaires. L’enjeu est ainsi de questionner le rôle de ces acteurs dans la gouvernance de l’éducation et leur influence à travers les dispositifs de prise de parole individuelle. À cet égard, bien qu’une promotion et une augmentation de ce type d’initiative soit à l’œuvre à l’échelle européenne, le poids des élèves et de leurs parents dans les choix de parcours et le fonctionnement de l’établissement est très relatif. Si les outils participatifs mobilisés par les huit pays européens étudiés sont relativement homogènes, l’analyse des données réalisée par l’auteure montre que des écarts importants apparaissent quant au sentiment d’écoute des élèves dans les différents pays. La France est à ce titre le pays au sein duquel les élèves se sentent le moins écoutés. Le constat est similaire si l’on s’intéresse aux réponses des parents : la majorité des enquêtés estiment limitée leur capacité d’influence sur le fonctionnement de l’établissement. Les écarts sur la possibilité de s’exprimer et sur le sentiment d’être écoutés semblent annihiler les injonctions et initiatives participatives promues par l’échelle européenne. Ces disparités sont plus ou moins fortes en fonction du pays, mais dépendent également des établissements. La deuxième partie de cette contribution, centrée sur trois collèges français, souligne à ce titre que les parents issus de groupes sociaux défavorisés ou immigrés se sentent moins informés et soutenus que les autres parents dans le processus de décision quant au fonctionnement quotidien des établissements et au choix de filières de leurs enfants.

  • 5 Les auteures reprennent ici les termes de Jean-Michel Berthelot qui parlait de « labyrinthes de ver (...)

7Si les résultats de cet ouvrage ne sont pas inédits, ils permettent néanmoins d’apporter du crédit aux thèses s’attachant à démontrer le degré élevé de corrélation entre les trajectoires éducatives et l’origine sociale, ainsi qu’au diagnostic d’une responsabilisation croissante des jeunes à construire leur parcours éducatifs scolaires en s’adaptant au marché du travail, dans le contexte compétitif d’une injonction à la performance et d’une promotion de l’économie de la connaissance. Pour reprendre l’expression qui donne son titre à l’ouvrage, les « labyrinthes de verre »5 semblent structurer aujourd’hui le parcours éducatif des jeunes.

Haut de page

Notes

1 Ce projet a été financé par le 7e Programme cadre de recherche et de technologie de la Commission européenne.

2 « Je souhaite […] que les auteures de ce livre soient prises au sérieux et qu’elles irritent les lecteurs quant à la manière dont les trajectoires éducatives en France sont perçues, conceptualisées et critiquées » (p. 14).

3 Parmi le large corpus disponible sur ces questions, voir notamment les travaux de Marie Duru-Bellat et Camille Peugny : Duru-Bellat Marie, Les inégalités sociales à l’école. Genèse et mythes, PUF, coll. « Éducation et formation », Paris, 2002 ; Peugny Camille, Le destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Seuil, coll. « La république des idées », 2013.

4 Bourdieu Pierre et Passeron Jean-Claude, La reproduction. Éléments pour une théorie du système d’enseignement, Les Éditions de Minuit, Paris, 1970.

5 Les auteures reprennent ici les termes de Jean-Michel Berthelot qui parlait de « labyrinthes de verre de l’école » : Berthelot Jean-Michel, École, orientation et société, PUF, Paris, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Guatieri, « Isabelle Danic et Patricia Loncle (dir.), Les labyrinthes de verre. Les trajectoires éducatives en France dans un contexte européen », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24440

Haut de page

Rédacteur

Quentin Guatieri

Doctorant en sociologie à l’Université de Montréal (Chaire de recherche Inégalités sociales et parcours de vie) et l’Université de Paris VIII (CRESPPA – LabTop).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page