Navigation – Plan du site

Stéphane Tonnelat, William Kornblum, International Express. New Yorkers on the 7 Train

Blandine Legendre
International Express
Stéphane Tonnelat, William Kornblum, International Express. New Yorkers on the 7 Train, New York, Columbia University Press, 2017, 299 p., ISBN : 9780231181488.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans le vocabulaire durkheimien, la « morale » désigne l’ensemble des normes et des valeurs qui rég (...)

1Le métro nous place dans une situation sociale paradoxale : lieu clos où se côtoient des individus de milieux très différents, il est aussi un lieu où l’anonymat est de règle et est souvent érigé en symbole de l’aliénation urbaine. À partir d’une étude de cas sur la ligne 7 du métro new-yorkais, Stéphane Tonnelat et William Kornblum montrent au contraire combien le métro est un espace social riche, où se jouent une multitude d’interactions de nature « micro-morale »1 (p. 9). Par leur coprésence, qui exige une coopération minimale, les passagers développent une forme particulière de sociabilité, que les auteurs qualifient de « communauté situationnelle en transit » (p. 101).

  • 2 Erving Goffman, Behavior in Public Places, New York, The Free Press, 1963 ; compte rendu de Lionel (...)
  • 3 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aiguës, Éditions de l’Aube, 1998 ; compte-rendu de (...)

2Le terme « situationnelle » utilisé ici n’est pas anodin : il renvoie au concept de « situation », développé par Erving Goffman dans sa théorisation des espaces publics, qu’il définit comme « la totalité de l’environnement spatial où se tient (ou se rend présent) un rassemblement, dans lequel une personne qui entre devient membre. Les situations commencent quand un contrôle mutuel se met en place entre les personnes coprésentes. Elles se terminent quand la dernière personne restante s’en est allée »2 Les auteurs se revendiquent explicitement d’Isaac Joseph3, qui avait participé à la conception de ce projet et s’inscrivait lui-même dans la lignée interactionniste de la seconde École de Chicago. À partir d’un matériau empirique abondant, Stéphane Tonnelat et William Kornblum ont ainsi cherché à documenter en quoi les pratiques des usagers à la fois façonnent et sont influencées par le microcosme social que constitue la ligne 7.

  • 4 « Stand clear of the closing doors », notre traduction, pour toutes les citations proposées dans ce (...)
  • 5 « If you see something, say something ».
  • 6 Traduction littérale de l’expression goffmannienne « civil inattention » (p. 119), soit le respect (...)
  • 7 Erving Goffman, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books, 1959 ; disponibl (...)

3Ce microcosme est régi par des normes explicites, édictées par la Metropolitan Transportation Authority (MTA) ou la police (telles « Tenez-vous à l’écart des portes coulissantes »4 et « Si vous voyez quelque chose, dites quelque chose »5), ou implicites (telles « l’inattention civile »6, ou le principe du « premier arrivé, premier servi »), toutes orientées vers un but commun : « moving forward », mener à bien le trajet, en établissant un climat de confiance. Autre emprunt intéressant au vocabulaire goffmannien, le terme de « confiance » occupe une place importante au sein de l’ouvrage : il apparaît dans le titre du chapitre central, qui est aussi le chapitre le plus développé et le plus théorique (chapitre 5). Erving Goffman écrivait : « en dépit de leur mauvaise réputation, les rues des villes constituent un cadre où des gens qui ne se connaissent pas se manifestent à tout moment une confiance réciproque »7 ; cette phrase pourrait aisément s’appliquer au métro new-yorkais tel que décrit par Stéphane Tonnelat et William Kornblum.

  • 8 Traduction de l’anglais « manspreading », p. 144.

4Ce cadre moral laisse néanmoins aux usagers une certaine marge de manœuvre : à condition de ne pas interférer avec la bonne marche du métro, les plus expérimentés développent par exemple des stratégies individuelles, qui répondent à leur propre programme d’optimisation personnelle (notamment au moment d’arbitrer entre un gain de temps et le confort que peut représenter une place assise). Les situations de conflit entre passagers sont quotidiennes (mêmes si négligeables par rapport au nombre d’interactions qui ont lieu), et permettent de réaffirmer, tout en en testant les limites, l’ordre moral métropolitain. Par exemple, alors que le genre devrait être une catégorie sociale non pertinente au sein du métro, qui valorise l’anonymat et l’égalité de traitement entre tous les passagers, il n’est pas rare que se produisent des comportements sexistes (comme le fait pour un homme de « s’étaler »8 et d’empiéter sur l’espace de sa voisine) ou de harcèlement sexuel (allant d’un regard insistant à une remarque déplacée, voire à des tentatives d’attouchement en cas d’affluence). Quelle que soit la réaction choisie par la femme qui en est victime, elle répond toujours à des impératifs moraux : ne rien dire pour maintenir une apparence de normalité, ou parler tout haut pour réaffirmer le droit à l’anonymat et le principe de non-intrusion de l’espace d’autrui dans le métro.

  • 9 Traduction des termes utilisés par les auteurs : « contextualisation skills » (p. 43), « code switc (...)
  • 10 « Riding in group or alone helps them realize that they do not have to give up their identity in or (...)

5Le (bon) déroulement d’un trajet suppose donc le développement de compétences spécifiques (analyse de l’environnement ; préparation mentale à l’impersonnalité du métro ; co-gestion de l’espace ; capacité à rendre des comptes aux autres passagers…9). L’apprentissage est une notion clé de l’ouvrage, dont les enjeux ne se limitent pas à l’utilisation des transports en commun et à la mobilité citadine, mais à l’acquisition d’une identité new-yorkaise – ce que Stéphane Tonnelat et William Kornblum appellent « cosmopolitisme » (p. 8), c’est-à-dire la capacité à gérer des situations de diversité sociale. Pour les récents immigrés, particulièrement nombreux sur la ligne 7 (d’où son surnom « International Express »), mais également pour toute personne qui doit apprendre à devenir autonome dans la ville, cet apprentissage constitue un premier pas vers l’assimilation. Comme précisé en introduction, se focaliser sur les populations immigrées est un moyen de révéler des mécanismes plus généraux, qui ne se limitent pas à ces populations. De même, l’étude du comportement des adolescents est utilisée de façon maïeutique par les auteurs : leur désarroi lorsqu’ils sont seuls comme leur assurance sonore lorsqu’ils sont en groupe montrent, sous deux éclairages différents, leur processus d’apprentissage : ils réalisent alors « qu’ils n’ont pas à abandonner leur identité pour disparaître dans la foule des passagers. Ils peuvent être new-yorkais et musulmans, new-yorkais et hispaniques, etc., tant qu’ils sont des usagers compétents des transports en commun »10 (p. 188).

  • 11 « Working consensus », Erving Goffman, op. cit.

6L’un des objectifs de ce travail est de dépasser la figure idéaltypique du passager, seul et anonyme, qui est au centre des études classiques sur le métro, en accordant une attention particulière aux interactions qui mobilisent les catégories de genre, d’origine ethnique ou d’âge, et impliquent à ce titre des compétences spécifiques. Les règles mentionnées plus haut sont essentielles, mais non suffisantes pour expliquer l’ordre social qui émerge au sein de cette « communauté en transit ». Cet ordre social nécessite une compréhension plus fine des interactions à l’œuvre, qui témoignent d’une négociation permanente, ce qu’Erving Goffman appelle le « consensus en construction »11.

  • 12 « Parochial and public realms ».
  • 13 La validité interne d’une étude renvoie à sa fiabilité et sa rigueur, tandis que la validité extern (...)

7En termes de méthodologie, une attention particulière est portée à la manière dont l’espace et le temps structurent l’expérience du métro. Ainsi, de nombreuses observations ont été effectuées au sein de stations de métro comme à bord des trains pour étudier les dynamiques spatiales des interactions entre différents groupes ethniques (chapitre 2) ou différents types d’acteurs : employés de la MTA, policiers, vendeurs ambulants, interprètes, mendiants et prosélytes (chapitre 4). Des entretiens ont été aussi réalisés en accompagnant des enquêtés le long de leur trajet depuis chez eux jusqu’à la station de métro, de sorte à étudier le passage progressif de la « sphère familiale » du voisinage à la « sphère publique » impersonnelle du métro (p. 64)12, qui induit un changement mental perceptible dans le discours des enquêtés (chapitre 3). Les auteurs ont également exploité des témoignages écrits sous forme de journaux de bord tenus par certains enquêtés ou de publications sur des forums afin de recueillir l’expérience et le ressenti des passagers (chapitres 4, 6 et 7 en particulier). La rigueur méthodologique des auteurs se traduit par un souci de validation externe13 de leur étude de cas. Des statistiques descriptives à partir de données du recensement ont notamment été mobilisées pour évaluer la représentativité des observations (en les confrontant à leurs propres dénombrements effectués sur place), ou encore pour valider certaines hypothèses émises sur le terrain (comme le fait que les stéréotypes constatés à l’égard de certaines minorités à un endroit donné soient liés à l’importance numérique relative de ces dernières dans le quartier considéré) (chapitre 2). Aussi, de nombreux éléments de contextualisation historique viennent replacer l’enquête au sein des études urbaines (chapitres 8 et 9 en particulier), démarche d’autant plus pertinente que le développement du métro a été l’un des éléments moteurs du développement de la ville de New York.

8En conclusion, ce travail constitue une étude de cas utile, qui montre la pertinence du cadre goffmannien en études urbaines et présente l’intérêt de réconcilier une approche microsociologique, en analysant des interactions, avec une perspective plus macro, en mobilisant des catégories sociales comme le genre ou l’origine ethnique. Outre la grande clarté du propos et la rigueur théorique dont font preuve les auteurs, ce travail convainc par la diversité des méthodes utilisées, toujours en lien avec un objectif donné. De façon assez remarquable, chaque chapitre répond à une question particulière, et mobilise pour ce fait une méthode spécifique. La régularité des paragraphes introductifs, des résumés et des transitions rend transparente la progression de l’exposé, tout en rappelant en permanence les problématiques soulevées. À ce titre, la lecture de cet ouvrage intéressera non seulement les chercheurs en sociologie urbaine, sociologie des migrations et sociologie du travail, mais également tout étudiant désireux de se former aux méthodes de la recherche ethnographique.

Haut de page

Notes

1 Dans le vocabulaire durkheimien, la « morale » désigne l’ensemble des normes et des valeurs qui régissent la société ; le terme « micro-morale » renvoie aux normes et valeurs spécifiques à un espace social particulier, en l’occurrence le métro new-yorkais.

2 Erving Goffman, Behavior in Public Places, New York, The Free Press, 1963 ; compte rendu de Lionel Francou : http://journals.openedition.org/metropoles/5130.

3 Isaac Joseph, La Ville sans qualités, La Tour d’Aiguës, Éditions de l’Aube, 1998 ; compte-rendu de Jean-Loup Gourdon : http://www.persee.fr/doc/aru_0180-930x_1999_num_82_1_2239_t1_0161_0000_3.

4 « Stand clear of the closing doors », notre traduction, pour toutes les citations proposées dans ce compte rendu.

5 « If you see something, say something ».

6 Traduction littérale de l’expression goffmannienne « civil inattention » (p. 119), soit le respect de l’anonymat et de la tranquillité des autres passagers.

7 Erving Goffman, The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Books, 1959 ; disponible en ligne : https://openlibrary.org/works/OL3282045W/The_presentation_of_self_in_everyday_life.

8 Traduction de l’anglais « manspreading », p. 144.

9 Traduction des termes utilisés par les auteurs : « contextualisation skills » (p. 43), « code switching » (p. 45), « cooperative mobility » (p. 115) et « account giving ».

10 « Riding in group or alone helps them realize that they do not have to give up their identity in order to disappear in the crowd of riders. They can be New Yorkers and Muslim, New Yorkers and Hispanic, and so on as long as they are competent at riding the trains ».

11 « Working consensus », Erving Goffman, op. cit.

12 « Parochial and public realms ».

13 La validité interne d’une étude renvoie à sa fiabilité et sa rigueur, tandis que la validité externe renvoie à sa possible généralisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blandine Legendre, « Stéphane Tonnelat, William Kornblum, International Express. New Yorkers on the 7 Train », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 avril 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24537

Haut de page

Rédacteur

Blandine Legendre

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Cachan. Titulaire du master de sociologie quantitative et démographie de l’Université Paris-Saclay. Administratrice de l’Insee.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page