Navigation – Plan du site

Delphine Gardey et Marilène Vuille (dir.), Les sciences du désir. La sexualité féminine de la psychanalyse aux neurosciences

Laurine Thizy
Les sciences du désir
Delphine Gardey, Marilène Vuille (dir.), Les sciences du désir. La sexualité féminine, de la psychanalyse aux neurosciences, Lormont, coll. « Objets d'histoire », 2018, 334 p., ISBN : 9782356875648.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouve des contributions de chercheur.se.s francophones de Suisse, France, Belgique et Québec, m (...)

1Rendre compte de « la médicalisation contemporaine du désir des femmes » (pour reprendre la formule de Michel Bozon, p. 315) : tel est l’objectif de cet ouvrage collectif, dont le propos est fondé principalement sur l’histoire de la médecine et des sciences relatives à la sexualité féminine – sans toutefois s’y limiter. La perspective est à la fois pluridisciplinaire et internationale1 : à travers dix-sept contributions issues de diverses disciplines (histoire et sociologie principalement, mais aussi philosophie, anthropologie et psychologie clinique), les chercheur.se.s s’intéressent aux modes de connaissances contemporains du désir féminin, scientifiques mais aussi subjectifs. Ainsi, si l’ouvrage entend dresser « une cartographie savante des sciences de la sexualité féminine » (p. 7), il laisse cependant une large part à l’analyse des pratiques et des représentations des acteurs et actrices du désir féminin, en rappelant que les sciences s’inscrivent toujours dans un contexte social spécifique – en l’occurrence, traversé de représentations genrées.

  • 2 Ces deux contributions, ainsi que celle de Marilène Vuille, fournissent une synthèse passionnante d (...)

2L’introduction dense de Delphine Gardey problématise les paradoxes soulevés par ces connaissances scientifiques sur la sexualité féminine : toujours instables et contradictoires, elles sont aussi toujours politiques puisqu’elles engagent des dispositifs de régulation de la sexualité. L’auteur retrace les discours de la médecine et des sciences sur le désir des femmes : si, au XIXe siècle, les scientifiques se focalisent sur l’absence (ou sur l’excès !) de sensualité, l’approche freudienne, au début du XXe, propose au contraire une vision plus optimiste du désir féminin en faisant de l’accomplissement de la « pulsion » sexuelle une finalité normale et souhaitable – cette perspective étant elle-même contestée par les critiques féministes de la psychanalyse concernant la sexualité des femmes. La postface de Michel Bozon rappelle à son tour combien le désir féminin a été construit comme subalterne et inférieur à celui de l’homme par différentes spécialités scientifiques2. Entre les deux, se déploient cinq parties thématiques qui visent à éclairer les procédés employés par les sciences pour classifier, hiérarchiser et tenter de mettre sous contrôle un désir féminin qu’elles perçoivent toujours comme problématique.

3La première partie, qui s’intéresse à « la scène conjugale », montre comment, au cours du XXe siècle, la façon de penser les problèmes sexuels et conjugaux s’inscrit dans une conception du couple comme institution à préserver, par le secours si ce n’est de la justice, du moins de la médecine sexuelle. On voit ici comment le développement de la chirurgie sexuelle et de la sexologie pour remédier à difficultés sexuelles s’articule au souci de maintenir l’ordre social et matrimonial. Ainsi, le chapitre de Julie de Ganck, qui analyse la façon dont sont pensés et fabriqués les premiers vagins artificiels (entre 1870 et 1915), s’il donne à voir une première dissociation entre sexualité reproductive et sexualité récréative, rappelle que la sexualité conjugale demeure alors une sexualité coïtale : les vagins artificiels n’ont pas vocation au plaisir des femmes, ils permettent avant tout de restaurer une sexualité « normale » (c’est-à-dire pénétrante), afin de préserver l’ordre moral du mariage. Les chapitres suivants, rédigés par Taline Garibian, Christel Gumy et Cynthia Kraus, s’intéressent au cas de la Suisse romande entre les années 1930 et aujourd’hui, et montrent de même que le développement de la sexologie se fonde sur le souci de limiter les divorces : la « médecine du mariage » (p. 76) (planification familiale, consultation de thérapie sexuelle…) se substitue progressivement au droit et à la morale pour préserver la conjugalité, par le biais de la « satisfaction sexuelle ».

4La deuxième partie déplace la focale à l’époque contemporaine et se penche sur la biomédicalisation et la clinique du désir. Les nouvelles sciences en plein essor (pharmacologie, neurobiologie comportementale, techniques de neuroimagerie, endocrinologie…) qui, depuis les années 1980, s’emparent de la question du désir féminin, sont tributaires de conceptions préalables de ce désir en même temps qu’elles viennent requestionner, ou mettre à jour, ses définitions et ses enjeux. Le chapitre de Marilène Vuille, dans une perspective d’histoire des sciences, retrace la façon dont les catégories nosologiques de la médecine performent la représentation d’un moindre désir – ou d’une absence de désir – féminin : partant de l’idée que ce «“problème” […] ne préexiste pas à son traitement scientifique, médical et médiatique » (p. 89), l’autrice montre comment différents acteurs et actrices (médecins, psychologues, scientifiques…), par la production de discours sur la sexualité féminine, contribuent à la construire comme problématique (tout) en envisageant comment remédier à ses « dysfonctions ». Les chapitres suivants viennent illustrer cette thèse par l’exemple paradigmatique du « viagra rose ».

5Alain Giami analyse en détail la nature des débats autour de la mise sur le marché en 2015 aux États-Unis d’un médicament pour remédier aux troubles du désir féminin. La controverse, qui se déploie à la Food and Drug Administration entre les laboratoires pharmaceutiques et les opposant.e.s à la commercialisation, repose sur des visions de la sexualité féminine et des registres d’argumentation distincts : les laboratoires, qui conçoivent la sexualité comme une fonction physiologique, fondent leur discours sur des critères moraux basés sur l’égalité entre les sexes, les femmes devant comme les hommes avoir droit à un médicament pour stimuler leur désir, alors que les militant.e.s, pour qui la sexualité est une pratique sociale, contestent l’efficacité clinique du « viagra rose » à partir de critères scientifiques.

6Le chapitre de Lili Ferreira Testoni de Faro, en se basant sur l’épistémologie des sciences de Ludwik Fleck, montre comment une hypothèse scientifique débattue par les spécialistes peut être perçue comme une vérité démontrée à mesure qu’on s’éloigne des acteurs centraux du débat. À partir d’une enquête ethnographique menée au Brésil dans les congrès de gynécologie où se rencontrent les médecins experts en sexologie et les spécialistes des « soins gynécologiques », l’autrice met ainsi en évidence comment l’hypothèse que la testostérone peut remédier à des troubles du désir féminin, largement débattue par les sexologues et experts, devient pour les médecins au contact des patientes une certitude qui se traduit par des prescriptions de testostérone plus ou moins systématiques face à un trouble du désir exprimé par les femmes. Ces deux chapitres sur les débats autour du « viagra rose » montrent ainsi les mécanismes de la science à l’œuvre, dans ses hésitations, ses contradictions et ses simplifications parfois contestables.

7La troisième partie approfondit l’analyse de la construction sociale des « sciences du désir » en s’intéressant au vocabulaire des « sciences du sexe » et aux métaphores qu’elles emploient. La traduction d’un article d’Emily Martin de 1991 rappelle combien le « roman d’amour » entre ovule et spermatozoïde, construit par la science pour décrire la fécondation, est basé sur des rôles féminins et masculins stéréotypés ; la conséquence (au-delà d’une stigmatisation des femmes comme passives et d’une dévalorisation de leur rôle) a été une méconnaissance tardive des mécanismes physiques et biologiques réels de la fécondation, le fait biologique étant rendu invisible par des discours non scientifiques. Isabelle Dussauge montre à son tour comment le vocabulaire des neurosciences qui s’intéressent à la sexualité importe des métaphores venues de la neuroéconomie, avec pour conséquence une représentation du désir humain comme récompense d’un choix de consommation. Ces deux contributions mettent ainsi en évidence comment des représentations et des rapports de pouvoir extérieurs aux « sciences du sexe » viennent cadrer la façon dont ces sciences conçoivent et nomment la sexualité, qu’il s’agisse de rapports de genre ou d’un contexte capitaliste.

8La quatrième partie s’éloigne de l’analyse historique générale ou des questionnements épistémologiques pour s’intéresser aux enjeux des transformations de sexe et de genre, à travers des contributions analysant des pratiques médicales spécifiques. Laurence Hérault, à partir d’une analyse de la façon dont la médecine expérimentale conçoit (voire instrumentalise) le désir spécifique des femmes transgenres comparativement à celui des hommes et des femmes cis, met en évidence les biais de construction des travaux de psychologues et sexologues : au-delà des problèmes posés par le dispositif expérimental en lui-même (notamment l’instrument de mesure choisi), l’autrice montre comment des représentations sur le « dimorphisme sexuel », qui préexistent à l’expérience, en déterminent les conclusions. On voit alors comment des normes et des représentations sociales président non plus seulement aux discours scientifiques, mais aussi à l’analyse des résultats.

  • 3 La nymphoplastie est une opération chirurgicale qui consiste à réduire la taille des petites lèvres (...)
  • 4 Hélène Martin, Rebecca Bendjama et Raphaëlle Bessette-Viens, les sociologues qui enquêtent auprès d (...)

9Ces normes peuvent également orienter des pratiques médicales, comme l’illustrent les chapitres suivants qui s’attachent à la question de la chirurgie esthétique des organes génitaux féminins, du point de vue des médecins (par une enquête sociologique réalisée par entretien) et des patientes (par un texte de Sara Piazza, psychologue clinicienne). Dans les deux cas, sous couvert d’un discours émancipateur lié à l’appropriation par la femme de son corps et de son désir, la nymphoplastie3 rejoue en réalité des rapports de genre. La norme ne relève alors plus de la statistique médicale, mais bien des représentations que les acteur.trices s’en font : dans cette volonté des femmes, soutenues à certaines conditions par les médecins4, de réduire leur sexe à une discrète fente, s’actualisent des représentations genrées – comme l’injonction faite aux femmes quant au contrôle de leur corps, à la pudeur et à la non-exubérance.

10La dernière partie, « Désir et subjectivité », s’éloigne radicalement des conceptions médicales du désir féminin pour donner la parole aux acteurs et actrices : Celia Roberts souligne que la puberté précoce des jeunes filles suscite chez les médecins des inquiétudes relatives aux risques d’agressions sexuelles, alors même qu’il serait envisageable de se questionner sur (voire de valoriser !) la façon dont ces jeunes adolescentes vivent leur propre désir. Le chapitre de Claire Balleys, qui analyse la ritualisation de la féminité par les adolescentes youtubeuses, y fournit une forme de réponse décalée : les jeunes filles, contrairement aux garçons, ne mettent pas en scène leur désir sexuel, ou alors sous une forme euphémisée ou enfantine. Enfin, les contributions de Sylvie Chaperon et Natacha Chetcuti-Osorovitz mettent en lumière les particularités du désir homosexuel féminin, à travers l’exemple des amours de Simone de Beauvoir et l’analyse d’une forme d’émancipation des lesbiennes relativement aux normes de genre.

11Cet ouvrage d’une richesse considérable réussit ainsi le pari d’articuler des textes d’histoire des sciences très denses – sur le plan tant des concepts, des références, que de la temporalité – avec des études de cas locales pour venir analyser et exemplifier les transformations du regard que les sciences ont porté sur le désir féminin, en contribuant tout autant à le connaître qu’à performer des représentations genrées. En appliquant à un objet spécifique – le désir féminin – les méthodes de déconstruction épistémologique du savoir, ce livre rappelle avec brio que la science en train de se faire est toujours aux prises avec des représentations fondées sur des rapports de pouvoir.

Haut de page

Notes

1 On trouve des contributions de chercheur.se.s francophones de Suisse, France, Belgique et Québec, mais aussi des contributions anglophones, traduites pour la publication de l’ouvrage et issues des travaux de chercheur.se.s des États-Unis, du Brésil, du Royaume-Uni et de Suède.

2 Ces deux contributions, ainsi que celle de Marilène Vuille, fournissent une synthèse passionnante du propos : les lecteur.trices pressé.e.s pourront s’y référer en priorité.

3 La nymphoplastie est une opération chirurgicale qui consiste à réduire la taille des petites lèvres de la vulve.

4 Hélène Martin, Rebecca Bendjama et Raphaëlle Bessette-Viens, les sociologues qui enquêtent auprès des médecins, montrent ainsi que les femmes que les praticiens acceptent d’opérer répondent à certains critères : il faut que la demande vienne de « la patiente » et pas d’une pression extérieure ; que l’opération puisse corriger ce qui est présenté comme une entrave au bien-être sexuel (l’opération ne pouvant faire advenir un bien-être initial inexistant) ; qu’elle ne renvoie pas à un problème plus général de rapport de la femme à son corps, que les médecins peuvent considérer comme une pathologie psychiatrique. Ainsi « la patiente éligible est une femme qui, encombrée d’une morphologie génitale ou d’une image de soi défaillante, répond au devoir de cultiver son bien-être et sa santé sexuelle » (p. 225) ; autrement dit, une femme autonome souhaitant souscrire à la norme de l’épanouissement sexuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurine Thizy, « Delphine Gardey et Marilène Vuille (dir.), Les sciences du désir. La sexualité féminine de la psychanalyse aux neurosciences », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 03 avril 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24518

Haut de page

Rédacteur

Laurine Thizy

Doctorante en sociologie à l’Université de Paris 8, membre du CSU-CRESPPA et chargée de cours à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page