Navigation – Plan du site

Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques

Maud Navarre
Le Parlement européen au travail
Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2018, 241 p., ISBN : 978-2-7535-6527-2.
Haut de page

Texte intégral

1Comment les parlementaires européens travaillent-ils ? Les enquêtes sociologiques confirment-elles l’image de l’élu pantouflard ou celle d’une institution en proie aux lobbies ? Les neuf contributions de cet ouvrage collectif apportent des pistes de réponse à ces questions. Les auteurs prolongent ici les travaux de recherche menés depuis une dizaine d’années sur la carrière des parlementaires et leurs entourages politiques1. Ils s’appuient notamment sur une base de données présentant le parcours des députés européens depuis 1979, constituée par les membres du laboratoire Sages de l’Université de Strasbourg. La première partie du livre aborde la carrière des parlementaires européens ; la seconde porte sur le travail politique en lui-même, les collaborateurs (lobbyistes, fonctionnaires européens, europartis…) et les processus conduisant à élaborer les rapports et les lois votées par les parlementaires.

2Les études des carrières parlementaires donnent à voir un autre visage de ces élus, loin du stéréotype des députés « pantouflards » en fin de carrière. Sébastien Michon, Willy Beauvallet, Victor Lepaux et Céline Monicolle montrent que le profil des députés européens a évolué depuis la fin des années 1970 : les députés venus terminer leur carrière sur les bancs du Parlement européen cèdent progressivement la place à de plus jeunes élus en voix de professionnalisation. Certains d’entre eux s’engagent durablement dans le mandat européen : ce sont des « permanents de l’Europe ». Ils accèdent directement à cette fonction, sans passer par des mandats nationaux ou locaux, contrairement aux autres parlementaires. Leur engagement est plus marqué : ils rédigent davantage de rapports et choisissent les commissions les plus techniques et typiquement européennes (gestion des marchés européens par exemple), alors que leurs confrères recherchent plus souvent des commissions prestigieuses (affaires étrangères, constitutionnelles) ou liées à une problématique qu’ils rencontrent dans leur territoire d’élection. La commission choisie permet de saisir l’orientation de la carrière du député (vers l’Europe, vers un mandat national ou local).

3Ces « permanents de l’Europe » peuvent alors espérer parvenir jusqu’aux plus hautes fonctions de direction du Parlement européen, comme la présidence détenue de 2012 à 2017 par l’un d’entre eux, l’allemand Martin Schulz, ou encore les vice-présidences. Willy Beauvallet, Sébastien Michon et Julien Bollaert identifient deux critères déterminants pour accéder aux plus hauts échelons du Parlement européen : la longévité en tant que parlementaire européen et la connaissance de l’institution. Pour exercer ces fonctions, il faut faire preuve d’une solide culture du compromis et d’une capacité à dépasser les clivages partisans, mais aussi cumuler les ressources électives (fonctions politiques précédemment exercées) et intellectuelles (diplôme, etc.). Les Allemands demeurent plus représentés à ces postes de direction, car ils possèdent plus souvent que les autres parlementaires ces ressources. L’originalité du livre s’affiche pleinement lorsque Cédric Pellen aborde le cas de la délégation polonaise. Elle donne à voir le Parlement européen sous un autre visage que l’habituel : une institution dominée du champ politique, un tremplin ou sas d’attente entre deux mandats nationaux. L’auteur montre que les députés polonais recherchent le mandat parlementaire européen. Et pour cause, il offre une rémunération et des conditions d’exercice de la fonction plus favorables qu’à la Diète. Dès lors, la concurrence entre les postulants polonais est forte et les prétendants sont sélectionnés plus drastiquement qu’au parlement national.

4D’autres auteurs étudient le travail des élus et de leurs entourages sur des questions spécifiques comme la condamnation des régimes communistes d’Europe de l’Est et les politiques financières (par exemple, la révision de la régulation des instruments financiers de 2012 à 2014). Ces analyses de questions très singulières, et difficiles d’accès pour des non-spécialistes, apportent des précisions sur le travail réalisé en amont de la délibération – le vote des parlementaires ne faisant finalement que valider ce dernier. Les fonctionnaires et les élus du Parlement européen s’avèrent alors être de fins médiateurs, des experts de la négociation. En étudiant comment les régimes communistes ont été condamnés par l’Europe, Laure Neumayer fournit un exemple des médiations entre élus auxquelles contribuent ces professionnels. La proposition, formulée par les parlementaires des nouveaux pays entrés dans l’Union européenne à partir de 2004, ne recueillait pas les faveurs de l’Europe des 15, car elle mettait sur le même plan nazisme et communisme. Administrateurs et élus ont travaillé pour trouver un compromis. Ils ont proposé un « ajustement mémoriel » amenant le Parlement européen à dénoncer le communisme des pays d’Europe de l’Est au nom du respect des droits fondamentaux. La dépolitisation du sujet et sa dénationalisation, en faisant valoir le projet global d’intégration européenne, ont permis d’adopter cette position condamnant les ex-régimes communistes.

5Le dernier axe d’analyse se centre plus particulièrement sur les relations de lobbying (l’influence d’organismes patronaux sur le Parlement européen ; les députés qui se reconvertissent dans ce type de pratique) et de « bons procédés » ou de « travail au noir », comme l’appelle rétrospectivement Francisco Roa Bastos lorsque le Parlement européen prêtait quelques-uns de ses fonctionnaires aux europartis. La pratique est aujourd’hui interdite, mais pendant plusieurs années des fonctionnaires du Parlement européen ont été mis à disposition gratuitement, par exemple pour organiser des rencontres entre les représentants nationaux des europartis. Le procédé, sans réel lien avec le travail du Parlement européen, permettait d’alléger les charges de fonctionnement des organisations partisanes. Cette pratique est révélatrice de l’enchâssement des espaces politiques nationaux et européens. Cet angle d’analyse s’avère cependant moins convaincant. D’une part, les cas étudiés sont très techniques : ils s’adressent principalement à des lecteurs spécialistes (qui s’intéressent à l’influence des organismes patronaux sur le Parlement européen, par exemple). D’autre part, faute de données suffisantes, la définition du lobbying est parfois caricaturée. C’est le cas notamment lorsque Hélène Michel et Victor Lepaux considèrent comme des lobbyistes d’ex-députés européens devenus « dirigeants d’un groupe d’intérêt (association professionnelle, ONG ou association civique), dirigeants d’un think thank ou d’une fondation philanthropique, ou consultants » (p. 109). Or, on peut devenir consultant sans avoir nécessairement un intérêt à défendre auprès des institutions européennes. Les données statistiques sur les activités professionnelles après le mandat auraient mérité d’être complétées par des entretiens qualitatifs, par exemple, pour mieux cerner les contours de ces nouvelles activités.

6Finalement, l’ensemble du livre révèle de précieuses informations sur le travail du Parlement européen. Institution politique de « conjoncture fluide » (dans le sens où elle ne valorise pas l’opposition entre élus), le compromis y est recherché. L’Union européenne tire sa légitimité de son expertise technique plus que de sa capacité à créer un rapport de force ou à mobiliser les citoyens. Devenir député européen nécessite en outre des capitaux spécifiques, notamment un capital bureaucratique. Ces trois caractéristiques (la recherche du compromis, l’expertise technique et les capitaux bureaucratiques) distinguent la profession de député européen de celle de député national, telle qu’elle existe en France notamment.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple deux récents ouvrages : Willy Beauvallet, Sébastien Michon (dir.), Dans l'ombre des élus. Une sociologie des collaborateurs politiques, Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Espaces politiques », 2017, 258 p. (notre compte rendu pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/23896) et Julien Boelaert, Sébastien Michon, Étienne OllionMétier : député. Enquête sur la professionnalisation de la politique en France, Paris, Raisons d'agir, 2017, 150 p. (notre compte rendu pour Lectures ; https://journals.openedition.org/lectures/23171).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Sébastien Michon (dir.), Le Parlement européen au travail. Enquêtes sociologiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 16 mai 2018, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24693

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page