Navigation – Plan du site

Michaël Roy, Textes fugitifs

Sébastien Zerilli
Textes fugitifs
Michaël Roy, Textes fugitifs. Le récit d'esclave au prisme de l'histoire du livre, Lyon, ENS Éditions, coll. « Métamorphoses du livre », 2018, 346 p..
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, « Folio / essais  (...)

1 Dès la lecture du titre, on se plaît à filer la métaphore : la cavale de ces Textes fugitifs que sont les récits d’esclaves publiés aux États-Unis durant les trois décennies précédant la guerre de Sécession (1861-1865) ne pourrait-elle pas être celle qui les fait échapper à l’oubli pour finalement les consacrer dans le panthéon littéraire américain ? Le sous-titre de l’étude nous aiguille: il indique que l’auteur aborde Le récit d’esclavage au prisme de l’histoire du livre. La légitimation de ce corpus de textes à partir des années 1960, liée au mouvement politique des droits civiques comme au développement académique des African-American studies, a effectivement essentialisé ces témoignages en privilégiant leur analyse interne et littéraire. Dans la lignée des travaux de Roger Chartier qui questionnent les « relations entre les œuvres en tant que textes et les formes de leurs inscriptions [physique]1 », Michaël Roy développe une analyse « matérialiste de [cette] production [éditoriale] noire » (p. 42) qui pointe « la spécificité de chaque récit dans la culture imprimée des années 1830-1860 » (p. 286). L’américaniste distingue de manière idéal-typique trois périodes dans cet intervalle historique, en faisant se succéder plusieurs études de cas. Chacun de ces moments révèle des inflexions dans les modalités de production, de circulation et de réception des textes : Une séquence « propagandiste » s’ouvre dans les années 1830, lors de laquelle les abolitionnistes soutiennent directement la publication des slave narratives. Lui succède une phase « artisanale » associée à l’apparition de modes de diffusion plus personnels et moins institutionnels des témoignages. Un moment « commercial » s’ouvre enfin jusqu’au déclenchement de la guerre Civile (p. 203), quand la diffusion des récits d’esclaves devient une source potentielle de profits.

  • 2 Nom de la période qui précède, dans l’histoire des États-Unis, le déclenchement de la guerre de Séc (...)

2Publié en 1838, Narrative of James William est le symbole de la phase « propagandiste » de l’histoire des récits d’esclaves. L’écriture, la fabrication et la diffusion de ce témoignage s’effectuent sous l’égide de l’American Anti-Slavery Society (ci-après désignée par les initiales AASS) qui voit le jour au début des années 1830. Pour Lewis Tappan, instigateur de ce projet, la transcription de l’histoire de James Williams par le poète John Greenfield Whittier participe avec force à la lutte qui oppose les états sudistes esclavagistes à ceux du Nord dans l’Amérique antebellum2. Les différentes stratégies éditoriales décidées par les membres de l’AASS soulignent l’importance accordée à ce document : si sa première édition circulera efficacement grâce aux dépôts de l’association disséminés sur le territoire, la republication du texte sous forme de brochure abrégée, moins coûteuse et idéale pour exploiter le système postal, accentuera sa diffusion. Le parrainage officiel qui lie Narrative of James Williams à l’AASS explique pourquoi l’arrêt de sa publication est décidé après la naissance d’un scandale à propos de la véracité des faits rapportés dans le récit. Quoique moins directs, les liens entre la sphère abolitionniste et Slavery in the United-States (1837) l’histoire de l’esclave Charles Ball, sont aussi évidents. Initialement publié de façon confidentielle via des souscriptions auprès de potentiels lecteurs à l’échelle locale, ce texte d’Isaac Fischer se veut avant tout un panorama objectif qui renseigne sur tous les aspects du système esclavagiste. Sa teneur documentaire authentifie pour les responsables de l’AASS la dimension politique du texte. Aussi œuvreront-ils à sa réédition.

3Avec les années 1830 s’enclenche une décennie « emblématique des récits d’esclaves autoédités ou publiés à compte d’auteur, parfois de façon locale, disséminés au gré des itinérances de l’auteur et éventuellement au sein de réseaux abolitionnistes » (p. 203). Malgré des différences dans leur histoire éditoriale respective, Narrative of the life of Frederick Douglas, publié pour la première fois en 1845, et Narrative of the life of William Wells Brown a fugitive slave, édité deux ans plus tard, illustrent les transformations de la culture imprimée de cette décade. Alors que des tensions travaillent l’AASS à propos des modalités d’actions à favoriser dans la lutte contre l’esclavage, cette séquence révèle surtout « un supplément d’agentivité » (p. 177) favorable aux individus dont ces textes racontent l’histoire. Employés comme conférenciers itinérants sur le circuit des meetings abolitionnistes par la Massachusetts Anti-Slavery Society, Frederick Douglas et W. W. Brown sont les pères de leur texte. Ce dernier emploie d’ailleurs dès la publication de son récit le terme « d’auteur » « non seulement au sens technique de “producteur d’un texte” mais également au sens artistique d’“écrivain” » (p. 187). Bénéficiant à des degrés divers du soutien des abolitionnistes pour la production et la diffusion de leur texte, tous deux favorisent la vente directe de leur histoire au gré des différentes manifestations dans lesquelles ils sont en quelque sorte leur propre défenseur. Ce choix, économiquement profitable, leur permet de faire confectionner des planches stéréotypées, grâce auxquelles leur récit peut être facilement réimprimé à la faveur des déplacements et des fluctuations de la demande. Si elle témoigne, d’après la correspondance de son éditeur britannique, de son caractère tempétueux, les tensions entre les deux hommes à propos du rendu du portrait de Frederick Douglas au seuil de la première édition dublinoise de son autobiographie (p. 166 et 167) ne peut-elle pas aussi, plus fondamentalement, être considérée comme une marque de l’affirmation individuelle de son auteur ?

4Au début des années 1850 est votée une loi polémique sur la capture des esclaves fugitifs. Le raidissement de l’atmosphère politique que ce texte entretient fait alors apparaître la lutte éditoriale menée sur le papier, dont les slave narratives sont une des armes, comme une stratégie moins efficace. L’Amérique de la deuxième moitié du XIXe siècle voit par ailleurs s’affermir un capitalisme d’édition dont le développement de campagnes publicitaires agressives est un des signes. En 1852, le formidable succès de La case de l’oncle Tom, roman anti-esclavagiste d’Harriet Beecher Stowe achève alors de faire basculer le récit d’esclave dans une nouvelle période. Ainsi l’histoire de Solomon Northup Twelve years a slave, écrite par David Wilson, se distingue-t-elle de tous les autres témoignages qui composent le corpus de l’auteur. Elle est en effet la première à être diffusée par un éditeur commercial, Derby & Miller, en 1853. Dans la foulée, plusieurs récits d’esclaves déjà évoqués sont republiés, loin des circuits éditoriaux de la sphère abolitionniste, et en vertu de motifs financiers autant que politiques.

5Le balayage historique réalisé par Michaël Roy lui permet finalement d’avancer des conclusions fortes. Il est inexact, remarque d’abord l’auteur, d’affirmer que les récits d’esclaves ont connu un éclatant succès jusqu’au début de la guerre civile américaine. Même dans les années 1850 au moment où s’enclenche la phase commerciale, le modèle de l’auto-édition perdure, souvent synonyme d’errance et de précarité. L’histoire éditoriale des témoignages d’Harriet Jacobs et de Sojourner Truth (les deux femmes du corpus) le prouve... Commercialisés, les narrative slave ne sont pas forcément mieux diffusés remarque aussi l’historien : sensibles aux moindres fluctuations de la demande les éditeurs n’hésiteront pas à stopper la publication d’un texte. L’effervescence éditoriale produite par les témoignages ou les fictions anti-esclavagistes s’explique aussi par la multiplication en miroir des productions d’adversaires de la cause.

6Il est aussi erroné, ajoute Michaël Roy, de considérer que les slave narratives ont représenté la plus puissante des armes mobilisées par les associations abolitionnistes. Ils étaient une ressource éditoriale parmi d’autres. Avant même que les circuits de diffusion commerciaux ne les éloignent des canaux de distribution militants, peu ont finalement été officiellement et directement supportés. L’instrumentalisation partisane de ces récits amoindrissait d’ailleurs paradoxalement leur charge politique. La critique du « message noir dans l’enveloppe blanche » en est la preuve.. Lestés d’un « paratexte authentifiant » (p. 89) souvent constitué de témoignages d’abolitionnistes destinés à rassurer les White Anglo-Saxon Protestant de la middle class américaine, les textes, à l’occasion de leur édition outre-Atlantique, furent expurgés des passages jugés choquants pour les britanniques de l’ère victorienne.

  • 3 Robert Darnton, Apologie pour le livre, Paris, Gallimard, « Folio / essais », 2012 [2010], p. 133.

7Il est réducteur, souligne enfin et surtout l’universitaire, d’associer mécaniquement s’agissant des témoignages d’esclaves récit, texte et livre. Dans la perspective matérialiste qui est la sienne, ils sont des Textes fugitifs, comme en écho à la vie de ceux dont ils racontent les tragiques aventures, parce que leur histoire éditoriale révèle qu’ils furent rétifs à la fixation sur un support, rebelles à l’immobilisation dans une forme. Au fil de son étude, l’auteur documente un étonnant polymorphisme, une singulière « intermédialité » (p. 298) : les slaves narratives sont édités en gros volumes ou en minces brochures, sérialisés parmi les différents numéros d’une collection, morcelés dans des recueils anthologiques, diffusés par larges extraits dans les journaux…. Lorsque leur auteur se fait orateur à l’occasion d’une convention, ces autobiographies ont un versant textuel autant que sonore.. Quand leur contenu façonne des illustrations édifiantes reproduites dans des almanachs, elles s’enrichissent d’une dimension iconographique… « [L]es récits d’esclaves de la période antebellum circulaient en large partie en dehors des pages du livre, sous des formes éphémères plus difficiles à saisir mais qui, à l’époque, servaient efficacement la diffusion de ces textes » (p. 301). Remarquable conclusion qui nous fait nous rappeler avec Robert Darnton, à l’âge a priori triomphant des écrans, des clics et du zapping, que « la stabilité textuelle n’a jamais existé avant Internet3 ».

Haut de page

Notes

1 Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur, Paris, Gallimard, « Folio / essais », 2015, p. 29.

2 Nom de la période qui précède, dans l’histoire des États-Unis, le déclenchement de la guerre de Sécession (1861-1865).

3 Robert Darnton, Apologie pour le livre, Paris, Gallimard, « Folio / essais », 2012 [2010], p. 133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Zerilli, « Michaël Roy, Textes fugitifs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 29 mars 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24510

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page