Navigation – Plan du site

Christian Laval, Foucault, Bourdieu et la question néolibérale

Nathanaël Colin-Jaeger
Foucault, Bourdieu et la question néolibérale
Christian Laval, Foucault, Bourdieu et la question néolibérale, Paris, La Découverte, 2018, 264 p., ISBN : 978-2-7071-9869-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple Audier Serge, Néolibéralisme(s), une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2 (...)
  • 2 Foucault Michel, La naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gal (...)
  • 3 Bourdieu Pierre, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998. Dans ce texte B (...)
  • 4 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2009.

1Foucault et Bourdieu ont souvent été opposés sur la question néolibérale1. Alors que le premier aurait défini le néolibéralisme comme une nouvelle forme d’intervention étatique visant à établir des politiques de société2, le second aurait au contraire pointé dans le néolibéralisme le retrait de l’État, l’extension de la logique marchande et le retour à un libéralisme du laisser-faire endossé par la théorie économique néo-classique3. De plus, il est particulièrement notable que ces deux auteurs ne se citent jamais sur cette question. Ce nouvel ouvrage de Christian Laval, faisant suite à une série de travaux portant sur la question néolibérale, notamment avec Pierre Dardot4, prétend offrir une lecture de ces deux auteurs permettant d’en penser la complémentarité. Le projet de l’ouvrage est ambitieux et dénote une certaine ouverture par rapport aux travaux précédents de l’auteur sur le néolibéralisme, comme La nouvelle raison du monde, qui s’appuyaient essentiellement sur la référence foucaldienne. Néanmoins le propos ne se targue pas d’établir une théorie systématique du néolibéralisme : l’auteur admet ainsi dès les premières pages que les œuvres de Foucault et de Bourdieu sont avant tout caractérisées par leur inachèvement, et donc qu’il ne faut pas en « fétichiser » les analyses (p. 9).

2Les différences entre les deux approches sont moins le fruit d’une incompatibilité théorique que d’un contexte historique différent selon Christian Laval. Alors que Foucault traite du néolibéralisme en 1979, au début de l’histoire du néolibéralisme, Bourdieu en fait son objet de recherche dans les années 1990, lorsque ce mode de gouvernement est arrivé à maturité. Laval exprime ainsi que les deux auteurs ont décrit une double nature du néolibéralisme, à la fois comme gouvernementalité et comme mode de domination. Cette gouvernementalité est décrite par Foucault comme un mode de « conduite des conduites » et comme une production de subjectivités propres à s’adapter à leur environnement concurrentiel tandis que Bourdieu la décrit comme un mode de domination exercée par les classes supérieures. L’objectif du livre est « de savoir comment penser à une double échelle, micro et macro, l’articulation des techniques gouvernementales de “conduite des conduites” et du système de domination désormais enkysté à un niveau mondial » (p. 20). Cette articulation est ainsi ce qui permet de relier les deux auteurs pour produire plus qu’une superposition des analyses et des critiques formulées par Foucault et Bourdieu sur la question néolibérale. La thèse de l’ouvrage est ainsi énoncée clairement, non seulement établir les théories du néolibéralisme qu’on trouve chez les deux auteurs, mais surtout en montrer la compatibilité pour enrichir notre compréhension actuelle de ce phénomène.

  • 5 Taylan Ferhat, Mésopolitique. Connaître, théoriser et gouverner les milieux de vie (1750-1900), Par (...)

3La première partie de l’ouvrage offre une synthèse, assez remarquable de clarté et de précision, de la position foucaldienne sur le néolibéralisme. Ceux qui ont lu La nouvelle raison du monde retrouveront nombre d’éléments développés dans cet ouvrage, notamment sur la définition du néolibéralisme comme un mode d’intervention libéral, c’est-à-dire plus spécifiquement un interventionnisme juridique et social visant à construire le marché et produire des individus qui lui sont adaptés. La réelle nouveauté de cette partie sur Foucault apparaît par la suite. Laval s’appuie pour ce faire sur la littérature récente consacrée à cet auteur5. C’est la notion de milieu, héritée de Canguilhem, qui constitue la nouveauté ; elle permet d’expliciter la gouvernementalité néolibérale comme un « gouvernement par le milieu » (p. 66), qui s’exerce par la structuration de l’environnement d’autrui. Le milieu néolibéral ayant pour spécificité d’être un marché, il amène donc les individus à s’adapter à cet environnement compétitif. La logique néolibérale consiste donc à encadrer le monde social pour le faire correspondre au marché ; du gouvernement par le milieu, on passe ainsi au gouvernement par le marché. C’est donc la fabrique et la production des hommes économiques que cette notion de milieu permet d’éclaircir. On saisit mieux l’approche foucaldienne et comment la subjectivation opère dans le néolibéralisme, à travers le processus de normes configurant un milieu qui lui-même produit des sujets.

  • 6 Notamment Bourdieu Pierre, Anthropologie économique, cours au Collège de France 1992-1993, Paris, S (...)
  • 7 Christian Laval développe également plusieurs éléments qui intéresseront ceux qui sont intéressés p (...)
  • 8 À partir d’une relecture de Boltanski Luc et Bourdieu Pierre, « La production de l’idéologie domina (...)

4Au-delà de la reconstruction assez fine, et informée des parutions récentes6, du système d’analyse bourdieusien, passant par les différentes notions centrales comme celles de champ, de symbolique, d’habitus ou de capital, l’intérêt majeur7 de la partie consacrée à Bourdieu est de complexifier la position de cet auteur, souvent perçue comme typique des critiques altermondialistes du néolibéralisme. Christian Laval montre comment l’approche du sociologue pense le processus de production d’une idéologie dominante à travers une analyse des transformations sociales dans la sociologie des élites8. À partir de là, on voit que la position de Bourdieu ne peut se réduire au discours stéréotypé sur le néolibéralisme, qui se caractérise par une compréhension que Laval qualifie de simpliste, à savoir comme une réactualisation du laisser-faire fondé sur la pensée d’Adam Smith, une extension de la logique marchande à toutes les sphères sociales et un retrait de l’État des affaires économiques. Laval montre qu’on trouve pensé chez Bourdieu le rôle de l’action publique dans la construction des marchés – illustré par exemple dans Les structures sociales de l’économie pour le marché des maisons individuelles –, et non simplement un retrait de l’État au profit de la logique marchande. L’État est alors celui qui légitime le discours économique avec des experts, des commissions, des haut-fonctionnaires, eux-mêmes conquis par l’idéologie dominante. Le gain central de cette analyse est bien de montrer qu’il y a chez Bourdieu l’idée d’une construction publique de l’ordre du marché, et de son extension aux domaines qui y échappaient comme la santé et l’éducation. Sur ce point, Bourdieu rejoint bien Foucault. Le néolibéralisme se caractérise ainsi par la prééminence de la « main droite » de l’État, c’est-à-dire des hauts fonctionnaires, notamment de la Cour des Comptes, qui ont en vue la rationalisation de la fonction publique, au détriment de sa « main gauche », c’est-à-dire des petits fonctionnaires, notamment des secteurs de l’éducation, de la santé et des services sociaux. Laval montre bien que l’approche bourdieusienne ne peut se réduire à la proposition stéréotypée d’un retrait de l’État ou d’une offensive de l’économie néo-classique.

5Si les lectures proposées par Laval sur les deux auteurs nous paraissent riches et pertinentes, le plan de l’ouvrage, accordant une partie à Foucault et une autre à Bourdieu, sans les faire réellement dialoguer, ne réussit pas pleinement à faire percevoir la complémentarité générale des deux approches. Deux points, relativement consensuels, apparaissent ainsi à la fin : d’une part l’accord entre Bourdieu et Foucault sur le fait qu’il y a une production historique de l’homme économique ; d’autre part le fait que tous deux voient le néolibéralisme comme « une forme politique défiant la “gauche” et imposant de repenser entièrement la critique de l’ordre existant » (p. 252). Or, ces deux points sont insuffisants pour proposer une lecture commune, ou du moins compatible, du néolibéralisme. On aurait ainsi pu attendre des analyses supplémentaires de l’auteur, à partir de ces deux discours, pour prendre en compte les apports des deux théories présentées, qui apparaissent encore au lecteur comme deux blocs monolithiques traités pour eux-mêmes. Il est ainsi remarquable que Laval, qui se proposait de produire, à partir de Foucault et Bourdieu – et non de l’un puis de l’autre – une analyse du processus de subjectivation liant le niveau macro – celui des techniques gouvernementales et du système de domination – et le niveau micro – celui des sujets néolibéraux –, ne développe pas l’articulation de ces deux positions après les avoir présentées longuement dans les deux parties du livre. Le dialogue est ainsi amorcé mais loin d’être terminé.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Audier Serge, Néolibéralisme(s), une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset, 2012. L’auteur établit une typologie des approches sur le néolibéralisme dans l’introduction de son livre, et distingue assez nettement l’approche foucaldienne de l’approche bourdieusienne.

2 Foucault Michel, La naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France, 1978-1979, Paris, Gallimard, 2004.

3 Bourdieu Pierre, « L’essence du néolibéralisme », Le Monde diplomatique, mars 1998. Dans ce texte Bourdieu assimile bien néolibéralisme et impérialisme de la théorie néoclassique tendant à imposer son modèle mathématique à tous les aspects du monde social.

4 Dardot Pierre et Laval Christian, La nouvelle raison du monde, Paris, La Découverte, 2009.

5 Taylan Ferhat, Mésopolitique. Connaître, théoriser et gouverner les milieux de vie (1750-1900), Paris, Éditions de la Sorbonne (à paraître en 2018), est la référence mobilisée par Christian Laval pour développer ce qui suit.

6 Notamment Bourdieu Pierre, Anthropologie économique, cours au Collège de France 1992-1993, Paris, Seuil et Raisons d’agir, 2017 ; notre compte rendu pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/24200.

7 Christian Laval développe également plusieurs éléments qui intéresseront ceux qui sont intéressés par une compréhension générale de la trajectoire intellectuelle de Bourdieu.

8 À partir d’une relecture de Boltanski Luc et Bourdieu Pierre, « La production de l’idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2, n° 2, 1976, p. 3-73.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathanaël Colin-Jaeger, « Christian Laval, Foucault, Bourdieu et la question néolibérale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24501

Haut de page

Rédacteur

Nathanaël Colin-Jaeger

Doctorant en philosophie à l’ENS de Lyon, laboratoire Triangle, en thèse sur les anthropologies économiques du néolibéralisme.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page