Navigation – Plan du site

Laurent Solini, Faire sa peine à l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur

Thibault Delfavero
Faire sa peine à l'Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur
Laurent Solini, Faire sa peine à l'Établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur, Nîmes, Editions Champ social, coll. « Questions de société », 2017, 217 p., ISBN : 979-10-346-0384-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’étude de la délinquance des jeunes, voire entre autres : Chamboredon Jean-Claude, « La délinq (...)
  • 2 Notons que le présent ouvrage s’inscrit dans le prolongement de son doctorat, thèse soutenue en 201 (...)
  • 3 L’EPM de Lavaur pourrait accueillir jusqu’à soixante détenus. Notons que les peines d’emprisonnemen (...)

1Depuis les années soixante-dix, une figure de l’objet « déviance » inquiète : le mineur délinquant1. C’est à cette population et à la réponse pénale la concernant– ou plutôt, à ce qu’elle signifie du point de vue de celles et ceux qui « font leur peine » – que se consacre l’ouvrage de Laurent Solini. L’auteur livre ainsi une monographie de l’Établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Lavaur2, qui est d’emblée présenté comme une « prison d’un nouveau genre » (p. 12). Ici, l’expérience carcérale des jeunes détenus âgés de 13 à 18 ans ne se limite pas à l’enfermement, mais entend s’étendre à la responsabilisation, à l’éducation et à la réinsertion. En effet, la quarantaine de jeunes incarcérés3 (majoritairement des garçons) est encadrée par soixante-dix agents pénitentiaires, quarante-six intervenants de la Protection judiciaire de la jeunesse, huit enseignants de l’Éducation nationale et sept personnels médicaux. Pour autant, bien plus qu’une « prison-école », l’enquêteur s’attache à décrire une « prison-scène » – offrant ainsi une lecture goffmanienne du cadre carcéral – où tous faits et gestes comptent.

  • 4 La structure et ses usagers sont informés de l’objectif de l’enquêteur dans l’enceinte de la prison (...)
  • 5 « Selon ce cadre, les adolescents sont contraints à pratiquer pas moins de soixante heures d’activi (...)
  • 6 Pour la définition des types-idéaux, voir p. 172-173 dans : Weber Max, Essai sur la théorie de la s (...)

2Laurent Solini entre à l’EPM de Lavaur en 2008 – à découvert4 – avec l’appui de la Protection judiciaire de la jeunesse Sud, qui finance sa recherche par un contrat doctoral. Il y encadre les moments alloués aux activités physiques et sportives, en soutien des moniteurs de sport. L’auteur passe entre quatre et six jours par semaine à l’EPM, temps durant lequel il lui est possible « d’appréhender les conduites des jeunes lors des très nombreuses interactions auxquelles ils participent » (p. 38). D’ailleurs, si ces interactions sont aussi nombreuses c’est d’abord parce que les temps intra muros se veulent collectifs : l’école, les activités socioculturelles et le sport saturent les journées des jeunes détenus5, réduisant presque l’encellulement au coucher. Ajoutons cependant que ces temps d’activité sont sous le contrôle quasi permanent du personnel de l’établissement. De fait, l’auteur décrit un lieu propice à la surveillance. La cartographie de l’endroit opérée par Laurent Solini dans le premier chapitre montre que l’agencement architectural est pensé de sorte à favoriser l’exposition permanente – véritable emprise sur ce que les adolescents donneraient à voir. C’est donc de ce travail minutieux d’observation des conduites adolescentes à l’EPM de Lavaur qu’émergent des « façades » présentées sous la forme d’idéaux-types wébériens6. Ainsi, les façades du « bonhomme », du « bon détenu », de la « victime » et du « trafiquant » représentent pour les jeunes des mises en scène de soi qu’il faut construire, préserver, combiner sinon éviter. Quatre des cinq chapitres de l’ouvrage leur sont dédiés.

  • 7 Sur les modes de sociabilité juvénile dans les quartiers : Lepoutre David, Cœur de banlieue. Codes, (...)

3La façade du « bonhomme » (chapitre 2) est à la fois un savoir-faire et un savoir-être, présentés par l’auteur comme acquis – notamment par l’importation d’une socialisation empruntant largement à la « culture de rue »7. Néanmoins, il arrive que le capital importé en détention ne suffise pas. Dans ce cas, la facette du bonhomme se construit in situ. Cette construction s’incarne dans la trajectoire d’un enquêté, Alan, qui, lors de sa première incarcération, est la cible de brimades et de violences de la part d’autres détenus. Mais pendant sa deuxième peine, lorsqu’il est à nouveau brimé, l’adolescent répond par les coups. L’ascendant qu’Alan prend dans l’affrontement lui permet d’en tirer profit : il raconte, théâtralise et met en scène l’échauffourée auprès des autres jeunes. Les marques laissées sur le visage de son adversaire viennent asseoir son récit, conférant à l’adolescent une respectabilité que, dorénavant, nul ne peut ignorer. Finalement, la façade du « bonhomme » constitue surtout une exposition spectaculaire des codes et des usages de la masculinité. La manière de parler (d’apostropher, de répondre, de revendiquer) ou encore les attitudes physiques, renforcées par l’habillement ou les modes d’engagement dans telle ou telle activité sportive, apparaissent comme autant d’indicateurs mettant en avant ce que l’auteur appelle le « surcodage sexué » (p. 90). Véritable « héritage social » (p. 91), cette masculinité renvoie à une construction du genre érigeant en modèles la confrontation et la compétition. Le sport occupe une place de choix dans la mise à l’épreuve des virilités. Ainsi, les règles du jeu sont régulièrement reconfigurées de sorte à « permettre la mise en valeur du courage, de la force et de la rudesse par le débridement de la violence et de l’affrontement » (p. 103). Plus largement, cette norme héritée de la masculinité opère comme une distinction. Ceux qui ne s’y conforment pas sont relégués, marginalisés, sinon « victimisés ». À l’inverse, s’agissant des filles incarcérées se comporter en « bonhomme » pour une adolescente est perçu par les autres détenu·e·s – mais aussi par le personnel en charge des jeunes filles – comme une contradiction de genre.

  • 8 Les adolescents sont répartis en « unité de vie » avec leur propre régime de fonctionnement, et sel (...)

4Le troisième chapitre de l’ouvrage aborde la façade du « bon détenu ». Les différentes stratégies individuelles mises en place par les adolescents pendant leur incarcération puisent également dans un autre registre : celui de la conformité. L’intérêt de faire bonne figure engage les acteurs de la scène carcérale dans la logique du don et du contre-don. Se maintenir ou être transféré dans une « unité de vie »8 moins restrictive, bénéficier de la tolérance du personnel à l’égard de certaines conduites hors-cadres sinon transgressives, ou s’assurer de participer aux activités les plus convoitées sont autant de raisons motivant certains détenus à composer la bonne conduite. Toute la complexité de tenir cette façade consiste à maintenir, dans le même temps, la respectabilité bâtie sur la virilité et la propension aux conduites transgressives.

5Le chapitre 4 est consacré à la façade du « trafiquant ». L’auteur nous décrit alors la place singulière qu’occupe la possession matérielle dans le quotidien des détenus, d’autant que le cadre carcéral est fondé sur « l’économie de la rareté » (p. 135). En outre, posséder des vêtements ou des produits de marque, ou encore être le détenteur de substances illicites, constitue un moyen privilégié par les adolescents pour se distinguer. Chez les garçons, « passer pour le trafiquant » consiste non seulement à exposer ses possessions – en profitant des espaces de forte visibilité montrant ainsi son audace – pour mieux se faire valoir et, dans le même temps, savoir les dissimuler, sinon négocier l’indifférence des surveillants. Plus encore, les possessions donnent lieu à des situations de trocs entre les adolescents, qui sont régulées par l’équité a priori de l’échange. Ainsi, ceux qui ne font pas affaire dans les règles de l’art – étiquetés « mules, grossistes ou corrompus » (p. 176) – sont relégués à une position moins enviable dans le groupe de jeunes et peuvent même s’attirer le discrédit des pairs.

6Le dernier chapitre de l’ouvrage traite de la façade de « victime ». Cette désignation constitue ici « une condition provoquée par une étiquette négative à valeur de permanence » (p. 183). Dit autrement, il ne s’agit pas de « passer pour une victime » ou de « faire victime » ; l’étiquette est attribuée par les autres jeunes sans que celui qui en est le destinataire ne puisse s’y opposer. Ainsi, le casier judiciaire du jeune incarcéré ou de la jeune incarcérée, le motif de sa détention ou encore ses traits physiques (sinon de caractère) apparaissent comme autant de stigmates susceptibles d’enclencher le processus de discrédit. S’agissant du crime commis, par exemple, l’auteur met en évidence une forme d’échelle de l’acte perpétré au sein du groupe d’adolescent où « l’agression sexuelle constitue l’acte déconsidéré par excellence » (p. 186). Les professionnels de la prison semblent par ailleurs reconnaître cette hiérarchie du crime et tentent, parfois en vain, de dissimuler l’acte de certains entrants à l’EPM afin de les protéger des brimades et des violences physiques.

7En définitive, Laurent Solini livre les principales « facettes » du quotidien carcéral des mineurs délinquants de l’EPM de Lavaur, véritable prison-scène. Les interactions entre jeunes détenu·e·s, minutieusement observées par l’auteur, s’insèrent dans des cadres chargés socialement : rapports de domination, rapports au genre, au corps et à la règle. Qu’il s’agisse de la façade du « bonhomme » ou de celles du « trafiquant », du « bon détenu » et de la « victime », chacun des rôles ici composés – sinon attribués – anime et régule les modes de sociabilité juvénile intra muros. Le lecteur pourra apprécier la solidité des matériaux ici restitués sous la forme de notes de terrain ou d’entretien, et de comptes rendus d’observation. Ainsi, l’ouvrage de Laurent Solini contribue tout autant à la réflexion quant aux réactions sociales, aux sociabilités carcérales et juvéniles qu’à la construction sociale de la jeunesse qui, ici, fait sa peine.

Haut de page

Notes

1 Sur l’étude de la délinquance des jeunes, voire entre autres : Chamboredon Jean-Claude, « La délinquance juvénile, essai de construction d’objet », Revue Française de Sociologie, n° 12, 1971, p. 335-377.

2 Notons que le présent ouvrage s’inscrit dans le prolongement de son doctorat, thèse soutenue en 2012.

3 L’EPM de Lavaur pourrait accueillir jusqu’à soixante détenus. Notons que les peines d’emprisonnement sont en moyenne de trois mois.

4 La structure et ses usagers sont informés de l’objectif de l’enquêteur dans l’enceinte de la prison. On peut parler alors d’observation « à découvert ». À ce sujet : Arborio, Anne-Marie, « L’observation directe en sociologie : quelques réflexions méthodologiques à propos de travaux de recherches sur le terrain hospitalier », Recherche en soins infirmiers, n° 90, 2007, p 26-34.

5 « Selon ce cadre, les adolescents sont contraints à pratiquer pas moins de soixante heures d’activités hebdomadaires équitablement réparties entre les domaines de scolaire [...], socioculturel […], et sportif » (p. 70).

6 Pour la définition des types-idéaux, voir p. 172-173 dans : Weber Max, Essai sur la théorie de la science (1904-1917), Paris, Agora/Pocket, 1992.

7 Sur les modes de sociabilité juvénile dans les quartiers : Lepoutre David, Cœur de banlieue. Codes, rites et langages, Paris, Éditions Odile Jacob, 1997.

8 Les adolescents sont répartis en « unité de vie » avec leur propre régime de fonctionnement, et selon le sexe, l’âge, ou encore la considération à l’égard de l’infraction commise, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Delfavero, « Laurent Solini, Faire sa peine à l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 avril 2018, consulté le 19 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24594

Haut de page

Rédacteur

Thibault Delfavero

Étudiant en thèse de doctorat à l’Université d’Artois, Atelier SHERPAS, équipe 3 de l’URePSSS (EA 7369).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page