Navigation – Plan du site

Olivier Galland, Yannick Lemel, Sociologie des inégalités

Marie Duru-Bellat
Sociologie des inégalités
Olivier Galland, Yannick Lemel, Sociologie des inégalités, Paris, Armand Colin, coll. « U Sociologie », 2018, 352 p., ISBN : 978-2-200-62130-8.
Haut de page

Texte intégral

1Sociologues spécialistes des sociétés contemporaines, les auteurs proposent dans cet ouvrage, qui se veut un manuel, une vaste synthèse des inégalités de toutes natures (du statut socio-économique à l’appartenance ethno-raciale), en se fondant sur de très nombreuses enquêtes et références. Focalisée sur les inégalités entre groupes sociaux jugées à un moment donné condamnables, l’orientation générale est clairement sociologique. L’ouvrage puise cependant dans d’autres disciplines des sciences sociales, en particulier l’économie, mais aussi la psychologie et l’histoire.

  • 1 Voir ainsi Danilo Martucelli, « Figures de la domination », Revue française de sociologie, n° 45, 2 (...)

2Le livre réunit bien les caractéristiques d’un manuel : dense, de lecture austère malgré sa grande clarté, il foisonne de références et de développements, souvent reportés dans des « compléments numériques ». Il sera sans nul doute très instructif pour les étudiants de master de sciences sociales théoriques ou appliquées, mais aussi pour les chercheurs confirmés connaissant mal la littérature anglophone. On peut regretter néanmoins que les auteurs français soient un peu négligés dans l’ouvrage, notamment et entre autres, les analyses théoriques de Danilo Martucelli sur la domination, les débats de Jean-Claude Combessie ou Jean-Paul Gremy sur la mesure des inégalités et de leur évolution, ou les développements sur la ségrégation d’un Jacques Donzelot1

3Les six chapitres de l’ouvrage proposent un tour d’horizon tout à fait large. Après une brève rétrospective qui pointe le caractère récent de la notion même d’inégalité, le premier chapitre dresse un bilan des connaissances accumulées par les sciences sociales depuis l’apparition de l’homme jusqu’à la révolution industrielle. Pas forcément très connus des sociologues, de nombreux travaux émanant d’historiens et d’anthropologues ont cherché à décrire les inégalités sociales à l’époque préhistorique, et plus précisément, le passage de relations interindividuelles de domination (également étudiées abondamment par les éthologues) à une hiérarchie proprement sociale. Les auteurs notent néanmoins que « les connaissances sur ce sujet sont d’autant plus hypothétiques que l’on s’intéresse à un passé lointain » (p. 37). Les inégalités ne seraient apparues qu’avec la possibilité d’accéder à un certain surplus, grâce à l’invention de l’agriculture, ou peut-être un peu avant. En croissance depuis, elles se seraient cristallisées en institutions, et une héritabilité des positions se serait mise en place, confortée par des règles de parenté. Au fil du temps, avec le tournant de la révolution industrielle et du développement des Lumières, les inégalités commencent à se réduire… si l’on considère le long terme ; car la théorie de Simon Kuznets (1955) qui prévoyait une augmentation suivie d’une baisse des inégalités au fil du développement économique est loin d’avoir reçu une validation empirique universelle et reste aujourd’hui l’objet de vifs débats.

4Après ce tour d’horizon historique relativement original, le chapitre 2 est plus classique qui synthétique les analyses des théoriciens de la stratification sociale, en se limitant aux travaux antérieurs aux années 1970-1980. Aux présentations très conventionnelles d’auteurs incontournables (Karl Marx, Ralf Dahrendorf, Max Weber, Pierre Bourdieu) s’ajoutent des développements sur des sociologues qui le sont moins, en France du moins, comme Erik Olin Wright ou John Goldthorpe, Peter Blau, Stanislaw Ossowski, etc. L’accent est mis sur les débats, toujours ouverts, autour de questions comme la hiérarchisation des positions sociales et le prestige des professions, les rouages et l’évolution de la mobilité sociale, l’utilité des schémas de classes et ce que d’aucuns (Ulrich Beck notamment) ont appelé la mort des classes du fait de l’individualisation des modes de vie. Pour clore ce chapitre copieux, les auteurs évoquent rapidement un tout autre pan des critiques faites aux schémas de classes, émanant de mouvements sociaux qui ne se définissent pas par leur place dans les hiérarchies économiques mais par d’autres caractéristiques, au premier rang desquels le mouvement féministe, s’appuyant sur les analyses de Acker au début des années 1970. À l’aune de la notion de genre et des rapports inégalitaires afférents, le débat sur la stratification sociale se restructure autour de l’opposition entre caractéristiques « ascribed » versus « achieved » – héritées versus acquises – et autour des processus de catégorisation entre groupes. Coexistent alors une sociologie « mainstream » avant tout focalisée sur les attributs achieved du statut (revenus, diplômes…), avec à la clé la problématique de la mobilité sociale, et des analyses récentes mobilisant les attributs ascribed (race, genre), débouchant quant à elles sur des problématiques de revendication identitaire.

5Ce n’est qu’au chapitre 3 que les auteurs abordent explicitement la question de la définition de l’inégalité, une question à la fois évidente et peu traitée de manière frontale par les spécialistes de ce champ. Partant de la définition somme toute courante d’« une différence dans les accès aux biens sociaux ou dans les traitements individuels, jugée assez généralement inacceptable et devant être corrigée » (p. 148), les auteurs soulignent que toute définition mêle des éléments objectifs et subjectifs, et que cette complexité « contamine » jusqu’aux indicateurs statistiques. Ils notent également que les différentes disciplines définissent opérationnellement les inégalités avec des angles d’attaque divers ; en particulier, les économistes privilégient les ressources monétaires, alors que les sociologues ont une approche multidimensionnelle (intégrant une variété de biens sociaux matériels et symboliques), une question, pour eux, étant alors la manière d’articuler ces diverses dimensions. Les approches scientifiques restent substantiellement différentes des perspectives de type « social policy » privilégiées par les pouvoirs publics, qui peuvent inclure des questionnements délaissés par les sociologues (les inégalités de départ en vacances par exemple), sans doute parce qu’implicitement les chercheurs considèrent que certaines inégalités sont plus fondamentales que d’autres. Un autre implicite des sociologues est le rôle éminent de la structure sociale, à telle enseigne que ce sont les propriétés des positions sociales qu’il faut prendre en compte pour comprendre les inégalités, et non les inégalités entre individus inégalement dotés.

6Pendante est la question de ce qu’est ou de que serait une société juste, elle aussi peu traitée frontalement par les sociologues mais qui ne peut être éludée chaque fois que sont abordées, implicitement ou explicitement, des questions comme l’égalité des chances ou la lutte pour la reconnaissance. Il faut compter évidemment avec les contributions des philosophes, et aussi, moins connues des sociologues, avec celles des psychologues sociaux, notamment autour des phénomènes de discrimination et de domination. Enfin, ce chapitre fort dense se clôt par une réflexion rapide sur la mesure statistique des inégalités, une mesure jamais vierge d’hypothèses et donc jamais neutre.

7Les chapitres 4, 5 et 6 sont de tonalité plus empirique : ils présentent une description détaillée de l’évolution des inégalités, de la manière dont elles sont vécues par les personnes et de ce que l’on sait de leur genèse. Les auteurs privilégient les approches économiques, notamment les travaux de Thomas Piketty et ceux centrés sur l’envol des très hauts salaires, ou encore ceux portant sur les inégalités mondiales (en particulier les analyses de Branko Milanovic). À côté de l’aggravation des inégalités à la pointe extrême de la distribution des revenus, ils notent une lente diminution de l’inégalité de réussite scolaire, une progression de la mobilité sociale (même si la fluidité sociale est quant à elle stable), et, malgré la convergence des structures de consommation, la persistance de fortes inégalités de santé et de la pauvreté, en raison d’un chômage de masse qui ne faiblit pas. Mais au-delà de la multiplication des inégalités (des inégalités géographiques à celles tenant à l’apparence physique ou à la sexualité), la position sociale des personnes reste très influente sur le sentiment d’être personnellement affecté par l’injustice, même si « les dimensions identitaires prennent une place grandissante » (p. 247).

8Dans le chapitre 6, les auteurs recensent les mécanismes sociaux qui contribuent (avec une intensité variable selon les pays) à la permanence des inégalités : la famille et l’école bien sûr, mais une (petite) place est également faite aux mouvements sociaux et, plus étonnant vu la perspective globale retenue, aux capacités cognitives et non cognitives des personnes elles-mêmes. De passionnants développements sont consacrés à l’enchaînement des inégalités tout au long de la vie et à la synergie entre facteurs sociaux et biologiques (sur les inégalités de santé notamment). Il reste, en particulier du fait de la montée de nouveaux risques pointée par Ulrich Beck, que les parcours de vie sont moins standardisés, plus individualisés. Comme si la recherche sociologique s’adaptait à cet état de fait, les auteurs évoquent le développement d’une sociologie analytique soucieuse d’une base microsociologique, visant à articuler, grâce au concept de mécanisme générateur, les niveaux macro et microsociologique.

9En conclusion de ce tour d’horizon très complet, Galland et Lemel insistent sur le fait que la notion de classe sociale, centrale dans ce champ, reste certes nécessaire mais n’est plus suffisante pour intégrer des inégalités multiformes, aux dimensions subjectives autant qu’objectives, et à présent transfrontalières. S’ouvre donc ainsi un programme vaste et stimulant pour tous les sociologues !

Haut de page

Notes

1 Voir ainsi Danilo Martucelli, « Figures de la domination », Revue française de sociologie, n° 45, 2004, p. 469-498 ; Jean-Claude Combessie, « L’évolution comparée des inégalités : problèmes statistiques », Revue française de sociologie, n° 25, 1984, p. 233-254 ; Jean-Paul Gremy, « Sur les différences entre pourcentages et leur interprétation », Revue française de sociologie, n° 25, 1984, p. 396-420 ; Jacques Donzelot, La ville à trois vitesses, Paris, Éditions de la Villette, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Olivier Galland, Yannick Lemel, Sociologie des inégalités », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 17 mai 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24706

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page