Navigation – Plan du site

Sébastien Roux, Jérôme Courduriès (dir.), « La reproduction nationale », Genèses, n° 108, 2017

Élias Burgel
La reproduction nationale
Sébastien Roux, Jérôme Courduriès (dir.), « La reproduction nationale », Genèses, n° 108, septembre 2017, 189 p., Paris, Belin, ISBN : 9782410009934.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gérard Noiriel, « La question nationale comme objet d’histoire », Genèses. Sciences sociales et his (...)
  • 2 Voir, notamment, Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, (...)
  • 3 Susanna Magri, Gérard Noiriel, Michel Offerlé, Christian Topalov, « Au départ », Genèses, n° 100-10 (...)

1Dans l’une de ses premières parutions au tout début des années 1990, la revue Genèses faisait de la question nationale l’un de ses objets d’études de prédilection, quand bien même cette question pouvait, à l’époque, être perçue comme un « objet illégitime de la recherche en sciences sociales »1. Dans la décennie suivante, la « construction des identités [nationales] de papier » était l’un des principaux axes problématiques autour desquels la démarche de la « socio-histoire » finissait par se cristalliser2. Aussi, presque trois décennies plus tard, le numéro intitulé « La reproduction nationale » s’inscrit-il sans conteste dans cette fameuse « ligne de Genèses » évoquée par les fondateurs de la revue, dont Christian Topalov dit qu’elle est « la revue elle-même »3. La singularité du présent dossier thématique, qui s’ouvre sur une introduction proposée par Jérôme Courduriès et Sébastien Roux, est alors de croiser la question nationale avec celle la parenté, appréhendée en particulier sous l’angle de la filiation. L’étude conjointe de ces deux objets se justifie, comme le soulignent les deux anthropologues, par le fait que nation et filiation « sont intriquées, se répondent et se renforcent tout en se produisant et se reproduisant réciproquement » (p. 3). Bien plus, en raison de l’« action et [de] l’engagement de promoteurs et d’entrepreneurs de l’évidence » (p. 5), toutes deux sont tendancieusement sujettes à l’essentialisation. Les différentes contributions entendent alors analyser la dimension socio-historique de ces entités pour mieux les dénaturaliser.

  • 4 La question posée était la suivante (citée p. 11) : « Quels seraient les moyens compatibles avec le (...)
  • 5 En termes anthropologiques, on peut schématiquement dire que la Révolution conduisit à disjoindre, (...)

2L’historienne Sylvie Steinberg revient tout d’abord sur le statut juridique de la bâtardise, ou filiation hors de l’institution du mariage légitime, durant la Révolution française. Si cette dernière est généralement retenue comme un moment de rupture marqué par le projet politique d’« intégrer les bâtards [à la nation] en les débarrassant de l’opprobre » (p. 10), la question de la bâtardise constitue déjà, en amont, un « sujet de débat politique et philosophique » (p. 11). Ainsi, tout au long des années 1780, celle-ci préoccupe les institutions académiques savantes, pour des raisons sociales (mauvais traitements réservés aux enfants bâtards), comme juridiques et morales (exclusions de certaines professions ou dignités et préjugés qui touchent à vie les bâtards). L’auteure revient en particulier sur les analyses de la question par Henri-Jean-Baptiste de Bousmard, vainqueur en 1787 d’un concours de dissertation sur le sujet, lancé par la Société royale de Metz4, auquel participe également un certain Maximilien Robespierre. Elle ébranle ensuite le topos historiographique selon lequel la Révolution aurait « rendu leur dignité de citoyen aux enfants nés hors mariage » (p. 14). Certes, l’idée jusnaturaliste selon laquelle « la différence entre enfants légitimes et illégitimes ne [peut] pas relever de la nature » prédomine dès les premières années de la Révolution (p. 16). Cependant, l’analyse détaillée des dispositions juridiques portant sur les enfants dits naturels adoptées en 1793 conduit à démontrer que la filiation légale instituée par les révolutionnaires se structure autour d’une dissymétrie genrée, qui accorde la « primauté à la volonté du père » en lui donnant « toute latitude en tant que citoyen autonome de faire entrer un enfant dans sa filiation ou, au contraire, de l’en exclure », tandis que la filiation maternelle n’est conçue que de manière univoque et naturalisante, sur un mode charnel (p. 19). Loin d’instaurer une rupture nette avec l’Ancien Régime, les dispositions de 1793 véhiculent ainsi, selon l’auteure, des « catégories juridiques qui prévalaient depuis des siècles dans le droit canonique » (p. 19). Analysant ensuite les conséquences juridiques d’une réaction morale thermidorienne, Sylvie Steinberg évoque une disjonction progressive entre vie civique et vie privée, qui conduit à concevoir la famille comme un « système inégalitaire fonctionnant comme un contre-modèle de la société politique en formation » (p. 22). Ainsi, l’auteure dépeint une « privatisation de l’indignité » au cours de la Révolution, en vertu de laquelle la question de la bâtardise se « trouve réduite à une affaire purement privée, sans rapport avec la question de l’égalité entre les citoyens » (p. 25)5.

3Le dossier se poursuit avec la contribution de Jérôme Courduriès, qui s’appuie sur une enquête ethnographique menée auprès d’une petite trentaine de couples homosexuels et hétérosexuels ayant eu recours, à l’étranger, aux services d’une mère porteuse, c’est-à-dire à la technique de la gestation pour autrui (GPA). Dans un double contexte de raréfaction des enfants adoptables et d’attachement persistant à la filiation biologique, les « personnes en manque d’enfants » se tournent vers d’« autres pays aux législations plus libérales, en tout cas moins restrictives » (p. 29). Elles agissent ainsi hors du cadre de la loi française, « en connaissance de cause » (p. 30), puisque la GPA, en tant que «  technique de parenté », est strictement interdite en France depuis le début des années 1990. Si ces enfants conçus à l’étranger sont généralement ramenés en France sans encombre, les parents se heurtent ensuite à la difficulté d’obtenir la transcription de l’acte de naissance étranger de leur enfant à l’état civil français, quand bien même le jus sanguinis est censé permettre à ces enfants d’obtenir la nationalité française. Certes, le « projet d’avoir un enfant est toujours fondateur du sentiment d’en être le parent, tant pour le parent qui en est le géniteur que pour celui qui ne l’est pas » (p. 33). Cependant, comme les personnes qui ont recours à la GPA sont tout à fait conscientes du « caractère prépondérant du sang ou des gènes dans la définition de la parenté occidentale » (p. 34), elles cherchent à obtenir la reconnaissance légale de la filiation pour renforcer socialement une parenté qui ne correspond pas (du moins, pas entièrement) au schéma naturaliste. Les enjeux sont matériels (héritage) comme symboliques (inscription dans un groupe familial et dans une nation). L’État français témoigne cependant d’une forte défiance vis-à-vis des enfants nés à l’étranger par GPA, qui conduit à les mettre à l’écart de la communauté nationale, au nom d’arguments juridiques finement déconstruits par Jérôme Courduriès.

4L’anthropologue Mélanie Gourarier expose ensuite les fruits d’une enquête ethnographique au sein d’un centre de prélèvement de l’ADN (DNA Lab) de Brooklyn, quartier défavorisé de New York. Ce laboratoire est mandaté par les services de l’immigration pour réaliser des tests ADN dans le cadre de demandes de regroupement familial. Le recours à ce type d’expertise par les services de l’immigration, qui voit la « biologie érigée en technique de contrôle » (p. 65), vise à permettre de contourner les fausses déclarations ou les demandes frauduleuses par l’« imposition d’une “vérité” [scientifique] sur les liens de filiation » (p. 56). Partant, il présuppose que « la seule filiation légitime et recevable, en situation d’immigration, est celle des “liens du sang” établie par l’administration états-unienne » (p. 51). Cette situation est paradoxale dans la mesure où le droit américain reconnaît des filiations de plus en plus multiformes : Mélanie Gourarier évoque ainsi un « traitement différentiel entre les immigrés légaux et les citoyens nationaux » (p. 53). Si le recours aux tests ADN est présenté par l’administration états-unienne comme une « possibilité précieuse offerte aux requérants », l’auteure démontre toutefois que sa systématisation relève d’une « logique structurelle du soupçon » (p. 57). Cette suspicion porte sur la déclaration des requérants, mais également sur certaines administrations étatiques étrangères. La mise au jour d’un traitement différentiel des demandes de regroupement familial en fonction du pays d’origine révèle, en effet, que l’administration états-unienne doute directement de la capacité de certains pays à tenir un état civil. Dans ce contexte, Mélanie Gourarier donne à voir la manière dont la science est conduite à déterminer les trajectoires sociales : il arrive alors que la « véridiction génétique » (p. 64) ne corresponde pas à la manière dont les individus vivent et se représentent leurs liens familiaux.

5Enfin, s’appuyant sur une enquête ethnographique multi-située, consacrée à l’adoption internationale, Sébastien Roux interroge la dimension socio-historique de la « croyance contemporaine quant à la nécessité quasi anthropologique [pour un enfant adopté] d’accéder “au récit de ses origines” » (p. 70). Selon les psychologues, qui s’accordent désormais sur la question, le « rappel continu du passé pré-adoptif » est en effet censé créer le « sentiment d’une continuité, toujours […] envisagée comme apaisante et rassurante » (p. 73). Aussi les États se voient-il sommés de mettre en place « une politique de collecte et d’archivage spécifique » (p. 75), notamment dans le cadre de la Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale (1993), afin de documenter les origines des enfants adoptés. Au nom de procédures d’adoption dites « éthiques », les puissances publiques sont ainsi dotées du « devoir moral » de conserver des « données standardisées sur [leur] condition originelle » (p. 77). À partir de l’évocation détaillée d’une trajectoire individuelle entre France et Éthiopie – ce second pays n’étant pas signataire de la Convention de La Haye –, Sébastien Roux montre alors qu’accéder à ses origines est un « processus de fabrique discursive qui ne peut établir la vérité de soi qu’à la condition de l’État » (p. 82). Ainsi, dans le cas d’un pays comme l’Éthiopie où les falsifications documentaires sont monnaie courante, la « puissance de l’État dans la fabrique des identités s’évalue à partir de ses manques » (p. 84).

  • 6 Comme le suggérait un article-manifeste, l’enjeu épistémologique de l’étude des identités sociales (...)

6En définitive, l’un des grands mérites du dossier est de mettre en avant la place du national – associé, dans le sillage des travaux de Gérard Noiriel, aux institutions étatiques – dans « l’édiction des identités » familiales (p. 78). Cela permet notamment de comprendre la manière dont les institutions sont susceptibles de façonner les subjectivités, sans verser dans un déconstructivisme accusateur6.

Haut de page

Notes

1 Gérard Noiriel, « La question nationale comme objet d’histoire », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 4, 1991, p. 72. Au-delà de ce numéro intitulé « Le national », consacré spécifiquement à la question, voir, entre autres, les dossiers thématiques du n° 11 de 1993 (« Patrie, patrimoines »), du n° 26 de 1997 (« Représentations nationales et pouvoirs d’États »), du n° 44 de 2001 (« Enseigner la Nation ») ou encore du n° 54 de 2004 (« Vos papiers! »).

2 Voir, notamment, Gérard Noiriel, État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin, 2001. Pour un aperçu succinct, voir : Gérard Noiriel, « La construction des identités de papier : entretien avec Gérard Noiriel », Quaderni, n° 36, 1998, p. 57-68, disponible en ligne : https://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_1998_num_36_1_1363. Pour une présentation plus détaillée de la démarche socio-historique, voir : Gérard Noiriel, Introduction à la socio-histoire, Paris, La Découverte, 2006 ; François Buton et Nicolas Mariot (dir.), Pratiques et méthodes de la socio-histoire, Paris, PUF, 2009.

3 Susanna Magri, Gérard Noiriel, Michel Offerlé, Christian Topalov, « Au départ », Genèses, n° 100-101, p. 72-107, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-geneses-2015-3-page-72.htm. Voir notamment p. 74, p. 91 et p. 102.

4 La question posée était la suivante (citée p. 11) : « Quels seraient les moyens compatibles avec les bonnes mœurs d’assurer la conservation des bâtards, et d’en tirer une plus grande utilité pour l’État ? ».

5 En termes anthropologiques, on peut schématiquement dire que la Révolution conduisit à disjoindre, dans la filiation bâtarde, la question de l’héritage (transmission des biens matériels) et celle de la succession (transmission des biens immatériels comme la citoyenneté ou la nationalité). Voir « Glossaire de la parenté », L’Homme, n° 154-155, 2000, p. 721-732, disponible en ligne : https://journals.openedition.org/lhomme/58.

6 Comme le suggérait un article-manifeste, l’enjeu épistémologique de l’étude des identités sociales est peut-être « moins d’étudier des identités construites pour les dénaturaliser que de s’interroger sur les diverses forces de contrainte et d’institutionnalisation des structures sociales », Martina Avanza et Gilles Laferté, « Dépasser la “construction des identités” ? Identification, image sociale, appartenance », Genèses, n° 61, 2005, p. 134-152, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-geneses-2005-4-page-134.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élias Burgel, « Sébastien Roux, Jérôme Courduriès (dir.), « La reproduction nationale », Genèses, n° 108, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 18 avril 2018, consulté le 27 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24595

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page