Navigation – Plan du site

Michel Lepesant, Baptiste Mylondo, Inconditionnel. Anthologie du revenu universel

Nicolas Poisson
Inconditionnel
Michel Lepesant, Baptiste Mylondo, Inconditionnel. Anthologie du revenu universel, Paris, Éditions du Détour, 2018, 256 p., préface du Mouvement français pour un revenu de base, ISBN : 9791097079321.
Haut de page

Texte intégral

1Proposer une anthologie de textes majoritairement philosophiques sur le revenu universel, n’est-ce pas au fond reconnaître son caractère utopique ? Aucunement. Derrière ce choix, Michel Lepesant, enseignant de philosophie et animateur d’un blog sur la décroissance1, et Baptiste Mylondo, enseignant en économie et philosophie politique à l’Institut des études politiques de Lyon, rappellent qu’« avant d’être un rêve, une utopie est une méthode » (p. 230). Dans un champ d’études dominé par les analyses économiques et les projections financières, le duo d’auteurs se démarque clairement avec cet ouvrage : il s’agit ici de penser le souhaitable, plus que le faisable, de redonner son sens philosophique à l’allocation universelle, ce « revenu inconditionnel […] distribué par une communauté politique à tous ses membres, de leur naissance à leur mort, sur une base individuelle, sans contrôle des ressources ni exigence de contrepartie » selon la définition donnée par le Mouvement français pour un revenu de base2. Telle est la position des auteurs : l’allocation universelle relève avant tout de la justice sociale, et engage la « conception de la société des humains » (p. 7). Cet ouvrage est ainsi l’aboutissement de plusieurs années de recherches consacrées à cette question, durant lesquelles les réflexions des auteurs n’ont cessé de s’affiner : leur conception du revenu inconditionnel s’est progressivement construite à partir d’une critique de la société de consommation et du productivisme capitaliste3, jusqu’à aboutir à la mise en place de projets réels, comme la création d’une monnaie locale4.

2Les deux auteurs amènent ainsi le lecteur à découvrir les textes de nombreux penseurs d’époques et d’aires géographiques différentes ayant réfléchi sur les inégalités économiques et la justice sociale : des philosophes bien connus (Platon, John Locke, Jean-Jacques Rousseau, Charles Fourier) côtoient des auteurs moins célèbres, qu’ils soient humanistes de la Renaissance (Tommaso Campanella, Juan Luis Vives) ou professeurs et chercheurs contemporains en philosophie politique (André Gorz, Philippe van Parijs, Marc Hunyadi). La vingtaine d’extraits, longs de deux à dix pages, s’accompagne de courtes introductions précisant systématiquement leur contexte et leur intérêt pour notre époque, ainsi que l’enseignement qu’en tirent les auteurs. Ces textes, bien que pouvant être lus de manière non linéaire, sont classés selon un plan soigneusement pensé, puisqu’« articul[ant] objectif (pour désirer), fondement (pour justifier), et mobile (pour passer à l’acte) » (p. 230). L’ouvrage parcourt ainsi différentes conceptions d’un revenu universel, allant de l’utopie à la formulation d’un projet politique.

  • 5 More Thomas, L’Utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement, Paris, Flammarion, 1987.

3La première partie retrace les grandes lignes de l’évolution du concept de revenu universel. Ce dernier, imaginé pour la première fois en 1516 par Thomas More dans son Utopie5, s’inscrit à l’origine dans un idéalisme philosophique que les auteurs entendent réhabiliter : les lois et les différents dispositifs politiques doivent nécessairement viser la réduction des injustices et des inégalités afin de permettre aux individus d’être heureux. Pour Michel Lepesant et Baptiste Mylondo, cette démarche n’est aucunement naïve mais donne tout son sens à la réforme politique proposée : « pour contredire ce réel », celui d’une société capitaliste fondée sur l’absolu du profit individuel, « il faut commencer par lui proposer une utopie » (p. 229), un nouvel horizon idéal qui, à défaut d’être atteint, orientera les êtres humains vers le souhaitable. Les textes de penseurs humanistes tels que Thomas More, ou du moine dominicain Tommaso Campanella, donnent à voir des sociétés plus justes, mais exposent surtout les dispositifs par lesquels celles-ci peuvent advenir. La mise en commun des biens et le partage égal des richesses en sont les propositions fondamentales, mais ce n’est qu’au XIXe siècle, avec le socialisme de Charles Fourier et de son disciple Victor Considérant, que fut formulé un « minimum » véritablement pensé comme mesure politique programmatique. La question d’une contrepartie, et notamment de la sauvegarde du travail, est abondamment discutée mais, pour Michel Lepesant et Baptiste Mylondo, le choix est clair : plutôt qu’un droit au travail ayant conduit les individus à accepter des emplois durs et précaires, il s’agit de revendiquer, comme Kropotkine et Bertrand Russell, un « droit à l’aisance » (p. 52), donc un revenu absolument inconditionnel, sans contrepartie aucune. Tel est l’idéal à atteindre qui pourra se voir réalisé à partir d’une nouvelle pratique du travail, ne visant plus la productivité mais l’épanouissement des individus.

4La seconde partie quitte le cadre de l’utopie pour entrer dans celui du débat d’idées, en s’intéressant aux différents types de justifications du revenu universel. Trois sont notamment mises en avant. La première repose sur le droit à la vie, tel qu’exprimé par les articles 3 et 5 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, et son corollaire nécessaire, qui est le droit de vivre dignement. La seconde convoque le droit à la liberté, qui se déploie toutefois dans deux directions différentes. D’une part, une liberté économique, représentée par l’économiste Milton Friedman : permettre à tous les individus de pouvoir contribuer à la croissance. D’autre part, une liberté politique s’inscrivant dans une logique rawlsienne radicale : permettre à tous les individus de disposer de leurs biens comme ils l’entendent, afin de pratiquer leur conception de la vie bonne sans contrainte aucune, même si celle-ci consiste à paresser, comme le défend Philippe Van Parijs. Mais les auteurs de l’anthologie affirment leur désaccord avec ces deux positions libérales et défendent, à l’instar du philosophe Marc Hunyadi, une conception coopérative du revenu inconditionnel : ce dernier ne doit pas être versé en raison d’un droit à la liberté individuelle, position faisant paradoxalement de l’individualisme le fondement de la coopération sociale, mais parce que la société est en elle-même une coopération. Enfin, la troisième justification principale du revenu universel se fonde sur le droit à disposer d’une partie des richesses produites par la communauté. Comme le rappelait déjà Thomas Paine, toute production a une origine sociale et doit être partagée par tous les membres de la société. C’est donc une logique de justice, et non d’assistance, que défendent Michel Lepesant et Baptiste Mylondo, se qualifiant eux-mêmes de « socialistes » (p. 231) : la charité ne remet aucunement en cause les inégalités économiques, et maintient la supériorité à la fois réelle et symbolique des plus riches.

5La troisième partie vise à répondre à deux ultimes questions : quel type de revenu inconditionnel défendre ? Et ne doit-on se limiter qu’à ce seul dispositif ? Les deux auteurs sont partisans d’un revenu suffisamment élevé qui ne contraigne pas les individus à accepter un travail sous-payé. Ici se déploie une franche critique du revenu minimum d’insertion (RMI) et du revenu de solidarité active (RSA) français, dont l’« inconditionnalité conditionnelle » (p. 251) est jugée perverse puisqu’elle constitue une mesure isolée. Or, le revenu universel ne prend pleinement son sens que s’il est conçu comme « le pivot central d’une politique générale des revenus » (p. 251) fondée sur le principe de décroissance. Le dispositif défendu par Baptiste Mylondo et Michel Lepesant s’inscrit ainsi dans un changement de paradigme, celui du « mythe de la croissance »6 : il s’agit de refuser un productivisme destructeur aussi bien pour les individus que pour la société et l’écosystème. Les textes de ce troisième mouvement rappellent ainsi la nécessité d’un projet politique global, dont l’instauration d’un revenu inconditionnel ne serait que la première étape. Car, derrière les inégalités économiques, se cachent d’autres mécanismes travaillant à la dégradation de la vie humaine : Rousseau et Montesquieu exposent le lien entre misère et despotisme ; les militants de l’association des Amis de la Terre rappellent que l’absence d’un plafond aux richesses, à cette quête du « toujours plus », est nécessairement destructeur pour l’écosystème ; Antonella Corsani, enseignante-chercheuse en économie, voit même dans le revenu universel « une condition nécessaire à l’émancipation des femmes » (p. 173).

  • 7 Pour deux exemples de critique de la justice de l’allocation universelle en tant que telle, voir : (...)
  • 8 Voir par exemple l’analyse proposée dans l’article de Claude Gamel, Didier Balsan et Josiane Vero, (...)

6Cette anthologie offre au lecteur un vaste panorama des conceptions et projets politiques qui sont à la base de l’idée de revenu universel. Elle comble également un vide dans le champ des études consacrées à l’allocation universelle, en nourrissant une réflexion philosophique plus qu’économique. On peut toutefois regretter l’absence d’une quatrième partie regroupant des textes critiques vis-à-vis du revenu universel. En effet, les seules objections retenues comme « stimulantes et fertiles » (p. 242) ne remettent pas en cause le revenu universel lui-même, mais seulement les modalités que les auteurs défendent7. De même, l’absence de quelques éléments d’analyse de la mise en place et des effets concrets d’un tel dispositif, par exemple les effets réels de l’allocation universelle sur le travail et l’activité8, tend à enfermer par moments l’ouvrage dans une spéculation détachée des réalités. Néanmoins, cette anthologie permet de découvrir les origines philosophiques du revenu universel comme les récentes et diverses propositions volontaristes, et constitue un point d’entrée original à l’étude d’une question plus que jamais en débat.

Haut de page

Notes

1 http://decroissances.blog.lemonde.fr/.

2 https://www.revenudebase.info/decouvrir/.

3 Voir par exemple : Lepesant Michel (dir.), L’Antiproductivisme : un défi pour la gauche ?, Lyon, Parangon, 2013.

4 http://monnaie-locale-romans.org/.

5 More Thomas, L’Utopie ou le traité de la meilleure forme de gouvernement, Paris, Flammarion, 1987.

6 http://decroissances.blog.lemonde.fr/qui-sont-les-decroissants-2/.

7 Pour deux exemples de critique de la justice de l’allocation universelle en tant que telle, voir : Harribey Jean-Marie, « Une allocation universelle garantirait-elle une meilleure justice sociale ? », in Charpentier François (dir.), Encyclopédie protection sociale : quelle refondation ?, Paris, Économica ; Éditions Liaisons, 2000, p. 1211-1221 ; Quirion Philippe, « Les justifications en faveur de l’allocation universelle : une présentation critique », Revue française d’économie, vol. 11, n° 2, 1996, p. 45-64.

8 Voir par exemple l’analyse proposée dans l’article de Claude Gamel, Didier Balsan et Josiane Vero, « L’incidence de l’allocation universelle sur la propension à travailler : Enjeux théoriques et résultats microéconomiques », Économies et sociétés. Série AB, Économies du travail, vol° 26, n° 8, 2005, p. 1411-1441 ; disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00801998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Poisson, « Michel Lepesant, Baptiste Mylondo, Inconditionnel. Anthologie du revenu universel », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 19 avril 2018, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24596

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Poisson

Étudiant en master 2 d’études moyen-orientales à l’ENS de Lyon.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page