Navigation – Plan du site

Alain Clavien, La Presse romande

Dominique Marchetti
La presse romande
Alain Clavien, La presse romande, Lausanne, Antipodes, coll. « Histoire.CH », 2017, 203 p., ISBN : 978-2-88901-134-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Alain Clavien, Grandeurs et misères de la presse politique. Le match « Gazette de Lausanne » - « Jo (...)

1Le livre d’Alain Clavien propose une courte synthèse (200 pages) très utile et dense sur l’histoire de la presse en Suisse romande du XVIIIe siècle à nos jours. Par-delà l’analyse de cet espace successivement « régional », « cantonal » et « romand », l’auteur dégage une série de processus très généraux sur les transformations historiques des médias, notamment en Europe occidentale. Cet « abrégé d’histoire », qui fait suite à plusieurs ouvrages de l’auteur1 sur le sujet, est en effet une invitation permanente à penser par comparaison, à la fois entre les espaces nationaux – notamment avec les champs médiatiques voisins qui influencent l’espace romand – et entre les époques.

2L’ouvrage se décompose en huit volets. Le premier rappelle que, jusqu’à la révolution de 1798 qui marque la naissance de la République helvétique, le cadre juridique consacre un système d’autorisation de la presse très discrétionnaire, caractérisé par une censure préalable. Si celle-ci touche bien évidemment peu les premiers journaux de petites annonces (les « feuilles d’avis »), elle vise les « revues littéraires et savantes » ou les « gazettes d’information », ces dernières renseignant moins sur l’actualité politique de la Suisse ou de Berne que sur les « nouvelles étrangères ». La politique nationale est débattue dans des « feuilles », des « brochures », dont les auteurs sont anonymes, les lieux d’impression inconnus, et qui sont distribuées de façon illégale. C’est seulement à la fin du XVIIIe siècle que s’esquisse la « constitution d’un espace public de discussion », à travers des débats autour des sciences et techniques.

  • 2 Par exemple, la loi du canton de Vaud en 1832 prévoit que la création d’un nouveau titre est soumis (...)

3Le deuxième chapitre analyse l’alternance des phases de « censure » et de « liberté » entre la période révolutionnaire, marquée au début par l’occupation de la Suisse par l’armée française et par une explosion des titres, et le début du XIXe siècle, qui correspond au retour de la « liberté de la presse », très inégale selon les cantons. Durant les phases répressives, la censure s’opère après la publication et elle touche non seulement les nouvelles locales mais aussi l’actualité sur les pays étrangers. Même quand la « liberté de la presse » est rétablie en Suisse romande au cours des années 1830 – elle le sera à l’échelle de toute la Suisse en 1848 –, cette liberté reste très contrainte par des logiques économiques (notamment le cautionnement et le droit de timbre2 des publications), politiques et morales (respect de la religion chrétienne et des bonnes mœurs, protection des atteintes à la réputation des institutions).

4Le troisième volet montre combien la forte expansion de la presse romande entre 1830 et 1870 est, comme dans les pays voisins, celle d’une presse quasi-exclusivement politique, l’espace de production journalistique romand réfractant les transformations du champ politique européen. L’essentiel du contenu des journaux provient de la presse étrangère, la seule matière originale étant composée de commentaires et de tribunes politiques souvent très violents. C’est dans cette période d’« apprentissage de la démocratie » que l’objet journal s’éloigne du livre pour aller vers une forme proche de la presse actuelle, que la publicité se développe, que les journaux deviennent de plus en plus des quotidiens et surtout que leur diffusion s’élargit. Pour autant, le journalisme demeure encore une occupation secondaire, qui est le fait de militants politiques et de professionnels liées à l’écriture (enseignants, pasteurs, etc.) ou, plus rarement, à l’imprimerie.

  • 3 On renvoie ici au livre collectif coordonné par Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thére (...)

5Les troisième et quatrième chapitres décrivent deux « âges d’or » successifs (1870-1910 et 1910-1960) de la presse romande. Le premier est marqué par l’avènement d’une « civilisation du journal », Alain Clavien reprenant à son compte l’expression de l’historien Dominique Kalifa3. En effet, la presse romande arrive à conquérir un grand nombre de lecteurs, souvent multi-titres. On dénombre ainsi 27 quotidiens en 1914. Ce marché de plus en plus intégré se structure autour des territoires (locaux et cantonaux, notamment) ainsi que des affinités politiques, religieuses (protestants urbains et catholiques ruraux). Si l’émergence d’une presse commerciale (La Tribune de Genève, par exemple, à partir de 1879) contribue également à un processus d’homogénéisation, les spécialisations thématiques (presse féminine, familiale, sportive, etc.) se développent très fortement à la même période. La fin du XIXe et le début du XXe sont enfin marqués par l’invention du métier de journaliste.

6Paradoxalement, le deuxième « âge d’or » commence avec la Première Guerre mondiale, durant laquelle les journaux augmentent leurs ventes et leurs bénéfices ; une partie d’entre eux perdent cependant leur crédibilité. En effet, Alain Clavien montre comment les journaux sont au cœur d’enjeux entre les puissances en conflit. Non seulement celles-ci créent leurs agences de presse en Suisse pour peser sur la production et la circulation des « nouvelles » mais elles cherchent à persuader les journalistes par « des invitations à visiter le front, les voyages tous frais payés, les rencontres organisées avec des hommes politiques, les connivences entretenues avec le personnel diplomatique… » (p. 101). Hormis lors d’une courte interruption dans les années 1930, la presse romande conforte sa diffusion jusqu’aux années 1960, à la faveur de la domination des « quotidiens d’information » qui conquièrent une légitimité professionnelle sur les « quotidiens d’opinion ». Alain Clavien décrit enfin en détail l’émergence des hebdomadaires et de la radio, les transformations de l’organisation professionnelle des journalistes, l’homogénéisation du marché de travail ainsi qu’un premier mouvement de concentration économique de la presse à base politique.

7Les ultimes parties de l’ouvrage, décomposées en trois périodes (1960-1980 ; 1980-2000 et 2000-2015), viennent rappeler que les « crises » de la presse, dans l’espace romand comme ailleurs, s’inscrivent dans un temps long, même si elles prennent des formes différentes. Pour faire face à la concurrence progressive des stations de radio et des chaînes de télévision, les organes de la presse écrite romande changent leurs « formules » et investissent dans des nouvelles technologies coûteuses. Ils profitent surtout de la manne publicitaire, qui représente de 75 à 80% de leurs recettes à la fin des années 1970 et peut atteindre 90% pour certains titres, deux décennies plus tard. Dans cette économie très dépendante des annonceurs, la presse d’information, notamment locale, et les journaux gratuits occupent une position dominante ; tandis que la presse politique conforte sa marginalisation. Si les effectifs de journalistes n’ont jamais été aussi élevés, protégés par des conventions collectives mises en place à partir de la décennie 1960, les organisations professionnelles ne mènent pas de combats unitaires et pèsent peu dans les rapports de force avec le patronat.

8Pour illustrer les transformations du marché entre les années 1980 et2000, Alain Clavien mobilise des exemples riches et précis sur le développement de la publicité, celui des hebdomadaires généralistes et spécialisés, et surtout sur les reconfigurations des grands groupes de presse. La vive concurrence entre le groupe Sonor à Genève et le groupe Edipresse basé à Lausanne –qui l’emportera – marque le passage « de l’éditeur de presse à l’entreprise médiatique », détentrice de plusieurs grands médias et se diversifiant à l’international. Si, dans les années 1980, émerge « le court printemps de l’enquête » journalistique, selon l’expression de l’auteur, incarné notamment par La Tribune, Le Matin, L’Hebdo et Bilan, Alain Clavien souligne surtout l’intensification du phénomène de concentration des acteurs économiques à partir des années 1990, tout particulièrement sous l’effet de la récession très brutale des rentrées publicitaires.

9Les trente dernières pages de l’ouvrage, qui portent sur la « grande mutation » depuis les années 2000, analysent à la fois la commercialisation croissante de la presse (réduction du nombre de titres, concentration autour de grands groupes étrangers, logique de financiarisation, concurrence des journaux gratuits, etc.) et « la dégradation intellectuelle et matérielle » des conditions de travail des journalistes en Suisse romande. En 2015, on ne compte plus que 11 quotidiens (contre 18 en 1990) ; cinq d’entre eux sont aux mains du même éditeur et seuls trois imprimeurs se partagent ce marché. « La petite presse locale est celle qui résiste le mieux au rouleau compresseur de la concentration » (p. 179), selon le modèle « un canton, un titre », note cependant Alain Clavien. L’un des nombreux intérêts de ce dernier volet, et de son épilogue consacré à la fermeture de L’Hebdo en 2017, journal qui a incarné pendant longtemps un journalisme « exigeant et indépendant », consiste à montrer comment quelques grands groupes ont contribué à la migration massive des ressources publicitaires des titres de la presse d’information vers leurs journaux gratuits et leurs sites de petites annonces en ligne, qui sont les plus rentables à court terme.

Haut de page

Notes

1 Alain Clavien, Grandeurs et misères de la presse politique. Le match « Gazette de Lausanne » - « Journal de Genève », Lausanne, Antipodes, 2010 ; Alain Clavien, Histoire de la « Gazette de Lausanne ». Le temps du colonel, 1874-1917, Vevey, L’Aire, 1997.

2 Par exemple, la loi du canton de Vaud en 1832 prévoit que la création d’un nouveau titre est soumise au versement d’une caution élevée de 2 000 francs, ce qui est dénoncé comme « une injustice de classe » (p. 37), comme l’explique Alain Clavien. Le droit de timbre est un autre dispositif qui organise le prélèvement « d’une somme forfaitaire en fonction du tirage prévu [du journal] ou d’une taxe prélevée sur chaque exemplaire publié » (p. 28).

3 On renvoie ici au livre collectif coordonné par Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Nouveau Monde éditions, coll. « Opus magnum », 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Marchetti, « Alain Clavien, La Presse romande », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 04 mai 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24653

Haut de page

Rédacteur

Dominique Marchetti

Sociologue, chercheur au CNRS, Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP), CNRS-EHESS-Université Paris 1.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page