Navigation – Plan du site

Alain Testart, L’institution de l’esclavage

Igor Martinache
L'institution de l'esclavage
Alain Testart, L'institution de l'esclavage. Une approche mondiale, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Sciences humaines », 2018, 384 p., 1ère éd. 2001, révisée et complétée par Valérie Lécrivain, ISBN : 978-2-07-019688-3.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir une recension non exhaustive de films traitant de l’esclavage sur le site « Sens critique ». S (...)
  • 2 Voir la page associée à la « Bulle économique » de Marie Viénot du 2 décembre 2017, toujours sur Fr (...)
  • 3 Voir entre autres Olivier Grenouilleau, « Esclavage et salariat : le grand débat », L’Histoire, n°4 (...)
  • 4 Alain Testart, L’esclave, la dette et le pouvoir, Paris, éditions Errance, 2001.

1L’esclavage ne laisse de fasciner nos contemporain.e.s, ainsi qu’en témoigne le succès de nombreux films portant sur ce thème, du Spartacus de Stanley Kubrick (1960) à Twelve Years a Slave de Steve McQueen (2013) et The Birth of a Nation de Nate Parker (2016) pour ne citer que ceux-là1. Pour autant, les représentations véhiculées autour d’un phénomène encore vivace, y compris en France2, malgré la proclamation de son abolition, n’en demeurent pas moins empreintes d’un certain nombre de confusions. Il en est ainsi tout particulièrement de l’association étroite généralement faite entre esclavage et labeur, qui en conduit notamment beaucoup à assimiler hâtivement le salariat à l’esclavage3, et inversement à ne pas percevoir qu’un certain nombre d’esclaves ne travaillaient pas. Il apparaît donc loin d’être superflu d’essayer de clarifier ce que recouvre exactement cette catégorie apparemment un peu fourre-tout que constitue l’esclavage en examinant les différentes formes qu’elle a pu prendre historiquement et suivant différentes sociétés. Tel est le chantier auquel s’est attelé l’anthropologue Alain Testart, malheureusement disparu en 2013, dans plusieurs de ses travaux, regroupés dans L’esclave, la dette et le pouvoir4. C’est une nouvelle version de celui-ci, révisée et complétée par Valérie Lécrivain, fidèle collaboratrice de Testart, qui reparaît donc dans la prestigieuse collection de la « Bibliothèque des sciences humaines » de la NRF aux éditions Gallimard sous un nouveau titre, permettant, on l’espère, à cet ouvrage d’atteindre ainsi une plus large audience.

  • 5 Voir par exemple Marcel Mauss, Essai sur le don, Paris, PUF, 2007 [1923].
  • 6 Voir entre autres Marshall Sahlins, Äge de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard, 1976 [1974].
  • 7 Accessibles sur le site de l’auteur, animé désormais par une association constituée en mémoire de c (...)

2Le livre se compose d’une dizaine de chapitres qui sont en fait autant de reprises d’articles initialement parus dans différentes revues et ouvrages collectifs entre 1997 et 2001. À la manière d’un Marcel Mauss5 ou d’un Marshall Sahlins6, Alain Testart s’y efforce d’appréhender le phénomène esclavagiste en s’appuyant sur les nombreuses ethnographies consacrées à la question, dont il propose une synthèse théorique ambitieuse mais rigoureuse dans sa démonstration, ainsi que l’illustrent les deux bases de données ethnographiques7 qu’il a constituées avec Valérie Lécrivain et Nicolas Gooroff, sur l’esclavage d’une part, et les prestations matrimoniales de l’autres, ainsi que les cartes établies à partir de ces dernières et dont certaines sont reproduites ici.

3Dans le premier chapitre, Alain Testart s’attèle tout d’abord en toute logique à la définition de l’esclavage. Il constate ainsi en premier lieu la diversité de conditions que cette catégorie recouvre : « Bien des observateurs ont été frappés, sinon troublés, par le fait que les esclaves pouvaient, dans une même société, remplir des rôles extrêmement différents : certains travaillent sous le fouet tandis que d’autres mènent une vie aisée » (p. 32). C’est en effet par l’entrée juridique qu’il importe de saisir l’esclavage : celui-ci constitue en effet avant tout un statut, celui d’être à la merci d’un maître qui fait de soi ce qu’il veut. Pour autant, précise d’emblée l’anthropologue, cela ne fait pas pour autant de l’esclave une simple propriété, car cette dernière notion présente elle-même plusieurs dimensions (notamment les droits d’usus, de fructus et d’abusus), qui ne se recoupent pas nécessairement empiriquement. Au gré de ses analyses, Alain Testart aboutit finalement à une définition de l’esclavage reposant sur deux éléments, à savoir que « l’esclave est un dépendant : 1) dont le statut (juridique) est marqué par l’exclusion d’une dimension considérée comme fondamentale par la société. 2) Et dont on peut, d’une façon ou d’une autre, tirer profit » (p. 42). Il en découle un certain nombre d’implications que l’auteur s’emploie ensuite à développer, par exemple que l’utilisation des esclaves dans une société donnée dépend étroitement des rapports sociaux fondamentaux qui la structurent, ou encore que ce n’est pas l’esclavage qui définit un type de société, mais la société qui définit la fonction de l’esclavage en son sein ; et en fin de compte qu’il existe autant de formes d’esclavages que de types de société dans lesquelles l’esclavage existe. L’auteur débrouille également quelques confusions courantes, notamment autour de la notion d’« intégration », qu’il ne faut pas envisager de manière binaire – car si l’esclave est exclu de certaines dimensions fondamentales de la vie sociale, par exemple détaché de son lignage originel, il est simultanément inclus dans un groupe domestique ou une structure productive particulière. Il distingue également sociétés esclavagistes et sociétés à esclavage – où il ne possède pas, contrairement aux premières, un caractère structurant -, insiste sur l’ambiguïté de l’affranchissement puis esquisse une analyse comparative du statut d’esclave à partir de différentes aires géographiques.

4Une fois ces clarifications établies, Alain Testart examine tour à tour plusieurs implications du phénomène esclavagiste au-delà de la diversité de ces formes. Dans le deuxième chapitre, il s’interroge par exemple sur le constat, a priori étonnant, que la condition des esclaves tend à s’améliorer dans les régimes despotiques. Ce qu’il explique, après avoir scrupuleusement établi cette corrélation, par le fait que le pouvoir du maître sur ses esclaves entre en fait en concurrence avec celui du monarque absolu qui doit donc s’employer à le limiter. Le troisième texte est l’occasion d’une nouvelle clarification à partir de la mise en gage des personnes, c’est-à-dire le fait de placer une personne auprès d’un créancier en garantie d’une dette. L’auteur s’emploie une fois de plus à en éclairer les contours juridiques suivant différentes sociétés et les logiques sous-jacentes, et surtout à distinguer ces pratiques de l’esclavage pour dettes, dans la mesure où la mise en gage ne s’assimile pas à une vente ferme mais à une vente à réméré, où le gagé peut toujours se libérer ou être libéré par le rachat de sa dette, même contre de gré du créancier.

5S’il fallait mettre en évidence un texte plus « beau » que les autres dans ce recueil, ce serait sans doute le quatrième, qui est consacré, comme son titre l’indique, à explorer « ce que merci veut dire ». Il part de la pratique de l’« esclavage pour poisson séché » dans la société Tlingit, sise au sud de l’Alaska, c’est-à-dire la possibilité de s’y vendre comme esclave d’une maisonnée contre un don de nourriture, et se demande si un tel rapport social constitue véritablement un esclavage pour dettes. Pour ce faire, Alain Testart fait un détour par d’autres sociétés et revient sur l’ambiguïté profonde du mot « merci » apparu à la fin du IXe siècle dans la langue française, en montrant qu’il est bien hanté par le fantasme de l’esclavage pour dettes en exprimant en fin de compte que l’on se remet « à la merci » de son interlocuteur. Le cinquième chapitre est ensuite consacré à « trois questions de méthode », où l’auteur procède à d’autres clarifications terminologiques, montrant notamment que si les esclaves sont exclus de certains droits fondamentaux, ils le sont aussi de certains devoirs (impôts, service militaire, etc.), ce qui a même pu rendre ce statut attrayant dans certains contextes. L’auteur pointe la distinction entre sources de l’esclavage (qui peuvent se ramener à trois : la guerre, une condamnation pénale, et ce qu’Alain Testart désigne comme la « réduction consentie »), et le statut des esclaves, qui constituent, insiste l’auteur, deux dimensions autonomes. Le sixième chapitre se penche à nouveau sur l’esclavage pour dettes, mode d’asservissement souvent négligé, voire occulté, par rapport à la guerre, alors qu’il s’avère, comme le montre bien l’anthropologue, un révélateur particulièrement puissant des structures d’une société. Alain Testart dresse ainsi un vaste panorama du phénomène, comparant les différentes aires, avant de synthétiser ses constats dans un essai de caractérisation des sociétés où se pratique ce type d’esclavage. Il en met ainsi en avant trois caractéristiques principales : à savoir qu’il s’agit premièrement de sociétés entièrement bâties en dépendance, c’est-à-dire où aucun être ni aucune chose n’y est sans maître ou propriétaire. Ensuite qu’il s’agit de sociétés où la richesse joue un rôle fondamental comme il le détaille. Et enfin que ces sociétés favorisent l’émergence de pouvoirs d’un type inconnu aux autres. Autrement dit, ces sociétés sont celles qui confèrent le plus de poids au pouvoir économique, en lui permettant de devenir un pouvoir direct : « L’institution de l’esclavage permet déjà au riche de devenir un maître, elle lui permet de commander à certains hommes ; l’esclavage pour dettes fait plus, permettant au riche de réduire à sa merci, outre des étrangers d’origine captive ou achetés, les membres mêmes de sa propre communauté, les plus pauvres ou les plus faibles » (p. 253). Cela pose logiquement la question de la relation entre esclavage pour dettes et construction étatique qui paraissent antithétiques. Or, si nombre d’États se sont employés à limiter ce dernier, ou à tout le moins à le détourner, pour éviter que des citoyens libres soient ainsi soustraits à leur autorité, Alain Testart étaye l’hypothèse, assez convaincante, selon laquelle c’est en fait à partir de l’esclavage pour dettes que l’État a pu s’édifier. Suivent quatre autres essais, que faute de place, on ne peut ici que présenter très succinctement, consacrés respectivement aux relations entre esclavage pour dettes et prix de la fiancée (en quelque sorte l’inverse de la dot) ; sur la pratique des « morts d’accompagnement » (êtres, parents, esclaves ou animaux, tués afin qu’ils suivent un nouveau défunt dans sa « dernière demeure »), qui permet à Alain Testart de développer une réflexion plus générale sur le lien entre « fidélités personnelles » et genèse du pouvoir - étatique notamment - ; à la démystification de quelques idées reçues concernant les esclaves antiques (à savoir qu’ils n’étaient pas traités plus durement que dans les sociétés dites primitives, ni considérés comme des choses, mais bien comme des êtres humains à part entière) ; et enfin à une réflexion plus générale sur le traitement de l’esclavage par les sciences sociales, et les analyses marxistes en particulier.

  • 8 Marcel Mauss, Essai sur le don, op.cit.
  • 9 Il ne saurait évidemment être question d’en esquisser la liste. A défaut et dans une perspective an (...)

6On ressort de cette synthèse magistrale convaincu de ce que l’esclavage constitue un phénomène à la fois plus complexe et plus fondamental qu’on ne l’envisage couramment. Si l’expression n’était pas galvaudée aujourd’hui, on serait tenté d’y voir un « fait social total » au sens de Marcel Mauss8, agissant comme un puissant révélateur des structures de nos sociétés, et permettant d’éclairer nombre de dimensions de leurs rapports sociaux, y compris la question cruciale de la genèse et la nature de l’État auxquels quantité de travaux ont été justement consacrés9. Bref, voici sans conteste un ouvrage appelé à devenir un grand classique, à l’instar de son regretté auteur.

Haut de page

Notes

1 Voir une recension non exhaustive de films traitant de l’esclavage sur le site « Sens critique ». Sur le sujet plus spécifique des représentations cinématographiques de l’esclavage aux Etats-Unis, on peut notamment écouter l’émission « On n’arrête pas l’éco » sur France Culture du 13 février 2018.

2 Voir la page associée à la « Bulle économique » de Marie Viénot du 2 décembre 2017, toujours sur France Culture sur « l’esclavage moderne ». Voir aussi le site du Comité contre l’esclavage moderne.

3 Voir entre autres Olivier Grenouilleau, « Esclavage et salariat : le grand débat », L’Histoire, n°439, septembre 2017.

4 Alain Testart, L’esclave, la dette et le pouvoir, Paris, éditions Errance, 2001.

5 Voir par exemple Marcel Mauss, Essai sur le don, Paris, PUF, 2007 [1923].

6 Voir entre autres Marshall Sahlins, Äge de pierre, âge d’abondance, Paris, Gallimard, 1976 [1974].

7 Accessibles sur le site de l’auteur, animé désormais par une association constituée en mémoire de ce dernier.

8 Marcel Mauss, Essai sur le don, op.cit.

9 Il ne saurait évidemment être question d’en esquisser la liste. A défaut et dans une perspective anthropologique, on pourra néanmoins renvoyer avec profit, outre à l’ouvrage de Marshall Sahlins, à Pierre Clastres, La société contre l’Etat, Paris, Minuit, 1974 et Pierre Bourdieu, Sur l’Etat, Paris, Seuil-Raisons d’Agir, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Alain Testart, L’institution de l’esclavage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 11 mai 2018, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24670

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page