Navigation – Plan du site

Pascal Lardellier, Enquête sur le business de la communication non verbale. Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel »

Antoine Pelicand
Enquête sur le business de la communication non verbale
Pascal Lardellier, Enquête sur le business de la communication non verbale. Une analyse critique des pseudosciences du "langage corporel", Caen, EMS Editions, 2017, 240 p., ISBN : 978-2-84769-946-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est fait référence aux travaux précurseurs d’Erving Goffman qui avait pointé notamment, dans La (...)

1Sur un ton enlevé et acerbe, Pascal Lardellier examine de manière critique le business de la communication non verbale. Il ne rejette pas entièrement cette notion qui renvoie à des recherches accordant aux attitudes corporelles une signification quant à la pensée profonde d’un individu. Mais le succès contemporain de la « communication non verbale » interroge effectivement : la mise en avant éditoriale et médiatique de figures se réclamant de ce courant reflète-t-elle de réelles avancées dans les sciences de l’information et de la communication ? La réponse se trouve en réalité donnée dès les premières pages, voire dans le titre : il ne s’agit que de « pseudosciences », se limitant à l’élaboration de techniques d’un soi-disant « langage corporel ». En tant que professeur en sciences de l’information et de la communication, l’auteur s’irrite de la prétention souvent affichée par les tenants du décryptage gestuel de s’approprier le champ de la communication non verbale, qui a progressivement émergé grâce aux apports de grands noms des sciences humaines et sociales, et de leur fâcheuse tendance à mobiliser une légitimité universitaire1. D’un autre côté, son expérience passée de formateur en entreprise le conduit à également insister sur la pénétration opérée par les tenants des pseudosciences du langage corporel dans les programmes de formation continue fréquemment proposés aux salariés, et à en chercher les causes.

  • 2 Lardellier Pascal, Arrêtez de décoder : pour en finir avec les gourous de la communication, Charmey (...)

2Ce livre vient prolonger un précédent écrit de l’auteur, publié en 20082, et se justifie selon lui par le fait qu’il n’avait pas alors passé au crible les théories déployées par les auteurs des nombreux ouvrages de vulgarisation vantant le « langage corporel ». Même si le présent volume traite largement de questions scientifiques, son écriture s’éloigne des canons universitaires. Pascal Lardellier fait le choix d’un mode d’écriture assez libre grâce auquel il peut faire part à la fois de ses lectures, de ses rencontres et des échanges oraux qu’il a pu avoir avec ceux qu’il appelle des « témoins », issus du domaine des sciences humaines ou du secteur de la formation professionnelle.

3L’auteur n’hésite pas à plusieurs reprises à se mettre en scène ou à user d’anecdotes. Ces figures de style s’ajoutent ainsi à des développements plus théoriques pour les rendre plus accessibles et amener les lecteurs à découvrir la supercherie que constitue aujourd’hui le décryptage du « langage corporel ». Par contre, même si le titre évoque la notion journalistique d’enquête, il ne faut pas s’imaginer que le plan du livre suit la chronologie des investigations. Un premier chapitre présente avec pédagogie les travaux de sociologie et de psychologie que l’auteur considère comme importants en matière de communication non verbale. Il s’agit surtout de reconnaître la qualité de recherches universitaires, passées et présentes, alors que se développent plusieurs pseudosciences ayant tendance à nier la complexité de la communication non verbale et qui sont étudiées en détail par la suite.

  • 3 Salman Scarlett, « Un coach pour battre la mesure ? La rationalisation des temporalités de travail (...)

4Trois parties thématiques structurent ensuite l’exposé et constituent le cœur de l’ouvrage. Dans la première, Pascal Lardellier s’interroge sur ce qui fait de la communication non verbale un phénomène de société. Il revient d’abord sur les déclinaisons contemporaines de l’individualisme et sur l’attrait pour la psychologie qui en découle. Cet intérêt a conduit selon lui à une reformulation extrêmement simplifiée des recherches sur les relations entre corps et langage, dans une visée seulement pratique. La communication non verbale se serait imposée comme une technique de maîtrise de soi, de manière assez similaire à ce que l’on peut trouver dans la dynamique actuelle du « développement personnel ». Pour Pascal Lardellier, la communication non verbale constitue du reste très largement une déclinaison « professionnelle » du développement personnel, propagée par les nouvelles figures que constituent les coachs et par le dévoiement de la formation continue, notamment pour les cadres d’entreprise en quête de solutions simples et faciles à mettre en œuvre. Ce faisant, l’auteur relie l’attrait de ces nouveaux discours à des transformations sociales profondes du travail en entreprise, de l’édition en sciences humaines et de la production audiovisuelle contemporaine. Même si ces pistes de recherche restent traitées de manière rapide et ne font pas l’objet de véritables démonstrations sociologiques, elles peuvent faire écho à d’autres travaux déjà menés sur des sujets comme le coaching3.

5Deux chapitres sont ensuite consacrés au contenu scientifique de plusieurs approches de la communication non verbale : la programmation neuro-gestuelle, la synergologie, la process com, la gestuologie, la morphobiologie, la morphogestuelle... L’auteur prend soin dans un premier temps de retracer la généalogie de l’idée d’une matérialisation corporelle des pensées et des ressentis d’un individu, en partant de l’Antiquité pour vite aboutir à ce qu’il qualifie de « quatrième période des bonimenteurs », à partir des années 1980. Sur un plan théorique, le renouveau actuel de ces idées est impulsé par la popularisation des recherches en psychologie connues sous le nom d’analyse transactionnelle et de programmation neuro-linguistique. Pascal Lardellier montre alors ce qu’il considère comme un détournement des théories opéré par une pléiade d’auteurs dans le but de proposer des produits plus « vendeurs » sur le marché de l’édition ou de mieux coller aux préoccupations managériales des prescripteurs de formation continue dans les entreprises.

6L’auteur procède ainsi dans un deuxième temps à une analyse des discours tenus par ces nouveaux « maîtres à panser », à partir d’un corpus impressionnant d’ouvrages, d’entretiens, de comptes rendus de conférences et de programmes de formation continue. Les non-spécialistes risquent de se sentir quelque peu égarés au fil des renvois variés à telle ou telle doctrine. Ce décryptage a malgré tout l’avantage de faire ressortir des similarités dans les techniques discursives (le recours aux citations, la décontextualisation, l’emploi de formules suggestives, l’abondance des préconisations) et dans le cadre d’analyse (conception mécaniste des corps, environnement social brimant le développement des individus, importance stratégique des interactions). Pascal Lardellier montre ainsi combien les circonvolutions de ces auteurs leur permettent de convoquer l’autorité de l’université tout en se dispensant de rigueur dans la méthodologie et de prudence dans leurs affirmations. Il ne résiste pas à l’envie de montrer, pour clore le chapitre, comment ces auteurs (plus particulièrement ici Joseph Messinger et Jacques Salomé) construisent la crédibilité de leurs discours sur des mises en scène propres à susciter la confiance et la fascination chez le lecteur.

7Le dernier chapitre élargit le débat en examinant son inscription actuelle dans la société du spectacle. Pourquoi les tenants de la communication non verbale se trouvent-ils invités sur les plateaux de télévision – souvent de préférence à un universitaire – pour analyser des décisions politiques ? Pourquoi certains scénaristes mobilisent-ils dorénavant ces figures dans des séries policières où la fiction s’élabore sur des éléments documentaires (en particulier, la série Lie to me) ? Le risque est alors, selon Pascal Lardellier, de faire disparaître les repères du réel, en laissant accroire au téléspectateur que les gestes ou l’image d’un individu peuvent suffire à expliquer ses motivations, voire à prédire son comportement.

8Au-delà de la valeur indéniable que présente cet ouvrage pour ceux qui s’intéressent aux transformations les plus récentes des sciences humaines, il s’avère être un témoignage précieux du débat épistémologique qui secoue aujourd’hui les sciences de l’information et de la communication. Discipline universitaire récente, elle affronte manifestement, avec l’engouement pour la communication non verbale, des turbulences caractéristiques des domaines d’étude dont le modèle de scientificité n’est pas unanimement partagé (l’allusion à Durkheim en conclusion du livre est d’ailleurs de bon aloi, tant les arguments mobilisés ici évoquent les péripéties de la sociologie au tournant du XXe siècle). Pascal Lardellier apparaît pleinement conscient de cet état de fait et souhaite « remettre l’église au centre du village », pour reprendre son expression. En ce sens, l’ouvrage peut se lire comme une prise de position argumentée dans une délimitation rendue nécessaire des frontières disciplinaires des sciences de la communication.

Haut de page

Notes

1 Il est fait référence aux travaux précurseurs d’Erving Goffman qui avait pointé notamment, dans La mise en scène de la vie quotidienne (1959), le rôle des corps dans la construction des interactions sociales. Pour les recherches plus actuelles, Pascal Lardellier s’appuie fortement sur l’élaboration par Yves Winkin d’une Anthropologie de la communication (1996) prenant également en compte les communications non verbales.

2 Lardellier Pascal, Arrêtez de décoder : pour en finir avec les gourous de la communication, Charmey, Éditions de l’Hèbe, Coll. « Paradigmes », 2009.

3 Salman Scarlett, « Un coach pour battre la mesure ? La rationalisation des temporalités de travail des managers par la discipline de soi », Revue d’anthropologie des connaissances, vol. 8, n° 1, 2014, p. 97-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Pelicand, « Pascal Lardellier, Enquête sur le business de la communication non verbale. Une analyse critique des pseudosciences du « langage corporel » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24519

Haut de page

Rédacteur

Antoine Pelicand

Docteur en sociologie, Université de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page