Navigation – Plan du site

Lucie Daudin (dir.), Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque

Julie Couffignal
Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque
Lucie Daudin (dir.), Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque, Villeurbanne, ENSSIB, coll. « La boîte à outils », 2017, 180 p., ISBN : 978-2-37546-011-5.
Haut de page

Texte intégral

1Aujourd’hui, pas une semaine ne s’écoule sans que les médias français ne se saisissent de la question des migrants et des immigrés. « Immigration », « multiculturalité », « réfugiés » … autant de mots qui font partie de notre quotidien, mais qui cachent des réalités et des trajectoires personnelles très diverses. Qui sont donc ces individus qui posent leurs valises, s’ils en ont, sur le sol français ? Services accueillant du public, les bibliothèques doivent se tenir prêtes à recevoir ces usagers. Comment les professionnels des bibliothèques peuvent-ils les prendre en compte dans leurs pratiques professionnelles ?

  • 1 Une distinction est faite entre ces deux termes dans l’ouvrage. « Migrant » induit ici un déplaceme (...)
  • 2 Personne dont la langue maternelle diffère de celle du pays où elle réside.

2La première partie de ce livre retrace l’histoire contemporaine de l’immigration française et en expose les enjeux, avec une volonté affichée de faire la guerre aux préjugés et aux fausses informations. Un glossaire à la fin de l’ouvrage fournit une définition précise des concepts employés (immigré, intégration, etc.). Données à l’appui, les auteurs (journaliste, chercheurs) rappellent que la France est un pays d’immigration depuis la moitié du XIXe siècle. L’immigration est de ce fait constitutive de l’identité du pays ; au fil du temps, le profil des immigrés a changé, tout comme leurs pays d’origine. Afin de prendre davantage connaissance de la culture des migrants et immigrés1 arrivant en France et de leurs expériences, Mustapha Harzoune, journaliste spécialisé en littératures issues de l’immigration, propose une sélection de romans d’auteurs immigrés. Les questions que posent une société multiculturelle et les différents modèles d’intégration de ces populations sont également traitées. Qui dit société multiculturelle dit diversité des langues. Un dernier chapitre traite donc de la question des allophones2 et de leur intégration dans le paysage français.

3La deuxième partie s’intéresse à l’apprentissage de la langue française et de la vie quotidienne en France qui est proposé dans les bibliothèques. Les démarches partenariales (avec un Centre d’information sur les droits de femmes et des familles, des organismes de formation ou d’aide sociale, etc.) ont une place centrale dans les actions qui sont menées à cet effet. Elles sont indispensables pour qui veut cerner au mieux les usages et besoins des publics issus de l’immigration. Une sélection d’« associations ressources » est d’ailleurs présentée en troisième partie. L’équipe du réseau des bibliothèques de Vénissieux propose ainsi un retour d’expérience sur la mise en œuvre d’ateliers d’apprentissage du français avec l’aide, entre autres, d’organismes spécialisés dans l’enseignement du français langue étrangère (FLE) et dans l’accueil des publics non francophones. Un autre chapitre est consacré au développement d’un fonds FLE et aux bonnes pratiques à tenir, avec les questions à se poser avant de se lancer dans la création, ou le développement, d’un tel fonds. Passant de la sphère des collectivités territoriales au monde universitaire, le dernier chapitre traite des dispositifs d’accueil des étudiants étrangers en bibliothèque universitaire.

4La troisième partie est centrée sur l’accueil des publics migrants et immigrés en bibliothèque. Elle développe plus particulièrement la problématique de leur intégration et de la cohabitation entre les usagers « autochtones » et les migrants, pour une « bibliothèque en partage » (p. 85). Parmi les projets d’intégration mis en œuvre, celui du Centre de ressources de la Gaîté lyrique (Paris) retient l’attention. Le projet a pour objectif de permettre au public des migrants mineurs de s’approprier la bibliothèque, son espace informatique et, à travers cela, de s’approprier également la ville avec la création d’une carte collaborative. Cette dernière leur permet de devenir acteurs du projet tout en se familiarisant avec leur environnement pour acquérir rapidement une autonomie. Cette carte, toujours accessible, est enrichie chaque mois grâce à la participation de jeunes logés en foyers, qui souhaitent faire connaître certains lieux importants. Cette action a pu être menée grâce à l’aide financière de Bibliothèque sans frontières (BSF) et de trois centres d’accueil pour mineurs isolés étrangers (MIE), ce qui rappelle l’importance de la mise en place de partenariats. Sont également présentés des témoignages de directrices de bibliothèques, qui évoquent des situations d’accueil exceptionnelles, avec leurs difficultés et les solutions qui y ont été apportées. Il est intéressant d’apprendre comment des bibliothécaires ont su réagir à des situations urgentes et inhabituelles. Ainsi, la médiathèque de Calais a su faire face à un afflux massif de migrants venus essentiellement à la bibliothèque pour avoir un accès aux prises électriques et à l’eau. La médiathèque Aimé Césaire, à la Courneuve, a quant à elle été confrontée à l’installation d’un camp de Roms à proximité de ses locaux, ce qui a largement augmenté son taux de fréquentation et posé la question des modalités d’inscription pour ces personnes nomades, et donc sans domicile fixe. Chaque auteur prend le temps de contextualiser ces évènements et de décrire les actions mises en œuvre pour les publics. Il est important de noter que le point de vue des bibliothécaires est aussi retranscrit, avec les difficultés qu’ils ont rencontrées et les réticences qu’ils ont pu éprouver. Les auteurs évoquent en outre le développement d’offres de services à destination des migrants, cette fois-ci sur le long terme, à la bibliothèque Václav Havel à Paris. Ils présentent notamment les ateliers de conversation et le travail d’accompagnement des personnes migrantes, mais aussi les limites de ces actions (manque de formation du personnel, barrière de la langue, etc.). La question de la cohabitation des différents publics est également posée. Il en ressort un tableau encourageant, bien qu’obscurci par les derniers évènements3. Enfin, le Musée national de l’immigration et la médiathèque Abdelmalek Sayad invitent à changer de regard sur l’immigration, en écho à la première partie de l’ouvrage. Situés à Paris, ils proposent un vivier de ressources numériques accessibles gratuitement en ligne4 (films, photographies, etc.) sur les thèmes de l’immigration et de son histoire.

5La quatrième partie présente des bibliothèques qui s’engagent à offrir des services en faveur de l’interculturalité. Globlivres, bibliothèque associative suisse, offre un retour d’expérience : cette bibliothèque « 100 % interculturelle » (p. 124) inclut les publics migrants et immigrés dans son fonctionnement, puisqu’ils participent aux acquisitions et aux animations. Elle met à leur disposition, pour un abonnement modique (1 CHF, soit 0.87 €), de nombreux ouvrages dans leur langue maternelle. Les bibliothèques doivent tenir compte de la diversité de leurs publics et de leurs besoins, et ainsi proposer des services accessibles à toute la population du territoire concerné. Ces initiatives permettent aux usagers allophones de maintenir un lien avec leur culture d’origine et d’offrir aussi aux générations suivantes la possibilité de découvrir ou de mieux connaître cette dernière. La bibliothèque devient ainsi un espace de dialogue interculturel. La bibliothèque du Bachut, à Lyon, s’inscrit également dans cette dynamique. Pour répondre aux besoins des publics du quartier, les bibliothécaires ont fait l’acquisition de documents en langues étrangères. Des animations sont organisées afin de permettre des échanges entre les différents publics, allophones ou non. Accueillir des publics migrants et immigrés s’achève sur une série d’exemples qui rapporte différentes situations d’incompréhension nées de la méconnaissance mutuelle des habitudes culturelles, entre les publics migrants et immigrés et les bibliothécaires. Ariella Rothberg, formatrice-consultante spécialiste de l’interculturel, donne quelques clefs pour faire face avec recul à ce genre de situation.

6De mon point de vue, cet ouvrage illustre la grande diversité des publics des bibliothèques, de leurs origines et de leurs parcours, et présente de nombreuses actions qui peuvent être mises en place pour accompagner ces personnes dans leur usage des bibliothèques. Cette lecture permettra aux professionnels des bibliothèques confrontés à l’accueil des publics migrants de ne pas se sentir isolés et démunis. Les nombreux retours d’expérience en France et en Suisse invitent à travailler en réseau et à mettre en place des partenariats. Le mémento qui clôt l’ouvrage rappelle les positions que les professionnels doivent tenir pour accueillir publics migrants et immigrés : « comprendre », « s’entourer », « communiquer », « adapter et s’adapter » et enfin « se former » (p. 161-163). Ce livre leur fournit ainsi des bases de réflexion et d’action pour, on l’espère, une première expérience de terrain réussie, à l’heure où l’on peut regretter le nombre insuffisant de formations offertes aux personnels des bibliothèques en vue de faire face aux enjeux de l’accueil de ces publics.

Haut de page

Notes

1 Une distinction est faite entre ces deux termes dans l’ouvrage. « Migrant » induit ici un déplacement en cours, alors qu’« immigré » implique une installation durable dans le pays d’accueil.

2 Personne dont la langue maternelle diffère de celle du pays où elle réside.

3 « Agressions en série à la bibliothèque Vaclav Havel », Le blog de CGT Culture DAC Ville de Paris, consulté le 21 février 2018.

http://daccgtculture.over-blog.com/2018/01/agressions-en-serie-a-la-bibliotheque-vaclav-havel.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail.

4 http://www.histoire-immigration.fr/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Couffignal, « Lucie Daudin (dir.), Accueillir des publics migrants et immigrés. Interculturalité en bibliothèque », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24514

Haut de page

Rédacteur

Julie Couffignal

Magasinière des bibliothèques à la BU Santé de l’Université Jean Monnet, Saint-Étienne.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page