Navigation – Plan du site

Tara Hamling, Catherine Richardson, A Day at Home in Early Modern England – Material Culture and Domestic Life, 1500-1700

Maxime Mécréant
A Day at Home in Early Modern England
Tara Hamling, Catherine Richardson, A Day at Home in Early Modern England. Material Culture and Domestic Life, 1500-1700, New Haven, Yale University Press, 2017, 312 p., ISBN : 9780300195019.
Haut de page

Texte intégral

1Le projet affiché par Tara Hamling et Catherine Richardson dans cet ouvrage est extrêmement ambitieux : tenter de reconstruire la vie quotidienne d’individus ayant vécu en Angleterre entre 1500 et 1700, à partir de leur culture matérielle. Pour les deux auteures, cette perspective est la seule permettant de rendre compte d’une période laissée à l’abandon par les disciplines historiques, du fait de son caractère de « transition » entre le Moyen-Âge et la modernité. La maison, dans sa quotidienneté, est en effet le point de rencontre des pratiques religieuses, de la vie économique, de l’environnement social, de l’autorité patriarcale et encore de la construction des identités genrées. C’est à partir des transformations spatiales et technologiques qui se sont opérées dans le quotidien que nous pouvons comprendre les relations complexes entre culture matérielle, identité et classe sociale.

2De l’hypothèse posée par les deux auteures émerge un problème significatif : comment effectuer une telle reconstruction à partir des traces parcellaires à disposition ? C’est en ce point que toute l’ambition de l’ouvrage s’exprime : proposer une analyse multifactorielle qui, par recoupements et mises en relation, permette d’envisager l’expérience vécue de ces individus. Pour comprendre comment s’organisait une journée ordinaire à cette époque, il faut corréler des sources hétérogènes, telles que livres de comptes privés, transformations architecturales, décorations murales, archives d’affaires judiciaires, testaments, ustensiles de cuisine, ou encore livres de prescription morale. Bien sûr, une enquête aussi minutieuse et complexe demande des choix précis et explicités. Ainsi, les deux auteures s’attellent à rendre compte du quotidien d’unités familiales de la classe moyenne supérieure et de leur entourage direct : domestiques, voisins. C’est en effet la classe qui a laissé le plus de traces matérielles exploitables, et ses membres étaient reconnus par l’ensemble de la classe moyenne comme modèles à suivre, pour leur autorité professionnelle ou religieuse, leur richesse matérielle ou encore la longévité de leur famille. Cinq foyers sont étudiés plus précisément : celui d’un paysan propriétaire à Oxfordshire, d’un marchand à Exeter, d’un membre de la municipalité de Stratford-up-on-Avon, d’un commissaire des comptes à Canterbury et enfin d’un clerc de Banbury. Deux hypothèses sont donc proposées : d’une part, le foyer possède une signification centrale dans le quotidien de l’époque, en tant qu’il est le lieu d’articulation des différentes dimensions de la vie humaine ; d’autre part, la classe moyenne supérieure désigne un groupe social non homogène, qui investissait énormément dans la culture matérielle afin de fixer son identité : sa culture matérielle est ainsi l’élément central à analyser pour rendre compte de son expérience vécue.

3Hamling et Richardson reconstruisent une « journée virtuelle » qui constitue l’organisation de l’ouvrage, divisé en six temps, chaque chapitre décrivant un moment de la journée : le lever, la matinée, le déjeuner, l’après-midi, la soirée et la nuit. La difficulté inhérente à un tel procédé est sa potentielle généralité, tandis que les auteures aspirent à la construction d’une « micro-histoire », c’est-à-dire d’une histoire centrée sur des pratiques et expériences individuelles. La grande force de l’ouvrage est de parvenir à tenir ensemble les éléments généraux et récurrents d’une journée ordinaire et les facteurs qui varient au fil des années sur la période considérée. Le chapitre 2, par exemple, analyse conjointement l’organisation de la matinée autour de la préparation du déjeuner et les variations saisonnières qui marquent les pratiques culinaires, pour assurer aussi bien le repas que la conservation des aliments pour l’hiver. Le chapitre 3 décrit les pratiques religieuses accompagnant le déjeuner ainsi que les évolutions architecturales de la maison au cours des XVIe et XVIIe siècles. Les auteures observent notamment que le déplacement du hall modifie sa signification dans le foyer : conçu d’abord comme un espace fonctionnel servant à recevoir les invités pour le repas, il devient un espace symbolique, dont l’unique fonction est d’afficher, par son décorum, le statut social de la famille. Chaque moment de la journée est aussi l’occasion de développer les traits caractéristiques de différents champs de la vie humaine. Les chapitres 1 et 6 développent particulièrement la place du religieux et de la morale dans l’expérience du foyer, à travers les fresques religieuses qui ornent les murs des chambres et les livres de morale qui prescrivent la méditation et la prière à des moments précis de la journée. Le chapitre 2 décrit les liens du foyer avec la communauté et le voisinage, en même temps qu’il explore la construction des identités genrées, à partir de la position des femmes dans la cuisine et avec les domestiques. Les rituels de l’hospitalité, l’institution de l’autorité patriarcale et les temps de prière en commun font l’objet du chapitre 3. Le chapitre 4 décrit les liens étroits entre vie économique et vie du foyer, matérialisés par la présence d’un magasin à l’intérieur de la maison. Le chapitre 5, enfin, expose les relations entre travail, loisirs et position sociale.

4La force de cet ouvrage s’exprime dans l’exposition des relations que les individus pouvaient entretenir avec les objets qui composaient leur foyer et la manière dont ces derniers constituaient autant leur expérience vécue que leur identité dans le monde social. La présence de nombreuses illustrations représentants ces objets et ces maisons permet au lecteur de s’imprégner de la manière dont ces individus des XVIe et XVIIe siècles pouvaient expérimenter leur monde. L’emphase particulière exprimée dans les testaments, autour par exemple des ustensiles de cuisine ou du lit, montre l’importance qu’ils possèdent dans l’héritage familial et la conservation du statut social, mais aussi leur centralité dans la construction de l’identité de la classe moyenne. De plus, chaque pièce remplissant potentiellement une pluralité de fonctions (le hall comme espace de réception officielle la journée et espace de détente le soir par exemple), l’agencement des objets y est à la fois complexe et significatif des activités et pratiques qui y prennent place en même temps que l’environnement symbolique qu’ils performent. La porosité sonore de la maison montre aussi l’importance donnée aux bruits de la rue, non pas considérés comme nuisances mais comme liens à la communauté. Le soin apporté à la décoration, comme marqueur social tout autant que comme rappel constant de la place du religieux et de la communauté dans le foyer, traduit les valeurs inhérentes à cette classe sociale.

  • 1 Mumford Lewis, Technique et civilisation, Marseille, Parenthèse, 2016 [1934].
  • 2 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1789-1876), (...)
  • 3 Lucien Febvre affirmait déjà en 1935 que l’histoire des techniques était « une de ces nombreuses di (...)
  • 4 Voir par exemple sur ce sujet Ihde Don, Technology and the Lifeworld, Bloomington, Indiana Universi (...)

5Pour conclure, cet ouvrage explore de façon extrêmement détaillée les relations complexes des individus et des objets techniques qui constituent l’expérience vécue de personnes appartenant à la classe moyenne supérieure en Angleterre entre 1500 et 1700. Hamling et Richardson ne cherchent pas tant à démontrer conceptuellement cette thèse qu’à l’établir à partir de ce cas concret. Si la culture matérielle constitue l’identité, l’historien-ne peut en remonter le fil : d’une culture matérielle donnée, nous pouvons tenter de reconstituer, au moins approximativement, ce que pouvait être l’expérience vécue passée, tant en termes de sensibilités et de perceptions que de valeurs. Ce travail n’est pas sans rappeler différentes tentatives dans ce champ, par exemple celle de Lewis Mumford1 corrélant la création des montres comme mesure du temps et leur usage dans les monastères à l’organisation temporelle de l’activité et de l’expérience vécue menant à l’industrialisation quelques siècles plus tard ; citons également l’entreprise d’Alain Corbin2 qui a tenté de reconstituer la biographie d’un « inconnu » à travers les diverses traces matérielles disponibles. Ce champ d’étude reste à notre avis encore trop peu développé de par le peu de valeur donnée, encore aujourd’hui, aux relations entre les individus et leur environnement technologique immédiat3. Le programme entrepris par Hamling et Richardson est ainsi salutaire pour au moins trois raisons : tout d’abord, nous ouvrir à une période historique délaissée par la discipline historique ; ensuite, nous enjoindre à l’interdisciplinarité comme seule possibilité pour rendre compte de l’expérience vécue ; enfin, nous permettre d’entrevoir comment nos relations quotidiennes aux objets technologiques constituent nos identités et nos mondes vécus, et pas seulement dans cette période historique4. Nous espérons que des tentatives de ce type continueront à se multiplier à l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Mumford Lewis, Technique et civilisation, Marseille, Parenthèse, 2016 [1934].

2 Alain Corbin, Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1789-1876), Paris, Flammarion, 1998.

3 Lucien Febvre affirmait déjà en 1935 que l’histoire des techniques était « une de ces nombreuses disciplines tout entière à créer » dans « Réflexion sur l’histoire des techniques », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 7, n° 36, 1935, p. 531-535. Soixante ans plus tard, le constat est similaire en sciences humaines et sociales ;voir Bunge Mario, « Five Buds of Techno-Philosophy », Technology in Society, n° 1, 1979. Malgré certaines évolutions en ce sens, ce champ reste encore sous-investi aujourd’hui.

4 Voir par exemple sur ce sujet Ihde Don, Technology and the Lifeworld, Bloomington, Indiana University Press, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Mécréant, « Tara Hamling, Catherine Richardson, A Day at Home in Early Modern England – Material Culture and Domestic Life, 1500-1700 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 14 mai 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24679

Haut de page

Rédacteur

Maxime Mécréant

Doctorant en philosophie à l’université Paris Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page