Navigation – Plan du site

Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier, Maxime Crépel, Le livre-échange. Vies du livre & pratiques des lecteurs

Corinne Delmas
Le livre-échange
Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier, Maxime Crépel, Le livre-échange. Vies du livre & pratiques des lecteurs, Caen, C&F Editions, coll. « Culture numérique », 2018, 286 p., ISBN : 978-2-915825-76-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Collectés dans le cadre d’une enquête de sept ans « sur tous les terrains de la vie du livre, auprè (...)

1Le livre fait l’objet d’usages, d’appropriations mais aussi d’échanges multiples. À cet égard, sa vie ne se limite pas à son passage en librairie, le livre et son contenu circulant entre donneurs et bénéficiaires, prêteurs et emprunteurs, par le biais également de commentaires et de présentations dans des cercles de lecture ou sur des blogs, etc. Dans leur ouvrage Le livre-échange, Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier et Maxime Crépel souhaitent, « à travers ces vies du livre », « rendre compte de ces que les lecteurs font des livres et de leur expérience de lecture » (p. 272). À partir de témoignages de « lecteurs-échangeurs »1, ils proposent un panorama de ces usages, éclairant leur diversité ainsi que les mutations provoquées par internet et le livre numérique. L’ouvrage, découpé en quatre parties, distingue « quatre vies » du livre : la circulation de l’objet-livre, le livre après la lecture, l’enrichissement du livre par la parole du lecteur et, enfin, la lecture comme « expérience intime à partager ».

2La première partie, consacrée aux modalités de la circulation physique du livre, interroge les multiples formes d’échange de cet objet : de pair à pair, de main en main, dans des cercles familiaux, amicaux, sans échanges d’argent… Les auteurs éclairent la diversification des circuits, facilitée par internet, mais aussi la transformation de l’échange : organisation de la circulation de livres-voyageurs par des blogueurs, pratiques de « book-crossing » où le livre est donné aléatoirement, avec la possibilité de suivre sa trace grâce à un numéro d’identification… Toutefois, cette amplification de la diffusion des ouvrages concerne davantage les livres imprimés que les supports numériques, dont la circulation informelle sur des réseaux d’échange, de revente et de don serait à la fois désirée par les lecteurs et empêchée par des contraintes techniques et juridiques. À cet égard, les auteurs soulignent « une incohérence pour le lecteur à ne pas pouvoir associer, dans l’acte de lire en numérique, parler et donner à lire » (p. 28).

3La deuxième partie, « le livre a une vie après la lecture », revient sur sa place dans la maison, sa circulation entre différents espaces domestiques, les choix de conserver ou non l’ouvrage, la constitution d’un stock et les modalités de classement, l’attachement contrasté au format, les valeurs accordées au livre, les multiples réseaux de circulation des ouvrages d’occasion… Si le numérique renforce la portabilité du livre, il ne facilite pas pour autant sa libre circulation, à rebours de l’ouvrage imprimé. Notamment, il ne se revend pas. Par ailleurs, le livre devient chronolithographié : le fichier auquel se réduit l’achat d’un livre numérique peut être découpé, se vendre au chapitre ou à la page lue. À l’instar de la musique, dont les modèles économiques ont déjà atomisé l’offre numérique à l’échelle du morceau, au détriment de l’agrégat qu’était l’album, le secteur du livre numérique autorise ainsi « une autre forme de valeur, qui découpe le contenu en sous-unités élémentaires » (p. 148-149). La valeur n’est plus dans l’appropriation d’un bien mais dans l’accès, calculé en temps de lecture.

  • 2 C’est-à-dire les versions interactives et numérisées d’ouvrages tels que Alice au pays des merveill (...)

4La troisième partie, « Quand la parole du lecteur enrichit le livre », cible pour sa part la circulation des avis, impressions, recommandations, partage d’expériences de lecteurs… Sur ce plan, les réseaux numériques permettent une intensification des échanges entre auteurs, éditeurs, libraires, professionnels et lecteurs. Les auteurs évoquent notamment l’activité des booktubeurs et booktubeuses payés par les éditeurs et libraires d’Outre-Atlantique, qui s’apparentent à des leaders d’opinion. Cette intense activité n’a toutefois pas une finalité strictement commerciale Si les revenus obtenus par les booktubers dépendent d’une notoriété mesurée en nombre de vues, l’acquisition de cette notoriété sur un réseau social ne constitue pas forcément le principal moteur de cette pratique, dont les enjeux s’avèrent multiples ; l’objectif premier peut être de parler de livres et de genres occultés par la critique professionnelle, si ce n’est s’adresser à des personnes n’aimant pas lire. Les auteurs interrogent également les multiples façons de lire qui, loin de se centrer sur le texte écrit, peuvent s’appuyer sur des modalités sémiotiques auditives ou visuelles. À cet égard, si le livre numérique rend envisageables les genres « multimédias »2, il resterait encore très largement une « pâle copie du papier » (p. 180), lequel était déjà porteur de diverses pratiques et recompositions : illustrations, lectures à haute voix…. Le livre audio-numérique ouvre pourtant de nouvelles possibilités par sa dimension ludique ; l’écoute des livres facilite aussi l’apprentissage des langues… Le livre numérique se heurte aussi à plusieurs limites, notamment la mise au travail du consommateur, souvent contraint à composer lui-même son fichier livre, et la captation du public par une plateforme, captation reposant sur une prise en charge technique qui s’étend à tous les terminaux, dont le mobile.

5La quatrième partie interroge la lecture en tant qu’expérience intime à partager. Les auteurs appréhendent ici les activités scripturaires suscitées par la lecture : les annotations et leurs multiples usages et réceptions, mais aussi l’écriture autour du livre dont le registre oscille entre l’intime et l’argumentation (avis spontanés, commentaires-avis, notes de lecture, résumés, critiques, fiches de lecture didactiques)… Le numérique a favorisé ces pratiques d’écriture des lecteurs mais aussi la création de microcosmes « sur des plateformes où les modes de publication permettent une affiliation par des genres ou des goûts » (p. 248), comme le montre par exemple la segmentation des univers de la littérature des fans ou fanfictions, ou encore les formes d’enrichissement propres à certains univers tel celui du manga.

6L’ouvrage se conclut sur les enjeux de l’accès au livre numérique : « malgré son potentiel technique, il offre aux œuvres des perspectives de circulation moindre que l’imprimé » (p. 274). Il conviendrait de le faire sortir de l’« effet diligence » en vertu duquel toute nouvelle technologie commence par reproduire les formes de celles qui l’ont précédée, notamment en lui permettant de devenir réellement multimédia, rich media ou transmédia et de pénétrer des réseaux diversifiés d’échange et de contribution. L’enjeu est « de trouver d’autres formes de recommandation que celles des mass media que reproduisent aisément les systèmes algorithmiques des plateformes, […] de trouver d’autres formes de prescription que celles en écho permanent du modèle de best-seller indispensable à la chaîne du livre imprimé » (p. 274).

7Si le parti-pris de ne pas « présenter le profil sociologique des lecteurs » (p. 12) peut apparaître frustrant, cet ouvrage publié dans une collection consacrée à la culture numérique n’en séduit pas moins par l’analyse proposée, parfois contre-intuitive, des effets du numérique sur les pratiques des lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Collectés dans le cadre d’une enquête de sept ans « sur tous les terrains de la vie du livre, auprès des professionnels et des lecteurs » ces témoignages comprennent : 150 entretiens semi-directifs, des observations participantes et une cartographie du web du livre en France élaboré en 2010-2012 (réalisée par le Medialab de Sciences Po dans le cadre du Projet Solen analysant les réseaux de circulation des livres imprimés et les formes de conversation-livre) ainsi que l’exploitation d’un questionnaire en ligne (750 répondants) sur les pratiques de lecture et d’échange (numérique et imprimé), conduit en 2013 (par le Medialab de Sciences Po dans le cadre d’une étude commandée par le Motif portant sur les pratiques de lecture du livre du numérique).

2 C’est-à-dire les versions interactives et numérisées d’ouvrages tels que Alice au pays des merveilles sur I-Pad, utilisant vidéos et accéléromètre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Mariannig Le Béchec, Dominique Boullier, Maxime Crépel, Le livre-échange. Vies du livre & pratiques des lecteurs », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 03 mai 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24647

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page