Navigation – Plan du site

Leïla Frouillou, Ségrégation universitaires en Île-de-France. Inégalités d’accès et trajectoires étudiantes

Caroline Clair
Ségrégations universitaires en Île-de-France
Leïla Frouillou, Ségrégations universitaires en Île-de-France. Inégalités d'accès et trajectoires étudiantes, Paris, La Documentation Française, coll. « Études & recherches de l'Observatoire national de la vie étudiante », 2017, 207 p., ISBN : 978-2-11-145253-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteure a obtenu le 1er prix de l’Observatoire national de la vie étudiante en 2016 pour sa thèse (...)

1L’ouvrage de Leïla Frouillou1 analyse les logiques de ségrégation qui existent dans le recrutement des étudiants au sein des seize universités franciliennes. Sa démarche consiste à « mettre en évidence les mécanismes à l’œuvre dans les différenciations de publics, ces dernières n’étant pas définies en elles-mêmes comme des inégalités, mais comme le constat d’une concentration d’étudiants défavorisés dans certaines universités. L’enjeu n’est pas tant de mesurer les inégalités dans une perspective de justice sociale ou spatiale que de comprendre les mécanismes à l’œuvre dans les différenciations de publics étudiants entre universités » (p. 14). Leïla Frouillou définit la ségrégation universitaire comme « la mesure d’écarts sociaux, scolaires, ethniques ou démographiques de publics étudiants, écarts résultant en partie d’une mise à distance institutionnelle (sectorisation, sélection) et d’inégalités d’accès liés à des enjeux de mobilité (accessibilité en transports) comme de représentation de l’espace des possibles universitaires » (p. 14). Trois grandes parties structurent implicitement l’ouvrage : la première est centrée sur la construction de l’objet « ségrégation universitaire », du point de vue théorique, méthodologique et empirique (chapitres 1 et 2). La deuxième partie porte sur les mécanismes institutionnels et politiques des logiques de ségrégation (étude des stratégies différentes de communication adoptées par les universités et des effets des systèmes d’affectation). La dernière partie se concentre davantage sur le point de vue des étudiants (chapitres 5 et 6).

  • 2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, Les héritiers, Paris, Éd. de Minuit, 1964 ; Pierre Bourdieu, (...)
  • 3 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », in La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, 1993.

2Le premier chapitre débute par une revue de la littérature et, plus précisément, par un rappel des principaux apports des analyses de Pierre Bourdieu et de Jean-Claude Passeron, les auteurs des ouvrages Les héritiers (1964) et La Reproduction (1970)2. L’étude des inégalités est bien au cœur de nombreux travaux de sociologie de l’éducation depuis les années 1960 et l’auteure souligne d’emblée sa volonté de cibler sa réflexion sur la notion d’espace. Bourdieu parle ainsi le plus souvent de l’espace des positions sociales mais un texte tardif du sociologue publié en 1993, intitulé « Effets de lieu »3, analyse plus précisément les relations entre la notion centrale d’« espace social » et celle d’espace physique. L’espace social dans lequel les agents et groupes sociaux se répartissent induit des inégalités de positions, selon le volume et la structure de leurs capitaux. L’espace physique est quant à lui un « espace social réifié », autrement dit une projection des différents champs sociaux. Leïla Frouillou retient trois dimensions de l’espace social : sa matérialité (« l’espace comme matérialité renvoie à la répartition des individus et des groupes sociaux, à la distribution des équipements et à leur position dans un réseau de transport et une voirie qui règlent les mobilités et les circulations, à la localisation de bâtiments inscrits dans des paysages, etc. », p. 19) ; les représentations que les agents peuvent en avoir (ce qui leur semble proche ou accessible, les endroits familiers, les lieux dont ils se sentent exclus, etc.) et, enfin, sa dimension institutionnelle (les politiques qui régissent cet espace). Ces trois aspects correspondent aux trois états du capital culturel, défini par Bourdieu : l’état objectivé (biens culturels), l’état institutionnalisé (les titres scolaires) et l’état incorporé (dispositions des agents).

  • 4 François Dubet, Les places et les chances. Repenser la justice sociale. Paris, Éd. du Seuil, La Rép (...)
  • 5 Stéphane Beaud, 80% au bac et après… Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découver (...)
  • 6 Agnès van Zanten, L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF, 2012.
  • 7 Marie Duru-Bellat, Le mérite contre la justice, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.
  • 8 Pierre Merle, La démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002.

3L’auteure construit donc une approche spatiale des inégalités universitaires, en utilisant le cadre conceptuel de « géographie bourdieusienne » et en s’appuyant sur une littérature existante en sociologie de l’éducation, centrée sur l’explication des inégalités scolaires, notamment les travaux de François Dubet4, Stéphane Beaud5, Agnès van Zanten6, Marie Duru-Bellat7 et Pierre Merle8. Leïla Frouillou présente ensuite quelques traits caractéristiques de son terrain de recherche : la forte progression du nombre d’étudiants inscrits dans un des établissements d’enseignement supérieur d’Île-de-France (plus de 10,8% entre 2001 et 2011), ainsi que les liens entre le milieu social et la disciplines d’étude. Alors que la part d’enfants d’ouvriers est de 7% pour l’ensemble des disciplines universitaires, ils sont 14% dans la filière « administration économique et sociale » (AES), 12% en « langues étrangères appliquées » (LEA) et seulement 2% en médecine. Et si la part des enfants de cadres reste globalement élevée dans l’ensemble des filières (entre 16% et 40%), 40% d’entre eux sont inscrits en droit, 33% en médecine et 20% en AES.

4En ce qui concerne la méthode, Leïla Frouillou s’appuie sur des données issues des inscriptions administratives étudiantes et sur des entretiens répétés avec des étudiants inscrits à Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, et dans trois filières (droit, AES et géographie). Deux universités et trois filières où les différences sociales et scolaires des étudiants sont particulièrement visibles : une forte proportion d’enfants de cadres en droit et à l’université Paris 1 ; une plus forte part d’enfants d’employés et d’ouvriers à Paris 8 et dans la filière AES.

5Dans le chapitre 2, l’auteure approfondit l’analyse des caractéristiques sociales et scolaires des étudiants et étudie les aires d’attraction des seize universités. L’enjeu lié à la proximité avec le lieu de résidence est particulièrement important en premier cycle. D’autres facteurs, tels que l’offre de formation et le cycle d’étude, doivent également être pris en compte pour comprendre les choix des étudiants, surtout en cycle master. Par conséquent, Leïla Frouillou met en avant, en conclusion de ce chapitre, l’hétérogénéité spatiale, sociale et scolaire des étudiants. Le cycle d’étude, l’offre de formation, l’organisation spatiale des aires de recrutement sont des facteurs explicatifs importants pour comprendre les choix effectués par les étudiants.

6Le chapitre 3 présente de manière détaillée les différentes stratégies de communication déployées par les universités afin d’attirer les étudiants : alors que Paris 1 s’appuie largement sur son prestigieux passé, la beauté de ses locaux, sa localisation en plein cœur du Quartier latin, à proximité des grandes écoles, Paris 8 valorise l’effectif plus réduit de ses étudiants dans les amphis et les cours et l’encadrement plus soutenu qu’elle leur offre. Ces différentes stratégies participent à la construction de représentations généralisées, intériorisées, de manière plus ou moins conscientes, par les étudiants qui élaborent leurs choix en étant influencés par ces « réputations ». Les extraits d’entretiens soulignent des différences de réputation entre l’université Paris 1 et Paris 8 – Vincennes Saint-Denis (localisation en banlieue, dans le « 9-3 », passé lié à la construction du centre de Vincennes, en mai 1968, etc.). Les images des établissements créent ainsi des hiérarchies symboliques, et attirent des étudiants inégalement dotés en capitaux scolaires.

7Dans le chapitre 4, Leïla Frouillou analyse les différentes aires d’accessibilité de plusieurs universités franciliennes : les universités de la petite et de la grande couronne sont moins accessibles que les établissements parisiens, situés au cœur du réseau de transport en étoile. L’étude prend en compte le temps de trajet entre le lieu de résidence de l’étudiant et l’université, mais aussi l’espace de vie, « qui fait jouer d’autres lieux et des mobilités antérieures dans la représentation que les étudiants se font des distances entre domicile et lieu d’études » (p. 123-124). Les systèmes d’affectation des bacheliers dans les établissements d’enseignement supérieurs, Ravel (1990-2008) et APB (Admission Post-Bac, 2009-2018), participent également à la sectorisation des choix des étudiants, renforçant des ségrégations déjà existantes. L’auteure souligne qu’APB favorise le « libre choix d’étudiants rationnels » mais tend également à renforcer l’ancrage du recrutement des universités parisiennes dans la capitale.

8Au chapitre 5, l’auteure analyse les stratégies d’évitement des étudiants qui cherchent à contourner l’université de secteur, stratégies qui dépendent du trajet, de l’image de l’établissement, de la valorisation de certaines filières, etc. Elle observe que le « sens du placement universitaire » des étudiants conditionne leur choix d’établissement supérieur effectués par les étudiants. Plus un étudiant provient d’un milieu social et détient un capital scolaire élevés, plus il est capable de se repérer et de se positionner parmi une offre de formation dispersée et complexe. Le « sens du placement découle d’une intériorisation des contraintes matérielles et institutionnelles. Il est lié à la position sociale des étudiants qui doit être appréhendée dans sa dimension spatiale » (p. 149). Ce sont les entretiens réalisés avec les étudiants de Paris 1 et de Paris 8 qui permettent, dans une perspective de sociologie compréhensive, de mieux saisir le sens que les acteurs donnent à leurs actions. L’auteure met également en avant l’importance du cursus scolaire antérieur pour comprendre les choix. Le terme de « trajectoire » permet, dans cette perspective, de mieux prendre en compte la dimension temporelle mais aussi les ruptures et les continuités du cursus universitaire.

9Dans le chapitre 6, la variable temporelle est ainsi introduite. À partir de la série d’entretiens qu’elle a effectués, Leïla Frouillou élabore des typologies des trajectoires universitaires en droit et en AES, de 2007 à 2011, selon que l’étudiant poursuive ses études dans le même établissement ou dans une autre université, ou encore qu’il quitte le système universitaire. En fin de chapitre, « les trajectoires d’expérimentation » et les difficultés liées à l’articulation des trajectoires familiales, résidentielles et scolaires sont analysées, soulignant la complexité de certains parcours (des difficultés surtout présentes parmi les étudiants inscrits à Paris 8). Leïla Frouillou met en évidence l’importance d’aller au-delà d’une vision simpliste qui tend à expliquer les ségrégations universitaires en prenant seulement en considération l’environnement local et le lieu de résidence des étudiants. La fracture entre Paris et la banlieue existe bien mais cette fracture est appréhendée différemment selon la socialisation primaire et secondaire de l’étudiant.

10L’ouvrage de Leïla Frouillou apporte de véritables éléments d’explication des mécanismes de différenciation des publics dans les seize universités franciliennes. Ces différenciations ne sont pas le simple résultat « de stratégies d’auto-sélection des étudiants, ni d’un mécanique effet de la localisation des sites universitaires dans une région-capitale ségrégée » (p. 179). L’étude est riche car elle cherche à rendre compte de la diversité des parcours universitaires, d’un point de vue tant sociologique que géographique. Les nombreuses cartes, graphiques et tableaux témoignent de la réelle expertise de l’auteure sur le sujet, et des données fournies sont particulièrement appréciables dans le contexte actuel des débats liés à l’accès à l’Université. S’il y a une limite à mentionner, elle concerne l’ancrage des données chiffrées dans le cadre théorique de l’ouvrage, qui gagnerait à être davantage explicité et développé dès le début de l’ouvrage, pour faciliter la lecture. Cette limite n’enlève cependant rien à la qualité et à la précision de l’analyse.

Haut de page

Notes

1 L’auteure a obtenu le 1er prix de l’Observatoire national de la vie étudiante en 2016 pour sa thèse de doctorat réalisée sous la direction de Sylvie Fol.

2 Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, Les héritiers, Paris, Éd. de Minuit, 1964 ; Pierre Bourdieu, Jean-Claude Passeron, La reproduction, Paris, Éd. de Minuit, 1970.

3 Pierre Bourdieu, « Effets de lieu », in La misère du monde, Paris, Éd. du Seuil, 1993.

4 François Dubet, Les places et les chances. Repenser la justice sociale. Paris, Éd. du Seuil, La République des idées, 2010.

5 Stéphane Beaud, 80% au bac et après… Les enfants de la démocratisation scolaire, Paris, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », 2003.

6 Agnès van Zanten, L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF, 2012.

7 Marie Duru-Bellat, Le mérite contre la justice, Paris, Presses de Sciences Po, 2009.

8 Pierre Merle, La démocratisation de l’enseignement, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Clair, « Leïla Frouillou, Ségrégation universitaires en Île-de-France. Inégalités d’accès et trajectoires étudiantes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 27 mars 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24502

Haut de page

Rédacteur

Caroline Clair

Prag de sciences économiques et sociales à Sciences Po Lille, depuis 2015. Enseigne la science politique et la sociologie, en tant que professeure titulaire, aux étudiants de premier cycle et aux étudiants de master. Ses domaines de recherche concernent plus particulièrement la sociologie urbaine, la sociologie des inégalités et la sociologie de la culture.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page