Navigation – Plan du site

Marie Peretti-Ndiaye, Helene Quashie et Liza Terrazzoni (dir.), « Entre migrations et mobilités : itinéraires contemporains », Émulations, n° 17, 2016

Annabelle Ponsin
Entre migrations et mobilités : itinéraires contemporains
Marie Peretti-Ndiaye, Hélène Quashie, Liza Terrazzoni (dir.), « Entre migrations et mobilités : itinéraires contemporains », Émulations, n° 17, 2016, 130 p., Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875585509.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stephen Castles, Mark Miller, The Age of migration. International Population Movements in the Moder (...)
  • 2 Nina Glick Schiller, Lysa Basch, Cristina Blanc-Szanton, Towards a Transnational Perspective in Mig (...)

1Marquée par un rapport ambivalent aux frontières, la migration ne cesse de se déployer, sous diverses formes, dans différents contextes, avec de multiples enjeux1. Dans un souci de justesse épistémologique, ce dossier se propose de puiser dans la variété des trajectoires de mobilité pour réinterroger les légitimités, les figures et les itinéraires des migrations contemporaines. Conformément à la ligne éditoriale de la revue Émulations, ce sont les travaux de jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, docteur.e.s, post-doctorant.e.s) qui sont mis en avant, leurs contributions venant discuter les théories classiques de la migration afin de ne plus la penser au travers d’un mythe binaire et unilatéral, qui oppose départ et arrivée ou qui les nient dans un transnationalisme fluide2. Ce dossier offre alors une introduction pertinente aux débats actuels, tant pour se positionner dans les théories que pour poser un regard affiné sur ces réalités empiriques nécessairement complexes.

  • 3 James Anderson, Liam O’Dowd, Thomas Wilson, New borders for a changing Europe: cross-border coopera (...)
  • 4 William Lacy Swing, « The Mediterranean challenge within a world of humanitarian crises », Forced M (...)

2En posant l’ambiguïté de l’ouverture et de la fermeture simultanées des frontières3, ce dossier tente de souligner l’apport des sciences sociales dans les enjeux migratoires. À l’instar de Swing, les auteur.e.s souhaitent « déconstruire les narrations contemporaines de l’immigration »4. Ils et elles rendent compte des outils conceptuels et méthodologiques émergents et viennent ainsi interroger les liens entre migration et mobilité. Leurs contributions permettent de mieux comprendre les manières dont « migrations et mobilités se rencontrent dans des expériences sociales » à la fois singulières et nodales (Lisa Terrazzoni, Marie Peretti-Ndiaye, Helene Quashie, p. 14).

3Pour déconstruire ces perspectives anciennes et tenaces, le dossier ne cible pas, de manière prédéterminée, des terrains ou des trajectoires spécifiques et localisés. Il met en exergue une pluralité de vécus, habituellement « discrets » dans les sciences sociales, et adopte pour ce faire une organisation en deux axes. Les premiers articles soulignent les expériences sociales de la migration en accordant une place centrale aux acteurs ainsi qu’aux usages et au sens qu’ils donnent à leur migration (Clio Chaveneau, Aurore Flipo, Karine Lamarche et Arthur Pacalet). Les contributions de la seconde partie questionnent la place des mobilités dans les itinéraires migratoires (Marwa El Chab, Delphine Prunier, Claire Vincent-Mory). Notons qu’il s’agit ici de migrations « plus ou moins libres », volontaires ou accessibles, compte tenu du statut du migrant et des positions politiques de son pays d’origine.

  • 5 C’est-à-dire qu’elles ne vont pas nécessairement dans le sens d’une assimilation progressive et déc (...)

4Nous suivons dès lors cinq types de trajectoires atypiques : des mobilités non linéaires5 allant du nord vers le sud de l’Europe (Clio Chaveneau, Claire Vincent-Mory) ou bien de l’est à l’ouest (Aurore Flipo), d’autres orientées du rural local à l’urbain international (Delphine Prunier, Marwa El Chab), des « retours » au pays (Clare Vincent-Mory) et encore des mobilités « à rebours » de l’histoire, dont les dynamiques inversent les tendances démographiques (Karine Lamarche et Arthur Pacalet).

5Ces itinéraires semblent prendre le contrepied des migrations conventionnelles ou attendues, et viennent mettre en lumière nos aprioris tant théoriques qu’épistémologiques. L’approche permet notamment d’appréhender les articulations macro et microsociologique des migrations et de penser véritablement ce qui s’y joue, tant d’un point de vue subjectif qu’en termes socio-historiques. L’articulation des échelles de compréhension, à l’instar des premiers travaux interactionnistes de l’école de Chicago, permet alors de saisir l’évolution et les enjeux des processus de migration. C’est en ce sens que l’analyse des expériences et des parcours de vie semble la plus déterminante pour comprendre les parcours sociaux. Elle met en relief, in fine, le fil conducteur général du numéro, qui lie les mobilités internationales et les mobilités sociales.

6Lisa Terrazzoni, Marie Peretti-Ndiaye et Helene Quashie se positionnent à la jonction des paradigmes classiques de l’intégration, du transnationalisme et de la circulation. Elles les mettent à l’épreuve et les questionnent, pour ne pas « substituer la mobilité à la migration » mais les penser ensemble, en développant un regard complexe, « inscrit dans le temps » : « La migration n’entraine ni exclusivement la sédentarité ni exclusivement la circulation ; au sein d’une même expérience de mobilité transfrontalière, l’individu peut s’inscrire un temps dans la circulation, un temps dans l’installation et/ou basculer entre divers statuts » (p. 13).

  • 6 Voir en ce sens Nancy L. Green, Roger Waldinger, A century of transnationalism. Immigrants and Thei (...)

7La discussion sort de l’expérience pour se poursuivre par un débat autour des limites du concept de transnationalisme, mené auprès de Roger Waldinger, professeur de sociologie à l’université de Los Angeles. La notion de transnationalisme serait née à New York, en réaction à l’assimilationnisme des années 1990. Waldinger invite à l’historiser pour l’appréhender avec plus de précision et saisir ses failles dans la compréhension des parcours migratoires6. En outre, il amène à discuter les rapports plurilatéraux entre frontières, États-nations et trajectoire des migrants.

  • 7 À ce propos, voir Abdelmalek Sayad, La double absence, des illusions de l’émigré aux souffrances de (...)
  • 8 Michel De Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio essa (...)
  • 9 Alain Bourdin, « Les mobilités et le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de sociol (...)

8Le dossier offre ainsi un diaporama diversifié et non consensuel des enjeux migratoires contemporains. Il permet de repenser dans leurs contextes historiques et sociologiques des notions telles que la migration, la mobilité, l’ancrage, le transnationalisme et l’intégration, afin de faire ressortir leurs pertinences heuristiques. Ce faisant, il sort de l’ombre certaines perspectives émergentes, que montrent les « trajectoires atypiques ». Il encourage à réfléchir ces flux sous d’autres angles que ceux de la contrainte, de la souffrance, de la vulnérabilité7 et de l’unilatéralité (le départ et l’arrivée). Et il se concentre sur la part d’appropriation d’usages et d’action des migrants8, ainsi que sur leur pluralité. Aussi, il remet ces flux dans leurs contextes propres et permet une lecture croisée des migrations (des expériences et des parcours sociaux). Ceci invite dès lors à saisir les motifs et les modalités de ces flux avec plus de finesse, pour « observer la manière dont les projets et les expériences se recomposent » et complexifier l’opposition classique entre « migrants utilitaristes » et « mobiles cosmopolites » (Lisa Terrazzoni, Marie Peretti-Ndiaye, Helene Quashie, p. 13). Nous apprécions dans ce recueil l’effort de synthétisation et de compilation d’articles qui rend possible une compréhension de la migration comme clé de voute ou « analyseur du social »9. Nous regrettons cependant le degré inégal de théorisation et de mise en contexte des différents articles. Il demeure que ce dossier ouvre des perspectives riches, en s’inscrivant avec acuité dans les champs des sciences sociales de la migration.

Haut de page

Notes

1 Stephen Castles, Mark Miller, The Age of migration. International Population Movements in the Modern World, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2009 [1993].

2 Nina Glick Schiller, Lysa Basch, Cristina Blanc-Szanton, Towards a Transnational Perspective in Migration: Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, New York, New York Academy of sciences, 1992 ; Mirna Safi, « Penser l’intégration des immigrés : les enseignements de la sociologie américaine », Sociologie, vol. 2, n° 2, 2011, p. 149-164.

3 James Anderson, Liam O’Dowd, Thomas Wilson, New borders for a changing Europe: cross-border cooperation and governance, Londres, Routledge, 2003.

4 William Lacy Swing, « The Mediterranean challenge within a world of humanitarian crises », Forced Migration Review, n° 51, 2016, p. 14-16.

5 C’est-à-dire qu’elles ne vont pas nécessairement dans le sens d’une assimilation progressive et décisive dans le « pays d’accueil ».

6 Voir en ce sens Nancy L. Green, Roger Waldinger, A century of transnationalism. Immigrants and Their Homeland Connections, Champaign, University of Illinois Press, 2016.

7 À ce propos, voir Abdelmalek Sayad, La double absence, des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Paris, Éditions du Seuil, 1999 ; René Gallissot, « Immigré/Immigrant », Pluriel Recherches, n° 1, 1993, p. 65-68 ; Claude Liauzy, « Immigration, colonisation et racisme : pour une histoire liée », Hommes et Migrations, n° 1228,  2000, p. 5-14.

8 Michel De Certeau, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 1990 ; Vincent Kaufmann, Les paradoxes de la mobilité : bouger, s’enraciner, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2008.

9 Alain Bourdin, « Les mobilités et le programme de la sociologie », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 118, n° 1, 2005, p. 5-21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annabelle Ponsin, « Marie Peretti-Ndiaye, Helene Quashie et Liza Terrazzoni (dir.), « Entre migrations et mobilités : itinéraires contemporains », Émulations, n° 17, 2016 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24498

Haut de page

Rédacteur

Annabelle Ponsin

Doctorante en sociologie à UQAM, Annabelle Ponsin travaille sur le rapport à l’espace de familles migrantes à Montréal. Dans une approche ethnographie, elle cherche à comprendre ce que les carrières professionnelles mobiles des parents modèlent comme formes de subjectivité, de conjugalité et de famille et, corolairement, ce que ces modes d’habiter expriment de nos villes globales contemporaines.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page