Navigation – Plan du site

Claire Judde de la Rivière (dir.), « Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles) », Politix, n° 119, 2017

Ronan Crézé
Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles)
Claire Judde de Larivière (dir.), « Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles) », Politix, n° 119, 2017, 183 p., Liège, De Boeck, ISSN : 0295-2319, ISBN : 9782807391253.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de Politix s’inscrit dans la droite ligne éditoriale de la revue (qui entend croiser les regards de l’histoire et de la science politique) en se penchant sur les formes anciennes des activités politiques. La démarche des contributeurs opère deux ruptures par rapports aux travaux antérieurs d’historiographie politique. La première rupture est historique puisque les auteurs analysent les sociétés d’Ancien Régime au lieu de s’intéresser aux sociétés modernes qui, selon la définition wébérienne, émergent à partir de la fin du XVIIIe siècle. La seconde rupture est conceptuelle puisque les travaux se concentrent sur des formes de politisation ordinaires (ou alternatives) qui ont disparu du fait de la professionnalisation politique et de l’émergence de l’État moderne. Ce qualificatif d’« ordinaire » s’entend selon trois dimensions : le statut non spécialisée en politique des acteurs impliqués (souvent considérés comme « populaires ») ; la banalité des actions politiques, (envisagées dans des temps « froids » et routinier en l’absence d’événements extraordinaires) ; et enfin la portée limitée de ces actions politiques, tournées vers la famille ou des groupes sociaux restreints.

  • 1 C’est le cas, par exemple, du partage des clés entre deux représentants de chaque communauté religi (...)

2Le premier article, rédigé par Jérémie Foa, porte sur l’élaboration de pactes d’amitié entre catholiques et protestants dans une dizaine de villes françaises durant la période s’étalant de 1562 à 1572. Ces pactes nous interrogent sur « ce qui “fait tenir” les hommes ensemble » (p. 45) dans des villes où ces deux communautés religieuses se côtoient. Dans le contexte d’émergence des premières guerres de Religion en France, les habitants de ces localités s’unissent pour continuer à partager des activités quotidiennes (telles que le commerce qui permet d’assurer la prospérité économique). Leur amitié ne repose pas exclusivement sur le sacré puisque les textes signés convoquent Dieu au même titre que d’autres figures temporelles (telles que le Roi ou le juge local). Ces accords participent donc à la création d’un univers commun aux catholiques et aux protestants. Certes, les pactes d’amitié sont accompagnés de contraintes1, mais ils démontrent tout de même que les liens de proximité peuvent être plus forts que les oppositions confessionnelles. Dès lors, un autre commun est perceptible dans ces pratiques villageoises, qui marquent leur refus des violences interreligieuses pratiquées dans le reste du royaume de France.

  • 2 Le « porc des âmes » est un animal donné au village par un laïc puis laissé en liberté pour être no (...)
  • 3 Dans certains villages, les habitants commandent des messes chez d’autres prêtres, notamment lorsqu (...)
  • 4 Ces derniers ont des droits politiques car ils sont considérés comme « habitants » (vecino) du fait (...)
  • 5 « Il semble bien que les chefs de maison les plus aisés soient aussi impliqués dans l’organisation  (...)

3Dans une seconde étude captivante, Thomas Glesener se penche sur les archives judiciaires d’une petite dizaine de procès ayant opposé des autorités locales concurrentes (religieuses et politiques, notamment) de la Navarre espagnole au XVIIIe siècle. L’auteur questionne une pratique qui consiste dans l’entretien collectif d’un « porc des âmes » par les habitants, dans le but de financer des hommages religieux aux morts2. Les dissensions (visibles dans les procès étudiés) portent sur la propriété de ce porc et opposent plusieurs autorités qui se considèrent légitimes pour incarner la communauté villageoise et/ou les défunts auxquels ce porc est censé appartenir. Cette tradition a longtemps été considérée comme religieuse mais Thomas Glesener révèle sa dimension politique. Pour le comprendre, il convient de rappeler qu’à cette époque les rites funéraires tendent à se démocratiser grâce à l’organisation de messes communes financées conjointement par la « corbeille des âmes » (une quête organisée chaque dimanche) et par le « porc des âmes » (dont la vente, mort ou vivant, en loterie ou aux enchères, permet de récolter des fonds). Le porc permet ainsi aux habitants pauvres qui l’alimentent de contribuer en nature à une forme de don pour célébrer leurs morts. Or, cette pratique révèle plusieurs enjeux : quelle autorité est légitime pour réaliser la collecte des fonds et en décider l’utilisation3 ? Sont-ce les magistrats représentants le peuple (les vivants) qui ont contribué à nourrir le porc ou les curés dont la fonction religieuse permet le lien avec les destinataires (les morts) ? Aux côtés des municipalités et de l’Église, une autre catégorie d’acteurs s’impose dans le rituel : les chefs de maisons4. Ces propriétaires (et notamment les plus riches d’entre eux) revendiquent également (mais insidieusement) un rôle dans l’organisation du rituel en se proclamant représentants du peuple5. Cette étude montre bien comment la définition du commun peut être l’objet de conflits.

  • 6 Cette répression sévère est attestée par l’analyse de la réaction du comte de Schönburg à une proce (...)
  • 7 Elles s’inscrivent dans « la longue durée des contestations antifiscales chez les Schönburg, puisqu (...)

4Dans une troisième contribution, Rachel Renault étudie quant à elle les mouvements de contestation populaire relatifs à la collecte et à l’utilisation de l’impôt au XVIIIe siècle en Allemagne. Selon l’auteure, ces protestations sont le « lieu d’élaboration d’une conception du “commun” qui entre en collision avec celle que proposent les autorités » (p. 82). Ces dernières réagissaient de façon forte à ces actions6. En effet, les rassemblements contestataires remettaient en cause le cadre habituel de la relation de soumission entre autorités et sujets. Ils symbolisaient d’une part le rejet du monopole de collecte de l’impôt et d’autre part la volonté du peuple de participer à la définition de l’ordre social. En contestant la fiscalité, les personnes engagées remettaient en cause la domination des seigneurs : « refuser l’impôt relève alors du défi […], d’une rupture publique de la foi jurée qui lie le vassal au suzerain » (p. 94). Si ces protestations sont récurrentes à cette époque7, elles ne peuvent être exclusivement considérées comme des actes oppositionnels. Au contraire, à travers ces conflits les contribuables « tissent les contours d’un autre commun » (p. 99), différent de celui traditionnellement défini par l’autorité impériale et la noblesse d’Empire. Les habitants s’arrogent ainsi le droit de « proposer une vision alternative de l’ordre social » (p. 97) et démontrent aussi leur volonté de considérer autrement leur place de « sujet » au sein de la communauté politique.

  • 8 Le conflit qui oppose ces institutions trouve son origine dans la décision de l’État d’obliger les (...)
  • 9 Ceux-ci sont souvent considérés comme un rejet du politique et un refus de défendre la communauté n (...)

5La contribution de Déborah Cohen porte sur les conceptions antagonistes du commun durant la période postrévolutionnaire en Vendée. Son travail vise à interpréter les manifestations populaires qui émergent en soutien aux prêtres réfractaires qui refusent de prêter serment devant la Constitution, comme l’État les y oblige depuis 1790. À cette époque, les habitants du département de la Loire inférieure sont confrontés à deux légitimités : celle de l’Église, et celle de l’État révolutionnaire8. L’auteure s’appuie sur les dénonciations et suppliques des habitants de ce département avant la guerre de Vendée ; elle s’inscrit volontairement à contrecourant de la lecture classique qui est faite de ces mouvements9. Selon elle, le soutien populaire affiché aux prêtres réfractaires exprimerait une volonté de défendre un commun ancré dans les traditions locales. En effet, les liens familiaux et affectifs qui unissent les habitants à leur clergé paroissial sont prégnants à l’époque. Cela explique que les villageois vendéens veulent conserver leur prêtre pour perpétuer « les fonctions spirituelles comme à l’ordinaire » (p. 113). Dans cette perspective, c’est la déstabilisation de l’ordre politique local qui explique la volonté de préserver une forme ancienne d’organisation communautaire. Ainsi, cette étude « permet de ne plus opposer du politique et du non-politique, mais de décrire deux formes affrontées de compréhension du commun » (p. 120).

  • 10 Samuel Hayat explique que les rares écrits d’ouvriers attestent davantage de l’acceptation du lien (...)
  • 11 À la fin du XIXe siècle, lorsque les organisations représentatives des mineurs sont officialisées e (...)

6Dans le dernier article, Samuel Hayat étudie la situation des mineurs de la Compagnie des mines d’Anzin près de Valenciennes au XIXe siècle. L’auteur y confronte deux définitions opposées du commun. La première est imposée par les patrons des mines et est fondée notamment sur les principes de hiérarchie et d’unité de la Compagnie, qui incarne « l’intérêt commun de mineurs, de la direction et des actionnaires » (p. 128). La seconde conception du commun est soutenue par les mineurs eux-mêmes et repose sur des principes de gestion et d’organisation du travail (tel que le juste prix du travail). Toutefois, le contenu du commun des mineurs manque de précision et n’est pas explicité par l’auteur, du fait d’un difficile accès aux sources10. Au XIXe siècle, c’est l’ordre patronal qui s’impose et qui est conforté par la Compagnie des mines d’Anzin. Celle-ci gère un espace géographique spécifique au sein duquel les ouvriers sont isolés (leurs logements sont construits à l’extérieur des villes et leur circulation est limitée). Aux activités professionnelles s’ajoutent les services mis à disposition par la Compagnie, qui concernent les loisirs, l’éducation, la consommation, la santé, etc. « En ordonnant l’ensemble de la vie des mineurs, dans le travail et hors du travail » (p. 129), la Compagnie revendique avec succès le « monopole du droit à dire et faire le commun » (p. 129). Dans ce contexte de forte soumission à l’ordre patronal, certains ouvriers remettent en cause ce lien de subordination au cours des grèves menées au sein de la Compagnie des mines d’Anzin. Lors de ces temps chauds, une « politique en mode mineur » parvient à s’imposer et conforte progressivement la vision d’un monde ouvrier spécifique11.

7En somme, le déplacement du regard sur des objets atypiques permet de considérer des conceptions politiques alternatives en dehors « des formes canoniques et professionnalisées du politique » (p. 27). Cependant, l’ambition initiale qui visait à s’intéresser aux « configurations historiques antérieures […] à la construction et l’autonomisation du champ politique » (p. 12) n’est pas toujours respectée puisque certains articles débordent sur les XVIIIe et XIXe siècles. D’autre part, la difficulté d’accès aux sources contraint souvent à se limiter à des récits portés par des institutions (ex : tribunaux, paroisses, élites locales, etc.) au détriment d’une analyse du discours des acteurs eux-mêmes (villageois, contribuables, ouvriers, etc.). Dès lors, et bien que les auteurs tentent de l’éviter, le dossier s’apparente à une histoire racontée « par le haut ». Il n’en demeure pas moins que sa lecture est passionnante. L’étude de ces politisations ordinaires parvient en effet à nous convaincre de la pertinence d’explorer d’autres manières d’appréhender les politiques du commun.

Haut de page

Notes

1 C’est le cas, par exemple, du partage des clés entre deux représentants de chaque communauté religieuse afin « qu’aucune confession ne puisse ouvrir les portes sans l’autre » (p. 48).

2 Le « porc des âmes » est un animal donné au village par un laïc puis laissé en liberté pour être nourri par l’ensemble des habitants. La revente de ce porc permet de financer le culte des morts sous la forme de messes organisées par le curé du village.

3 Dans certains villages, les habitants commandent des messes chez d’autres prêtres, notamment lorsqu’ils font des reproches à leur propre curé sur la quantité et la qualité de ses offices religieux.

4 Ces derniers ont des droits politiques car ils sont considérés comme « habitants » (vecino) du fait qu’ils possèdent une maison, contrairement aux « résidents » (moradores) qui n’en possèdent pas.

5 « Il semble bien que les chefs de maison les plus aisés soient aussi impliqués dans l’organisation » du rituel (p. 72). Par cette implication, les chefs de maison marquent « la domination des habitants les plus puissants sur les membres les plus faibles de la communauté » (p. 73).

6 Cette répression sévère est attestée par l’analyse de la réaction du comte de Schönburg à une procession pacifique menée par les représentants de plusieurs villes du comté en 1778. La répression violente engagée par les gens d’armes visait à faire taire les sujets qui soupçonnaient le comte de s’approprier les recettes fiscales du territoire.

7 Elles s’inscrivent dans « la longue durée des contestations antifiscales chez les Schönburg, puisque la mémoire du conflit des années 1660 est convoquée » dans le procès portant sur la protestation de 1778 (p. 95) de même que dans les nombreux procès de ce type « qui couvrent au total une période d’environ 50ans entre 1661 et 1796 » (p. 89).

8 Le conflit qui oppose ces institutions trouve son origine dans la décision de l’État d’obliger les curés (désormais salariés de l’État) à prêter serment à la Nation, par un décret publié en décembre 1790. Dès lors, deux groupes de prêtres se sont formés : les jureurs (qui prêtent serment sur la Constitution) et les réfractaires (qui, dans la droite ligne de la décision du Pape en 1791, refusent cette soumission)

9 Ceux-ci sont souvent considérés comme un rejet du politique et un refus de défendre la communauté nationale.

10 Samuel Hayat explique que les rares écrits d’ouvriers attestent davantage de l’acceptation du lien de subordination. Pourtant, un « texte caché » (gardé secret par les mineurs) se dissimulerait derrière le « texte public » (exposé face au patronat). Il s’attèle donc à le relever au cours de son article.

11 À la fin du XIXe siècle, lorsque les organisations représentatives des mineurs sont officialisées et légalisées, la politisation des mineurs devient plus conflictuelle dans un contexte « où ce qui est en jeu n’est pas l’opposition entre ordre patronal et ordre communautaire, mais une lutte de classes » (p. 145).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronan Crézé, « Claire Judde de la Rivière (dir.), « Politiques du commun (XVIe-XIXe siècles) », Politix, n° 119, 2017 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 23 avril 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24613

Haut de page

Rédacteur

Ronan Crézé

Professeur agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page