Navigation – Plan du site

C. L. R. James, Histoire des révoltes panafricaines

Nicolas Lepoutre
Histoire des révoltes panafricaines
C. L. R. James, Histoire des révoltes panafricaines, Paris, Éditions Amsterdam, 2018, 160 p., traduit de l'anglais par Véronique Samson, préface de Selim Nadi, postface de Matthieu Renault, ISBN : 978-2-35480-169-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette révolution d’esclaves, menés par Toussaint Louverture puis par Jean-Jacques Dessalines, about (...)
  • 2 La traduction française marque donc un basculement du singulier vers le pluriel ; il est dommage qu (...)

1Méconnu en France, Cyril Lionel Robert James naît au début du XXe siècle dans la colonie britannique de Trinité et s’engage rapidement dans la lutte pour l’autonomie des îles des Antilles avant de s’initier au marxisme en Angleterre. Militant politique et intellectuel, il adopte à travers l’ensemble de ses travaux une triple perspective à la fois anticolonialiste, marxiste et panafricaniste. Le présent ouvrage est publié une première fois en 1938 sous le titre A History of Negro Revolt en parallèle d’un autre intitulé Les Jacobins Noirs dans lequel l’auteur propose une analyse de la révolution de Saint-Domingue des années 1790-18001. En 1969, C. L. R. James décide de rééditer son livre et, à cette occasion, de le compléter par un long épilogue et de lui donner son titre actuel, A History of Pan-African Revolt2. À travers sept courts chapitres, le Trinidadien brosse un portrait de différentes luttes anticolonialistes aux Caraïbes, aux États-Unis et en Afrique sur plus d’un siècle et demi.

2À chaque fois, il tâche tout d’abord de rappeler le contexte de la révolte : il se penche sur l’ancienneté et la nature de la présence coloniale ainsi que sur la structure raciale et sociale de la population. Il narre ensuite le déroulement des événements en en analysant les principales caractéristiques, notamment les facteurs de mobilisation des indigènes, puis aborde la question de leur postérité. Il met surtout en lumière, au fur et à mesure des exemples développés, l’interdépendance entre les grands dirigeants indépendantistes et les masses populaires. Ce n’est en effet que lorsque les mouvements de contestation sont véritablement structurés et encadrés qu’ils se rapprochent de leurs objectifs : ainsi en est-il à Saint-Domingue à partir du moment où les révoltes spontanées et localisées laissent place à une révolution généralisée dirigée par Toussaint Louverture. Pour autant, James se refuse à minorer l’importance du peuple ou à mettre en doute son intelligence : il en veut pour preuve le comportement de la foule qui menace le château du gouverneur de l’actuel Ghana en 1948 et qui, bien que décrite comme « sans foi ni loi » par les autorités coloniales, agit en réalité avec un sens politique aigu. De même souligne-t-il fréquemment la complexité des relations entre races et classes, montrant qu’il n’existe ni solidarité raciale intangible ni domination complète des questions de classe. Ainsi, à la fin du XIXe siècle, la population indigène de la Sierra-Léone est profondément divisée entre une minorité éduquée installée dans la capitale et le reste de la population organisée en tribus et soumise plus durement au joug britannique. Lorsqu’une révolte éclate en 1898, les premiers sont massacrés par les insurgés parce qu’ils sont considérés comme des Noirs européanisés et assimilés aux colonisateurs. La situation évolue toutefois fortement dans les décennies suivantes puisque l’intelligentsia se rapproche des nationalistes, jusqu’à soutenir franchement les grèves massives de 1919 et 1926 contre le pouvoir britannique.

3L’ouvrage souffre de plusieurs défauts, dont le principal est sans doute son insuffisante conceptualisation. C. L. R. James se contente principalement de décrire successivement divers exemples de révoltes sans parvenir à monter en généralité de manière claire ; ce travail est surtout réalisé par les courtes préface et postface, respectivement de Selim Nadi et Matthieu Renault (également biographe du Trinidadien3). De même, la question du panafricanisme demeure sommairement abordée, principalement au travers du chapitre consacré au personnage de Marcus Garvey (à l’origine d’un mouvement panafricaniste de masse aux États-Unis dans l’entre-deux-guerres). Pourtant, cela ne peut suffire à disqualifier l’ouvrage, pas plus que son positionnement ouvertement politique. Si James se revendique marxiste et si la postface lui attribue une volonté de « mettre le savoir et la pratique de l’histoire au service des luttes panafricaines […] tout comme de l’émancipation des masses prolétariennes-populaires » (p. 141), l’auteur n’adopte pas pour autant une vision dogmatique ou naïve, loin de là. Tout au plus pourra-t-on nuancer sa vision idéaliste du gouvernement de Julius Nyerere en Tanzanie, que l’auteur tient manifestement en grande estime mais dont les politiques économiques n’ont pas été entièrement couronnées de succès dans les années 1970.

4Quatre-vingt ans après la publication originelle, cet ouvrage est aujourd’hui traduit pour la première fois en français et enrichi d’une préface ainsi que d’une postface. Alors que l’essai est relativement succinct et qu’il s’inscrit dans des contextes historiques précis, on peut naturellement s’interroger sur les raisons qui ont présidées à cette traduction inédite.

  • 4 Ta-Nehisi Coates, « A Case for Reparations », The Atlantic, juin 2014. Dans ce long article, Ta-Neh (...)

5En premier lieu pourrait se poser la question de la pertinence du sujet traité. En effet, à l’orée de la Seconde Guerre mondiale, les mouvements nationalistes ébranlent le joug colonial partout dans le monde et C. L. R. James tâche d’analyser les différentes révoltes pour en tirer des leçons. Lorsqu’il augmente la taille de son analyse de près d’un tiers à la fin des années 1960, il s’agit alors de tirer en partie un bilan des indépendances récemment acquises en Afrique et de lister les défis restants. Ces préoccupations pourraient sembler bien plus éloignées de nos jours : les États africains ou caribéens ont obtenu leur indépendance, l’égalité des droits entre Blancs et Noirs est inscrite dans la loi en Afrique du Sud comme aux États-Unis. Pour autant, il est indéniable que demeurent d’importants progrès à réaliser dans ces différents pays. Et s’il ne s’agit pas du cœur de l’Histoire des révoltes panafricaines, C. L. R. James ne manque pas d’aborder ce sujet, par exemple lorsqu’il expose les difficultés des États nouvellement indépendants à transformer leur économie pour ne plus dépendre des anciennes métropoles ou lorsqu’il traite des conséquences pour les Noirs de la fin de la guerre de Sécession. Ce dernier sujet reste pleinement d’actualité, comme le montrent les débats aux États-Unis autour de l’article de l’intellectuel américain Ta-Nehisi Coates sur les réparations dues aux Noirs américains pour l’esclavage4.

  • 5 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, 1988 (édition originale anglai (...)

6Par ailleurs, l’historiographie coloniale, au sens large du terme, a été profondément renouvelée ces dernières décennies. Au cours des années 1980 émergent ainsi en Inde les subaltern studies : ces dernières remettent en cause à la fois l’histoire impériale traditionnelle, présentant principalement le point de vue des (anciennes) métropoles, et la nouvelle histoire officielle des États indépendants, qui cherche souvent à construire une forme de récit national, en minorant notamment les antagonismes sociaux, et s’intéresse surtout aux grands dirigeants nationalistes. Face à ces deux visions erronées, les subalternistes veulent insister plutôt sur le rôle des classes populaires qui ne sont plus présentées comme passives ; ils se revendiquent en cela de « l’histoire par le bas » de l’historien britannique E. P. Thompson5. Bien que les subaltern studies soient postérieures à l’Histoire des révoltes panafricaines, cet ouvrage intègre largement les apports de ce courant historiographique.

7En mettant en lumière et en proposant une analyse pertinente des révoltes incessantes qui touchent les Caraïbes, les États-Unis et l’Afrique, C. L. R. James pourfend clairement le mythe du « Noir docile ». Les travaux les plus récents sur les sociétés coloniales, orientés autour de la notion d’« agency » (ou « marge de manœuvre ») des indigènes et qui montrent les multiples stratégies de résistance comme de collaboration employées par les colonisés, pourront sans doute prolonger et diversifier son analyse, au-delà des seules révoltes violentes.

Haut de page

Notes

1 Cette révolution d’esclaves, menés par Toussaint Louverture puis par Jean-Jacques Dessalines, aboutit à la proclamation de l’indépendance d’Haïti, ancienne colonie française connue sous le nom de Saint-Domingue, en 1804. Elle est considérée comme la seule révolte d’esclaves ayant atteint ses objectifs.

2 La traduction française marque donc un basculement du singulier vers le pluriel ; il est dommage que ce choix éditorial ne soit nulle part justifié, et ce d’autant plus que l’auteur adopte une perspective panafricaniste, insistant sur l’unité de ces différentes révoltes.

3 Matthieu Renault, C. L. R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », 2016.

4 Ta-Nehisi Coates, « A Case for Reparations », The Atlantic, juin 2014. Dans ce long article, Ta-Nehisi Coates montre notamment comment, avec l’assentiment du pouvoir politique, les Africains-Américains ont été systématiquement discriminés sur le marché du logement, aboutissant à une véritable ségrégation spatiale. Il établit une continuité entre l’esclavage, la ségrégation raciale et les difficultés socio-économiques actuelles des Noirs américains, qui justifie selon lui de leur attribuer des réparations.

5 Edward Palmer Thompson, La Formation de la classe ouvrière anglaise, 1988 (édition originale anglaise en 1963).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Lepoutre, « C. L. R. James, Histoire des révoltes panafricaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 13 mai 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24671

Haut de page

Rédacteur

Nicolas Lepoutre

Diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Lille (IEP), agrégé d’histoire.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page