Navigation – Plan du site

Éric Marlière, Carine Guérandel, Filles et garçons des cités aujourd’hui

Elyamine Settoul
Filles et garçons des cités aujourd'hui
Carine Guérandel, Eric Marlière (dir.), Filles et garçons des cités aujourd'hui, Lille, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2017, 167 p., ISBN : 978-2-7574-1640-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir : Sami Zegnani, Dans le monde des cités. De la galère à la mosquée, Rennes, Presses universit (...)

1L’ouvrage coordonné par Éric Marlière et Carine Guérandel s’articule en deux parties réunissant chacune quatre contributions. Les auteurs débutent par un panorama global des recherches actuelles relatives aux quartiers populaires, recherches qui mentionnent notamment une dégradation structurelle des relations sociales depuis plusieurs décennies. Cette littérature évoque également une massification des phénomènes de déclassement (p. 17). Les deux sociologues observent également une multiplication des travaux portant sur l’ethnicité notamment privilégiant l’angle des expériences de discriminations, des contrôles au faciès et du racisme ordinaire vécu par les segments de population racialisés. Aujourd’hui, les investigations tendent aussi à se cristalliser autour de la notion de radicalisation et du djihadisme. Le travail de Éric Marlière et Carine Guérandel n’est pas cependant, selon leurs propres dires,une nouvelle recherche visant à déconstruire la catégorie « jeune de cités » ou « jeunes musulmans ». Cette catégorie a déjà fait l’objet d’analyses fines prenant souvent la forme de typologies très pertinentes1. Le cœur de cet ouvrage collectif vise davantage à adopter une démarche « articulant le genre à la question sociale et raciale afin de rendre compte le plus justement possible de ce cette jeunesse, de sa singularité et des enjeux sociaux et sociétaux qu’elle soulève par sa mise en scène médiatique, sa mise en agenda politique ou sa prise en charge institutionnelle » (p. 20).

2Le premier chapitre de Fabien Truong restitue les trajectoires de jeunes banlieusards en voie d’ascension scolaire. Il se fonde en partie sur une démarche goffmanienne décryptant la réalité sociale sous le prisme de la métaphore théâtrale. Cette approche vise à compartimenter la vie des jeunes de quartiers en scènes (école, famille, fratrie) dans lesquelles ces derniers sont amenés à jouer des rôles différents. Elle se révèle particulièrement féconde pour rendre compte de la pluralité des positionnements et des répertoires susceptibles d’être mobilisés par ces acteurs. La longue immersion de l’auteur sur le terrain (grâce à son statut de professeur de SES en établissement ZEP) lui permet d’observer non seulement les discours, mais également les arcanes des discours. Les descriptions microsociologiques de différentes scènes de la vie de quartier révèlent un territoire beaucoup plus fragmenté qu’il n’y parait.

3Dans le chapitre suivant, Pauline Beunaurdeau s’attache à analyser les significations sociales auxquelles renvoie l’usage de la force physique par les filles en contextes populaires. Elle commence par rappeler que pour les garçons de milieux populaires, la force physique apparait comme un capital d’autant plus stratégique que ces derniers sont souvent frappés d’illégitimité culturelle. À défaut de suprématie culturelle, les garçons investissent donc massivement cette ressource et multiplient les démonstrations de puissance. Fondée sur l’observation concrète de comportements de collégiennes de banlieues de 13-14 ans, la recherche illustre de manière empirique la double contrainte à laquelle elles s’exposent. Prises en étau, leur espace de liberté est borné dans un entre-deux dont les codes sont normés et imposés par les garçons. D’un côté, elles ont pour obligation implicite de ne pas se laisser faire afin d’éviter le label infamant de « filles faciles ». L’apprentissage de la résistance physique est ainsi d’autant plus nécessaire qu’elles sont souvent instrumentalisées comme des faire-valoir dans les rites de virilisation des garçons. De l’autre côté, un investissement trop conséquent de leur part dans l’usage de la force physique les expose à des représailles (coups, claques, etc.). L’usage de cette ressource étant interprété comme une intrusion dans un territoire symbolique censé être réservé aux hommes.

  • 2 Sur l’impact de l’ascension scolaire sur la construction de soi voir les travaux de Leyla Arslan, (...)

4Le chapitre 3 de Perrine Devleeshouwer s’attache à décrypter les références à l’ethnicisation telles qu’elles s’expriment dans les discours de jeunes d’origine étrangère fréquentant des établissements scolaires défavorisés du centre de Bruxelles. À travers l’analyse des discours de jeunes lycéens en voie d’ascension sociale, l’auteure repère trois formes d’ethnicisation qui sont la mention à des regroupements ethniques, l’importance des origines dans les réputations scolaires et les discours de distanciation à l’égard de groupes de jeunes eux-mêmes ethnicisés. L’intérêt de cette contribution réside surtout dans les modalités discursives par lesquelles ces lycéens en voie d’ascension scolaire se distinguent de leurs pairs n’ayant pas réussi à s’extraire de leur condition sociale ou scolaire. Ces derniers, d’origine étrangère comme eux, sont qualifiés de « teneurs de murs » et se voient affublés des mêmes stéréotypes dépréciatifs que la société porte à leur égard (délinquantce, etc..). Plus « royaliste que le roi », tout se passe comme si la croyance en la promesse de promotion sociale que leur fait miroiter leur ascension scolaire déterminait la teneur de leur discours. Détenteurs d’un capital culturel en construction, ils ont pleinement intériorisé une conception individualiste et méritocratique de la réussite2. Cette différentiation latérale entre des acteurs présente de nombreuses similitudes en termes d’origine sociale, nationale, religieuse et illustre ainsi l’existence de processus de distinction et de hiérarchisation symbolique à l’intérieur de groupes structurellement relégués.

  • 3 Voir les travaux pionniers de Vincent Geisser et El Yamine Soum, Discriminer pour mieux régner. En (...)
  • 4 Guenif-Souilamas Nacira, Macé Eric, Les féministes et le garçon arabe, Paris, Editions de l’Aube, (...)

5Le chapitre d’Elsa Lagier restitue les expériences d’engagement politique de deux militants issus de l’immigration. Elle montre d’une part comment la stigmatisation, symbolique, politique et économique des quartiers peut représenter une motivation supplémentaire à l’engagement. Le décryptage des parcours de Majda et de Yassine permet de saisir le poids des discours de stigmatisation sur les velléités d’engagement. Il permet également d’évaluer la dimension relationnelle du marqueur ethnique. Si celui-ci agit le plus souvent comme un facteur de disqualification dans la vie sociale (emploi, logement, etc.), il revêt d’autres propriétés et significations sur la scène politique locale des quartiers populaires. En effet, il prend la forme d’un atout convertible en ressource politique stratégique. De facto, ces militants tentent de capitaliser sur la proximité phénotypique qu’ils entretiennent avec les populations qu’ils souhaitent représenter politiquement3. La communauté d’expériences générées par la vie en quartier semble également favoriser des formes de solidarité qui transcendent les divergences partisanes (sentiment de solidarité sociale). L’auteure élabore néanmoins une distinction de genre. Bien que les militantes issues de l’immigration bénéficient d’un capital symbolique plus positif que leurs homologues masculins4, ces derniers semblent instrumentaliser de manière plus efficace leur capital d’autochtonie (connaissance du quartier, réseau local...).

6La contribution de Fatima Khemilat interroge l’articulation entre racialisation et religion. Elle démontre que les quartiers populaires à forte concentration musulmane sont appréhendés sous l’angle d’enclaves, sorte de « territoires perdus de la république », à l’intérieur desquels s’exerce la toute-puissance de l’homme. Dans le chapitre 6, Carine Guérandel retrace à partir d’une perspective sociohistorique, le lien entre l’évolution des discours médiatiques sur les filles et les orientations politiques de la pratique sportive. Le chapitre questionne la validité des discours relatifs aux vertus intégratrices et pacificatrices du champ sportif. Elle montre également comment les acteurs à l’origine des politiques publiques peuvent élaborer des dispositifs d’action fondés sur des présupposés et des stéréotypes de genre. L’assignation des filles à la pratique de certains sports spontanément associés aux femmes (Zumba, step) en est l’une des illustrations. Le chapitre de Stéphane Rubi retrace le parcours d’adolescentes confrontées aux nouveaux dispositifs de gestion des exclusions scolaires. Elle note un profond décalage entre la gravité des problématiques sociales rencontrées par ces adolescentes déviantes et le caractère souvent superficiel des réponses apportées par les institutions en charge de les aider. Le dernier chapitre rédigé par Guillaume Teillet décrypte de manière ethnographique le déroulement d’un procès d’une bande de huit jeunes. L’auteur évoque le sentiment très présent d’une justice de classe dans les discours des jeunes et de manière plus générale le caractère éminemment asymétrique des relations qui prévalent entre eux et les institutions (police, justice). Ce sentiment est illustré par les propos d’un des enquêtés dont la plainte n’a pas été prise en considération par la police et condamné par la suite pour avoir souhaité faire justice lui-même. Le cœur de l’étude réside dans la description spatiale d’une scène de jugement à l’intérieur d’un tribunal. L’analyse permet à l’auteur de repérer une stricte division des rôles entre des agents judiciaires, le plus souvent des femmes « blanches » détentrices du pouvoir face à de jeunes prévenus, noirs et Arabes de sexe masculin. L’auteur précise ainsi que « si la présomption d’innocence est considérée comme un élément fondamental du droit pénal, la mise en scène du procès est d’abord synonyme de mise en accusation » (p. 154). Le chercheur conclut son analyse en questionnant les effets à long terme de cette justice « asymétrique ».

7Les auteurs rappellent en conclusion de l’ouvrage toutes les vertus de l’analyse sociologique dans le contexte actuel de crispations autour des questions identitaires. Sa capacité à objectiver la réalité sociale permet d’identifier les différentes formes de violence, sociale, institutionnelle ou encore symbolique susceptibles de se cristalliser dans les marges de notre société. On aurait pu craindre que la multiplicité des terrains d’enquête (établissements scolaires, quartiers, tribunal), la variété des approches méthodologiques mobilisées (approche biographique, ethnographie) et l’inégale profondeur des analyses n’altèrent l’ambition et la cohérence de cette production collective. Mais l’adoption par l’ensemble des contributeurs d’une approche processuelle et interactionniste des marqueurs identitaires (genre, race) ainsi que la référence quasi systématique à de riches extraits d’entretiens homogénéise et structure de manière très efficace la production globale. Cette double caractéristique confère à l’ouvrage une grande valeur pédagogique et méthodologique, en particulier pour les étudiants et tous les chercheurs désireux de s’initier aux techniques ethnographiques.

Haut de page

Notes

1 Voir : Sami Zegnani, Dans le monde des cités. De la galère à la mosquée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, compte-rendu de Benoît Ladouceur pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/12508. Voir également : Musulmans et citoyens, Nancy Venel, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Partages du savoir », 2004.

2 Sur l’impact de l’ascension scolaire sur la construction de soi voir les travaux de Leyla Arslan, Enfants d’Islam et de Marianne, Paris, PUF, 2010.

3 Voir les travaux pionniers de Vincent Geisser et El Yamine Soum, Discriminer pour mieux régner. Enquêter sur la diversité dans les partis politiques, Paris, Editions de l’Atelier, 2008.

4 Guenif-Souilamas Nacira, Macé Eric, Les féministes et le garçon arabe, Paris, Editions de l’Aube, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elyamine Settoul, « Éric Marlière, Carine Guérandel, Filles et garçons des cités aujourd’hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24688

Haut de page

Sujet

Inégalités

Intégration

Jeunesse

Migrations - minorités

Ville

Genre

Logement

Pauvreté - précarité

Haut de page

Rédacteur

Elyamine Settoul

Elyamine Settoul est maitre de conférences au Conservatoire national des arts et métiers et docteur en sciences politiques de l’Institut d’études politiques de Paris (2012). Ses recherches s’articulent autour des thèmes liés à l’immigration, les quartiers populaires, les questions de défense et de radicalisation. Il a publié de nombreux articles de sciences sociales sur ces sujets.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page