Navigation – Plan du site

Joël Zaffran et Juliette Vollet, Zadig après l’école. Pourquoi les décrocheurs scolaires raccrochent-ils ?

Jean Bernatchez
Zadig après l'école
Joël Zaffran, Juliette Vollet, Zadig après l'école. Pourquoi les décrocheurs scolaires raccrochent-ils ?, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Documents », 2018, 225 p., ISBN : 9782356875464.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 En France, selon un décret de 2010 de la Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère (...)

1Le décrochage scolaire est un phénomène social devenu une préoccupation politique sous la pression de normes françaises et européennes, voire internationales. Joël Zaffran et Juliette Vollet y voient « une tragédie qui relie les enjeux scolaires aux enjeux politiques sans saisir les enjeux sociaux et subjectifs, dramatiques ou salutaires, qui font ou ne font pas problème aux yeux des jeunes eux-mêmes » (p. 13). Selon les politiques concernées, et puisqu’il faut quantifier l’ampleur du phénomène pour mesurer l’écart entre une situation observée et une situation souhaitée, de nombreuses définitions opératoires du décrochage scolaire sont proposées, mais à l’échelle européenne, elles se résument par cette formule : « ni à l’école, ni au travail, ni en formation » (p. 12)1. Sous l’angle des politiques publiques, cette situation constitue un problème puisque l’absence de qualification est associée à la mort sociale du jeune.

2Le pari des deux auteurs2 est d’écouter et de comprendre ce que disent de leur expérience les jeunes qui ont vécu cette situation et qui ont agi afin d’y faire face. « Pour cela, il est préférable de ne pas traiter du décrochage scolaire à proprement parler mais des parcours de jeunes qui, après avoir décroché, raccrochent et s’accrochent » (p. 14). Une centaine d’entretiens ont été réalisés auprès de jeunes fréquentant des dispositifs français de retour à l’école. L’analyse de ces entretiens permet de tisser la trame des événements et des sentiments qui relie les séquences de décrochage, de raccrochage et d’accrochage. La référence dans le titre de l’ouvrage à un personnage de Voltaire, Zadig, n’est justifiée que par cette citation : « Il n’y a point de mal dont il ne naisse un bien » (p. 4).

  • 3 Institut national de la statistique et des études économiques, Activités, emploi et chômage en 2011(...)

3Le livre est structuré en sept chapitres. Le chapitre 1, « Du “phénomène” au “problème” du décrochage », montre comment le phénomène ancien de déscolarisation, socialement acceptable au sens où il ne suscitait pas l’indignation morale ou la mobilisation des acteurs, est devenu progressivement le problème nouveau du décrochage scolaire, à cause de l’imposition de la norme du diplôme et de son emprise sur l’emploi. Pour un jeune sans diplôme, la probabilité d’être au chômage est deux fois et demie supérieure à celle d’un jeune diplômé du supérieur3. La lutte contre le décrochage scolaire se traduit en une action publique fondée sur des justifications morales (cette action est juste), rationnelles (elle permet des gains économiques) et sociales (elle réduit la vulnérabilité des jeunes). Les causes du décrochage sont multiples, associées à une conjonction de facteurs scolaires (échec, redoublement, climat scolaire), sociaux (genre, classe sociale, climat familial) et individuels (confiance en soi, motivation, caractère).

4Le chapitre 2, « Quitter l’école et y revenir », définit le raccrochage comme « le processus qui conduit un jeune sans diplôme ni qualification reconnue à recourir, après une période plus ou moins longue, à un dispositif scolaire, civique ou professionnalisant de remédiation au décrochage scolaire » (p. 46). Les auteurs distinguent raccrochage scolaire (diplomation grâce à une pédagogie alternative), raccrochage professionnel (études couplées à des stages) et raccrochage éducatif (internat dans un environnement clos). Les parcours de raccrocheurs permettent d’observer que « les jeunes ont recours à un dispositif de retour en formation après une épreuve plus ou moins longue de laquelle ils sortent suffisamment armés pour mener le travail sur soi nécessaire au raccrochage » (p. 55). L’analyse de ces parcours permet de cerner les raisons de l’abandon des études (le décrochage), de l’entrée dans le dispositif (le raccrochage) et du maintien dans ce dispositif (l’accrochage), lesquelles sont développées dans les chapitres suivants.

5Le chapitre 3, « Les voies du raccrochage », présente les dispositifs français afférents. Les structures de retour à l’école (SRE) regroupent les microlycées, les lycées expérimentaux et les centres pédagogiques innovants. Liés aux collectivités territoriales, ces établissements proposent une rescolarisation permettant de passer un baccalauréat d’enseignement général ou professionnel. Ils réconcilient les jeunes avec les normes scolaires et sociales. Leurs relations avec les enseignants sont individualisées et égalitaires. Les écoles de la deuxième chance (E2C) offrent une formation par alternance grâce à des stages en entreprise qui ont pour fonctions l’observation du milieu de travail et la confirmation du projet professionnel du jeune. Les apprentissages sont orientés vers la maîtrise des savoirs de base (lire, écrire et compter). Les établissements publics d’insertion de la Défense (EPIDE) visent aussi la construction d’un projet professionnel grâce à des stages, mais leur spécificité est liée à l’internat : la vie s’y déroule « autour de temps forts et des attributs les plus ostensibles de l’étiquette militaire » (p. 78).

6Le chapitre 4, « Les nasses de l’école », s’attache aux motifs du décrochage scolaire. « Ce n’est pas la difficulté scolaire en soi qui provoque la rupture avec l’école mais une combinaison d’éléments scolaires, familiaux et économiques », notent les auteurs (p. 106). Le décrochage a du sens pour les jeunes qui font ce choix. Leur décision est rarement brutale et spontanée, mais tributaire d’événements et de sentiments qui laissent une empreinte au fil du temps : l’ennui, l’anxiété et le harcèlement à l’école ; la contrainte et la brimade dans leurs choix ; l’impératif d’autonomie financière ou sociale. Ainsi, le décrochage permet à ces jeunes de défendre leur subjectivité et de répondre à leur quête d’indépendance.

7Le chapitre 5, « Le vide et la peur », porte sur la volonté de raccrocher et sur ce qui incite au passage à l’acte. « Les situations de décrochage scolaire, aussi singulières soient-elles, ont une conséquence commune : celle de se (re)mettre en action quand le vide de l’existence donne le vertige, que l’ennui devient insupportable ou que la peur de déchoir, aux yeux des personnes qui comptent ou à leurs propres yeux, bouleverse » (p. 137). Des événements banals (un coup de fil de la marraine, la mort de son chien, une dispute avec sa mère, etc.) peuvent devenir des déclencheurs qui poussent les jeunes à échapper à cette condition, malgré le caractère incertain de cette solution qu’est le raccrochage. La décision de raccrocher et ses conséquences ressemblent à celles d’une sortie de toxicomanie, observent les auteurs.

8Le chapitre 6, « Tenir avec tous et contre tout », insiste sur le fait que l’accrochage compte des phases et des états émotionnels réversibles allant « de l’euphorie au doute, de l’engagement au détachement » (p. 139). La sollicitude et la bienveillance des adultes impliqués dans les dispositifs de raccrochage contrastent avec les stigmatisations que les raccrocheurs ont souvent subies lors de leur première vie scolaire. Le soutien des pairs et l’identification à un groupe deviennent précieux, d’autant que l’expérience du décrochage est souvent associée à un épisode de solitude. La formation est signifiante et orientée vers un but précis : l’obtention du diplôme dans les structures de retour à l’école et l’insertion professionnelle dans les écoles de la deuxième chance ou les établissements publics d’insertion de la Défense. Cependant, les jeunes raccrocheurs vivent parfois difficilement les dissonances entre leur projet de vie et l’offre de services. Les abandons procèdent alors de logiques diverses « qui engagent tout autant les expériences passées que les espoirs placés dans le dispositif » (p. 160).

9Le chapitre 7, « Quitter le dispositif et revenir à la “normale” », montre que les dispositifs de raccrochage scolaire n’ont pas toujours un effet direct et immédiat sur l’insertion socioprofessionnelle, mais qu’il permet néanmoins aux jeunes de développer certaines compétences susceptibles de contribuer à ce projet. Aucun des dispositifs ne délivre de titres scolaires (les SRE accompagnent plutôt les jeunes jusqu’aux épreuves de baccalauréat), mais « tous sans exception délivrent des biens moraux comme l’estime de soi, la fierté, la confiance » (p. 196). Les jeunes rencontrés dans le contexte des entretiens, qu’ils occupent ou non à ce moment un emploi, considèrent en majorité que les dispositifs de raccrochage scolaire sont des organisations bienveillantes, et que l’accompagnement qu’ils ont reçu dans ce contexte s’avère une expérience positive pour eux.

10Nous sommes familier avec les études portant sur le phénomène du décrochage scolaire, aussi sommes-nous en mesure d’apprécier pleinement la grande richesse et l’originalité de l’ouvrage proposé par Joël Zaffran et Juliette Vollet. Écouter, comprendre puis traduire les propos d’une centaine de jeunes décrocheurs-raccrocheurs est un exercice ambitieux, qui permet de rendre compréhensible un phénomène complexe, décliné et opérationnalisé grâce aux concepts de décrochage, de raccrochage et d’accrochage scolaires. Leur analyse est fondée sur un riche corpus théorique et empirique qui campe le phénomène d’un point de vue sociologique, mais aussi transdisciplinaire, quoique les références sont surtout françaises. Nous aurions apprécié d’avoir plus d’informations sur la méthode utilisée pour effectuer ces entretiens et pour analyser le corpus des données, afin d’inspirer les chercheurs qui souhaiteraient faire l’exercice dans d’autres espaces nationaux. On retrouve certains indices de cette méthode en note infrapaginale (p. 17-18), mais il aurait été pertinent d’en rendre compte de manière plus explicite dans un chapitre de l’ouvrage, ou en annexe.

Haut de page

Notes

1 En France, selon un décret de 2010 de la Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale, «  le décrocheur scolaire est un jeune de plus de 16 ans, sorti du système scolaire, qui ne suit pas d’apprentissage et n’a pas obtenu un baccalauréat général ni un diplôme à finalité professionnelle de niveau V (CAP, certificat d’aptitude professionnelle, et BEP, brevet d’études professionnelles) ou IV (baccalauréat) » (p. 11).

2 Joël Zaffran est professeur de sociologie à l’Université de Bordeaux (https://durkheim.u-bordeaux.fr/Notre-equipe/Chercheurs-et-enseignants-chercheurs/CV/Joel-Zaffran). Juliette Vollet, docteure en sociologie, est chercheuse associée au Centre Émile Durkheim (https://durkheim.u-bordeaux.fr/Notre-equipe/Doctorant-e-s/CV/Juliette-Vollet).

3 Institut national de la statistique et des études économiques, Activités, emploi et chômage en 2011, en ligne : https://www.insee.fr/fr/statistiques/2415227?sommaire=2415511.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bernatchez, « Joël Zaffran et Juliette Vollet, Zadig après l’école. Pourquoi les décrocheurs scolaires raccrochent-ils ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 02 mai 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24629

Haut de page

Rédacteur

Jean Bernatchez

Professeur en administration et politique scolaires, Université du Québec à Rimouski (Canada), Groupe de recherche Apprentissage et socialisation.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page