Navigation – Plan du site

Martine Court, Sociologie des enfants

Frédéric Roux
Sociologie des enfants
Martine Court, Sociologie des enfants, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2017, 125 p., ISBN : 978-2-7071-8786-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973.
  • 2 Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Paris, La Dispute, 201 (...)

1Parler précisément des enfants, et non de l’enfance, ce n’est pas s’interroger exclusivement, de façon classique1, sur la construction historique d’une catégorie d’âge, c’est aussi inscrire cette catégorie dans les interrogations habituelles de la sociologie, et notamment celles qui ont trait aux inégalités. Cette perspective n’a rien d’évident en soi car certaines disciplines comme la psychologie, ou plus récemment les sciences cognitives, ont tendance à monopoliser le champ des discours sur l’enfance et à imposer une définition légitime des manières de le penser. Cet ouvrage de synthèse, structuré en cinq chapitres, vient donc combler un manque. Son auteur, Martine Court, maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Clermont Auvergne, est familière des travaux sur l’enfance puisqu’elle a mené, par exemple, des recherches sur la socialisation genrée2.

2Le premier chapitre, « l’enfance, un âge de la vie », revient sur l’institutionnalisation de l’enfance en Occident et montre le rôle décisif de l’institution scolaire, en particulier à partir du XIXe siècle, en France notamment. L’auteur définit l’enfance comme un âge social allant jusqu’à la fin de l’école élémentaire. Au-delà de l’école, la genèse de ce groupe d’âge passe par la création d’un véritable « monde » de plus en plus autonome symboliquement : objets (on pense évidemment aux jouets), loisirs et occupations spécifiques ; professionnels dédiés à l’enfance ; institutions spécialisées ; politiques de l’enfance. À partir du XVIIIe siècle, se développent également de nouvelles relations entre adultes et enfants, qui sont de plus en plus marquées par une forte dimension affective. L’auteur passe en revue les différentes interprétations de ce rapport sentimental somme toute récent (que l’on pense à l’émotion face à la mort d’un enfant ou à l’indignation provoquée par le travail des enfants). Certaines insistent sur la baisse de la mortalité infantile, ou sur la hausse du niveau de vie qui permet aux mères de plus se consacrer à leurs enfants ; d’autres sur le lent remplacement d’un rapport exclusivement économique et utilitaire à l’enfance par un rapport sentimental, au fur et à mesure que le travail des enfants disparaît et que l’importance de l’héritage s’estompe. Les évolutions récentes de la famille consacrent cette autonomisation. Elles sont marquées par des rapports de plus en plus égalitaires, que ce soit dans les relations d’autorité entre adultes et enfants ou dans l’émergence de droits spécifiques à ces derniers.

  • 3 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2016.

3La professionnalisation des spécialistes de l’enfance est l’objet du second chapitre : « S’occuper des enfants : des agents et des normes pluriels ». Par définition dépendant, l’enfant a besoin du monde des adultes. Reprenant les théories contemporaines de la socialisation3, Martine Court s’interroge sur l’homogénéité de la socialisation primaire. Elle mobilise également des études qui opposent la socialisation qui s’opère dans les milieux populaires à celle dans les milieux aisés (place du jeu, modèles éducatifs d’autorité…), souvent à la source des malentendus pédagogiques et, de ce fait, des inégalités scolaires. Elle revient aussi sur des cas de socialisations contradictoires, en s’interrogeant sur l’acculturation des enfants de milieux aisés en contact par exemple avec des nourrices de milieux populaires. Ces études concluent bien souvent à la prévalence de la socialisation familiale, même chez des enfants en bas âge que l’on pourrait croire plus perméables à des messages dissonants.

  • 4 Cousinet Roger, La vie sociale des enfants, Paris, Éditions du Scarabée, 1950.
  • 5 Delalande Julie, La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses univer (...)
  • 6 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Min (...)
  • 7 Corsaro William A., Friendship and Peer Culture in the Early Years, Norwood, Ablex, 1985. Voir auss (...)
  • 8 Adler Patricia, Adler Peter, Peer Power. Preadolescent Culture and Identity, New Brunswick, Rutger (...)
  • 9 Lignier Wilfried, Pagis Julie, « Inimitiés enfantines. L’expression précoce des distances sociales  (...)
  • 10 Lehman-Frisch Sonia, Authier Jean-Yves, Dufaux Frédéric, Les enfants et la mixité sociale dans les (...)

4C’est ensuite sur la culture enfantine (« Les enfants entre eux : cultures et sociabilités enfantines ») que se penche Martine Court. Si on peut connaître certains travaux évoquant « la vie sociale des enfants »4, ou un peu plus récemment la sociabilité au sein du groupe des pairs dans la cour de récréation5, des recherches plus méconnues, mais remarquables, sont rassemblées ici, notamment celles constituant les childhood studies des années 1980. Elles mettent en évidence une culture enfantine, dotée d’un degré d’autonomie non négligeable passant souvent inaperçu aux yeux des adultes, auxquels elle s’oppose : comptines, blagues, jeux, mais aussi formes innovantes de résistances et « d’adaptations secondaires »6 visibles dès l’école maternelle7. D’autres études, assez inspirées à nos yeux de la psychologie sociale, montrent l’existence de groupes hiérarchisés au sein des classes d’écoliers comme les « isolés » ou les « populaires »8. Ces approches de la culture enfantine ont donné lieu à des débats classiques en sociologie sur les degrés d’autonomie, de rationalité et d’universalité des individus et leurs capacités à s’émanciper des institutions. Des travaux français récents s’éloignent de la vision désincarnée que l’on peut reprocher à certaines childhood studies et conduisent à parler de cultures enfantines plurielles. Les affinités enfantines révèlent par exemple une homophilie précoce, autrement dit une préférence pour les pairs de même niveau social, qui renforce la socialisation familiale9, même quand les enfants sont dans des situations de mixité sociale10. Ces affinités électives ne sont pas sans contribuer à la reproduction des inégalités sociales et de genre. Cette question centrale est l’objet des deux derniers chapitres.

  • 11 Zarca Bernard, « Le sens social des enfants », Sociétés Contemporaines, n° 36, 1999, p. 67-101.

5Le quatrième chapitre (« Enfance et inégalités sociales ») rappelle combien l’enfance est le lieu d’inégalités matérielles et culturelles, souvent tenues pour impensables ou inacceptables du fait de la tendance à l’universalisation de la condition infantile évoquée plus haut, mais aussi parce qu’il est plus difficile de tenir des enfants que des adultes pour responsables de leur condition. Ces inégalités sont « multiformes et cumulatives » : logement, habillement, santé, alimentation, loisirs. Les différents rapports au corps et à l’alimentation ont ainsi été l’objet de nombreuses études et montrent des conceptions très différentes selon les milieux sociaux. S’ils sont inégaux, on pourrait croire que les enfants, volontiers pensés comme insouciants, sont peu conscients des différences sociales. La socialisation familiale conduit à une intériorisation et à une incorporation explicite (discours des parents sur le monde social) et implicite (par exemple, les interactions des parents avec des agents sociaux de milieux différents) de sa place dans la hiérarchie sociale11.

  • 12 Très proche en cela de la conception non mécanique de la socialisation de Pierre Bourdieu, entendue (...)
  • 13 Court Martine, Mennesson Christine, « Les vêtements des garçons. Goûts et dégoûts parentaux au sein (...)

6Le dernier chapitre (« Enfances au féminin, enfances au masculin ») est consacré à la question des inégalités de genre. L’auteur défend une approche dispositionnelle12 qui permet de mieux rendre compte de la domination masculine à l’œuvre dans les rôles sociaux et les pratiques assignés aux filles et aux garçons, sans s’enfermer dans la question de l’identité genrée. « Ce qui s’intériorise à travers ces différentes pratiques, ce ne sont pas seulement des identités féminine ou masculine – des définitions de soi comme fille ou garçon –, mais aussi et surtout des dispositions sexuées, c’est-à-dire des manières durables d’agir, de penser et de percevoir, socialement codées comme féminines ou masculines et attendues d’un sexe plus que de l’autre » (p. 90). Comme le montrent de nombreuses études, la socialisation genrée se fait à travers des objets comme les jouets, les vêtements et les loisirs, vecteurs de rapports différents au corps et au monde, mais aussi de conventions sociales qu’une approche historique permet de dénaturaliser. Le rose et le bleu étaient ainsi respectivement plutôt associés au masculin et au féminin avant 1930. Martine Court s’interroge sur la moindre perméabilité des classes moyennes à ces stéréotypes. Si une résistance est perceptible dans leurs discours, elle l’est moins dans les pratiques. En outre, l’individualisme « à visée expressive » portée par ces groupes sociaux renforce paradoxalement les stéréotypes, en les imputant à de libres choix individuels des enfants13.

7Pour conclure, cet ouvrage de synthèse a le mérite de rassembler de nombreux travaux français et anglo-saxons et de donner une unité à ces recherches, mais surtout de montrer l’intérêt de la démarche sociologique : éviter un écueil des approches psychologiques, à savoir la décontextualisation qui conduit à naturaliser et à universaliser les catégories avec lesquelles est souvent pensée l’enfance et à oublier notamment que cet âge est fortement traversé par des inégalités et des rapports de domination.

Haut de page

Notes

1 Ariès Philippe, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, Seuil, 1973.

2 Court Martine, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, Paris, La Dispute, 2010 ; compte rendu de Pierre Bataille pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/1104.

3 Darmon Muriel, La socialisation, Paris, Armand Colin, 2016.

4 Cousinet Roger, La vie sociale des enfants, Paris, Éditions du Scarabée, 1950.

5 Delalande Julie, La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

6 Goffman Erving, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, 1968.

7 Corsaro William A., Friendship and Peer Culture in the Early Years, Norwood, Ablex, 1985. Voir aussi William A. Corsaro, The Sociology of Childhood, London, Sage, coll. « Sociology for a New Century Series », 2015 [1997], compte rendu de Baptiste Besse-Patin Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/18849.

8 Adler Patricia, Adler Peter, Peer Power. Preadolescent Culture and Identity, New Brunswick, Rutger University Press, 1998.

9 Lignier Wilfried, Pagis Julie, « Inimitiés enfantines. L’expression précoce des distances sociales », Genèses, n° 96, 2014, p. 35-61. Voir aussi des mêmes auteurs : « Le dégoût des autres », Genèses, n° 96, septembre 2014, compte rendu de Benjamin Chevalier pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/15803, ainsi que L'enfance de l'ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Seuil, coll. « Liber », 2017 ; compte rendu de Corentin Roquebert pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/22748.

10 Lehman-Frisch Sonia, Authier Jean-Yves, Dufaux Frédéric, Les enfants et la mixité sociale dans les quartiers gentrifiés à Paris, Londres et San Francisco, Dossier d’études CNAF, n° 153, 2012. Disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00974840/document.

11 Zarca Bernard, « Le sens social des enfants », Sociétés Contemporaines, n° 36, 1999, p. 67-101.

12 Très proche en cela de la conception non mécanique de la socialisation de Pierre Bourdieu, entendue non comme intériorisation contrainte et explicite d’un rôle mais comme incorporation d’un habitus, ensemble de dispositions permanentes et génératrices de comportements autonomes naturalisés. Pierre Bourdieu définissant d’ailleurs le genre comme un « habitus sexué ». Voir Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Seuil, 1998.

13 Court Martine, Mennesson Christine, « Les vêtements des garçons. Goûts et dégoûts parentaux au sein des classes moyennes », Terrains et travaux, n° 27, 2015, p. 41-58.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Roux, « Martine Court, Sociologie des enfants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24512

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Roux

PRAG de sciences économiques et sociales. ÉSPÉ (École supérieure du professorat et de l’éducation) d’Aquitaine – Université de Bordeaux.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page