Navigation – Plan du site

Patrick Baudry, Gérard Peylet (dir.), Migrations et mobilités

Audran Aulanier
Migrations et mobilités
Patrick Baudry, Gérard Peylet (dir.), Migrations et mobilités, Pessac, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 2018, 322 p., ISBN : 978-2-85892-467-7.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le sixième d’une série interdisciplinaire sur les « transformations de soi »1 qui poursuit les travaux d’un programme de recherche quinquennal (2011-2015) dirigé par Patrick Baudry et Gérard Peylet et adossé à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine. Le livre aborde la question de l’identité plurielle. En effet, comme le souligne Patrick Baudry dans son introduction, l’identité n’est jamais unitaire : « le sujet n’est pas l’individu identique à lui-même, ni celui qui peut proclamer mais alors au risque de sa propre vie que “je est un autre” : il lui faut faire avec ce je-autre, sans être pris par la logique de l’autre » (p. 17). Dans cette optique de montrer l’éclatement du sujet, les contributions se penchent sur ce qui modifie son identité. Si la migration apparaît comme un thème évident lorsque l’on se penche sur cette question, en tant qu’elle transforme en profondeur le sujet qui la vit, il « a paru nécessaire » (p. 9) aux directeurs de l’ouvrage d’accueillir également des contributions qui se concentrent sur des pratiques artistiques ou des expériences de vie qui soulignent le caractère incertain et mobile de l’identité. Dès lors, les matériaux étudiés sont assez variés : romans, films, arts plastiques, photographies, peintures, musiques ou encore enquête à teneur sociologique. Cette diversité représente bien ce projet dont « la dimension pluridisciplinaire est essentielle »2 – même si les études littéraires sont majoritaires – pour appréhender au mieux l’expérience de l’étrangeté, qui vient à chaque instant perturber, décaler, changer ou reconstruire l’identité propre.

  • 3 Bernhard Waldenfels, « Entre les cultures », Revue de théologie et de philosophie, n° 137, 2005, p. (...)
  • 4 Rachid Boudjedra, La pluie, Paris, Denoël, 1987 [1985], traduction de A. Moussali avec l’auteur.

2La première partie a pour thème l’écriture de ce qui a lieu entre le moi-propre et ce qui m’est étranger, cet entre-deux « dont le caractère intermédiaire ne peut être ni reconduit à ce qui est propre, ni intégré dans un tout »3. Peter Kuon propose ainsi une lecture de La pluie de Rachid Boudjedra4, roman qui met en scène une jeune femme algérienne autant perturbée par son passé – notamment sa puberté, origine de sa souffrance – que par les conventions sociales de son pays. Kuon montre comment la protagoniste du roman reconstruit son identité brisée grâce à l’« écriture “cathartique” [et] auto-thérapeutique » (p. 40) d’un journal intime, à travers lequel « le je du texte évolue » (p. 37). C’est ainsi en écrivant ce qui se passe entre elle et une région étrangère d’elle-même que le « je » de la jeune femme se recompose. Kuon répond ainsi par l’exemple à l’introduction de Baudry, dans laquelle celui-ci, invoquant Simmel, décrivait le sujet complexe qui se cherche « à partir ou plutôt sur le fond sans cesse dérobé à lui-même de son propre savoir » (p. 17). C’est à travers la mise sur le papier de sa vie que l’héroïne du roman s’approprie un savoir sur elle-même profondément enfoui, et qu’elle prend conscience de son étrangeté propre, ce qui lui permet finalement de « retour[ner] à la vie » (p. 39). Cette mobilité de l’identité est également au cœur de l’intéressante contribution de Virginie Brinker, cette fois dans un contexte de migration. S’appuyant sur le cinéma et la littérature africaine contemporaine, l’auteure observe que, dans l’expérience de la migration, « aucun des lieux n’est [...] vécu comme un ancrage, un espace définitif » (p. 75). Au contraire, les sujets migrants se trouvent dans un entre-deux permanent : un lieu intermédiaire qui n’est pas plus complètement attaché au pays et à la culture d’origine qu’intégré dans la nouvelle culture. Surtout, l’auteure montre qu’il n’y a pas forcément de réponse déjà formulée pour savoir comment se comporter face à cette expérience étrangère, mais que c’est par l’interprétation, « en apprenant à envisager librement les situations évoquées, en nous dégageant des carcans politiques, médiatiques, stéréotypés » (p. 84), que nous pourrons espérer saisir son sens et son rôle sur notre identité. L’influence de la migration sur l’identité joue également un rôle important dans la contribution de Sandrine Bazile. Elle s’intéresse à des « ateliers d’écriture collaborative » (p. 55) où des personnes issues de différentes cultures produisent ensemble de courtes scènes théâtrales. L’auteure montre comment la « co-construction » des scènes permet « l’émergence d’espaces » (p. 63) entre les cultures, qui aident à comprendre l’autre.

  • 5 Haruki Murakami, 1Q84, 3 vol., Paris, Belfond, 2011-2012 [2009].
  • 6 Tahar Ben Jelloun, Les Yeux baissés, Paris, Seuil, 1991 ; Emine Sevgi Özdamar, Die Brücke vom Golde (...)
  • 7 Bernhard Waldenfels, op. cit., p. 345.

3La deuxième partie a pour objet la pluralité de l’identité, qui désintègre l’unité fictive de l’individu. Marie-Lise Paoli analyse la trajectoire de vie d’Aomamé, personnage principal de la trilogie 1Q845 de l’écrivain japonais Haruki Murakami. C’est ici par l’imagination que l’héroïne voyage et poursuit « sa quête identitaire » (p. 125), rendue compliquée par la « réalité déformée » qu’occasionne une « temporalité vacillante » (p. 127). La trilogie, explique Paoli, montre la recherche difficile d’une identité personnelle des individus d’aujourd’hui qui, du fait de leur « position instable », trouvent difficilement « leur place dans la société » (p. 141). Cette construction complexe de l’identité est aussi le thème du riche article de Thomas Klinkert, qui l’analyse dans deux romans relatant des expériences migratoires : Les Yeux baissés de Tahar Ben Jelloun et Die Brücke vom Goldenen Horn d’Emine Sevgi Özdamar6. Chez Ben Jelloun par exemple, le personnage de Fathma, jeune fille marocaine qui émigre à Paris avec son père, fait l’expérience d’une interculturalité qui lui ouvre les portes d’un troisième lieu qui n’est ni le pays d’origine ni le pays d’accueil. Cela lui « rend difficile d’accepter telles quelles les constructions identitaires qu’une société donnée offre à ses membres » (p. 151) – approche qui rappelle le motif de l’interculturalité évoqué dans l’article de Virginie Brinker. Fathma doit donc se construire en puisant dans « l’activité de l’imagination » (p. 152), qui oblige à « prendre “l’interculturalité” au mot »7 en bâtissant une voie autre pour se (re)construire elle-même. Ainsi, l’imaginaire revient comme un leitmotiv dans plusieurs articles, comme moyen de dépasser le fantasme de l’unité du sujet.

4La troisième partie offre des tentatives de réponse à la question suivante : peut-on trouver son identité à travers des détours par l’étrangeté qui vient nous frapper et nous hanter ? Dans cette optique de mobilité identitaire, ce sont principalement des tentatives artistiques qui sont interrogées. Aline Ribière8, artiste plasticienne, et Chloé Mousset-Becouze9, photographe, insistent toutes deux sur les détours de l’identité : on n’accède jamais directement au moi, mais toujours par des cheminements variés que l’art permet de révéler. Lydie Pearl insiste plus sur le motif de l’hybridité, qui définit une identité multiple. Pour ce faire, elle analyse les motifs de l’entre-deux dans différentes œuvres de Marc Chagall, peintre aux identités plurielles, « fidèle à la culture juive hassidique, tout en étant attiré par l’Occident » (p. 202). Enfin, dans sa seconde contribution à ce volume, Anthony Soron analyse la manière dont les épreuves redéfinissent l’identité, à travers une lecture de Ru de Thúy10. La particularité de ce roman, qui évoque les souvenirs d’une « boat-people » vietnamienne, est qu’il permet d’observer que ce ne sont pas seulement les épreuves de l’exil, bien réelles, qui transforment le soi, mais que « la force de l’imaginaire » (p. 231) peut y parvenir, en rendant l’identité mobile.

5La dernière partie porte sur les manières de comprendre « l’autre en intrigue ». Dans son intéressant article, Claire Mestre explique comment, dans sa pratique de psychothérapeute, elle se sert autant de la psychanalyse que de l’anthropologie pour comprendre les migrants qu’elle reçoit, partant du principe que tout un chacun possède « un psychisme et une culture » (p. 241). Un décentrement de sa propre identité est donc nécessaire pour appréhender les traumas des patients, autant intérieurs que situés culturellement. Le décentrement est également présent dans le cas que présente Mélanie Mauvoisin, centré sur l’application géolocalisée Grindr utilisée pour la drague gay. En effet, « si ce mode de rencontre nécessite d’être localisé », entre en jeu « un espace [...] imaginé voire fantasmé » (p. 260), notamment par la co-écriture via l’application d’«  un scénario dans lequel on va organiser son discours » (p. 259-260) avant de rencontrer le corps de l’autre. Encore une fois, ce serait donc notre imagination qui nous permettrait d’aborder au mieux l’altérité, à travers l’émergence de lieux autres, entre les cultures, les corps ou les identités personnelles.

6Cet ouvrage collectif propose des contributions nombreuses (dix-huit) et variées, qui nous donnent beaucoup d’exemples d’identités non unitaires, souvent richement analysés. Si les thèmes de la fiction et de l’imagination reviennent souvent, l’ouvrage peut parfois sembler manquer de cohérence, d’un fil conducteur un peu plus solide... Sa lecture sera néanmoins profitable à quiconque s’intéresse à la construction identitaire à travers l’autre, en réaction à l’étranger. Plus qu’une étude de la migration comme fait social, comme le titre pourrait le laisser présager, cet ouvrage fait du thème de la construction identitaire le point commun des articles réunis, dans la lignée du programme sur les « transformations de soi ».

Haut de page

Notes

1 Les cinq premiers ouvrages sont les suivants : Patrick Baudry, Gérard Peylet (dir.), Troubles identitaires. Du corps au récit, Pessac, MSHA, 2014 ; Gérard Peylet, Hélène Saule-Sorbé (dir.), L'appartenir en question. Ce territoire que j'ai choisi, Pessac, MSHA, 2015 ; Gérard Peylet (dir.), Filiations et transmission, Pessac, MSHA, 2016 ; Alain Mons (dir.), Interfaces de l’intime, Pessac, MSHA, 2016 ; Anthony Soron (dir.), L’écriture à l’épreuve d’elle-même, Pessac, MSHA, 2016.

2 Projet MSHA : https://clare.u-bordeaux-montaigne.fr/images/Presentation/PgmsTransversx/Transfo-de-Soi-MSHA/2015_Bilan_-_Transformations_de_soi.pdf.

3 Bernhard Waldenfels, « Entre les cultures », Revue de théologie et de philosophie, n° 137, 2005, p. 346.

4 Rachid Boudjedra, La pluie, Paris, Denoël, 1987 [1985], traduction de A. Moussali avec l’auteur.

5 Haruki Murakami, 1Q84, 3 vol., Paris, Belfond, 2011-2012 [2009].

6 Tahar Ben Jelloun, Les Yeux baissés, Paris, Seuil, 1991 ; Emine Sevgi Özdamar, Die Brücke vom Goldenen Horn, Köln, K&W, 2008.

7 Bernhard Waldenfels, op. cit., p. 345.

8 On trouve quelques-uns de ses travaux sur son site : http://www.alineribiere.fr/.

9 On trouve quelques-unes de ses photographies sur son site : http://chloe-moussetbecouze.odexpo.com/default.asp?page=18398&lg=.

10 Kim Thúy, Ru, Paris, Liana Lévi, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Audran Aulanier, « Patrick Baudry, Gérard Peylet (dir.), Migrations et mobilités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 19 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24628

Haut de page

Rédacteur

Audran Aulanier

Doctorant en philosophie et sciences sociales à l’EHESS.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page