Navigation – Plan du site

Marie Campigotto, Rachel Dobbels et Elsa Mescoli, Ethnographies du proche. Perspectives réflexives et enjeux de terrain

Oumaya Hidri Neys
Ethnographies du proche
Marie Campigotto, Rachel Dobbels, Elsa Mescoli (dir.), « Ethnographies du proche. Perspectives réflexives et enjeux de terrain », Émulations, n° 22, 2017, 137 p., Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875586193.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, (...)

1Paru dans la revue pluridisciplinaire de sciences sociales Émulations, ce numéro thématique tente de répondre aux questions d’ordres méthodologique, épistémologique, éthique et politique, qui émergent lorsque l’on enquête « chez soi », c’est-à-dire lorsque le terrain choisi n’impose pas au chercheur un éloignement géographique de son contexte quotidien de vie. Si l’étude immersive et prolongée du « lointain » a longtemps constitué une garantie de la validité et de la légitimité de la démarche ethnographique, certaines évolutions contemporaines ont raccourci les distances géographiques et ont mêlé, dans un même espace, des réalités sociales et culturelles très diverses, amenant l’ethnographe à rencontrer « chez soi » l’altérité. Ce dossier, en analysant les dynamiques interpersonnelles qui lient le chercheur à son terrain et aux enquêtés, montre combien cette « proximité » ne l’empêche guère d’être « pris »1 dans diverses formes de relations intersubjectives : il négocie son accès au terrain, ses rôles, ses places et ses statuts ; il se justifie, met en scène son histoire, la répète à la demande ; il impacte la relation d’enquête par ce qu’il est, par ce qu’il représente, par ce que les autres croient qu’il est ; il partage des expériences et des émotions avec les individus rencontrés sur le terrain ; etc.

2Les sept contributions qui composent ce numéro répondent à deux objectifs. D’abord, toutes interrogent ce qui relève du « proche » en travaillant la notion polysémique de « proximité ». L’ethnographie du proche recouvre des configurations hétérogènes qui dépassent largement l’association lieu de résidence/terrain investigué. En comparant l’étude des conceptions du corps et de la personne à travers le partage des pratiques quotidiennes dans un village en Amazonie équatorienne avec celle de la prostitution en région liégeoise en Belgique, sa ville natale et de résidence, Louise Debouny montre que le gain scientifique offert par les maladresses, les malaises ou encore l’inconfort de la posture ethnographique, exigeant distanciation et proximité, est indépendant « des coordonnées géographiques ou des distances parcourues par l’ethnographe pour rejoindre son terrain » (p. 123). D’autres liens de proximité sont ainsi explorés, ils renvoient au partage d’une langue, d’un territoire d’origine ou de résidence, d’un espace, d’une pratique de loisirs, d’une origine sociale, d’une expertise professionnelle, d’une amitié, d’une appartenance religieuse, d’une couleur de peau, etc. Ces liens peuvent être réels ou imaginés, mais au final, les contributions montrent combien la définition de « proche » fluctue au gré de l’avancement de l’enquête, se prête à des ajustements et des transformations permanents selon les situations, résulte même d’une co-construction au contact des enquêtés. Ensuite, tous les articles engagent la réflexion sur les éventuelles spécificités d’une ethnographie du proche. Ils combattent l’idée reçue selon laquelle cette façon d’enquêter serait « forcément » plus confortable, moins contrainte, plus contrôlée ou présenterait une plus grande validité scientifique. Les situations ethnographiques détaillées par les auteurs montrent au contraire, combien trois des problématiques de l’ethnographie du « lointain » se posent pertinemment lorsque l’on fait du terrain « chez soi ».

  • 2 Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, 1988[1895].
  • 3 A l’instar de Loïc Waquant qui se « retrouve » à ethnographier le club de boxe de Woodlawn, voir Wa (...)
  • 4 Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire  (...)
  • 5 Réciproquement, certains contributeurs montrent que les enquêtés peuvent parfois considérer l’autoc (...)

3La première interroge le décentrement du regard et la distanciation du chercheur vis-à-vis de ses prénotions2 lorsqu’il évolue en terrain familier. Ethnographier le proche relève bien souvent d’un choix « opportuniste »3. Certains contributeurs avouent être persuadés, au début de leurs enquêtes, que leur familiarité avec le terrain investigué pouvait constituer un « capital d’autochtonie »4 favorable à la suite de leurs recherches5. Ce fut le cas d’Hadrien Riffaut qui, nageur familier, régulier et entrainé de la piscine Pontoise, a décidé de comprendre les rétributions sociales et identitaires recherchées par les nageurs qui partagaient avec lui les lignes d’eau. À l’exception de quelques difficultés méthodologiques (le double statut à couvert/découvert, le double rôle de nageur/chercheur, etc.), l’auteur montre dans quelles mesures son immersion dans la durée et le partage au préalable de l’activité étudiée ont constitué des atouts, tant pour la récolte des matériaux que pour l’établissement d’une distance nécessaire au travail d’objectivation. Le retour réflexif qu’il livre permet d’exposer les manières dont il est parvenu à déconstruire son univers de référence, à convertir son regard et à rendre étonnant le familier.

4La deuxième explore la frontière plus ou moins poreuse, plus ou moins visible, « entre le « eux » des acteurs sur le terrain et le « je » du chercheur » (p. 10). Ainsi, malgré des proximités résidentielle, sociale, culturelle, linguistique et religieuse avec « ses » guérisseurs-désenvoûteurs lorrains, Déborah Kessler-Bilthauer (p. 56) découvre « une fascinante bizarrerie au sein de [s]a propre culture » et fait face à des logiques de mise en altérité venant contrarier son investigation empirique. Certains enquêtés lui reprochent sa non-maîtrise des connaissances et compétences propres au groupe des guérisseurs mais aussi sa naïveté, voire son inconscience, envers des phénomènes inconnus et obscurs. Ici, la chercheuse perd son statut de « proche du « nous », les guérisseurs [et devient] attaché[e] à un groupe antagoniste, « eux », les sorciers » (p. 62).

  • 6 Winkin Yves, « Travail ethnographique et objectivation », ARSS, n°55/1, 1984, 41-45.
  • 7 Sandoval Chela, Methodology of the oppressed, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2000.

5La troisième concerne les dynamiques de pouvoir et d’engagement sur les terrains considérés comme « proches ». Comme pour l’étude du lointain, les ethnographes du proche se retrouvent bien souvent dans la situation de devoir rendre des comptes aux enquêtés. Godefroy Lansade n’a pas échappé à la règle : il détaille dans quelles mesures sa double familiarité au terrain (son expérience du métier d’enseignant et de l’institution scolaire ; ses relations d’amitié avec quelques enquêtés) ne lui a pas permis d’user des habituelles « ficelles » (la fuite ou le fait de jouer la montre) pour s’y soustraire. Partagé entre le souci de ménager ses enquêtés, au risque de dévaluer son travail de recherche, et la tentation de soumettre les enquêtés à une « décontruction objectivante »6 de leurs pratiques, au risque de mettre à mal les relations de confiance et d’amitié partagées, il a choisi d’accepter ces moments de retour tout au long de l’enquête. Maria Vivas-Romero va plus loin en livrant un retour réflexif sur une ethnographie du proche co-construite. Retraçant son étude des stratégies de treize travailleuses colombiennes et péruviennes émigrées en Belgique pour accéder à la protection sociale, elle détaille les obstacles méthodologiques, épistémologiques et éthiques qui l’ont amenée à adopter, et qui se sont posés lorsqu’elle a adopté, la posture de « témoin muté ». Elle a ainsi associé les enquêtées à la (re)définition de l’objet de recherche, au choix des méthodes utilisées pour examiner la réalité, à la question de la pertinence de l’approche intersectionnelle pour l’étude ; et les enquêtées, ayant accéder à une forme de « conscience différenciée »7, l’ont impliquée malgré elle dans une action politique. Maria Vivas-Romero, en montrant combien cette « co-production » rééquilibre les relations de pouvoir entre la chercheuse et ses enquêtées, invite à réfléchir à un renouvellement des pratiques de production du savoir.

  • 8 Fassin Didier et Bensa Alban (dir.), Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, (...)
  • 9 Bizeul Daniel, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cau (...)
  • 10 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », ARSS, n°62/63, 1986, 69-72.
  • 11 Le poids différentiel de ces « proximités » dans deux ethnologies du proche (celles de Jeanne Favre (...)

6À partir de la narration problématisée, référencée et détaillée d’expériences de terrain hétérogènes et situées, tous les contributeurs adoptent « une manière réflexive et critique de répondre de [leurs] recherches »8. L’exercice est complexe. En faire le compte-rendu l’est plus encore, du fait de l’exigence du détail conjuguée au devoir de synthèse. Finalement, ce compte-rendu invite les jeunes chercheurs à découvrir ce numéro de la revue Émulations parce que la lecture d’éléments de méthodologie lisses et sereins publiés dans nombre d’ouvrages et d’articles scientifiques les renvoie bien souvent à un sentiment d’illégitimité quant au regard qu’ils portent sur leurs propres difficultés, les amenant à les occulter ou au mieux, à « faire avec ». Voir de jeunes contributeurs se soumettre à l’exercice de la réflexivité est « un précieux antidote au découragement. Il aide à rompre « l’ignorance plurielle » (selon l’expression de Merton) dans laquelle se trouvent les chercheurs, prêts, chacun de leur côté, à se croire seuls à affronter de telles difficultés »9. Mais tous les chercheurs, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, apprécieront le souci de transparence, la profondeur des réflexions et la prise de risque assumée des contributeurs. Car, sans céder aux sirènes de « l’illusion biographique »10, ils parviennent à montrer dans quelles mesures les identités et les appartenances11 dans la relation ethnographique, plus particulièrement dans l’approche scientifique d’un terrain « proche », sont des facteurs déterminants de la production de connaissances.

Haut de page

Notes

1 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977, 26.

2 Durkheim Emile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, 1988[1895].

3 A l’instar de Loïc Waquant qui se « retrouve » à ethnographier le club de boxe de Woodlawn, voir Waquant Loïc, Corps et âme. Carnet ethnographique d’un apprenti boxeur, Marseille, Agone, 2001, 12.

4 Retière Jean-Noël, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, n°16/63, 2003, 122, 121-143.

5 Réciproquement, certains contributeurs montrent que les enquêtés peuvent parfois considérer l’autochtonie du chercheur comme le prédisposant à mieux appréhender et restituer les données collectées sur le terrain.

6 Winkin Yves, « Travail ethnographique et objectivation », ARSS, n°55/1, 1984, 41-45.

7 Sandoval Chela, Methodology of the oppressed, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2000.

8 Fassin Didier et Bensa Alban (dir.), Les politiques de l’enquête. Epreuves ethnographiques, Paris, La Découverte, 2008.

9 Bizeul Daniel, « Le récit des conditions d’enquête : exploiter l’information en connaissance de cause », Revue française de sociologie, n°39/4, 1998, 779, 751-787.

10 Bourdieu Pierre, « L’illusion biographique », ARSS, n°62/63, 1986, 69-72.

11 Le poids différentiel de ces « proximités » dans deux ethnologies du proche (celles de Jeanne Favret-Saada et de Déborah Kessler-Bilthauer) est, sur ce point, particulièrement convaincant et confirme la complexité de ce qui est entendu et revendiqué comme proche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oumaya Hidri Neys, « Marie Campigotto, Rachel Dobbels et Elsa Mescoli, Ethnographies du proche. Perspectives réflexives et enjeux de terrain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 mai 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24599

Haut de page

Rédacteur

Oumaya Hidri Neys

Maîtresse de conférences HDR à l’Université de Lille ; sociologue à Atelier SHERPAS (URePSSS, EA 7369)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page