Navigation – Plan du site

Emmanuel Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France

Jennifer Bidet
Histoire de l'immigration algérienne en France (1900-1990)
Emmanuel Blanchard, Histoire de l'immigration algérienne en France (1900-1990), Paris, La Découverte, coll. « Repères histoire », 2018, 128 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Abdelmalek Sayad, « Immigration exemplaire », in La double absence. Des illusions de l’émigré aux s (...)

1Composée en 2013 de 760 000 immigrés et de plus d’un million de descendants d’au moins un parent immigré, la population d’origine algérienne vivant en France témoigne de l’ancienneté et du dynamisme toujours actuel des flux migratoires reliant l’Algérie à la France. Immigration jugée à la fois « singulière » (en lien avec le statut colonial particulier de l’Algérie, et l’extrême concentration des flux d’émigration vers la France) et en même temps « exemplaire »1 (précurseure des migrations coloniales en provenance du continent africain des années 1950-1970) dans l’histoire des immigrations en France, elle a fait l’objet de nombreux travaux d’historiens et de sociologues.

2En cette année du 20e anniversaire de la mort d’Abdelmalek Sayad, cette synthèse de l’historien Emmanuel Blanchard fait dialoguer les travaux de référence d’historiens comme Gilbert Meynier et Benjamin Stora, avec ceux d’une nouvelle génération d’historiens plus attentifs à l’histoire sociale. Une part importante de la bibliographie date des années 2000, et inclut les apports de nombreuses thèses voire mémoires de Master récents.

  • 2 Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, France, Nouveau monde (...)

3En cohérence avec une historiographie récente des migrations attentive au rôle de l’État dans les dynamiques migratoires, E. Blanchard rend compte de la manière dont l’immigration algérienne est constamment encadrée et contrôlée – contrôle qu’il a lui-même étudié dans sa dimension policière au moment de la guerre d’Algérie2. L’auteur veut aussi faire une histoire sociale « populaire » de cette immigration, c’est-à-dire une histoire « vue d’en bas » attentive aux « capacités d’agir » de ces immigrés. Contre une vision a-politique et presque naturaliste de l’intégration (qui n’aurait besoin que de temps pour s’accomplir), l’auteur rappelle les discriminations que les Algériens ont dû endurer tout au long de cette histoire : discrimination dans leur statut juridique (chapitre 1), discrimination dans les promotions au sein de l’armée (chapitre 3), dans le monde du travail (chapitre 5), dans l’accès au regroupement familial ou au logement (chapitre 6).

4Blanchard conçoit cette histoire comme une genèse : c’est pour éclairer l’actualité de cette présence algérienne en France, et les débats qu’elle continue de susciter, qu’il écrit cette histoire. Ce dialogue entre passé et présent est posé dès l’introduction et rappelé à chaque fin de chapitre et en conclusion. Parfois le passage du passé au présent peut paraître rapide et l’accent sur les continuités peut-être un peu fort. Le parti-pris étant de se centrer sur la période 1914-1974, la période ultérieure est souvent très rapidement balayée pour en arriver à des constats sur la situation immédiatement contemporaine.

5L’ouvrage, qui se décompose en six chapitres, est construit sur un plan autant thématique que chronologique. Il peut être difficile d’y retrouver les grandes phases des politiques d’immigration supposées familières au lecteur. Mais ce brouillage chronologique met l’accent sur les continuités entre période coloniale et période post-coloniale, et remet en cause les découpages trop faciles suggérés par l’histoire des politiques migratoires.

6Les deux premiers chapitres renvoient à l’origine coloniale de ces migrations, rappelant qu’elles prennent leur source dans la désorganisation des sociétés rurales provoquée par la colonisation. Outre une émigration politique fuyant l’occupation française, c’est l’intensité des confiscations de terres qui bouleverse la société locale et initie le mouvement d’exode rural, d’abord vers les grandes villes d’Algérie, puis progressivement vers la métropole (Chapitre I. Des migrations coloniales (avant 1914)). La mobilisation des populations colonisées dans l’effort de guerre, comme soldats ou comme travailleurs, accélère ce processus, produisant des formes d’acculturation aux modes de vie métropolitains et à des rapports de domination moins brutaux que dans les départements d’Algérie (Chapitre II. Une immigration de déracinés ? (années 1910-1930)).

7La participation des « indigènes » à l’effort de guerre amène également à un assouplissement provisoire des conditions de circulation entre les départements d’Algérie et la métropole. C’est dans l’entre-guerre que Blanchard situe un « premier âge de l’immigration » algérienne (en référence aux travaux de Sayad). Si la présence d’indigènes musulmans s’établit à environ 100 000 individus, c’est 500 000 Algériens qui auraient effectué au moins un séjour en métropole. Cette noria reste cependant fortement encadrée, puisqu’en 1924 l’État français décide de mettre fin à la libre circulation et soumet l’entrée en métropole à la présentation de papiers d’identité et de certificats d’embauche.

8Les chapitres III (Des musulmans en métropole, années 1930-1960) et IV (Des Algériens politisés, années 1920-1980) portent sur la période charnière autour de l’accession à l’indépendance de l’Algérie. Le chapitre III appréhende la catégorie de « musulmans » comme catégorie d’État (les « indigènes » d’Algérie étant catégorisés comme « Français musulmans d’Algérie ») et comme identification émique de la part des immigrés. En revenant sur l’histoire du réformisme musulman et son emprise sur le mouvement indépendantiste algérien, il rappelle la pluralité des pratiques de l’islam, entre un islam jugé « superstitieux » fortement ancré en Algérie (et parmi les émigrés), et l’islam prôné par le mouvement des oulémas dans les années 1930 qui se réclamait d’une pratique plus orthodoxe. Surtout, en évoquant la mise en place de repas respectueux des interdits alimentaires des musulmans dans l’armée dès la Première Guerre Mondiale, ou l’ouverture de salles de prière dans des entreprises dans les années 1920, l’ouvrage remet en perspective les débats actuels sur la laïcité.

9Le chapitre IV traite de la politisation de cette immigration autour de la lutte pour l’indépendance. Il revient sur le rôle important joué par les Algériens de métropole sur la structuration du mouvement indépendantiste algérien, à la fois par les rapprochements effectués avec d’autres mouvements anti-colonialistes (par exemple au sein de l’Union intercoloniale dans les années 1920, aux côtés du futur Ho Chi Minh), avec le parti communiste français mais aussi du fait des sociabilités nouvelles nouées entre Algériens dans l’atelier ou le café, à distance des solidarités de proximité (familiale, lignagère, régionale…). Après l’indépendance, les opposants au nouveau régime en place viennent s’y exiler et construire des mouvements d’opposition. La présence d’une importante communauté émigrée incite aussi l’État algérien à y mettre en place une structure d’encadrement – l’Amicale des Algériens en Europe. Il faut souligner ici qu’il existe encore trop peu de travaux documentant la politique de l’Etat algérien à l’égard de ses émigrés.

10Les deux derniers chapitres traitent de la période post-coloniale – même si les bornes chronologiques volontairement floues mettent l’accent sur la continuité avec l’époque coloniale. Ce sont deux figures de l’immigration algérienne qui sont présentées : celle du travailleur immigré algérien, et celle de la famille algérienne.

11Le chapitre V s’arrête sur la condition de travailleur des Algériens. L’immigration algérienne n’a pas été, contrairement à d’autres, une immigration de travail activement encouragée par l’Etat ou les entreprises. Le statut particulier des départements algériens a facilité, à certaines époques, la venue de populations d’Algérie pourtant regardées peu favorablement par les autorités françaises car jugée plus difficilement assimilable que l’immigration européenne. Les immigrés algériens ont connu des taux de chômage importants dans les années 1950, avant le décollage de la grande industrie dans les années 1960 qui a absorbé cette main d’œuvre. Ils finissent par constituer une part importante de la main d’œuvre dans certaines forteresses ouvrières, au point d’y imprimer de leur marque l’activité syndicale. Si les grèves d’ouvriers immigrés dans les années 1970 portaient avant tout sur des revendications ouvrières générales, elles ont été perçues dans les années 1980 comme des « luttes immigrées » par les pouvoirs publics. D’une part parce que la condition faite aux immigrés les cantonnaient spécifiquement aux postes les plus pénibles et les moins bien rémunérés, créant alors une communauté de fait de travailleurs immigrés. D’autre part parce que les travailleurs immigrés (particulièrement post-coloniaux) ont été traités comme une variable d’ajustement dans la crise économique, et ont été les premiers touchés par les licenciements et ciblés par les politiques d’aide au retour. Enfin parce que certaines plateformes de revendication incluaient des demandes de salle de prière, revendications jugées emblématiques d’un « péril vert » (p. 86) par les autorités : alors que dès les années 1920, les accommodements avec la pratique de la religion musulmane sont proposés par les entreprises pour endiguer la syndicalisation des travailleurs venus d’Algérie, cette revendication apparaît subversive quand elle est associée à d’autres revendications plus classiques du mouvement ouvrier.

12Enfin le dernier chapitre aborde la question de l’immigration familiale. L’auteur casse ici une chronologie classique mais discutée dans l’historiographie de l’immigration. Plutôt que d’opposer une immigration de travail qui aurait eu lieu jusqu’en 1974 (et la suspension « provisoire » de l’immigration de travail décidée par le gouvernement français) et une immigration familiale (qui aurait commencé avec le décret sur le regroupement familial de 1976), Blanchard superpose ces deux faces de l’immigration algérienne. Surtout, il rappelle à quel point l’immigration familiale algérienne a été longtemps vue comme indésirable par les autorités françaises. Alors même que les accords d’Evian de 1962 ont donné aux Algériens un statut à part, facilitant à certains égards leurs départs vers la France, dès 1964 l’État français cherche à restreindre l’immigration familiale en mettant en place une procédure spéciale pour les Algériens – apparemment plus souple que pour les autres nationalités, mais en réalité plus sévèrement appliquée.

13Au final, Emmanuel Blanchard nous livre une synthèse riche sur l’histoire de cette immigration, à plusieurs égards très éclairante sur les débats politiques actuels.

Haut de page

Notes

1 Abdelmalek Sayad, « Immigration exemplaire », in La double absence. Des illusions de l’émigré aux souffrances de l’immigré, Liber, Seuil, Paris, 1999.

2 Emmanuel Blanchard, La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, France, Nouveau monde, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Bidet, « Emmanuel Blanchard, Histoire de l’immigration algérienne en France », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 mai 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24509

Haut de page

Rédacteur

Jennifer Bidet

Maîtresse de conférences en sociologie, Université Paris Descartes, Cerlis

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page