Navigation – Plan du site

Julie d’Audurain et Cloé Drieu (dir.), « Par-delà le théâtre européen de 14-18. L’autre Grande Guerre dans les mondes méditerranéen et musulman », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°141, 2017

Jean-David Richaud
Par-delà le théâtre européen de 14-18
Julie d'Andurain, Cloé Drieu (dir.), « Par-delà le théâtre européen de 14-18. L'autre Grande Guerre dans les mondes méditerranéen et musulman », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°141, 2017, 320 p., Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, ISBN : 9791032001141.
Haut de page

Texte intégral

1Le prochain centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale clôturera quatre années de commémorations des évènements de la Grande Guerre qui furent l’occasion de multiples travaux. Ces colloques et publications permirent notamment de s’intéresser au conflit au-delà du théâtre européen et d’étudier la dimension mondiale de la guerre. C’est dans cette veine que s’inscrit ce numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée de 2017.

2Le dossier de la revue consacré à la guerre dans les mondes musulmans souhaite, selon les mots de ses coordinateurs, étudier les différents espaces confrontés au conflit, interroger les bornes chronologiques retenues pour définir la Première Guerre mondiale et se pencher sur le rôle de l’islam dans ces territoires en temps de guerre. Il est composé d’une introduction suivie de onze articles. À cela, il faut ajouter quatre recensions d’ouvrages en rapport avec le dossier et la présentation de quatre sites de ressources sur la Première Guerre mondiale.

  • 1 Les accords dits « Sykes-Picot » sont des accords franco-britanniques qui répartissent les territoi (...)

3L’une des particularités des mondes musulmans pendant la Première Guerre mondiale est d’être majoritairement composés de territoires colonisés ou sujets à l’appétit colonial des grandes puissances européennes. L’imbrication des ambitions coloniales italiennes et de la Grande Guerre est ainsi bien mise en valeur par deux articles. Le premier, de Renaud Dorlhiac et Fabrice Jesné, s’intéresse à la gestion de l’Albanie par l’Italie, alors que le territoire est convoité par la France et la Grèce. Les auteurs montrent que l’Italie cherche à s’implanter en s’appuyant sur des communautés locales, notamment musulmanes, n’ayant pas les moyens de s’imposer autrement. Cet exemple contraste avec le cas très intéressant de la Libye, étudié par François Dumasy, qui insiste sur la manière dont le conflit influence les capacités italiennes à coloniser un territoire en perpétuelle rébellion. Alors que la Libye n’est pas pacifiée lors de l’entrée en guerre, les Italiens doivent rapatrier la majorité des troupes et laissent sur place un faible contingent chargé de défendre quelques villes littorales. L’article s’intéresse également à la tentative avortée d’utiliser des Libyens sur le front européen, illustrant la complexité des relations entre colonisateurs et colonisés. En effet, malgré les demandes répétées faites par l’état-major italien qui réclame l’envoi d’un contingent libyen en Europe, le gouvernement empêche une telle initiative. Le gouvernement italien refuse de se résoudre à utiliser une population colonisée, jugée inférieure, et à la valoriser au cours du conflit mondial. Julie d’Andurain revient, quant à elle, sur la construction de la Syrie par les puissances européennes entre 1912 et 1923. Elle étudie les différentes manières de concevoir le territoire syrien sur un temps relativement long en mettant en avant les acteurs en Europe et au Moyen Orient – au-delà de Sykes et Georges-Picot1 – qui ont participé à la création de la Syrie. La Russie a également utilisé certains territoires coloniaux durant la guerre comme le montre Cloé Drieu, notamment le Turkestan. La mise à contribution de cet espace a mené aux révoltes de Jizzakh en 1916 qui sont un soulèvement des populations musulmanes pour protester contre une levée d’hommes pendant le Ramadan. Le mouvement est réprimé par les Russes en deux semaines ; ils chassent les révoltés, arrêtent les meneurs qui sont condamnés à mort ou envoyés en camps et confisquent plus de 1 000 km² de terres au profit de colons russes. Enfin, Elena Chiti, en travaillant sur les productions littéraires alexandrines, souligne le poids des interventions coloniales (Angleterre en Égypte et Italie en Libye) vues par les habitants d’Alexandrie. Le nombre important d’études sur des terra incognita dans l’historiographie de langues anglaise et française (Albanie, Asie centrale, Libye) est à souligner, même si l’absence des colonies françaises d’Afrique du Nord est regrettable.

4 Ce dossier présente non seulement l’intérêt d’étudier des espaces méconnus, mais aussi des sources encore sous-exploitées. Ainsi, Falestin Naïli-Shehadeh propose d’étudier les répercussions de la guerre sur la capitale de la Palestine en se penchant sur les archives de la municipalité ottomane de Jérusalem complétées par les témoignages de l’employé municipal Wâsif Jawharîyya (1897-1912) ou du conscrit Ihsân Turjmân (1893-1917). Elle montre les difficultés de la municipalité à faire face aux conséquences de la guerre (famines, loi martiale, difficultés économiques). Danielle Ross s’intéresse quant à elle au journal Suyumbika qui était destiné aux populations musulmanes russes et qui témoigne d’une évolution de l’image de la femme musulmane en temps de guerre préparant le changement de son statut pendant la période révolutionnaire.

5 Parler de guerre dans les mondes « musulmans » implique de s’intéresser à la dimension confessionnelle des acteurs du conflit sur ce théâtre extra-européen. La Première Guerre mondiale est d’autant plus intéressante de ce point de vue que les puissances de la Triple Alliance (Allemagne et Empire ottoman) ont cherché à se servir du levier religieux pour combattre la Triple Entente. En effet, Guillaume II souhaitait organiser un soulèvement des populations musulmanes dans les empires coloniaux français et anglais. L’entrée en guerre des Ottomans en 1914 est d’ailleurs suivie d’un appel au jihâd contre l’Entente par le sultan ottoman qui agissait en sa qualité de calife et de chef des musulmans. Le « Jihad made in Germany » fut craint par les autorités franco-britanniques et les Allemands tentèrent effectivement de soulever les musulmans colonisés mais il resta sans effet. Guillemette Crouzet s’intéresse ainsi aux manœuvres allemandes visant à soustraire le golfe Persique à l’emprise britannique, et à l’échec de ces projets. Cependant, si le « Jihad made in Germany » ne parvient pas à toucher les populations musulmanes des pays de l’Entente, la dimension confessionnelle de certains acteurs reste un élément important pour ces territoires. Salavat Iskhakov cherche ainsi à étudier les conséquences de la Grande Guerre sur les populations musulmanes tatares et bashkir de l’Empire russe. L’article montre comment les différents conflits entre 1904 et 1917 affectent ces populations et comment la chute du Tsar amène les anciens soldats à vouloir défendre leur identité musulmane dans une Russie en pleine recomposition. De son côté, Taline Papazian travaille sur les efforts de la communauté arménienne pour constituer un corps militaire, la légion d’Orient, afin d’aider les forces européennes contre les Ottomans en échange de l’obtention d’une Arménie indépendante ou sous protection occidentale à la fin de la guerre. Cette contribution a, en outre, le mérite d’illustrer une négociation entre des puissances occidentales et une nation non-souveraine.

  • 2 Le Comité Union et Progrès est l’organe politique des Jeunes Turcs qui prennent le pouvoir dans l’E (...)
  • 3 Signé en 1923, il doit corriger le traité de Sèvres de 1920 qui sanctionnait la défaite ottomane. L (...)

6 La dernière dimension mise en lumière par ce dossier est la question des bornes chronologiques. Alors que nos célébrations et commémorations mettent en avant les traditionnelles bornes 1914-1918, ce numéro renforce l’idée déjà avancée par des historiens comme Mustafa Aksakal ou Nadine Picaudou d’une Grande Guerre qui se serait étendue sur une dizaine d’années, du début des années 1910 au début des années 1920. Ainsi, la question de la Syrie, née de la Première Guerre mondiale, se pose dès 1912 et n’est définitivement réglée qu’en 1923 comme le souligne Julie d’Andurain. Salavat Iskhakov souligne les éléments de continuité entre la guerre russo-japonaise et la Grande Guerre dans la constitution de revendications tatares et bashkires. Elena Chiti suggère que l’état de guerre s’impose dans les esprits d’Alexandrie dès 1911. Quant à Fuat Dündar, il cherche à déterminer un critère qui marquerait la fin du premier conflit mondial du point de vue turc. Cela est d’autant plus compliqué à définir en Turquie qu’il y a une continuité politique entre le Comité Union et Progrès et les kémalistes2. Si le traité de Lausanne3 est la date traditionnellement retenue, il fait remarquer que les conflits frontaliers liés à la guerre ne sont définitivement tranchés qu’en 1939 avec la résolution de la question d’Alexandrette.

7 Ce dossier montre ainsi la variété des études et des approches possibles sur le premier conflit mondial dans des territoires extra-européens. Toutefois, s’il présente des études de cas originales – et pour certaines très intéressantes –, on peut regretter l’absence d’article qui réfléchisse plus en profondeur sur les thèmes présentés comme centraux par les directrices du dossier. Ainsi, la question du jihâd ou de l’implication des autorités religieuses pendant la guerre est en réalité peu abordée. De plus, on peut regretter que la question de la définition de ces « mondes musulmans et méditerranéens » ne soit pas faite (l’absence de l’Afrique du Nord française, de l’Irak et de la péninsule arabique est d’ailleurs problématique). En outre, la question de la définition des bornes chronologiques d’un conflit armé n’est pas vraiment traitée : chaque contribution retient des dates sans les justifier. La lecture de l’ensemble du dossier laisse le lecteur sur l’idée que l’on peut parler de Première Guerre mondiale à partir de 1904 et ce jusqu’en 1939. De telles bornes paraissent a priori très larges et il aurait été intéressant que le numéro approfondisse cette question. Enfin, on peut regretter l’absence de réflexion sur les rapports entre le conflit européen et ces territoires (à l’exception notable de l’article de François Dumasy) ou sur les spécificités des opérations militaires dans ces régions : au regard du titre du dossier, cela apparaît d’ailleurs quelque peu paradoxal.

Haut de page

Notes

1 Les accords dits « Sykes-Picot » sont des accords franco-britanniques qui répartissent les territoires ottomans du Moyen Orient entre la France et la Grande-Bretagne. Négociés entre 1915 et 1916, ils sont signés en 1916 ; ils prévoient que la France protège la Syrie et le Liban tout en administrant directement la Cilicie quand le Royaume-Uni obtient la Palestine, la Jordanie, l’Irak et le Koweït. Jérusalem devait passer sous une administration internationale.

2 Le Comité Union et Progrès est l’organe politique des Jeunes Turcs qui prennent le pouvoir dans l’Empire en 1909. Ils mènent la politique ottomane jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale. La signature de l’armistice avec l’Entente en 1918 entraîne le départ du général Mustapha Kemal qui rejette l’idée d’une paix aussi désavantageuse et décide de continuer la guerre contre Istanbul et les Européens depuis l’Anatolie. Les kémalistes s’imposent à partir de 1923 avec la déposition du sultan, le départ des Franco-britanniques et l’instauration de la République de Turquie.

3 Signé en 1923, il doit corriger le traité de Sèvres de 1920 qui sanctionnait la défaite ottomane. Le traité de Lausanne reconnait la République kémaliste et prévoit des frontières turques plus favorables à Ankara : le Kurdistan, l’Arménie et la Cilicie repassent notamment sous contrôle turc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-David Richaud, « Julie d’Audurain et Cloé Drieu (dir.), « Par-delà le théâtre européen de 14-18. L’autre Grande Guerre dans les mondes méditerranéen et musulman », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, n°141, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 25 mars 2018, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24475

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page