Navigation – Plan du site

Virginie Linhart, Vincennes, l’université perdue

Lilian Mathieu
Vincennes, l'université perdue
Virginie Linhart, Vincennes, l'université perdue, Paris, Blaq Out, 2018.
Haut de page

Texte intégral

1Il ne reste plus rien de l’université de Vincennes. C’est ce constat qui ouvre le documentaire de Virginie Linhart : à la place des bâtiments qui accueillirent des dizaines de milliers d’étudiants entre 1969 et 1980, se trouve désormais un trou de verdure dont le caractère bucolique paraît d’autant plus étrange du fait de la proximité immédiate de Paris. C’est à raviver, et à réhabiliter, le souvenir de cette exceptionnelle expérimentation académique que vise ce film, basé sur de nombreux entretiens avec d’anciens étudiants, enseignants et personnels de Vincennes (filmés dans la clairière verdoyante où se trouvait autrefois le campus), ainsi que sur de riches archives visuelles (dont celles, précieuses, du département de cinéma).

  • 1 Le concept d’humeur anti-institutionnelle a été forgé, à propos de Mai 68, par Pierre Bourdieu dans (...)
  • 2 Sur la manière très personnelle dont Gilles Deleuze assumait une telle posture, voir Charles Soulié (...)

2L’université de Vincennes est un produit direct de la révolte estudiantine de mai et juin 1968. Prenant acte de la remise en cause d’un système universitaire hiérarchisé et archaïque, le ministre de l’Éducation Edgar Faure décide l’ouverture d’un centre expérimental donnant la part belle aux disciplines innovantes (sciences de l’éducation, psychanalyse, cinéma, etc.) et misant sur des approches pédagogiques plus dialogiques (enseignements en petits groupes plutôt que cours magistraux, spécialement). La décision d’implanter ce campus au cœur du bois de Vincennes obéit à une logique de relégation des étudiants à la périphérie urbaine mais contribue à en faire une sorte de bouillon de culture tant intellectuel que politique. Qu’ils soient déjà consacrés ou futurs intellectuels de premier plan, les universitaires qui tentent l’aventure de Vincennes se signalent par leur rapport critique à l’ordre dominant, quand ce n’est pas par leurs engagements militants à gauche ou à l’extrême gauche. Gilles Deleuze, François Châtelet, Jean-François Lyotard, Jacques Rancière, Hélène Cixous… comptent dès l’origine parmi les figures les plus emblématiques du corps enseignant vincennois. Tous, pour autant, ne parviennent pas à s’ajuster à une « humeur anti-institutionnelle »1 prompte à remettre en cause les postures magistrales2 ; c’est notamment le cas de Michel Foucault, qui rejoint très vite le Collège de France.

3Sa filiation soixante-huitarde fait de Vincennes le point de ralliement des différentes organisations ou mouvances de gauche et d’extrême gauche, dont les rivalités et concurrences sont transposées dans la vie académique – comme à l’occasion des premières élections internes, trois semaines après l’inauguration de janvier 1969, qui suscite la première occupation du campus et sa première évacuation par la police. Le clivage structurant de la gauche du champ politique est alors celui qui oppose le Parti communiste aux « gauchistes », ce que révèlent à leur manière les images d’archives d’une visite de membres du PCF, scandalisés de découvrir des locaux couverts d’affiches et de graffitis. Leur indignation se cristallise sur la dégradation et le dévoiement d’une université qui se veut ouverte à tous et toutes, et spécialement aux fractions cultuellement démunies de la population.

4L’université de Vincennes présente en effet la particularité d’être accessible sans le baccalauréat, offrant ainsi une possibilité de rattrapage culturel inespérée aux laissés pour compte du système scolaire. Cours du soir, crèche, modalités de validation innovantes… ont ainsi permis à des milliers de femmes et d’hommes de reprendre leurs études et d’amorcer des trajectoires inattendues – comme dans le cas, devenu légendaire, de ce camionneur ayant suivi une étudiante à Vincennes et qui, s’y trouvant bien, a entrepris des études d’histoire qui l’ont mené jusqu’à la position de professeur d’université. L’humeur militante et la sensibilité aux inégalités sociales se révèlent également dans les mobilisations solidaires en faveur des personnels d’entretien, visant à réduire leur précarité et à leur offrir des voies de progression de carrière.

  • 3 Voir à ce propos Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire (...)

5La vie sociale propre au campus en fait un des cœurs de la contre-culture des années 19703. Son expression la plus folklorique est sans doute le souk installé à l’entrée, où se vendaient bijoux exotiques et chemises hippies. La plus sinistre est certainement l’irruption des drogues dures, avec leur cortège de violences et d’overdoses. L’argument de la drogue sera instrumentalisé par la ministre des Universités Alice Saunier-Seïté pour remettre en cause l’existence même du campus vincennois. Revancharde, la droite au pouvoir ne s’est jamais remise d’avoir dû concéder cette enclave académique sous la pression des événements de Mai. La résistance des étudiants et de l’ensemble des personnels ne réussira pas empêcher le déménagement, en 1980, de Vincennes à Saint-Denis, où se trouve toujours l’Université Paris 8.

6Consacré à ce déménagement traumatique, la fin du film livre la clé de la disparition matérielle du campus : la répulsion haineuse du gouvernement de l’époque à l’égard de tout ce que représentait Vincennes explique sa volonté de destruction totale et d’élimination des moindres traces de cet ilot de liberté critique — au point, comme le suggère Hélène Cixous, que même des archéologues effectuant des fouilles dans quelques siècles ne pourront y déceler qu’il y ait pu y avoir une vie académique en cet endroit.

7Découvrir ce que fut l’université de Vincennes près de cinquante ans après son ouverture peut déconcerter, spécialement en ce printemps 2018 marqué par les luttes étudiantes contre la sélection à l’université. L’enjeu était alors de favoriser l’accès à l’enseignement supérieur pour le plus grand nombre, en abaissant les principaux obstacles (comme la condition du baccalauréat) et en facilitant les conditions d’étude. La formation n’y était pas conçue comme la condition de l’exercice d’un métier mais comme le moyen d’acquérir un savoir ayant valeur en lui-même, et l’appétit de connaissance pouvait s’assouvir à Vincennes dans le simple bonheur d’accéder à une meilleure compréhension du monde. C’est un des mérites très actuels du documentaire de Virginie Linhart que de mettre en valeur ces désirs d’apprendre totalement désintéressés et d’avoir pour cela donné la parole non seulement aux enseignants mais aussi à celles et ceux, étudiants comme personnels, aux origines et aux positions sociales plus modestes, dont les témoignages se font émus lorsqu’ils et elles évoquent comment l’université fut un lieu important de leur émancipation.

Haut de page

Notes

1 Le concept d’humeur anti-institutionnelle a été forgé, à propos de Mai 68, par Pierre Bourdieu dans Homo academicus, Paris, Minuit, 1984.

2 Sur la manière très personnelle dont Gilles Deleuze assumait une telle posture, voir Charles Soulié, « La pédagogie charismatique de Gilles Deleuze à Vincennes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 216-217, 2017, p. 42-63.

3 Voir à ce propos Gérard Mauger, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme : pour une histoire de la “génération 68” », in CURAPP, L’Identité politique, Paris, PUF, 1994, p. 206-226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Virginie Linhart, Vincennes, l’université perdue », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 25 avril 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24616

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page