Navigation – Plan du site

Philippe Simonnot, Nouvelles leçons d’économie contemporaine

Eric Keslassy
Nouvelles leçons d'économie contemporaine
Philippe Simonnot, Nouvelles leçons d'économie contemporaine, Paris, Gallimard, coll. « Folio actuel », 2018, 738 p., ISBN : 978-2-07-271843-4.
Haut de page

Texte intégral

1En 1998, Philippe Simonnot faisait paraitre ses 39 leçons d’économie contemporaine qui ont connu un grand succès. Vingt ans plus tard, l’ancien journaliste économique du journal Le Monde publie une version actualisée de son ouvrage. Dans l’intervalle, l’économie mondiale a dû faire face à une crise monumentale, la crise des subprimes, et l’économie européenne a vu, dans la foulée, se développer la crise des dettes souveraines, spécifique à la zone euro. Dès lors, on peut comprendre que l’auteur ait souhaité compléter son ouvrage de dix leçons supplémentaires. Dans l’une d’entre elles, intitulée « De la crise de 2008 », Philippe Simonnot défend une thèse devenue iconoclaste : la crise ne s’expliquerait pas par une dérégulation effrénée – comme le pense l’immense majorité des économistes aujourd’hui – mais bien au contraire par un surplus de réglementation. Pour l’auteur, d’obédience libérale, le fait qu’une loi (voulue par Bill Clinton) a rendu possible la délivrance de crédits subprimes par les banques n’est pas assez mis en avant par les analystes. Ce ne serait donc pas en raison d’une défaillance des marchés que la crise est apparue mais parce que les autorités ne laissent pas les marchés fonctionner librement.

2Au-delà de ce débat autour de l’interventionnisme de l’État dans le champ économique, les crises du début du XXIe siècle ont suscité une autre question de première importance : comment peut-on expliquer que la plupart des économistes n’aient pas été capables de prévoir la survenance de ces déséquilibres majeurs ? Cela conduit Philippe Simonnot à s’interroger sur le statut de « science » de la discipline économique. Dans une autre « nouvelle leçon », titrée « De la nature de la science économique », l’auteur prend position en considérant que l’économie n’est pas une science comparable aux sciences de la nature, contrairement à ce qu’avancent de nombreux économistes prestigieux comme Milton Friedman, et ce notamment parce qu’elle n’est pas en mesure de proposer des prévisions chiffrées. Par exemple, les économistes sont capables d’indiquer qu’une hausse de la masse monétaire se révèle source d’inflation, mais ils ne peuvent pas chiffrer l’augmentation des prix. L’économie est donc une science « limitée » – l’auteur parle plus volontiers de « science contre-factuelle » – qui peut donner des tendances mais manque d’outils lui permettant de prévoir ce qui « doit » advenir. D’ailleurs, pour essayer de saisir l’avenir, les économistes utilisent… le passé ! Cette pratique, nommée inférence statistique, ne peut pas, par définition, tenir compte des changements inhérents à l’évolution économique. Ainsi, les crédits subprimes ont été délivrés par les banques, qui s’appuyaient sur le fait que les prix immobiliers n’avaient pas baissé aux États-Unis depuis 1929. Elles supposaient donc que si les ménages défavorisés ne pouvaient faire face à leurs échéances, elles se rabattraient sur les hypothèques et la hausse de la valeur des logements… Ce pari dangereux a connu le succès que l’on sait !

3Les autres « nouvelles leçons » de Philippe Simonnot accordent une place importante aux sujets de recherche de l’auteur, comme la nécessité de revenir à un étalon-or pour stabiliser le système monétaire international – en proie à des déséquilibres importants –, ou encore l’importance prise par le pétrole dans les relations économiques actuelles. Étant par ailleurs directeur d’un observatoire des religions qu’il a créé, l’auteur revient également sur les relations curieuses de la religion avec l’économie, au travers trois leçons.

4Ainsi, l’auteur observe finement que l’Europe a pu connaitre une paix relative lorsque les objectifs assignés à l’individu sont devenus plus modestes, ce qui a permis le décollage industriel. Moins présentes, les religions ont en quelque sorte « autorisées » l’apparition d’un autre culte : celui du profit. Pour autant, il convient de ne pas négliger les effets favorables de la religion sur le développement du capitalisme. Si Max Weber a entrepris de le montrer pour la doctrine calviniste (dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme en 1905), Philippe Simonnot introduit le rôle joué par l’islam et, surtout, accorde une importance fondamentale au christianisme : des théologiens chrétiens du XIe au XIIIe siècle vont parvenir à montrer que le droit de propriété est d’origine divine, ce qui lui confère un caractère absolu, précisément ce dont a besoin le capitalisme pour se développer.

5Sur l’ensemble de ces questions, Philippe Simonnot reprend le principe de présentation qui avait fait le succès de la première édition. Un professeur d’économie (Archibald) entreprend d’inculquer à un homme politique (Candide) les rudiments de sa discipline. Sous forme de dialogue, l’auteur nous offre un tour d’horizon incroyablement clair et pédagogique des grandes thématiques de l’économie. D’une façon générale, Candide exprime les préjugés et les erreurs du sens commun tout en faisant preuve de sens politique et d’intelligence ; Archibald s’évertue alors à répondre par l’enseignement des mécanismes économiques, ajoutant une petite histoire de la pensée économique sur l’objet étudié.

6La lecture de cet ouvrage demeure jubilatoire. La réflexion et l’érudition de l’auteur n’empêchent pas des passages très drôles. On peut sans doute formuler deux petites critiques. Tout d’abord, le choix du dialogue pédagogique possède une contrepartie : le manque d’exhaustivité (on aurait apprécié davantage de références bibliographiques et quelques chiffres supplémentaires). Ensuite, on peut sans doute regretter le parti-pris idéologique de l’auteur : les faits économiques sont analysés avec une grille de lecture libérale. Mais ces particularités sont aussi ce qui fait le grand intérêt de ce livre. En effet, l’ouvrage réussit le difficile exercice de rendre l’économie accessible au « grand public » sans renoncer aux exigences académiques ; les réflexions proposées ne sont pas celles que l’on retrouve dans la plupart des manuels d’économie, précieusement parce qu’elles relèvent d’une école de pensée particulière. Ces Nouvelles leçons d’économie contemporaine, comme les anciennes, méritent incontestablement le détour. Il ne faut pas les manquer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Philippe Simonnot, Nouvelles leçons d’économie contemporaine », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 avril 2018, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24559

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page