Navigation – Plan du site

John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, Les sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes présentés par Fabrice Bensimon

Claire Lemercier
Les sentiers de l'ouvrier
John Colin, Charles Manby Smith, William Duthie, Les sentiers de l'ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850), Paris, Editions de la Sorbonne, 2018, 136 p., trad. Sabine Reungoat, prés. Fabrice Bensimon, ISBN : 979-10-351-0044-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Comme Gribaudi Maurizio, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée (1789-1848), Paris, La Découve (...)

1Bien des ouvriers de métiers britanniques du XIXe siècle ont publié des textes autobiographiques. Leurs articles et livres, nettement plus nombreux que ceux dus à des ouvriers français, ont déjà été abondamment utilisés pour écrire l’histoire du travail, ainsi que celle des rapports populaires à l’écrit, au Royaume-Uni. Or, certains de ces ouvriers ont voyagé pour travailler, notamment à Paris. L’historien Fabrice Bensimon propose, dans ce court ouvrage illustré, une présentation de quelques-uns de ces récits, traduits en français par Sabine Reungoat. Il contribue ainsi à un regain d’intérêt pour l’histoire sociale de la capitale, déjà manifeste dans d’autres publications également dues à des historiens mais présentées pour être accessibles à un large public1. Un court texte liminaire présente efficacement pour un public étudiant – ou plus généralement non spécialiste, mais intéressé par Paris au XIXe siècle – des éléments de contexte nécessaires, accompagnés d’utiles notes bibliographiques qui renvoient à des travaux anglais et français.

2Fabrice Bensimon souligne ainsi l’ampleur de l’émigration britannique au premier XIXe siècle. Certes dirigée en grande partie vers les colonies ou anciennes colonies, cette émigration mène aussi vers l’Europe continentale nombre d’ouvriers aux savoir-faire reconnus. Ce ne sont pas, pourtant, des récits de spécialistes des nouvelles machines que nous lisons ici. Les auteurs appartiennent à une aristocratie ouvrière plus ancienne. John Colin (dont le récit est très court) a été formé comme apprêteur de cuir, Charles Manby Smith (dont le texte m’a semblé particulièrement utile pour les historien.ne.s) comme typographe, William Duthie comme orfèvre. C’est l’occasion de découvrir ou redécouvrir (à travers aussi leurs descriptions de maçons ou de corsetières) que la croissance française du premier XIXe siècle reposait largement sur de petits ateliers, boutiques et chantiers urbains, que ce soit pour la fabrication d’objets de luxe ou de mode, souvent exportés, ou pour celle de biens directement consommés en ville.

  • 2 Il s’agit de Statistique de l’industrie à Paris résultant de l’enquête faite par la Chambre de Comm (...)

3Les sources sur les gestes, les conditions de travail, la collaboration concrète entre ouvriers, la manière de trouver un emploi ou encore les rémunérations à cette période, dans ces très petites entreprises (comme on ne le disait pas encore) sont très rares. La tentation est donc grande de prendre les récits des trois Britanniques pour argent comptant – et cela d’autant plus qu’ils décomptent précisément l’argent avec une grande précision. Duthie, notamment, se lance dans une description à prétention générale des budgets ouvriers ; les trois récits donnent des détails passionnants sur les formes du crédit, les modes de paiement des salaires (au temps ou à la pièce), ou encore la présence précoce de chèques dans une maison de jeu. Ces détails ne doivent pas faire oublier les réflexes élémentaires de critique des sources : j’ai ainsi retrouvé chez Duthie des chiffres et des assertions sur l’apprentissage, et sur le monde ouvrier en général, clairement issus d’une statistique française de l’époque, politiquement très orientée, qu’il ne cite pas explicitement2. Fabrice Bensimon (p. 97-98) souligne que Duthie lui-même reconnaissait ne pas seulement écrire à partir de son expérience personnelle – il était bien vu de se documenter, même pour écrire son autobiographie... En outre, son texte mêle deux Paris : celui de son séjour, au début des années 1840, et celui d’après 1848, le temps de l’écriture (son texte est d’abord paru en feuilleton dans l’hebdomadaire de Charles Dickens, Household Words). C’est toute la difficulté de ce type de source, si séduisantes au premier degré, et ce qui les rend d’autant plus intéressantes à lire avec des étudiant.e.s en histoire.

  • 3 Sur les lectures du social dans les différents genres littéraires du XIXe siècle, on peut lire en c (...)

4Fabrice Bensimon explicite ainsi ce que les textes qu’il édite doivent au récit de vie comme genre littéraire, et pas uniquement à l’expérience de leurs auteurs (p. 10-21). L’alphabétisation précoce dans les pays protestants est une condition nécessaire, mais non suffisante, de l’existence de ces écrits ouvriers. L’intérêt des lettrés anglais pour la question sociale, mais aussi pour les récits picaresques de soldats ou de pirates, a fait naître un public aux attentes duquel les auteurs ont la tentation de se conformer. Les trois textes édités ici sont ainsi socialement plutôt conservateurs. Cela n’empêche pas Smith, par exemple, de donner sa version du long discours d’un compagnon d’atelier socialiste, qui parle aussi bien de la loi du plus fort dans la nature que de l’utilisation du droit par les puissants pour figer leurs avantages (p. 69-70). Que disent ces pages du socialisme ouvrier parisien de 1830, sachant que l’ouvrage est publié à Londres en 1853 ? La réponse n’est pas triviale, mais ce n’est sans doute pas « rien »...3

5Si leur interprétation demande ainsi des efforts, les trois récits proposent des vignettes sur bien des sujets : outre le travail et Paris, ces textes évoquent la nourriture et le logement populaires (non pas ceux des plus pauvres, mais des ouvriers qui travaillent), les barricades de 1830, un duel, l’hôpital Bicêtre, la mise en nourrice, l’identification policière (passeports, livrets ouvriers, permis de jongler), les usages variés du sucre en morceaux, et j’en passe. En particulier, si Paris n’était certainement pas aussi cosmopolite qu’un siècle plus tard, on y parlait déjà de nombreuses langues, particulièrement dans le milieu de l’édition, les différences de réglementation rendant par exemple avantageux d’y imprimer des ouvrages en anglais, comme l’explique fort bien Fabrice Bensimon (p. 32-35). L’un des fils rouges de l’ouvrage est ainsi l’apprentissage des langues (le français, mais aussi l’italien) et leur enseignement (Smith devient professeur d’anglais à mi-temps), décrit avec nombre de détails concrets. Fabrice Bensimon, même s’il ne parvient pas à le faire pour tous les thèmes, propose souvent des références pertinentes de travaux historiques pour éclairer ces vignettes. On peut seulement regretter ici le choix d’une édition (pour l’instant) exclusivement imprimée, moins commode qu’une version électronique pour la recherche thématique, qui peut intéresser les enseignant.e.s aussi bien que les chercheur.se.s. En contrepartie, les illustrations (tableaux ou gravures) sont riches, même si j’aurais aimé qu’elles puissent être plus longuement commentées.

Haut de page

Notes

1 Comme Gribaudi Maurizio, Paris ville ouvrière. Une histoire occultée (1789-1848), Paris, La Découverte, 2014, compte rendu de Jonathan Louli pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/16263, ou encore Garden Maurice, Pinol Jean-Luc, Seize promenades historiques dans Paris, Paris, éditions du Détour, 2017.

2 Il s’agit de Statistique de l’industrie à Paris résultant de l’enquête faite par la Chambre de Commerce pour les années 1847-1848, Paris, Guillaumin, 1851. Sur cette source, voir Scott Joan W., « Statistical Representations of Work: The Chamber of Commerce’s Statistique de l’Industrie à Paris, 1847-48 », in Steven L. Kaplan, Cynthia K. Koepp (dir.), Work in France. Representations, meaning, organization, and practice, Ithaca, Cornell University Press, 1986, p. 335-363.

3 Sur les lectures du social dans les différents genres littéraires du XIXe siècle, on peut lire en complément Lyon-Caen Judith, « Saisir, décrire, déchiffrer : les mises en texte du social sous la monarchie de Juillet », Revue historique, n° 630, 2004, p. 303-331, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-historique-2004-2-page-303.htm. Si cet article porte sur la France, il complète très bien les conseils de lecture des sources éditées par Fabrice Bensimon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « John Colin, Charles Manby Smith et William Duthie, Les sentiers de l’ouvrier. Le Paris des artisans britanniques (autobiographies, 1815-1850). Textes présentés par Fabrice Bensimon  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 06 avril 2018, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24542

Haut de page

Rédacteur

Claire Lemercier

Directrice de recherche CNRS en histoire au Centre de sociologie des organisations (Sciences Po Paris).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page