Navigation – Plan du site

Daniel Cérézuelle, « Bernard Charbonneau » ou la critique du développement exponentiel

Zoé Ginter
Bernard Charbonneau ou la critique du développement exponentiel
Daniel Cérézuelle, Bernard Charbonneau, Bernard Charbonneau ou la critique du développement exponentiel, Lyon, Le Passager Clandestin, coll. « Les précurseurs de la décroissance », 2018, 108 p., ISBN : 978-2-36935-095-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charbonneau Bernard, Le système et le chaos (1973), Paris, le Sang de la Terre, 2012 (p. 7).

1En expliquant dès 1973 que « la croissance technique et économique indéfinie est à la fois le fait et le dogme fondamental de notre temps »1, Bernard Charbonneau a toute sa place dans la collection « les précurseurs de la décroissance » dirigée par Serge Latouche. Cette initiative éditoriale a pour objectif de présenter l’œuvre de penseurs ayant nourri des réflexions critiques autour de la croissance et du productivisme, afin d’aller au-delà des représentations caricaturales que les théories de la décroissance véhiculent. Longtemps restée dans l’ombre, l’œuvre de Bernard Charbonneau (1910-1996) connaît un regain d’intérêt timide. Daniel Cérézuelle, philosophe et sociologue, continue de combler ce vide et nous propose une relecture de la pensée de Charbonneau dans un format concis, mais riche. Cet ouvrage consacré à un des pionniers de l’écologie politique et critique de la modernité suit le format type de la collection ; on y retrouve une analyse de l’œuvre par un·e spécialiste, puis une sélection de textes.

  • 2 Inspiré du philosophe Max Scheler, et notamment diffusé en France par Emmanuel Mounier à travers la (...)

2La première partie de l’ouvrage met en rapport les écrits de Charbonneau avec la théorie de la décroissance. Une courte biographie permet tout d’abord d’éclairer le cheminement intellectuel de cet agrégé d’histoire et de géographie ainsi que son positionnement original. Des Directives pour un manifeste personnaliste2, écrites à 25 ans avec son ami Jacques Ellul, aux articles publiés dans des revues écologistes en passant par son engagement pour la préservation de la côte aquitaine, on en apprend davantage sur son goût du voyage, ses expériences de l’autonomie ou encore sur son attachement aux paysages ruraux. Charbonneau découvre ainsi progressivement les contraintes normatives qui pèsent sur les individus, convaincu que les progrès de l’organisation sociale menacent la liberté et la nature, deux thèmes qui lui sont chers et qui constitueront le fer de lance de ses travaux. Daniel Cérézuelle souligne par ailleurs sa solitude intellectuelle et politique dans l’après-guerre, probablement renforcée dans une organisation sociale qui fait la part belle « au progressisme triomphant et au culte du développement technique et économique et de la planification étatiste » (p. 21). Par la force des choses, ouvrage majeur rédigé dans les années 1940 et qui formalise le fil directeur de sa pensée, sera boudé par les éditeurs et diffusé de façon éparse dans un cercle restreint. L’œuvre de B. Charbonneau gagnera finalement en visibilité dans les années 1970 avec la (ré)émergence de la critique écologiste.

  • 3 Charbonneau Bernard, Le feu vert (1980), Lyon, Parangon, 2009 (p. 114).
  • 4 Charbonneau Bernard, Le système et le chaos (1973), Paris, le Sang de la Terre, 2012 (p. 289).

3Daniel Cérézuelle revient ensuite sur les grandes thématiques traitées par Charbonneau, notamment en lien avec la « critique du développement exponentiel » et plus largement avec les courants décroissants. Dès les années 1930, Charbonneau développe une conception de la croissance comme phénomène social, inextricablement lié à la technique. Dès lors, ses recherches seront consacrées à analyser ce qu’il appelle la « grande mue de l’Humanité » pour caractériser un processus historique que le concept de « révolution industrielle » ne permet pas de saisir pleinement. D’après D. Cérézuelle cette grande mue se définit « par la montée en puissance accélérée du pouvoir d’agir des hommes dans tous les domaines », et par un mouvement de « totalisation sociale » qui n’est pas l’apanage des régimes autoritaires (p. 27-30). Daniel Cérézuelle reste toutefois évasif sur ces points. Malheureusement, le format de la collection ne permet pas de rentrer dans les détails ou d’offrir une analyse approfondie, mais l’auteur aborde à travers l’œuvre de Charbonneau des thématiques variées : la prolétarisation, les coûts sociaux et écologiques de la croissance, l’aliénation, l’uniformisation… On y retrouve également les doutes exprimés par Charbonneau concernant la possibilité des mouvements écologistes à s’émanciper des « tendances totalitaires du système techno-industriel »3. Finalement, l’auteur aborde succinctement les orientations préconisées par Charbonneau, en relevant deux principales : ralentir le développement technologique, notamment en mettant en place un contrôle social sur la technique et la science, puis stabiliser la croissance économique : « l’accent passerait des moyens économiques aux fins humaines »4. Le « comment ? » et « par qui ? » n’est néanmoins pas évoqué.

  • 5 Cérézuelle Daniel, Écologie et liberté. Bernard Charbonneau, précurseur de l’écologie politique, L (...)

4La seconde partie de l’ouvrage est constituée d’un choix de textes qui reprennent les thèmes abordés dans l’analyse. Même si les référencements manquent de précision, le choix est judicieux, mêlant expériences de terrains, extraits théoriques ou pamphlétaires, souvent appuyés empiriquement. On ne peut que souligner la fécondité et l’actualité de nombreuses de ses analyses dont le style à la fois laconique et poétique peut surprendre. L’extrait intitulé « la croissance est sa propre fin » (p. 67-72), teinté d’ironie, en est un bon exemple. Charbonneau y aborde la « mystique de la production » et de l’expansion économique dont nos sociétés peinent à se défaire. Dans cet ouvrage, enrichi par des citations et extraits commentés, Cérézuelle donne finalement à voir l’unité d’une œuvre protéiforme. Pour l’auteur, cette unité se retrace dès ses intuitions de jeunesse sur la surorganisation sociale. Charbonneau n’a alors eu de cesse de dénoncer la dictature du progrès technique et économique. Finalement, ce petit livre ne manquera pas d’intéresser un public large et d’apporter des pistes de réflexions pertinentes à celles et ceux qui s’interrogent, bien sûr sur la décroissance, mais aussi plus largement sur la technique et les enjeux sociaux et écologiques de notre temps. On regrettera néanmoins que Cérézuelle n’évoque pas certaines « faiblesses » de l’œuvre de Charbonneau qu’il aborde pourtant dans son ouvrage Écologie et liberté5, auquel les lecteurs pourront se référer. On peut mentionner à ce titre le manque de définition de nombreux concepts employés par Charbonneau. On aurait également apprécié des éléments supplémentaires concernant la réception, passée et actuelle, de l’œuvre de Charbonneau. Ces remarques n’enlèvent rien au mérite de l’ouvrage qui s’adapte au format de la collection. Si l’objectif était d’introduire à la pensée de Charbonneau, de mettre en lumière ses réflexions avant-gardistes et de souligner la contribution de son œuvre à la théorie de la décroissance, le pari est tenu.

Haut de page

Notes

1 Charbonneau Bernard, Le système et le chaos (1973), Paris, le Sang de la Terre, 2012 (p. 7).

2 Inspiré du philosophe Max Scheler, et notamment diffusé en France par Emmanuel Mounier à travers la revue Esprit, le personnalisme est un mouvement intellectuel proposant une troisième voie, entre capitalisme et socialisme, en s’appuyant sur la primauté de la personne et l’action responsable. Charbonneau finira par s’en désolidariser.

3 Charbonneau Bernard, Le feu vert (1980), Lyon, Parangon, 2009 (p. 114).

4 Charbonneau Bernard, Le système et le chaos (1973), Paris, le Sang de la Terre, 2012 (p. 289).

5 Cérézuelle Daniel, Écologie et liberté. Bernard Charbonneau, précurseur de l’écologie politique, Lyon, Paragon, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zoé Ginter, « Daniel Cérézuelle, « Bernard Charbonneau » ou la critique du développement exponentiel  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 24 mai 2018, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24733

Haut de page

Rédacteur

Zoé Ginter

Doctorante en géographie à l’Université Bordeaux Montaigne (UR ETBX et UMR PASSAGES).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page