Navigation – Plan du site

Fanny Bugnon, Isabelle Lacroix (dir.), Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre dAlgérie à nos jours

Maxime Launay
Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre d'Algérie à nos jours
Fanny Bugnon, Isabelle Lacroix (dir.), Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre d'Algérie à nos jours, Paris, Riveneuve, coll. « Violences et radicalités militantes », 2017, 268 p., ISBN : 978-2-36013-439-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Audigier François, Girard Pascal (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France (...)
  • 2 Audigier François (dir.), Histoire des services dordre en France du XIXe siècle à nos jours, Paris (...)

1Rassemblant une dizaine de contributions, cet ouvrage se propose de spatialiser la violence politique en France. Ce travail entamé par des historiens au début des années 20101 témoigne de l’émergence d’un sujet encore largement ignoré de l’historiographie française. Issu d’une journée d’étude organisée dans le cadre du programme de recherche Vioramil de l’Agence nationale de la recherche, il rejoint les ouvrages déjà publiés de la collection « Violences et radicalités militantes en France » des Éditions Riveneuve2.

  • 3 Tilly Charles, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

2Le panorama de la violence politique dressé dans cet ouvrage nous offre tout d’abord des horizons politiques et territoriaux variés : les mouvements radicaux de droite (l’Action française par Humberto Cucchetti, les milieux nationalistes radicaux par Nicolas Lebourg, les skinheads par Stéphane François) et de gauche (la Ligue communiste par Hugo Melchior, les maoïstes de Vive la Révolution par Manus McGrogan, les anti-nucléaires par Théo Georget, les autonomes par Hugo Patinaux et Matthijs Gardenier), ainsi que les organisations indépendantistes (le séparatisme breton par Erwan Chartier Le Floch et l’indépendantisme corse par Thierry Dominici). Surtout, il permet de cerner de quelle violence politique il s’agit : loin d’être symbolique, elle est d’abord physique et rationnelle. Elle manifeste l’opposition d’une organisation ou d’un groupe d’individus au système politique dans l’objectif de dominer, de subvertir ou de détruire l’ordre en place. Ensuite, c’est sous les auspices des répertoires d’actions de Charles Tilly3 que cette violence militante est abordée par les différents auteurs : manifestation violente de rue et affrontement contre les forces de l’ordre, rixe entre groupes militants ennemis, attaque à l’explosif et incendie, démonstration de force pour « tenir » un territoire. Enfin, cette vue d’ensemble permet de tirer des constats communs : les logiques internes de chaque organisation ne sont jamais absentes et l’usage de la violence est souvent débattu en leur sein. Un hiatus existe ainsi dans plusieurs d’entre elles entre la part de l’intellectuel et leur action violente : le passage de la théorisation de la violence à sa mise en œuvre, par-delà la rhétorique combattante, s’opère souvent pour des enjeux symboliques. Hugo Melchior analyse par exemple l’usage de la violence au sein de la Ligue Communiste comme la mise en scène du collectif et de son virilisme, « le recours à la violence politique [ayant] pu avoir une fonction à la fois socialisante et identitaire, contribuant à la cohésion du groupe militant » (p. 86). Ainsi, si elle est imprégnée par le guévarisme, « jamais la Ligue Communiste ne dépassa le seuil de la violence spectaculaire, sinon symbolique » (p. 88). Même constat pour l’Action française d’après-guerre, Humberto Cucchetti pointant le rôle symbolique de la violence dont l’usage forge la sociabilité militante de rue et participe de la formation des militants, pour la plupart très jeunes. Cette violence instrumentale s’inscrit aussi dans le cadre d’affrontements internes au champ militant, entre organisations opposées. L’activisme violent déployé par Occident contre la gauche radicale (avec pour slogan : « Bolchos ne vous cassez pas la tête : Occident s’en charge ») peut se comprendre, selon Nicolas Lebourg, comme une volonté de démontrer à l’ensemble des militants nationalistes le dynamisme de cette organisation. De même, avec force détails, Manus McGrogan analyse la violence révolutionnaire de l’extrême gauche dans le bouillonnement militant de l’après-Mai 68. Là encore, s’il rappelle que la lutte armée est présente dans le référentiel de la gauche radicale, l’emploi de la violence politique vise non seulement à promouvoir leur capacité d’action mais également à se différencier les unes des autres, au risque d’une surenchère gauchiste.

  • 4 Sur la question plus spécifique de l’autodéfense : Dorlin Elsa, Se défendre. Une philosophie de la (...)

3Un autre constat commun à plusieurs contributions est la distinction opérée entre une violence défensive (subie) et une violence offensive4. Pour ces militants, cette violence est un moyen stratégique, et non une fin en soi. Elle est donc conçue comme une réponse au sein d’un rapport de force entre leur mouvement et leurs ennemis politiques. La Ligue communiste impose par la force des distributions de tracts face à ceux qui tentent de les en empêcher ; les groupes autonomes légitiment leur violence à travers un discours sur la violence intrinsèque de leurs adversaires, les forces de l’ordre et l’État ; les anti-nucléaires ou les zadistes mettent en défense un territoire.

4Enfin, la question des modalités de sortie de la violence politique est riche en enseignements. L’accident lors d’un épisode violent peut affaiblir considérablement une organisation, à l’instar de l’organisation Vive la Révolution qui s’auto-dissout en 1971 après une manifestation lors de laquelle l’un de ses militants est défiguré par un tir à bout portant d’une grenade de CRS. La Ligue communiste est dissoute en 1973 après l’attaque particulièrement violente d’un meeting d'Ordre nouveau à la Mutualité. La violence politique en Bretagne décline après l’attaque en 2000 d’un McDonald’s ayant provoqué la mort d’une jeune femme. De même, la dureté de la répression par l’État émousse certaines mobilisations, ce qui est le cas de certains groupuscules nationalistes cités par Nicolas Lebourg, de la lutte anti-nucléaire à Golfech ou encore, bien que différent, du processus de démilitarisation des indépendantistes corses.

5Au total, l’originalité de ce travail est double. Premièrement, il territorialise l’analyse de la violence politique, permettant ainsi d’identifier les espaces conflictuels à travers une lecture multiscalaire du phénomène, de la rue à l’espace national. Lot classique des ouvrages collectifs, si certains auteurs spatialisent stricto-sensu la violence politique, d’autres concourent d’abord à penser plus largement la violence politique sans que la dimension territoriale ne ressorte comme le véritable fil conducteur de leur contribution.

  • 5 Berstein Serge, « Consensus politique et violences civiles dans la France du 20e siècle », Vingtièm (...)
  • 6 Zancarini-Fournel Michelle, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008, p. 253.

6Deuxièmement, il interroge sa temporalité en proposant une chronologie qui s’ouvre avec la fin de la guerre d’Algérie et qui se poursuit jusqu’à nos jours. La période adoptée permet ainsi de dépasser la seule décennie contestataire des années 1968, qui tend à masquer la violence politique postérieure mais également à occulter une large partie du spectre politique. Fanny Bugnon et Isabelle Lacroix soulignent en effet dans l’introduction que le « champ scientifique a survisibilisé la violence politique de la gauche radicale au détriment d’autres familles politiques en France, qui pourtant ont connu une apogée de leur violence bien au-delà de la période des années 1970 » (p. 21). Ainsi, l’ouvrage conduit à penser le temps des événements. À cette chronologie générale adoptée par les auteurs pourrait s’ajouter une réflexion sur les séquences internes à la période : l’année 1974 représente-t-elle une charnière du point de vue de la violence politique ? Entame-t-elle « une nouvelle période de consensus » ponctuée de « violences civiles sporadiques »5 ? Une séquence pacifiée ne s’ouvrirait-elle pas, pendant un temps, après l’élection présidentielle de 1981, « le temps de la délégation de la capacité d’agir » se substituant au temps de l’engagement militant6 ? Différentes contributions soulignent en effet combien l’alternance marque la fin de la violence pour un certain nombre de mouvements. Ainsi, la violence contre le nucléaire faiblit tandis que la contestation régionaliste bretonne et le mouvement autonome s’amenuisent un temps. À l’extrême droite, le GUD s’auto-dissout en 1981 avant de réapparaître sans retrouver son ancien activisme. Enfin, comment interpréter le processus à l’œuvre au sein de la gauche radicale, débuté dans les années 1990, qui réactive la violence militante des mouvements anti-nucléaire ou autonome ? S’il n’est peut-être pas possible, du fait justement de la pluralité de cette radicalité, d’en déduire des dynamiques générales sur le temps long, les auteurs ont la sagesse de ne pas tirer à partir de ces seules études de cas des conclusions définitives. Gageons que cette démarche, par les perspectives fécondes qu’elle ouvre, suscitera de nombreux autres travaux susceptibles d’enrichir notre compréhension de ce phénomène, y compris les mouvements violents les plus récents à l’instar du terrorisme djihadiste.

7Résolument pluridisciplinaire, ce travail collectif interroge également la difficulté d’étudier les marges, tant sur le plan archivistique (le manque d’archives ou leur difficile accessibilité pour cette période du très contemporain) qu’ethnographique (la méfiance des militants à l’égard des chercheurs). Les chapitres consacrés aux skinheads ou encore au mouvement autonome rappellent à cet égard la difficulté de mener un travail d’enquête sur le terrain, le chercheur étant « considéré ipso facto soit comme un ennemi au sens politique du terme, soit comme un membre des services de police » (p. 162). Pourtant, ces travaux montrent tout l’intérêt de réaliser une microsociologie des interactions violentes, permettant de dégager un sens à une violence spontanément présentée comme irrationnelle. À cet égard, la déconstruction du récit médiatique autour de la figure du « casseur » par Matthijs Gardenier, à partir de l’exemple du contre-sommet de l’OTAN de 2009 à Strasbourg, permet de resituer les mobiles politiques (l’anticapitalisme) de la violence des autonomes lors des mobilisations altermondialistes.

8Cet ouvrage est ainsi une étape supplémentaire comblant le retard de l'historiographie française dans ce domaine comparativement aux historiographies allemande et italienne. Il montre aussi que loin de toute analogie, les organisations françaises ne partagèrent pas, pour l’essentiel, la stratégie des organisations révolutionnaires comme la Fraction de l’armée rouge en Allemagne ou les Brigades rouges en Italie.

Haut de page

Notes

1 Audigier François, Girard Pascal (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve, 2011.

2 Audigier François (dir.), Histoire des services dordre en France du XIXe siècle à nos jours, Paris, Riveneuve Éditions, 2017 et Lebourg Nicolas, Sommier Isabelle, La violence des marges politiques des années 1980 à nos jours, Paris, Riveneuve Éditions, 2017.

3 Tilly Charles, La France conteste de 1600 à nos jours, Paris, Fayard, 1986.

4 Sur la question plus spécifique de l’autodéfense : Dorlin Elsa, Se défendre. Une philosophie de la violence, Paris, Zones, 2017. Compte rendu de Rocío Munguía Aguilar pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/24023.

5 Berstein Serge, « Consensus politique et violences civiles dans la France du 20e siècle », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n° 69, 2001, pp. 51-60.

6 Zancarini-Fournel Michelle, Le moment 68. Une histoire contestée, Paris, Le Seuil, 2008, p. 253.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Launay, « Fanny Bugnon, Isabelle Lacroix (dir.), Territoires de la violence politique en France de la fin de la guerre dAlgérie à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 mars 2018, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24443

Haut de page

Rédacteur

Maxime Launay

Doctorant en histoire contemporaine à Sorbonne Université, laboratoire SIRICE.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page