Navigation – Plan du site

Gaël Morel, Prendre le large

David Noël
Prendre le large
Gaël Morel, Prendre le large, Paris, Blaq Out, 2018.
Haut de page

Texte intégral

1Le réalisateur Gaël Morel, révélé en 1994 pour son rôle dans Les roseaux sauvages d’André Téchiné, signe avec Prendre le large un film qui fait écho à l’actualité. Basé sur un scénario du romancier et metteur en scène marocain Rachid O., le film est un drame social qui traite de licenciement économique, de migration et d’intégration, au travers d’un beau portrait de femme, joué avec beaucoup de justesse par Sandrine Bonnaire.

2Ouvrière dans une usine textile de Villefranche-sur-Saône, Edith Clerval n’a plus rien à perdre. Elle vit seule, dans un petit pavillon, depuis la mort de son mari des suites d’un cancer et le départ de son fils Jérémy. Quand l’usine dans laquelle elle travaille doit fermer, c’est tout son univers qui s’écroule. Lors de l’entretien préalable au licenciement, la DRH informe les salariés des possibilités de reclassement à l’international dans une autre usine du groupe. À la stupéfaction de tous (DRH, collègues syndiquées et autres ouvrières), Edith est alors la seule à accepter une proposition de poste au Maroc. À la syndicaliste Gisèle qui lui reproche de trahir ses collègues et la mémoire de son mari en renonçant à ses indemnités de licenciement, Edith rétorque qu’elle « ne croit plus à tout ça, “l’union fait la force” et toutes ces conneries de syndicaliste ». Sa collègue et amie Nadia (jouée par Lubna Azabal) la met en garde : « Là-bas, c’est certainement pas mieux qu’ici… ». Mais Edith est déterminée à prendre le large. Avant son départ, elle va une dernière fois dire au-revoir à son fils, dont elle découvre qu’il s’est pacsé avec son compagnon.

3C’est donc une femme sans attaches qui débarque à Tanger. Le contraste entre la grisaille de Villefranche et la clarté de Tanger est bien souligné par le réalisateur. Dès son arrivée au Maroc, Edith est cependant confrontée aux difficultés d’intégration. Mina, la propriétaire de la pension où elle loge (jouée par Mouna Fettou) est une femme divorcée et une battante ; elle est d’abord hostile à cette Française venue travailler au Maroc, même si son fils, Ali, passionné de football, lui témoigne de la sympathie.

4Pour se rendre à l’usine, dans la zone industrielle de Tanger, Edith doit prendre un bus payé par une association islamiste. On lui reproche de ne pas porter le voile. Pour continuer d’aller au travail, Edith est alors obligée de se plier à la règle. Ali lui offrira plus tard une mobylette, synonyme d’autonomie et de liberté.

5Dans l’usine textile où elle travaille, Edith est bien accueillie par la directrice, mais est très vite en butte aux tracasseries de Najat, la responsable d’atelier. Elle découvre des conditions de travail bien plus dures qu’en France, sur des machines à coudre défectueuses avec lesquelles les ouvrières courent le risque de s’électrocuter. Quand Edith se plaint du non-respect des normes de sécurité, elle et son amie Karima sont renvoyées, accusées d’un vol de tissu. Karima, qui volait du tissu pour coudre chez elle plutôt que de se prostituer pour vivre, vit ce licenciement comme une tragédie.

6Edith est bouleversée par le sort de son amie. Sans travail mais aussi sans argent depuis qu’elle a été agressée en faisant un retrait au distributeur, elle ne peut plus payer son loyer. Elle se fait embaucher comme ouvrière agricole et travaille des heures entières, courbée, pour cueillir des fraises dans la chaleur du Rif marocain.

7De l’usine de Villefranche aux plantations du Rif, l’histoire d’Edith est celle d’une chute sans fin. À bout de force, Edith s’effondre dans la cour de la pension sous les yeux de Mina. Emmenée à l’hôpital par Mina et Ali, qui contactent son fils pour venir la rechercher, Edith est rapatriée en France et se réconcilie avec Jérémy, mais il n’y a plus rien qui la retient et elle choisit de repartir vers le Maroc, définitivement cette fois, pour y ouvrir un restaurant avec Mina et Ali avec qui elle s’est liée d’amitié.

8Prendre le large est un beau film littéralement porté par une Sandrine Bonnaire aussi émouvante que convaincante et des seconds rôles attachants. La musique de Camille Rocailleux crée une atmosphère empreinte de mélancolie qui rend le film de Gaël Morel extrêmement poignant. Prendre le large brosse avec brio le tableau d’une société marocaine en pleine mutation et traversée de tensions, entre intolérance, islamisation et envies d’émancipation. Dans le film, les personnages de Mina et de son fils Ali sont respectivement les symboles des aspirations des femmes et de la jeunesse marocaine. La dureté des conditions de travail est bien rendue, mais le film n’ouvre pas de perspective collective. Dès les premières scènes, Edith Clerval clame son rejet du syndicalisme. Le travail lui apparaît comme une nécessité pour conserver sa dignité, même si c’est au prix d’une fuite. Et c’est l’amitié nouée avec Mina et Ali qui donnera un nouveau sens à sa vie.

9La force du film de Gaël Morel est en même temps sa faiblesse. Pour touchante que soit l’histoire d’Edith, le film en reste finalement à un portrait de femme abîmée par la vie, qui pourra laisser le spectateur sur sa faim.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Noël, « Gaël Morel, Prendre le large », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 mai 2018, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24652

Haut de page

Rédacteur

David Noël

Professeur d’histoire-géographie au collège Paul Duez de Leforest, doctorant en histoire contemporaine, centre Georges Chevrier, UMR 7366, université de Bourgogne, membre du bureau de la régionale Nord-Pas-de-Calais de l’APHG.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page