Navigation – Plan du site

Francesco Toto, Théophile Pénigaud de Mourgues, Emmanuel Renault (dir.), La reconnaissance avant la reconnaissance. Archéologie d’une problématique moderne

Tatiana Fauconnet
La reconnaissance avant la reconnaissance
Francesco Toto, Théophile Pénigaud de Mourgues, Emmanuel Renault (dir.), La reconnaissance avant la reconnaissance. Archéologie d'une problématique moderne, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2017, 325 p., ISBN : 9782847889444.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance (trad. Rusch Pierre), Paris, Éditions du Cerf, 2000 [ (...)
  • 2 Quelques contributions majeures : Renault Emmanuel, Mépris social : éthique et politique de la reco (...)
  • 3 Cf. Kojève Alexandre, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1947 (premier ouvrage à (...)

1Cet ouvrage collectif dirigé par Francesco Toto, Théophile Pénigaud de Mourgues et Emmanuel Renault vient poursuivre des réflexions entamées depuis une vingtaine d’années, puisqu’ouvertes avec la parution en 1992 de l’ouvrage d’Axel Honneth La lutte pour la reconnaissance1. Et compte tenu de la profusion éditoriale autour de cette question2, en proposant de faire le point sur l’état des connaissances par le biais d’une quinzaine de contributions en histoire de la philosophie, l’ouvrage est particulièrement bienvenu. Prônant dès le sous-titre un regard archéologique sur le concept de reconnaissance, le collectif de philosophes opte pour une démarche foucaldienne : à partir d’un corpus plutôt canonique en histoire de la philosophie politique moderne – de Machiavel à Rousseau et Kant en passant par Hobbes –, les auteurs se proposent de revenir à tour de rôle sur la préhistoire du discours sur la reconnaissance. Si de nombreux travaux en histoire de la philosophie se sont intéressés au concept de reconnaissance avant la thématisation explicite proposée par Fichte et Hegel3, l’intérêt de cet ouvrage réside dans une présentation historique étendue aux époques de la Renaissance et des Lumières : divisé en trois parties, l’ouvrage vise d’abord « L’aube du concept. La reconnaissance à la Renaissance », puis « Entre raison et passions, théologie et politique. La reconnaissance à l’âge classique », et enfin « Conflit social, sphère publique et révolutions politiques. Les Lumières et la reconnaissance ».

  • 4 Entre autres, voir Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op. cit.
  • 5 Voir Ricœur Paul, Parcours de la Reconnaissance. Trois études, op. cit.
  • 6 Premièrement, la reconnaissance comme « re-cognition », donc au sens d’identifier quelque chose ou (...)
  • 7 Donc au sens relationnel et évaluatif qui consiste à penser la reconnaissance comme ressort fondame (...)

2Il s’agit donc de constater que le concept de reconnaissance, antérieurement associé à la philosophie dite « idéaliste », a d’une part connu depuis quelques années des réappropriations dans le champ des sciences sociales, et que sa réactualisation à travers l’approche critique d’Axel Honneth4 a d’autre part largement invité à en élargir les acceptions et l’usage. Ces récents réinvestissements du concept ont ainsi convié nos auteurs à déterminer l’ensemble des conditions préalables à une (re)lecture de leurs corpora. Se distinguant de la démarche de Paul Ricœur, qui réunit les différentes acceptions françaises du terme de reconnaissance sous une même problématique philosophique5, les contributeurs admettent différents régimes de sens possibles6 et mènent leurs enquêtes historiques à partir des principes méthodologiques suivants : soit « par exclusion », c’est-à-dire en ne retenant que le sens étroit de l’acception, devenu central depuis la systématisation hégélienne du concept7 ; soit « par sélection », donc en ne retenant qu’un des sens possibles de l’acception en fonction de sa capacité opératoire dans le discours sur la reconnaissance.

3 Par conséquent, ils diversifient les modes de théorisation du concept de reconnaissance pour en décliner différents sens en fonction des corpora étudiés. Par exemple, avec sa contribution « De l’apparence efficace à l’existence effective : la reconnaissance chez Machiavel » (p. 11-26), Agnès Cugno prodigue une relecture du Prince (1532) et livre une riche analyse de la conception machiavélienne de la cité. Partant de l’hypothèse de la virtù comme « principe transcendant d’une reconnaissance de soi comme conscience libre des hommes en général » (p. 12), et entendue au sens aristotélicien du « talent » qui « consiste à reconnaître “le moment propice” où l’on sait quand, pourquoi et dans quel but agir » (p. 23), elle met en avant que le prince – de même que le peuple – peut s’apparaître à lui-même par la virtù, entendue ici comme « reconnaissance de soi par soi dans l’affirmation “à mort” de la liberté de la conscience » (p. 26). Cette forme de reconnaissance se distingue alors de la thématisation hégélienne relationnelle et invite d’autant plus à se saisir de la polysémie du concept que la prémisse individualiste machiavélienne ne fait pas de l’intersubjectivité un enjeu décisif de la relation de soi à autrui.

  • 8 Voir Renault Emmanuel, « Reconnaissance, lutte, domination : le modèle hégélien », Politique et Soc (...)

4 Ainsi l’ouvrage permet-il de cerner la multiplicité des problèmes philosophiques pour lesquels le concept a pu être mobilisé, tout en questionnant la dimension idéologique du recours à la notion de reconnaissance. À cet égard, la contribution d’Emmanuel Renault – « Reconnaissance et domination chez La Boétie » (p. 27-40) – pointe la teneur pathologique du concept de reconnaissance dans le Discours de la Servitude Volontaire (1576) et rappelle que La Boétie prêtait déjà une portée normative au concept. Repartant d’une précédente critique de l’analyse classique du lien entre domination et reconnaissance8, Emmanuel Renault montre que chez La Boétie « la domination apparaît non pas comme fondée sur la reconnaissance mais tantôt comme ce qui rend la reconnaissance impossible, tantôt ce qui la vicie et en fait un vecteur de satisfactions fausses plutôt que d’insatisfaction portant en germe le renversement de la domination » (p. 32).

  • 9 Reprenant un mode de pensée similaire à Axel Honneth : « de la reconnaissance de la personne en tan (...)

5 Questionnant les usages catégoriels du concept de reconnaissance, l’ouvrage en confirme les ressorts analytiques. Il dépasse ainsi le stade purement généalogique de la présentation historique des usages successifs du concept. Mettant en valeur les rapports de pouvoir sous-jacents aux discours sur la reconnaissance, il propose un projet de recherche inédit. En guise d’ouverture au débat contemporain sur la reconnaissance, Christian Lazzeri appelle avec sa contribution « Esquisse d’une histoire des théories de l’estime sociale » (p. 275-318) à se détacher de l’analyse des conditions formelles de la reconnaissance pour envisager les vertus heuristiques d’un questionnement à partir de l’estime sociale9. Ce faisant, il pose les fondements d’un programme de recherche orienté vers l’histoire des théories et des pratiques de l’estime sociale, tout en soulignant que sa contribution est une introduction non-exhaustive. À la fois distant des travaux de Michel Foucault, car il estime qu’ils ne considèrent pas le « travail de sanctions positives des institutions et des conduites en termes de reconnaissance publique » (p. 279), et de ceux d’Olivier Ihl parce qu’ils se limitent à l’aspect « institutionnel des récompenses symboliques sans prendre réellement en compte celles qui découlent de l’opinion et qui réussissent à gouverner les conduites » (p. 285), Christian Lazzeri s’intéresse à la « dimension à la fois morale et sociale du contrôle des conduites produite par l’opinion collective comme stratégie qui sert des objectifs de gouvernement » (p. 286). Sa démarche remet ainsi en question les enjeux actuels du débat autour de la reconnaissance : outre l’enjeu d’une politique de la reconnaissance, n’est-il pas pertinent de se pencher également sur l’enjeu politique de l’estime sociale ?

6 Entre enrichissement de la philosophie sociale et décloisonnement des champs d’étude, l’ouvrage interroge les présupposés ontologiques de la reconnaissance et propose un renouvellement des théories qui se focaliseraient sur l’estime sociale comme produit de dispositifs de pouvoir. Si l’estime sociale reste une catégorie idéelle aux yeux des tenants actuels de la théorisation de la reconnaissance, l’ouvrage pose les fondements épistémologiques nécessaires à confronter ce concept aux acteurs de sa mise en œuvre. Par conséquent, malgré son ancrage théorique, on peut également y voir une invitation à explorer empiriquement d’autres dimensions de l’estime sociale. Mais, au fil de sa lecture, le lecteur pourra toutefois se demander si la résurgence de multiples conceptions de la reconnaissance ne tend pas à trahir la perspective foucaldienne revendiquée par les contributeurs en élevant le concept au rang des questions éternelles de l’histoire.

Haut de page

Notes

1 Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance (trad. Rusch Pierre), Paris, Éditions du Cerf, 2000 [1992].

2 Quelques contributions majeures : Renault Emmanuel, Mépris social : éthique et politique de la reconnaissance, Bègles, Éditions du Passant, 2000 ; Ricœur Paul, Parcours de la Reconnaissance. Trois études, Paris, Stock, 2004 ; Caillé Alain (dir.), La quête de reconnaissance. Nouveau phénomène social total, Paris, La Découverte, 2007 (compte rendu de Pascal Fugier pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/562).

3 Cf. Kojève Alexandre, Introduction à la lecture de Hegel, Paris, Gallimard, 1947 (premier ouvrage à mettre en exergue le caractère central de la reconnaissance chez Hegel).

4 Entre autres, voir Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op. cit.

5 Voir Ricœur Paul, Parcours de la Reconnaissance. Trois études, op. cit.

6 Premièrement, la reconnaissance comme « re-cognition », donc au sens d’identifier quelque chose ou quelqu’un ; deuxièmement, comme « gratitude » ; troisièmement, en tant qu’aveu de quelque chose ou de ses torts ; et quatrièmement, comme relation d’estime réciproque, par opposition au « mépris ».

7 Donc au sens relationnel et évaluatif qui consiste à penser la reconnaissance comme ressort fondamental des relations interindividuelles.

8 Voir Renault Emmanuel, « Reconnaissance, lutte, domination : le modèle hégélien », Politique et Société, vol. 28, n°3, 2009, p. 23-43.

9 Reprenant un mode de pensée similaire à Axel Honneth : « de la reconnaissance de la personne en tant que telle, l’estime se différencie avant tout par le fait qu’il ne s’agit pas […] d’appliquer empiriquement des normes universelles, intuitivement connues, mais d’évaluer d’une manière graduée des qualités et des capacités concrètes » (voir Honneth Axel, La lutte pour la reconnaissance, op.cit., p. 38).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Fauconnet, « Francesco Toto, Théophile Pénigaud de Mourgues, Emmanuel Renault (dir.), La reconnaissance avant la reconnaissance. Archéologie d’une problématique moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 12 avril 2018, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24574

Haut de page

Rédacteur

Tatiana Fauconnet

Doctorante en science politique à l’ÉNS de Lyon, laboratoire Triangle.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page