Navigation – Plan du site

Médéric Gasquet-Cyrus, Jean-Michel Géa (dir.), « Marseille : Entre gentrification et ségrégation langagière », Langage & société, n° 162, 2017

Jeanne Gaillard, Axel Gillot et Tanguy Lemoine
Marseille
Jean-Michel Géa, Médéric Gasquet-Cyrus (dir.), « Marseille. Entre gentrification et ségrégation langagière », Langage & Société, n° 162, 2017, 176 p., Paris, FMSH Éditions, ISBN : 9782735123858.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les études sur le processus de gentrification à Paris ont d’abord été menées par des chercheurs ang (...)
  • 2 Si les articles qui étudient la gentrification lyonnaise à l’échelle des quartiers sont nombreux, c (...)
  • 3 Voir Peraldi Michel, Duport Claire, Michel Samson, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, c (...)

1Si l’usage du concept de gentrification pour rendre compte des évolutions économiques, sociales et géographiques des villes de Paris1 et Lyon2 semble accepté, le terme fait davantage débat dans le cas marseillais. Le processus de gentrification y est souvent décrit comme étant moins abouti3. Pourtant, Marseille connaît bien depuis les années 1990, et notamment depuis le commencement du projet Euroméditerranée en 1995, d’importantes restructurations, soutenues par les autorités politiques locales. L’implantation en 2007 du tramway en centre-ville et, surtout, la désignation de Marseille comme « capitale européenne de la culture » en 2013 sont des évènements marquants dans l’évolution récente de la ville. Le présent numéro de la revue Langage & société se propose d’étudier l’importance symbolique et matérielle du langage dans le processus de gentrification que connaît la cité phocéenne. La langue est un marqueur identitaire primordial, ce qui en fait un enjeu de lutte privilégié dans le cadre des relations entre groupes d’habitants, que l’on peut distinguer selon leur origine ethnique, leur localisation géographique, mais aussi selon l’ancienneté de leur appartenance à la ville.

  • 4 Métonymie qui renvoie au pastis.

2En effet, pour les auteurs, le « succès d’image » de la cité phocéenne et son statut de ville « cosmopolite », mainte fois souligné dans les discours politiques, ne doivent pas faire oublier ce qu’ils décrivent comme une intensification du processus de ségrégation socio-spatiale. Le premier article après l’introduction du dossier, de Jean-Michel Géa, considère les résistances à la gentrification du quartier du Panier à travers l’analyse de « matérialités langagières » (graffitis, affichage illicite, tracts…) qui prennent place au sein de l’espace public. Ce quartier a en effet connu dans les années 2000 une opération de réhabilitation du bâti (en 2006, 75% des logements avaient été rénovés). L’arrivée d’une population davantage dotée en capital culturel (cadres et professions intellectuelles supérieures, notamment) et étrangère à la ville de Marseille suscite le mécontentement d’une partie des habitants. Les graffitis illégalement taggués par les habitants de longue date du quartier usent régulièrement de slogans qui mettent en avant une opposition entre le « nous » et le « eux », opposition naturalisée qui vise à faire passer pour évidentes et incontestables des différences culturelles entre ces deux populations. Les variétés linguistiques occupent une place centrale dans ces stratégies. Pour Jean-Michel Géa, l’appartenance « légitime » au quartier est déterminée par un critère d’ordre linguistique (maîtrise du français local) qui permet également la catégorisation sociale des individus. Prononcer « jaune »4 /ʒon/ au lieu de /ʒɔnə/, « vaudrait au locuteur d’être catégorisé comme n’étant pas (natif) de Marseille » (note 33, p. 35-36). Les habitants impliqués dans le tag des logements restaurés réclament par ce moyen un « droit de présence » dans l’espace géographique local. Leur objectif est de provoquer des sentiments dysphoriques chez les nouveaux résidents et de remettre en cause leur légitimité à habiter le quartier.

  • 5 « Acoustiquement, la palatalisation peut générer un continuum de réalisations allant […] d’une “mou (...)
  • 6 Armstrong Nigel et Pooley Tim, Social and linguistic change in European French, New York, Palgrave (...)
  • 7 Cette variable peine à se conformer à la célèbre classification de William Labov, car « en fonction (...)

3Mathilde Spini et Cyril Trimaille, auteurs du second article (« Les significations sociales de la palatalisation »), choisissent d’étudier la variation diastratique (c'est-à-dire entre les classes sociales) d’un trait important du parler marseillais : la palatalisation5 ou affrication des dentales /d/ et /t/. Cette affrication des dentales trouve ses origines dans le mélange d’un substrat provençal et de nombreux adstrats issus de langues parlées par des immigrés (espagnol, arabe maghrébin, italien, etc.), c’est pourquoi certains auteurs6 ont montré que la réalisation de cette variation était reliée dans les représentations des acteurs à la population des « quartiers nord » de Marseille. Pour étudier plus précisément les expressions et les perceptions de ce phénomène linguistique, Mathilde Spini et Cyril Trimaille ont enregistré une cinquantaine de locuteurs marseillais dans différents contextes. Les productions recueillies attestent d’une large diffusion des variantes palatalisées ou affriquées, permettant aux chercheurs de parler « d’une variation pansociale qui dépasse les catégorisations et territorialisations abstraites effectuées par les locuteurs » (p. 64). L’importance croissante de la réalisation de cette variante peut cependant être nuancée, car son statut sociolinguistique est complexe7. Par exemple, certains locuteurs repèrent ce trait comme caractéristique de la population d’origine maghrébine, mais nient sa présence chez des proches réalisant pourtant des affriquées : on est dans « une situation apparemment paradoxale où un trait qui peut faire directement l’objet de stigmatisation en discours est actualisé/adopté par des locuteurs de tous milieux sociaux » (p. 67). La gentrification du centre-ville marseillais vient catalyser cette situation. Cette population nouvelle, dotée d’un fort capital culturel, éprouve un attrait pour les « valeurs jeunes et populaires », ainsi que pour les spécificités marseillaises. Les gentrifieurs sont par conséquent nombreux à adopter la palatalisation/affrication des dentales et participent alors à la légitimation et à la diffusion de cette variante non standard. Cependant, les auteurs ne souhaitent pas conclure à un affaiblissement de la fragmentation sociolinguistique de Marseille : si nivellement social de la palatalisation/affrication il y a, le maintien de différences sur les plans prosodiques et de l’hexis corporelle permet la distinction des acteurs. La valeur des variantes palatalisées/affriquées prendrait un sens social non pas dans leur forme elle-même, mais dans les usages qui en sont faits, et selon la légitimité sociale de ceux qui les emploient.

  • 8 Dell’Umbria Alèssi, Z. Revue itinérante de critique sociale, n° 2, 2009.

4Dans l’article « Être néo quelque part », Médéric Gasquet-Cyrus et Cyril Trimaille interrogent le terme « néo-Marseillais » qui tend à se répandre aussi bien dans les discours scientifiques et médiatiques que dans le langage courant, comme conséquence sociolinguistique de la gentrification à Marseille. Il s’agit pour les auteurs d’analyser ce que recoupe ce terme et de cerner qui l’utilise, pour mieux dégager les enjeux identitaires et symboliques à l’œuvre dans la recomposition de cette ville. À cette fin, ils s’appuient sur une enquête qualitative qu’ils ont réalisée auprès de huit individus supposés « néo-Marseillais », c’est-à-dire installés depuis peu. Les auteurs présentent un état de la recherche sur la gentrification et spécifient la situation de Marseille, ville en mutation depuis 1990 : les politiques municipales concentrées sur le centre-ville avec des projets tels qu’« Euroméditerranée », qui visent à dynamiser cet espace dans le but d’attirer les cadres. Dans un article de 2009, Alèssi Dell’Umbria associait les « néo-marseillais » à des « bobos » : « Le bobo, c'est l'individu sans appartenance, sans épaisseur, sans densité qui est toujours l'éternel spectateur émerveillé là où il débarque. […] Son rapport à Marseille est parfaitement esthétique… À la différence des immigrés, les bobos viennent là parce que c'est la mode, il y a la mer, le soleil et cette vitrine du métissage » 8. Une analyse précise de l'adoption des spécificités linguistiques marseillaises par les « néo » donne un indice sur l'identification de ces derniers à leur nouvelle ville. La plupart des enquêtés ne connaissent pas les mots de patois qui leur sont proposés ou en font une utilisation maladroite lorsqu'ils les connaissent. Les auteurs expliquent cette difficulté d'intégration par la tendance des « néos » à l'entre-soi. Ainsi, les expressions typiquement marseillaises sont davantage sollicitées dans le registre humoristique que pour une utilisation courante. En outre, les profils des enquêtés sont proches les uns des autres, à savoir en lien avec le milieu artistique ou universitaire : ce sont des gentrifieurs, ce qui facilite nettement la corrélation entre le statut de « néo-marseillais » et celui de gentrifieur. Les auteurs admettent utiliser un profil socio-économique particulier, ce qui n’est pas sans poser question ; en effet, par ce ciblage, on peut se demander s’ils ne contribuent pas eux-mêmes à faire exister la catégorie qu'ils analysent, au risque de biaiser le résultat.

5Enfin, dans une perspective interdisciplinaire, ce numéro de Langage & Société propose de brefs mais intéressants focus sociologique, géographique et architectural. Celui de Laure Sabine Bampi, directrice générale du CiNA (Centre international pour l’architecture), permet de comprendre comment le patrimoine architectural du Panier peut expliquer les évolutions récentes de ce quartier, notamment l’installation de nombreux restaurants et ateliers d’artistes. Les contributions sociologique de David Mateos Escobar et sociogéographique de Virginie Baby-Collin et Florence Bouillon interrogent la réalité du phénomène de gentrification à Marseille, en montrant que les quartiers du centre-ville restent populaires et que l’on ne peut parler que d’un « mouvement de gentrification complexe » qui touche inégalement les différents quartiers. Ce numéro permet donc de montrer comment la sociolinguistique peut enrichir l’analyse du phénomène complexe de la gentrification, et constitue une lecture importante pour toute personne intéressée par les évolutions récentes de la cité phocéenne.

Haut de page

Notes

1 Les études sur le processus de gentrification à Paris ont d’abord été menées par des chercheurs anglo-saxons et plus tardivement par des chercheurs français. Voir Carpenter Juliet, Lees Loretta, « Gentrification in New York, London and Paris: An International Comparison », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 19, n° 2, 1995, p. 286-302 et l’article synthétique de Clerval Anne, « Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris : Une carte de synthèse », Cybergeo : revue européenne de géographie, Espace, société, territoire, article 505, 2010 ; en ligne : http://journals.openedition.org/cybergeo/23231.

2 Si les articles qui étudient la gentrification lyonnaise à l’échelle des quartiers sont nombreux, ceux qui l’étudient à l’échelle de la ville sont plus rares. On peut se reporter à la note de Maury Serge, Gilbert Axel, « Les arrondissements de Lyon : de profondes mutations socio-économiques en 40 ans », Insee Analyses, n° 29, décembre 2016 ; disponible en ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2534541.

3 Voir Peraldi Michel, Duport Claire, Michel Samson, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2015 ; compte rendu de Lionel Francou pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/17939.

4 Métonymie qui renvoie au pastis.

5 « Acoustiquement, la palatalisation peut générer un continuum de réalisations allant […] d’une “mouillure” (un léger [j] après la consonne, comme dans [vwatjyR]) jusqu'à une affrication qui aboutit à un [tʃ], comme dans la prononciation [vwatʃyR] », Trimaille Cyril, Candea Maria, Lehka-Lemarchand Iryna, « Existe-t-il une signification sociale stable et univoque de la palatalisation/affrication en français ? Étude sur la perception de variantes non standard », in Franck Neveu et al. (dir.), Congrès mondial de linguistique française, Lyon, 2012 ; disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00766763. En alphabet standard, on pourrait retranscrire [vwatjyR] par [voityure] et [vwatʃyR] par [voitchure]. L’affrication est donc un type particulièrement marqué de palatalisation.

6 Armstrong Nigel et Pooley Tim, Social and linguistic change in European French, New York, Palgrave Macmillan, 2010.

7 Cette variable peine à se conformer à la célèbre classification de William Labov, car « en fonction des locuteurs étudiés, elle peut être considérée comme un indicateur (produite), un marqueur (produite et objet de discours) ou un stéréotype (produite, objet de discours et sujette à variation) » (p. 66). Voir Labov William, Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1976.

8 Dell’Umbria Alèssi, Z. Revue itinérante de critique sociale, n° 2, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Gaillard, Axel Gillot et Tanguy Lemoine, « Médéric Gasquet-Cyrus, Jean-Michel Géa (dir.), « Marseille : Entre gentrification et ségrégation langagière », Langage & société, n° 162, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 10 avril 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24556

Haut de page

Rédacteurs

Jeanne Gaillard

Étudiante en sociologie à l’ENS de Lyon. Chargée de rédaction de la revue Lectures.

Articles du même rédacteur

Axel Gillot

Élève à l’École normale supérieure de Lyon en économie et en sociologie. Chargé de rédaction de la revue Lectures.

Articles du même rédacteur

Tanguy Lemoine

Élève de l’École normale supérieure de Lyon. Chargé de rédaction de la revue Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page