Navigation – Plan du site

Marie-Luce Gélard, Les sens en mots

Marie-Emmanuelle Torres
Les sens en mots
Marie-Luce Gélard, Les sens en mots, Paris, Editions Pétra, coll. « Univers sensoriels et sciences sociales », 2017, 141 p., ISBN : 978-2-84743-188-9.
Haut de page

Texte intégral

1Comme le dit Joël Candau dans le premier entretien du recueil : « tout passe par les sens » (p. 17). Et pourtant, de la haute Antiquité aux années 1970, l’esprit l’emporta sur les sens, jugés trop trompeurs pour permettre l’accession à la connaissance. Ce n’est qu’au moment du sensory turn que les données sensorielles commencèrent à devenir objets d’étude et outils de connaissance pour les sciences sociales, qui posent désormais les jalons d’un nouveau rapport aux sens – et donc au monde. Puisque le sensible constitue un biais incontournable, il est légitime d’explorer ses facettes, ses échelles de valeur, de même que ses utilisations sociales, culturelles et politiques. Sans nier l’ancrage culturel des pratiques sensorielles, il s’agit là d’écouter ce qu’elles nous disent des rapports au monde et de la construction des imaginaires.

2Les études sensorielles sont jeunes : si l’histoire s’est déjà clairement emparée du sujet, d’autres approches – en anthropologie par exemple – continuent d’émerger et de se développer. C’est donc pour offrir un espace dédié au sensory turn que les éditions Pétra accueillent une nouvelle collection autour de cet ouvrage introductif. Ce bref recueil d’entretiens, menés auprès de six des fondateurs de l’approche sensorielle, n’est ni bilan, ni manuel d’études sensorielles ; il donne simplement la parole à ceux dont les intuitions ont permis ce tournant. Les entretiens reposent ainsi sur une interrogation commune : comment et pourquoi en venir aux études sensorielles ?

3Joël Candau est arrivé à l’odorat par la mémoire. Ses enquêtes anthropologiques sur les parfums puis la mort l’ont conduit à questionner l’influence des sens sur les définitions de l’être humain et de son rapport au monde. Il promeut alors une étude transdisciplinaire des odeurs pour comprendre le physiologique à l’origine du sensoriel – ceci dans une perspective holistique. Admettant qu’il reste du chemin pour gommer les effets d’un dualisme millénaire, il pose l’idée que, grâce aux sensations, chacun se construit un rapport personnel au monde. À ses yeux, l’identité s’avère sensorielle.

4Historien, Alain Corbin s’est quant à lui plongé dans l’étude des sens tant via Lucien Febvre et la revue des Annales qu’au prisme des écrits des médecins du XIXème siècle. Ses études sur l’hygiène des prostituées le conduisent d’abord à une histoire de la prostitution et de l'excrétion. Mais rapidement, le rôle – ici prépondérant – des odeurs l’oriente vers une histoire de l'olfaction. Convaincu que « l’usage des sens relève du désir de distinction sociale » (p. 42), il se tourne ensuite vers le sonore – autre déterminant de l’imaginaire social. C’est ainsi qu’il jugera nécessaire d’explorer les récits de soi qui, littérature et poésie confondues, permettent d’appréhender le rapport d’un auteur aux données sensorielles.

5Trois influences successives fondèrent l’anthropologie sensorielle de David Howes : Marshall McLuhan à propos de l’importance des médias dans la perception sensorielle, Rodney Needham concernant l’implication du sonore dans les expériences rituelles, puis Alain Corbin pour son histoire des sens. Convaincu que le sensorium est une création sociale, David Howes cherche à éviter l’éthnocentrisme. Lors de ses terrains en Papouasie-Nouvelle-Guinée, il étudie d’une part la fonction sociale de l’olfaction et réfute d’autre part l’idée d’une hiérarchisation sensorielle entre sociétés de l’écrit et sociétés de l’oral : dans les deux cas, la vie sociale est régulée par un sensorium à la fois complet et spécifique. À la tête du centre d’études sensorielles de l’université de Concordia, il œuvre actuellement à la diffusion des approches sensorielles.

6Pour François Laplantine, l’anthropologie est par définition une « immersion dans le sensible » (p. 64) – qu’il pratique lui-même dans une perspective modale, au plus proche des intensités sensorielles. Si l’anthropologie se base sur l’observation de l’autre, il lui paraît essentiel de reconnaître, avant toute analyse, la nature sensible dudit sujet. C’est à cette condition seulement qu’il sera possible de maximiser la réceptivité aux sensations, pour s’en imprégner, ceci afin d’observer des données fugaces, des micro-variations indicibles. Mais pour construire une telle anthropologie des sensations, force est aussi de s’intéresser à l’art, qui module le rapport au réel pour bousculer les stéréotypes. Le principal obstacle aux études sensorielles reste alors, une fois de plus, la dichotomie entre sensible et intelligible, ce dualisme typiquement occidental, que François Laplantine s’efforce de remettre en cause par le biais de ses terrains asiatiques, où il retrouve l’idée d’une continuité du vivant – corps, esprit et environnement – favorable à l’accession à une connaissance toujours plus précise.

7Nourri par les écrits de Georg Simmel, David Le Breton est un sociologue qui tient le corps pour la « frontière de l’identité » (p. 87), un facteur d’individuation typiquement occidental. C’est en étudiant sa régulation sociale, son invention par la science anatomique, et enfin le visage, que le corps s’est révélé à lui comme une intelligence du monde. Puis il découvre les travaux de David Howes, et s’intéresse à la douleur et à ses implications sensorielles, ce qui lui permet d’aborder tout un corpus de sensations qui dépassent le cadre conventionnel des cinq sens. Il qualifiera alors les sensations de « relations symboliques au monde » (p. 96), légitimant leur observation anthropologique – bien que son propre parcours académique ait souvent souffert de l’innovativité de ses recherches.

8Georges Vigarello a connu les mêmes difficultés avec son étude du corps orientée vers la sensibilité interne. Si la sensibilité externe naît des stimuli corporels, la sensibilité interne module pour sa part le corps en fonction des intentions. Elle renvoie au schéma corporel : la façon dont on se représente son propre corps et les implications de cette représentation en termes de posture et de mouvement. Toute conception de soi influe sur le corps qu’on donne à voir, d’où la question – pour lui essentielle – de l’apparence, car elle recouvre celle de la mise en scène du corps en société. Par conséquent, le corps est un facteur d’individuation, sur lequel repose la théorie de la sensibilité intérieure. Et cette approche résonne en écho avec les descriptions sensitives par lesquelles Balzac, Zola, ou encore Proust construisirent les caractères et les identités sociales de leurs personnages. De fait, selon Georges Vigarello il faudrait donc préférer l’étude de l’intériorité – plus englobante – à celle du corps seul, si tant est que la mise en scène de la sensitivité corporelle repose sur une sensibilité interne. Mais, face à ses travaux, l’incompréhension reste souvent de mise.

9L’intérêt de ce livre est certain, et sa lecture passionnante. La forme du recueil d’entretiens s’avère dynamique et vivante, susceptible d’intéresser un lectorat allant du spécialiste au néophyte. Bien que biaisées par l’exercice lui-même, ces rétrospectives relatent des parcours aussi personnels que partagés. Ces pionniers ont su porter une attention véritablement nouvelle au monde, malgré le poids du dualisme sur leurs travaux – en termes d’isolement et de méconnaissance notamment. Ils ont osé réorienter leurs recherches initiales pour reconnaître la dimension sensorielle en filigrane du rapport rationnel de l’homme au réel – et il est assez exaltant de retrouver derrière ces grands noms des tâtonnements et des intuitions que l’on a pu soi-même partager. Dans leurs parcours se reflète la nature protéiforme des études sensorielles. Et outre cette vue d’ensemble, le ton sans prétention des entretiens met aussi en valeur ce jeune courant de recherche. En remontant aux origines du sensory turn, en dispensant des explications claires, concises et vivantes, c’est l’intérêt de ce nouveau rapport au monde qui, de fil en aiguille, s’affirme sans conteste. Toutefois le regard que portent ces grands noms sur leur courant en plein essor n’illustre pas seulement l’ouverture de certaines disciplines – comme l’histoire – au sensoriel, mais aussi les difficultés qui subsistent ailleurs.

10Et quelques réticences cependant, car – outre quelques coquilles – une certaine frustration demeure. Certes, le but était de faire une courte introduction à la collection « univers sensoriels et sciences sociales », mais on peut pointer deux lacunes du corpus. D’une part, l’absence de voix d’artistes qui, comme l’admet Marie-Luce Gélard, portent pourtant un regard autre sur la matière sensorielle, la modulent pour jouer avec le réel. D’autre part, une pluridisciplinarité restreinte. Historiens, anthropologues et sociologues, oui ! Mais qu’en est-il des autres théoriciens, architectes ou musicologues, Raymond Murray Schaefer le premier, sans qui des concepts tels que celui de paysage sonore n’auraient pas vu le jour ? En outre, on aurait pu donner la parole aux jeunes chercheurs pour évaluer la réception des textes fondateurs et cerner les contours d’une institutionnalisation. Il reste donc suffisamment à dire pour meubler cette collection en devenir.

11Quoi qu’il en soit, on ne peut que louer les prises de parole limpides des pionniers du sensoriel. La richesse de leurs parcours et de leurs questionnements, de même que – s’il fallait encore la défendre – la légitimité des études sensorielles, sont ici clairement mis en valeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Emmanuelle Torres, « Marie-Luce Gélard, Les sens en mots », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 17 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24723

Haut de page

Rédacteur

Marie-Emmanuelle Torres

Doctorante en histoire byzantine et musique à l’université d’Aix-Marseille

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page