Navigation – Plan du site

Arnaud Mercier, Nathalie Pignard-Cheynel (dir.), #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook

Rachel Joly
#info
Arnaud Mercier, Nathalie Pignard-Cheynel (dir.), #info. Commenter et partager l'actualité sur Twitter et Facebook, Paris, Maison des Sciences de l'Homme, coll. « Le (bien) commun », 2017, 352 p., ISBN : 978-2-7351-2398-8.
Haut de page

Texte intégral

1Depuis une quinzaine d’années, l’avènement des technologies numériques et des réseaux socionumériques (RSN) a profondément bouleversé le monde des médias et de l’information. Les internautes, par exemple, sont devenus à l’instar des journalistes des producteurs et des diffuseurs d’informations. L’ouvrage dirigé par Arnaud Mercier et Nathalie Pignard-Cheynel résulte d’un programme de recherches initié par l’observatoire du webjournalisme de l’université de Lorraine. Le projet « info-RSN » (2014-2017) dont il est question ici s’est intéressé aux plateformes informationnelles Twitter et Facebook vues du côté des internautes. L’enquête se fonde sur des corpus de tweets collectés entre 2014 et 2016, et sur des entretiens semi-directifs auprès d’utilisateurs de Facebook. L’ouvrage rassemble les contributions d’une douzaine d’auteurs, spécialistes en informatique, statistiques, sociologie de la communication, journalisme, médias et sciences du langage. Il comprend deux parties qui abordent les techniques et les tactiques du partage de l’information sur les RSN d’une part, et la façon de débattre de l’actualité sur ces RSN d’autre part. Nous développerons plus particulièrement trois sujets : les bots et newsbots sur Twitter, le « style Twitter » et l’usage informationnel sur Facebook à partir d’un corpus sociologique bien défini.

2Sur Twitter, les bots sont des comptes automatisés qui produisent des tweets selon des instructions programmées. Dario Compagno et Nathalie Pignard-Cheynel en dressent une typologie (chapitre 1). Parmi les bots, les newsbots sont spécialisés dans la diffusion de contenus d’actualité. Leur finalité est d’informer, mais aussi de « polluer » les échanges et de manipuler l’opinion en diffusant des messages à la fiabilité douteuse. Le projet « info-RSN » visant à étudier des pratiques sociales humaines et authentiques, c’est-à-dire des comptes de véritables personnes, il convenait de détecter dans le corpus la présence de ces bots. Au final, les bots sont devenus objets d’étude. Un bot produit généralement un très grand nombre de tweets par jour (150 en moyenne) selon un modèle rédactionnel assez pauvre. Si les bots sont repérables par le fait qu’ils émettent des messages à toute heure du jour ou de la nuit, les auteurs attirent l’attention sur la sophistication grandissante de ces programmes. Les social bots et chatbots par exemple peuvent créer des comptes de personnes et d’abonnés crédibles en collectant des informations sur le web, en remplissant des profils, en publiant le matériel collecté dans des tweets (hors les heures nocturnes), voire en ayant des interactions avec de vrais humains. Les auteurs terminent cet inquiétant tableau en rappelant que derrière tout bot et newsbot il y a une création humaine et que des études relativement aux créateurs de ces bots permettraient un regard plus sociologique sur ce phénomène.

  • 1 À la date de novembre 2017. Depuis, les contraintes ont évolué.

3Plusieurs chapitres de l’ouvrage sont consacrés au « style twitter ». Rappelons que Twitter est un outil de microblogage : le propriétaire d’un compte (ou twittos) y poste des tweets de 140 caractères maximum1, lesquels sont instantanément expédiés aux abonnés (ou followers) de ce compte qui peuvent y réagir en retour. Le propriétaire d’un compte peut diffuser une information (un lien ou une URL renvoyant à un article de presse, par exemple), sans commentaire ou en y apportant un contenu personnalisé. Les auteurs passent en revue les techniques du « style Twitter » : discours d’escorte, hashtag, émojis et autres images. De quoi s’agit-il ?

4Le discours d’escorte est présenté par Magali Bigey et Justine Simon (chapitre 2). Il s’agit du court texte entourant le(s) lien(s). Il vise à inciter le destinataire du tweet à cliquer sur le lien et à accéder à l’information journalistique. Il œuvre donc à faciliter la circulation de l’information. Il se constitue de deux éléments : l’accroche et la mention. L’accroche est un procédé discursif signifiant. Il peut s’agir de formulations fortes ayant une incidence sur l’attention : « urgent », « insolite », « félicitations » par exemple. La mention est formée du nom de compte d’un utilisateur de Twitter précédé du signe arobase (@xxxxx). Le propriétaire du compte reçoit automatiquement une notification qui l’informe que son compte a été mentionné dans un tweet, ce qui traduit une volonté d’interaction. Le discours d’escorte vise à faire connaître l’avis de l’auteur du tweet, à faire réagir, voire agir, à interpeller, mais aussi à être vu et reconnu. À partir de leur corpus, les auteurs constatent que les informations les plus partagées sont des informations insolites ou relevant de faits divers.

5Arnaud Mercier traite (chapitre 3) du hashtag, ce code composé du symbole dièse (#) auquel est accolé un mot (nom commun, nom propre, expression, date symbolique...). Ce hashtag est cliquable et permet d’accéder à un fil d’actualité composé de tous les tweets qui partagent ce hashtag. Il permet donc de (re)documenter un thème, une affaire (ex. #PenelopeGate) ou une mobilisation. Le hashtag apporte une force à un tweet car il élargit son potentiel de diffusion (par comparaison à un tweet identique mais sans hashtag). L’auteur présente la typologie des hashtags en lien avec l’actualité. Il y a par exemple le « hashtag axiologique » qui porte un jugement, le « hashtag évènementiel » qui nomme et suit un évènement (#radioLondres sert à commenter le résultat des élections en parallèle du traitement médiatique), le « hashtag humoristique » comme #retirezmoiPhotoshop qui diffuse un photomontage humoristique. Le « hashtag grappin » accole plusieurs hashtags dans un même tweet sans véritable hiérarchisation, ce qui induit des associations d’idées, des corrélations, des liens de cause à effet, et au final des amalgames. L’auteur souligne les limites du dispositif du fait de l’absence de filtrage et de hiérarchisation. Il étudie également (chapitre 10) le cas de l’émoji, la petite image utilisée dans un message électronique pour exprimer une émotion, représenter un personnage ou une action. Une tête souriante figure par exemple l’approbation, tandis qu’une tête rouge furieuse traduit la colère. Justine Simon et Bénédicte Toullec s’intéressent (chapitre 4) au tweet multimodal, le tweet avec image (autre que le pictogramme de l’émoji) : un dessin, une photographie, une vidéo, une archive… Les émojis et autres pictogrammes facilitent l’exposition de sentiments parfois forts en évitant de formuler les choses. Intégrés à la syntaxe textuelle, ils la complètent, la renforcent, créent des effets de redondance ou d’explicitation. Dans les cas étudiés, ces images portent des commentaires sur l’actualité ou des jugements sur ses acteurs et/ou les journalistes. Elles permettent de contourner la limite des 140 caractères de Twitter. Cependant, la source de l’image n’est pas toujours mentionnée et l’image d’un évènement X peut être reprise pour évoquer ou illustrer un évènement Y (on parle de hoax).

6Les auteurs émaillent leur présentation d’exemples de tweets et insistent sur la place des tweets humoristiques dans le partage de l’actualité sur Twitter. Mais le dispositif propre à Twitter, l’absence de filtrage et de contrôle permettent aussi la fabrication de violentes polémiques. Brigitte Sebbah, Arnaud Mercier, Romain Badouard (chapitre 7) reviennent ainsi sur la controverse de la réforme judiciaire de juin-juillet 2014 menée par la garde des Sceaux Christiane Taubira. À partir d’un corpus de tweets, ils montrent comment se fabrique la polémique : le vocabulaire utilisé est agressif, insultant, guerrier ; les signes de ponctuation sont utilisés à profusion pour bien marquer l’indignation, l’interpellation ; le signe égal est utilisé comme raccourci de raisonnement. L’usage des lettres majuscules permet d’accentuer l’intensité d’un énoncé. À ces procédés s’ajoutent ceux qui sont propres à Twitter (discours d’escorte, hashtag, émojis et autres images), avec les dérapages qu’ils permettent. Le but visé est bien de disqualifier la parole de l’adversaire, de falsifier ses propos, de détourner des images et de réinterpréter les faits.

7Les chapitres 5 et 6 sont consacrés à la plateforme Facebook. Initialement prévue pour un usage privé et de sociabilité quotidienne (partage et commentaire de photos entre amis), elle est de plus en plus investie par les acteurs politiques et médiatiques via des groupes et des pages dont il est possible d’« aimer » (like) et de commenter (post) le contenu ou de partager le lien. L’usager de Facebook est exposé à l’information de façon volontaire (abonnement à partir d’un média) ou accidentelle (via une information partagée par un ami ou par un groupe auquel il est abonné). Coralie Le Caroff s’est penchée sur les usages informationnels de Facebook et plus précisément sur le partage de l’actualité politique (au sens large) sur les profils personnels (les « murs » uniquement) d’une fraction d’internautes. Elle définit sociologiquement son corpus comme appartenant aux « bourgeois bohèmes » : urbains, cultivés (mais parfois en précarité économique), et politiquement plutôt à gauche. Il apparaît que le partage d’information répond chez eux à plusieurs motivations. Tout d’abord, ils évoquent leur réel intérêt pour les questions socio-politiques et leur souhait de sensibiliser leur réseau sur des sujets qui leur tiennent à cœur. Le deuxième motif est la reliance sociale, c’est-à-dire la recherche de soutiens ou d’opinions, pour se sentir moins seul, moins isolé. Enfin, la troisième motivation – et non la moindre – est la quête de reconnaissance et de légitimité numérique dans ce dispositif qui est en fait dédié à la présentation de soi. Il s’agit de se distinguer auprès d’amis, de collègues, voire d’un public plus large sur le web, d’afficher un statut et d’apparaître « dans l’air du temps ». À ce sujet, l’auteur remarque que, pour y parvenir, ces internautes sélectionnent des sources médiatiques et effectuent un travail expressif qui peut prendre des formes très rationnelles et calculées. Toutefois cette quête narcissique se révèle chez les enquêtés source de frustrations au vu du faible nombre de réactions suscité par leur partage d’actualité. Ainsi, les pages Facebook des personnes enquêtées s’apparentent à des espaces de diffusion plutôt que de discussions politique.

8Le présent ouvrage donne ainsi à voir le fonctionnement de RSN, et plus particulièrement celui de Twitter, examiné par le biais du partage de l’information journalistique chez des citoyens. Les dispositifs propres à la plateforme (hashtag, accroche, mention, images…) sont présentés et explicités à l’aide de très nombreux exemples de tweets. Ils permettent de répondre à des motivations diverses en matière d’information d’actualité chez l’individu : commenter, s’amuser, ironiser mais aussi polémiquer et disqualifier. Les tweets peuvent être l’expression du meilleur… et du pire. Plus globalement, la publication laisse à voir les bouleversements techniques, culturels et sociétaux qui résultent de ces RSN et avec eux l’avènement d’une nouvelle ère informationnelle, voire civilisationnelle.

Haut de page

Notes

1 À la date de novembre 2017. Depuis, les contraintes ont évolué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Joly, « Arnaud Mercier, Nathalie Pignard-Cheynel (dir.), #info. Commenter et partager l’actualité sur Twitter et Facebook », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24686

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page