Navigation – Plan du site

Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers un urbanisme collaboratif

Guillaume Matuzesky et María Valencia Gaitán
Vers un urbanisme collaboratif
Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers un urbanisme collaboratif, Paris, Gallimard, coll. « Points Fnau », 2017, 144 p., ISBN : 9782072730917.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, (...)

1La Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU) interroge avec cet ouvrage le rôle et les modes d’action des agences d’urbanisme, ces organismes de réflexion, d’étude et d’accompagnement des politiques publiques. Si depuis les années 1990 en France la concertation publique sur l’aménagement de l’espace a été rendue obligatoire1, les agences d’urbanisme se trouvent placées à un tournant sociétal où « la concertation autour des politiques publiques et des projets urbains ne semble plus à la mesure de l’enjeu. Aujourd’hui, convaincre ou susciter l’adhésion à un projet ne suffit plus » (4e de couverture). Il s’agit alors de repenser les cadres de l’action collective. Les coordinateurs de l’ouvrage interrogent la façon dont les agences d’urbanisme se dirigent vers des modes de conception de l’urbain issus de collaborations avec d’autres acteurs que les experts-urbanistes et les décideurs politiques locaux.

2Pour répondre à cette interrogation, des professionnels, notamment issus d’agences d’urbanisme françaises, mais aussi des chercheurs et, dans une moindre mesure, des élus ont été invités à proposer de courtes contributions pour parler de leurs pratiques et expérimentations et/ou de leurs recherches. L’ouvrage regroupe 18 contributions de terrain et 15 contributions thématiques (des « perspectives scientifiques » et des « controverses », en plus des contributions introductives et épilogiques), toutes très courtes. On ne trouvera donc pas dans ce livre des propositions longuement élaborées, les auteurs étant plutôt invités à exposer leurs pratiques et à vulgariser leurs réflexions. L’ouvrage est organisé en deux parties : la première entend cibler la conception de l’action publique à partir des expériences des acteurs du territoire tandis que la seconde se propose d’appréhender le faire-ensemble des acteurs de l’urbain avec les agences d’urbanisme. Malgré ce plan nettement délimité, il est difficile de comprendre la logique de répartition des contributions. Symptôme de ce flou, le sommaire (p. 5) indique ces deux parties comme si elles étaient des contributions parmi d’autres.

3Deux contributions permettent de saisir les objectifs respectifs des deux parties de l’ouvrage. La première, de Gilles Perilhou et Eric Hamelin, est une étude de cas sur Avignon qui présente un exemple de co-conception de l’action publique avec les habitants. Dans le cadre de la révision du plan local d’urbanisme (PLU), la municipalité a mis en place un outil nommé « carticipe » (cartographie participative). Au lieu qu’experts et élus modifient le PLU pour les habitants, le choix a été fait d’associer ces derniers aux processus. Les habitants de la commune ont donc été invités à géolocaliser sur une plateforme web leurs propositions et idées quant à l’aménagement de l’espace. De plus, l’agence d’urbanisme et le cabinet de sociologues Repérage urbain ont organisé des ateliers publics. La contribution apporte des éléments de discussion quant aux modalités de la mise en œuvre d’un urbanisme collaboratif.

4La seconde contribution, de Marie-Hélène Armand et Audrey Lise Mallet, porte sur Montréal. L’étude du Programme d’implantation de rues piétonnes et partagées illustre bien le thème de la seconde partie : faire territoire ensemble par l’agir en commun. La piétonisation de rues et l’aménagement de l’espace public qui en découle sont proposés aux habitants de façon participative et transitoire. Le budget de la mairie centrale est délégué aux mairies d’arrondissement, qui sont invitées à sélectionner des quartiers ou des rues susceptibles d’être rendue piétonnes. L’organisation de cet aménagement progressif de la rue est co-animé par un collectif de quartier qui se saisit de l’expérimentation urbaine. Pour chaque rue, le programme dure trois ans durant lesquels la mairie d’arrondissement accompagne techniquement et financièrement le projet : les deux premières années permettent aux habitants d’expérimenter les aménagements temporaires et éphémères et de s’approprier la rue à l’occasion d’évènements festifs. La troisième année conduit à un aménagement plus sobre et définitif. L’expert-urbaniste est alors un accompagnant des dynamiques collectives, assurant le rôle de médiateur.

5Entre les contributions, apparaissent des tensions quant à la définition de ce que peut ou doit être un urbanisme collaboratif. Tout d’abord, plusieurs contributions de chercheurs apportent des éléments de discussion à la problématique de l’ouvrage, à l’instar de celle de Michel Lussault, mais leurs propos semblent très optimistes, voire en décalage vis-à-vis de nombreuses contributions pratiques des professionnels des agences d’urbanisme.

  • 2 Jean Haëtjens (dir.), « Renouveau des utopies urbaines », Futuribles, n° 414, 2016 ; compte rendu d (...)
  • 3 Guillaume Gourgues, Les politiques de démocratie participative, Grenoble, Presses universitaires de (...)
  • 4 Marie-Anne Dujarier, Le travail du consommateur. De McDo à eBay, comment nous coproduisons ce que n (...)

6Deux conceptions de l’urbanisme collaboratif semblent s’affronter. La première, inspirée par le modèle de la smart city2, considère que les pouvoirs publics ne devraient plus fournir directement de services publics aux particuliers, mais plutôt développer des outils tels que des plateformes de données (open data) mises à dispositions gratuitement, afin que les acteurs économiques puissent produire des services (voir la contribution d’Emilie Gerbaud). Ce serait alors la force d’innovation des entreprises et autres start-up qui constituerait la collaboration du secteur privé au domaine de l’urbanisme des métropoles intelligentes. À l’inverse, la seconde conception, illustrée par la contribution de Cécile Califano-Walch sur Mulhouse, met en avant un urbanisme collaboratif qui cible principalement l’intégration des habitants dans le processus d’élaboration des projets urbain. Pour ce faire, l’expert-urbaniste interviendrait moins pour les habitants (c’est-à-dire à leur place) et plus avec eux. Cette conception d’un urbanisme collaboratif avec les habitants est cependant contestée par de nombreux contributeurs de l’ouvrage, pour qui le collaboratif n’inclut pas tous les publics mais seulement des acteurs « avertis » (p. 10), principalement les acteurs économiques et associatifs3 (voir la contribution de Jean-Michel Larrasquet). Le terme « collaboratif » lui-même ne semble pas avoir la même signification pour tous. Citons à cet égard la contribution de Guillaume Stern, centrée sur la mobilité dans deux agglomérations champenoises, qui relate qu’un partenariat avec l’opérateur téléphonique Orange a permis de collecter des données statistiques issues de la localisation des téléphones mobiles des particuliers. Nous nous demandons s’il est bien légitime, comme le fait l’auteur, de qualifier de « collaborative » une telle production de données qui s’opère à l’insu des usagers du réseau téléphonique4 ?

7Au fil de l’ouvrage, le lecteur voit également émerger différents positionnements de l’expert-urbaniste, allant du « faire-avec », entendu comme une manière de puiser des données statistiques, comme nous venons de le voir, jusqu’à une posture où l’expert devient un outil mis au service des dynamiques collectives dans des projets communs, en passant par la posture du professionnel qui apprend au contact des acteurs. En définitive, les modalités de l’agir en collectif ne semblent pas faire consensus pour tous les contributeurs.

  • 5 Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association, Desclée de Brouwer, coll (...)
  • 6 Laurence Costes (dir.), « Habiter. Ou vivre autrement ? » Socio-anthropologie, n° 32, 2015 ; compte (...)

8En l’absence d’organisation et d’articulation éditoriale des contributions, cet ouvrage juxtapose la diversité des points de vue plutôt qu’elle n’apporte des éléments de réponse. En dehors de la rhétorique, il n’est pas aisé de comprendre pourquoi le terme collaboratif est préféré à celui de participatif5. Ces termes auraient pu être définis afin de garantir une grammaire commune à l’ensemble des textes qui composent l’ouvrage. De nombreuses contributions de praticiens soulignent la difficulté pour les agences d’urbanisme de prendre la mesure de « l’individuation » (p. 12) des habitants et des acteurs de l’urbain, définie comme leur responsabilisation quant à la vie de la cité, qui ne se limite pas à des attentes en termes de développement durable et de cadre de vie. Si les agences d’urbanisme se dirigent vers un urbanisme collaboratif, nous n’en sommes qu’aux prémices. À la lecture de cet ouvrage, on se demande si les dynamiques auto-organisées et émergentes depuis le local ne se développent pas en marge des cadres de l’action publique6.

Haut de page

Notes

1 Loïc Blondiaux, Le nouvel esprit de la démocratie. Actualité de la démocratie participative, Seuil, coll. « La république des idées », 2008 ; compte rendu de Diane Rodet pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/609.

2 Jean Haëtjens (dir.), « Renouveau des utopies urbaines », Futuribles, n° 414, 2016 ; compte rendu de Thomas Le Guennic pour Lectures http://journals.openedition.org/lectures/22023

3 Guillaume Gourgues, Les politiques de démocratie participative, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libres cours », 2013; compte rendu de Fiacre Thibaut Zoungni pour Lectures http://journals.openedition.org/lectures/12822

4 Marie-Anne Dujarier, Le travail du consommateur. De McDo à eBay, comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte, coll. « Poche / Essais », 2014 ; compte rendu de Normand Filion pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/15238

5 Julien Charles, La participation en actes. Entreprise, ville, association, Desclée de Brouwer, coll. « Solidarité et société », 2016 ; compte rendu de Céline Lefebvre pour Lectures : http://journals.openedition.org/lectures/20979.

6 Laurence Costes (dir.), « Habiter. Ou vivre autrement ? » Socio-anthropologie, n° 32, 2015 ; compte rendu de Aurore Meyfroidt pour Lectures: http://journals.openedition.org/lectures/20162.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Matuzesky et María Valencia Gaitán, « Brigitte Bariol-Mathais (dir.), Vers un urbanisme collaboratif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24673

Haut de page

Rédacteurs

Guillaume Matuzesky

Étudiant en master d’anthropologie à l’ENS de Lyon, stagiaire de recherche 2017-2018 pour le laboratoire d’excellence Intelligences des mondes urbains (LabEx IMU).

María Valencia Gaitán

Doctorante en géographie, aménagement et urbanisme à l’Université Lumière Lyon 2, au laboratoire Triangle (UMR 5206). Coordinatrice du réseau d’urbanisme collaboratif TUBogotá.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page