Navigation – Plan du site

Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires

Jean Zaganiaris
Le Mai 68 des écrivains
Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires, Paris, CNRS, coll. « Culture et société », 2018, 400 p., ISBN : 9782271081513.
Haut de page

Texte intégral

1De quelle façon un événement politique tel que Mai 68 a-t-il pu impacter sur la structuration du champ littéraire ? De quelle façon peut-on parler de la « rencontre » entre ce moment insurrectionnel singulier et les avant-gardes littéraires françaises ? Telles sont les interrogations de départ de l’ouvrage de Boris Gobille, portant à la fois sur la sociologie d’une crise politique et sur la sociologie du champ littéraire. Ce dernier comprend des « individus et des groupes socialement situés » au sein de ce microcosme social ainsi que des « principes de différenciation », des « hiérarchies de valeurs et de prestiges », « des luttes pour le monopole de la domination symbolique » (p. 9). C’est à partir de ces composantes, et de la façon dont elles sont reconfigurées par les événements de la crise politique de Mai 68, que Boris Gobille explore les pratiques sociales et discursives des avant-gardes luttant entre elles, notamment au niveau de leur entrée ou de leur position vis-à-vis de l’événement.

2Le parti-pris de départ est très stimulant. En effet, objectiver les agents du champs littéraire en considérant ces derniers comme des « écrivains », dont l’activité est « l’écriture » (p. 13), et non pas comme des « intellectuels », catégorie fourre-tout utilisée par nombre de commentateurs de Mai 68, a le mérite de vouloir rendre compte de la spécificité des pratiques sociales des avant-gardes et de leur radicalité esthétique dans les enjeux de lutte au sein du champ. Avec beaucoup de finesse, Boris Gobille décrit les stratégies conscientes ou inconscientes des écrivains, notamment ceux qui ont le sens du jeu et cultivent un certain « charisme » (au sens weberien du terme, avec toute la dimension prophétique que cela implique). Une attention particulière est portée aux logiques de constitution et de fonctionnement processuel des collectifs tels que l’Union des écrivains ou le Comité d’action étudiants-écrivains animé par Dionys Mascolo, Marguerite Duras ou Maurice Blanchot. Tout en prenant soin de rendre compte précisément du contexte de mai-juin 1968 dans lequel s’inscrivent les « répertoires d’investissement du politique », Boris Gobille focalise l’attention sur la mobilisation des capitaux symboliques et des circuits de légitimation, notamment ceux employés par les revues Tel Quel, orchestrée par Philippe Sollers, et Change, incarnée par la figure de Jean-Pierre Faye. L’auteur montre de quelle façon la radicalisation des événements remet en cause les modes d’action traditionnels des agents au sein du champ, notamment à travers les logiques « d’effacement du nom » (p. 33) auxquelles sont confrontées des personnalités telles qu’Aragon, et amène à des rapports de force parfois durs entre les différents types d’avant-gardes, d’un point de vue générationnel. Dans les passages consacrés à Tel Quel ou bien encore au Comité d’action étudiants-écrivain, on voit de quelle façon de nouvelles formes de légitimation se construisent dans le champ littéraire lors des situations de crise et d’insurrection, impulsant une reconfiguration de l’espace des positions, qui a perduré après la fin de l’événement. Pour ne prendre qu’un des nombreux exemples cités, la façon dont Duras déconstruit la frontière entre les « écrivains » et les « non-écrivains » illustre le refus d’ennoblir l’acte d’écriture et rejoint des slogans de dépersonnalisation de l’esthétique, mis au service de l’insurrection et accessible à tout le monde dans la rue (p. 168-169).

  • 1 Pollak Michael, Vienne 1900, une identité blessée, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1992.
  • 2 Heinich Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.
  • 3 Becker Howard S. et Pessin Alain, « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de (...)

3De longs passages sont consacrés à la reconstitution de la trajectoire biographique des écrivains, permettant de saisir non seulement les ressorts de l’action amenant à la création de collectifs mais aussi de déshomogénéiser les groupes antagonistes signataires des mêmes pétitions. Toutefois, le lecteur souhaitant découvrir de quelle façon les romans, nouvelles et autres textes littéraires auraient pu être objectivés dans cette objectivation des écrivains du champ littéraire restent sur sa faim. Pas un mot sur les textes littéraires de Duras, qui compte à son actif un ensemble de romans avant 1968 et qui a également publié Détruire dit-elle en 1969, dont le contenu n’est pas sans lien avec la spécificité de sa position « d’écrivaine » dans le champ en mai-juin 1968. Pas un mot non plus sur les textes littéraires de Sollers, qui ne publia d’ailleurs aucun roman entre 1966 et 1972 mais est néanmoins présenté comme un écrivain. Peut-être l’important ne se trouve pas seulement dans les enjeux de lutte entre Philippe Sollers, moins doté en capitaux symboliques de diplomation (mais néanmoins lauréat du prix Médicis en 1961), et l’universitaire Jean-Pierre Faye, avec qui il est en rivalité par revues interposées pour occuper telle ou telle position dans le champ littéraire, mais aussi dans la reconstitution de l’habitus proprement littéraire de ces « écrivains », dont on ne voit finalement pas vraiment ce qui les distingue d’autres intellectuels. Sur ce point, les travaux de Michael Pollak1 sur l’identité blessée des écrivains évoluant à Vienne au début du vingtième siècle ainsi que l’apport de Nathalie Heinich2, étrangement absente des références bibliographiques, auraient pu permettre d’ancrer l’imposant travail de conceptualisation dans la complexité des réalités empiriques. Il ne suffit pas de citer « la théorie de la littérature et du langage » comme « socle de la prééminence avant-gardiste » de la revue Tel Quel pour affirmer que c’est bien « en tant que groupe d’écrivains déjà constitué qu’ils prennent position dans et sur l’événement » (p. 155). C’est aussi par une objectivation du rapport esthétique à la littérature, notamment en restituant les contenus des œuvres littéraires ou les discours des écrivains parlant dans le contexte de la fin des années 1960 de leur rapport à la littérature, que l’on peut également objectiver la spécificité des positions des écrivains dans ce que Howard Becker appelle « des mondes de l’art »3, où tout ne se résume d’ailleurs pas forcément à des rapports de force et des enjeux de lutte entre les individus ou les groupes.

Haut de page

Notes

1 Pollak Michael, Vienne 1900, une identité blessée, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1992.

2 Heinich Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.

3 Becker Howard S. et Pessin Alain, « Dialogue sur les notions de Monde et de Champ », Sociologie de l’Art, n° 8, 2006, p. 163-180, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-sociologie-de-l-art-2006-1-page-163.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Zaganiaris, « Boris Gobille, Le Mai 68 des écrivains. Crise politique et avant-gardes littéraires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24468

Haut de page

Rédacteur

Jean Zaganiaris

Enseignant-chercheur, EGE Rabat, Université polytechnique Mohammed VI.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page