Navigation – Plan du site

Marie-Anne Paveau, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques

Ingrid Mayeur
L'analyse du discours numérique
Marie-Anne Paveau, L'analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques, Paris, Editions Hermann, coll. « Cultures numériques », 2017, 396 p., ISBN : 978-2-7056-9321-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean Davallon, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec et Emmanuël Souchier, Lire, éc (...)
  • 2 Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 4 (...)

1Comment l’activité discursive se déploie-t-elle dans un environnement connecté ? De quelle manière la matérialité propre au texte numérique, à la fois langagier et opératoire – ainsi que l’ont montré les SIC par le concept de textiel1, influe-t-elle sur l’exercice de cette activité ? Si l’analyse du discours classique (désormais AD) se caractérise par la prise en compte d’un texte au regard de son contexte, du lieu social où il s’inscrit2, internet (et plus particulièrement le web 2.0.) reconfigure ces lieux sociaux en les dotant d’une dimension relationnelle, qui agit de manière inédite sur la circulation des énoncés.

  • 3 Marie-Anne Paveau, « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », in Res per nome (...)

2L’ouvrage de Marie-Anne Paveau entend outiller les sciences du langage des concepts nécessaires pour analyser les discours numériques natifs, entendus comme l’« ensemble des productions verbales élaborées en ligne, quels que soient les appareils, les interfaces, les plateformes ou les outils d’écriture » (p. 8). L’auteure a creusé le sillon d’une linguistique symétrique3 intégrant à parts égales les éléments langagiers et non langagiers du discours. L’approche adoptée par l’analyse du discours numérique (désormais ADN) rompt de ce fait, résolument, avec la conception logocentrée du langage héritée du dualisme saussurien, et prend en considération la co-construction des discours par les dispositifs machiniques. Les énoncés numériques natifs sont ainsi envisagés en tant que composites, au sein desquels les parts technique et langagière se trouvent indissociablement liées : « la production langagière à la machine est en fait une production de la machine et il s’agit là d’une évolution inédite dans l’histoire du langage dont les sciences du langage doivent se saisir » (p. 13). Partant, l’ADN de Marie-Anne Paveau se situe dans une « perspective écologique intégrative » (p. 11), où la notion d’environnement, qui postule « un continuum entre les matières langagières et leur environnement de production » (p. 28), est proposée comme « alternative critique » à celle de contexte, davantage centrée sur « les paramètres sociaux, historiques et politiques » (p. 165). Elle se démarque en cela des approches antérieures appliquant aux corpus natifs les méthodes de l’AD pré-numérique, dissociant les énoncés numériques de leur part technique, et aboutissant de ce fait à des résultats jugés contestables.

3Car le substrat algorithmique du web « implique de repenser la conception de l’énonciation et le schéma persistant de la situation d’énonciation basé sur les quatre paramètres locuteur-interlocuteur-temps-lieu. » (p. 24-25). Les énoncés numériques natifs possèdent en effet des caractéristiques particulières qui rendent pour partie obsolètes les grilles d’analyse traditionnelles : leur composition (soit leur nature composite et plurisémiotique), leur délinéarisation (la possible rupture de l’axe paradigmatique du discours par les hyperliens), leur augmentation (par l’intervention des énonciateurs multiples qu’autorise l’écriture en ligne), leur relationalité (par leur inscription dans la réticulatité du web et les connexions machiniques), leur investigabilité (grâce aux outils de recherche permettant leur redocumentation), et leur imprévisibilité (au niveau de la forme, par la variété des affichages possibles, ainsi que du contenu, en raison des possibilité de fragmentation et d’agrégation). Autant de traits spécifiques qui impliquent de forger de nouveaux outils pour l’AD, ou de faire évoluer les catégories usuelles (ce que l’auteure fait notamment par l’adjonction du préfixe « techno-» : technodiscours rapporté, technogenre, technomot, etc.).

  • 4 Laetitia Emerit, « La notion de lieu de corpus : un nouvel outil pour l’étude des terrains numériqu (...)

4Adoptant le canevas d’un dictionnaire, le volume rassemble une trentaine d’articles organisés par entrées thématiques, où l’on étudie les formes et composantes des discours du web : algorithme, commentaire, tweet, mais également, entre autres, éthique du discours numérique, extimité, hashtag ou pseudonymat. Les exemples sur lesquels repose l’analyse consistent pour l’essentiel en des énoncés natifs du web 2.0., issus des réseaux sociaux et de la blogosphère, surtout francophone. L’approche qualitative est privilégiée dans le cadre de l’ADN, et la perspective écologique qui la sous-tend interroge les méthodes de constitution de corpus, en raison de l’instabilité propre aux énoncés numériques natifs. En effet, « la subjectivité de la configuration des interfaces d’écriture et de lecture […] rend les technodiscours idionumériques, c’est-à-dire dépendants du point de vue unique de l’internaute » (p. 285). Le lecteur se fait alors écrilecteur, prenant une part active dans l’énonciation du texte qui se donne à voir à l’écran ; l’analyste, pour sa part, doit assumer une stabilisation factice des observables, comme l’a par exemple fait Laeticia Emerit avec la notion de lieu de corpus4.

  • 5 Dominique Maingueneau, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Coli (...)

5Référence incontournable, le Dictionnaire des formes et pratiques de l’ADN élaboré par Marie-Anne Paveau réussit pleinement le pari de repenser à nouveaux frais le cadre conceptuel de l’AD, en tenant compte de la matérialité particulière de l’environnement numérique, de ce qu’elle « fait » aux énoncés (les rendant plurisémiotiques, relationnels, imprévisibles, etc.) et à l’activité énonciative (démultiplication des énonciateurs, écrilecteurs, etc.). Les réflexions ouvertes sont extrêmement stimulantes, ce qui entraîne quelques questions et remarques liées à l’application concrète de l’ADN. D’une part, si l’on suit pleinement l’auteure sur la nécessité de refuser la séparation entre éléments langagiers et non-langagiers du discours numérique natif, et s’il est entendu que ces éléments doivent être envisagés comme composites, la perspective d’une approche écologique dans laquelle « le poste de l’observation de l’analyse n’est plus le seul discours, mais l’ensemble des éléments de l’environnement » (p. 131) ne risque-t-il pas de mener à une dilution des observables dans cet environnement ? Ne faudrait-il pas malgré tout garder la focale sur les éléments discursifs, en assumant qu’il s’agit là d’un point de vue disciplinaire ? D’autre part, le web 2.0., essentiellement envisagé ici par le prisme des médias sociaux, semble parfois présenté comme un tout unifié par sa réticularité ; or, il existe des dispositifs qui organisent l’activité discursive, prescrivent aux écrilecteurs des usages particuliers du texte numérique et commandent des technogenres : d’une certaine manière, ces dispositifs fonctionnent à l’instar de scènes d’énonciation5. Il faudrait donc pouvoir rendre compte de ces dernières, malgré la relationalité effective des énoncés qui en élargit sans doute les contours.

6Le Dictionnaire résulte en définitive d’un remarquable travail de balisage théorique pour l’analyse des discours numériques natifs, dont l’animation du carnet Technologies discursives6 a constitué pour l’auteure un espace réflexif. Il témoigne d’une connaissance fine et d’un usage régulier des dispositifs du web 2.0. – ainsi que le relève très justement Marie-Anne Paveau, « [l]es corpus numériques ne sont pas […] des corpus parmi d’autres, mais plutôt des terrains, qui nécessitent la présence utilisatrice du chercheur » (p. 133). Le format adopté en fait un outil de consultation facile à manier, doté d’index des noms et des notions qui offrent un mode de navigation complémentaire à celle parmi les entrées. On se demande d’ailleurs si une édition en ligne est prévue, qui augmenterait le livre imprimé d’une version proprement numériquée7.

Haut de page

Notes

1 Jean Davallon, Marie Després-Lonnet, Yves Jeanneret, Joëlle Le Marec et Emmanuël Souchier, Lire, écrire, récrire. Objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Éditions de la Bibliothèque publique d’information, 2013 [2003]. En ligne : http://books.openedition.org/bibpompidou/394.

2 Patrick Charaudeau et Dominique Maingueneau, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 41 sqq.

3 Marie-Anne Paveau, « Mais où est donc le sens ? Pour une linguistique symétrique », in Res per nomen 2. Actes pré-publiés, Reims, s. éd., 2009. En ligne : https://hal-univ-paris13.archives-ouvertes.fr/hal-00477257/document.

4 Laetitia Emerit, « La notion de lieu de corpus : un nouvel outil pour l’étude des terrains numériques en linguistique », Corela. Cognition, représentation, langage, no 14‑1, juin 2016. En ligne : https://doi.org/10.4000/corela.4594.

5 Dominique Maingueneau, Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation, Paris, Armand Colin, 2004.

6 Voir https://technodiscours.hypotheses.org/.

7 Marie-Anne Paveau, « Ce qui s’écrit dans les univers numériques ». Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2014‑1), 2015. En ligne : https://doi.org/10.4000/itineraires.2313.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ingrid Mayeur, « Marie-Anne Paveau, L’analyse du discours numérique. Dictionnaire des formes et des pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24511

Haut de page

Rédacteur

Ingrid Mayeur

Ingrid Mayeur est licenciée en langues et littératures romanes (Université libre de Bruxelles, 2004) et doctorante à l’Université de Liège depuis 2016 (dir. B.-O. Dozo et F. Provenzano). Ses travaux portent sur la transformation des formats de communication de la recherche en humanités dans l’environnement numérique, et plus particulièrement sur la construction (techno)discursive de l’actualité dans les carnets de recherche en sciences humaines.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page