Navigation – Plan du site

Jean-Yves Authier, Anaïs Collet, Colin Giraud, Jean Rivière, Sylvie Tissot (dir.), Les bobos n’existent pas

Thibaud Morin
Les bobos n'existent pas
Jean-Yves Authier, Anaïs Collet, Colin Giraud, Jean Rivière, Sylvie Tissot (dir.), Les bobos n'existent pas, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Sociologie urbaine », 2018, 208 p., ISBN : 9782729709341.
Haut de page

Texte intégral

1Dans la suite de journées d’étude organisées en 2012, les auteur·e·s de cet ouvrage reviennent sur la genèse et les usages profanes, politiques et médiatiques de la catégorie de « bobos ». Dans une perspective attentive aux relations à l’espace qu’entretiennent des groupes sociaux inégalement dotés en ressources, les auteur·e·s des six chapitres récusent l’idée selon laquelle cette catégorie permet de décrire et d’expliquer le monde social. L’objectif affiché est plutôt de rappeler « l’apport critique et subversif des sciences sociales » à une meilleure compréhension de ces relations ainsi que « la complexité des processus sociaux » masquée par la notion de « bobos » dont l’usage « passe sous silence l’hétérogénéité des populations, la diversité des processus et des pratiques » (p. 14). Pour ce faire, les trois premiers chapitres portent sur la circulation de la catégorie, la politisation dont elle fait l’objet dans les médias en France et sur les agents qui la mobilisent. Dans les trois derniers chapitres, l’attention est portée sur le processus de gentrification du point de vue des agents qui y participent et des populations qui ont vu leur quartier être transformé. Cette analyse du processus de gentrification est complétée par une étude de l’évolution de la morphologie sociale de la métropole parisienne. En fin d’ouvrage, la restitution de deux tables rondes entre chercheurs·ses en sciences sociales, journalistes et participant·e·s aux journées d’étude permet de confronter la production des travaux scientifiques sur les classes sociales et leur appropriation par les professionnels de l’information.

  • 1 David Brooks, Bobos in Paradise: The New Upper Class and How They Got There, New York, Simon & Schu (...)
  • 2 Maurice Halbwachs pointait déjà l’intérêt que les sociologues ont à étudier les groupes nationaux p (...)
  • 3 Renaud, « Les bobos », Rouge Sang, Virgin Music, 2006.

2En 2000, l’ouvrage du journaliste américain David Brooks1 reprend l’idée selon laquelle la fin de la Guerre Froide a favorisé la réconciliation de l’élite qui était auparavant divisée entre conservateurs et liberals, des ancien·ne·s militant·e·s plutôt à gauche qui auraient retrouvé la raison et laissé les idéologies derrière. Il s’agit de la première production éditoriale où la catégorie de « bobos » est mobilisée pour décrire cette population qui, en plus de présenter une convergence politique inédite, serait homogène du point de vue de ses pratiques de consommations. Pour l’auteur, les États-Unis auraient été le théâtre de l’émergence d’un nouveau groupe caractérisé par son mode de vie plutôt que par sa place dans la hiérarchie sociale. Sylvie Tissot souligne cependant que cette lecture des reconfigurations des relations entre groupes sociaux s’appuie plus sur des anecdotes que sur des données construites empiriquement. L’étude du livre de Brooks et de sa production montre que la genèse de la catégorie de « bobos » se comprend au regard de la lutte pour « le monopole de la production des idées » (p. 24) entre des néoconservateurs, dont le journaliste fait partie, et une fraction de l’élite plus progressiste qu’il nomme « bobos ». Cette lutte s’illustre dans son ouvrage par la disqualification des mobilisations politiques comme les revendications liées à la redistribution sociale ou à l’antiracisme. Le rapport entre classes sociales et espace étant spécifique selon les contextes nationaux2, il convient aussi de considérer la réception française de la catégorie de « bobos », d’autant plus qu’elle n’a aucune postérité outre-Atlantique. C’est ce que propose Colin Giraud à partir du cas de Renaud. Dans son morceau « Les bobos3 », le chanteur se livre au même exercice de critique de ces populations qui entretiennent une tension entre valeurs et pratiques. En accord avec le reste de son travail artistique, il brosse le portrait satirique d’un groupe social urbain : une nouvelle fois la catégorie de « bobos » est mobilisée pour discréditer les préoccupations de privilégié·e·s qui se détourneraient des enjeux contemporains. Pourtant, par son origine et sa position sociales, le chanteur français se trouve lui aussi socialement proche de ce groupe qu’il critique et, en dernier ressort, les classes populaires restent parlées plutôt qu’elles ne parlent.

3Le chapitre d’Anaïs Collet et Jean Rivière nous renseigne sur les usages médiatiques de la catégorie de « bobos » en France à partir de l’étude d’un corpus de productions journalistiques et d’un travail de synthèse des travaux sociologiques portant sur la question. Concomitante à l’apparition de la catégorie aux États-Unis, la première diffusion du terme se fait pour décrire un style de vie et le tourner en dérision, tout en entretenant la confusion entre classes sociales : avec cette catégorie, les journalistes n’ont pas à parler de niveaux de revenus et peuvent se contenter de décrire des pratiques culturelles sans en expliciter leurs conditions sociales de production. La fin des années 2000 marque la politisation de la catégorie dans les débats : le nombre d’occurrences de « bobos » augmente dans la presse au moment des élections présidentielles et municipales. Les « bobos » sont définis par les représentants politiques comme « sociologiquement à droite mais politiquement à gauche » et seraient « coupés de la réalité et des difficultés du peuple » (p. 52), un portrait que le Front National complète en leur attribuant une bonne volonté pour l’immigration. De cette manière, de nouveaux principes de divisions du monde social s’imposent dans le débat politique et sont repris par plusieurs représentant·e·s des différents partis politiques. Finalement, la mobilisation de la catégorie de « bobos » dans les champs médiatique et politique déplace le débat en termes de classes sociales vers la critique des individus dotés en capital économique qui se mobilisent pour certaines causes comme l’écologie, le féminisme ou l’antiracisme. Les auteur·e·s concluent en soulignant que cela n’est possible qu’au prix de l’invisibilisation de rapports de domination pourtant bien à l’œuvre au sein même de cette lutte pour la définition des termes du débat.

  • 4 Il ne s’agit pas de la première enquête d’Anaïs Collet sur ce terrain : le Bas-Montreuil est l’un d (...)

4Anaïs Collet et Jean-Yves Authier posent ensuite la question de l’usage de la catégorie de « bobos » chez les gentrifieur·se·s du quartier du Bas-Montreuil4 et celui des Batignolles dans le 17e arrondissement parisien. Au cours des entretiens, les enquêté·e·s se réfèrent aux pratiques de consommation et résidentielles (les « bobos » sont les nouveaux arrivants du quartier) et l’association entre espace et groupe social est aussi soulignée (certains commerces sont qualifiés de « bobos ») mais ce sont les habitant·e·s du quartier gentrifié depuis plus longtemps qui tendent à recourir à la catégorie pour se décrire. Derrière l’homogénéité prêtée à cette population des quartiers gentrifiés dans le champ médiatique, les auteur·e·s repèrent les lignes qui séparent socialement différents groupes de gentrifieur·se·s. D’un côté, une ligne générationnelle qui différencie à la fois les générations qui ont pris part au processus de gentrification des autres et les générations socialisées dans des configurations sociales-historiques différentes (qui entraînent des visions différentes du monde social et donc une perception différenciée de l’action des gentrifieur·se·s). De l’autre, une opposition entre les salarié·e·s des services publics et les indépendant·e·s des professions artistiques ; les premier·ère·s reprochant aux second·e·s d’être trop peu attentif·ve·s aux rapports sociaux dans le quartier.

5En partant d’une enquête sur un quartier grenoblois où les habitant·e·s présentent des propriétés sociales similaires à celles qui sont prêtées à la catégorie politico-médiatique de « bobos », le chapitre rédigé par Matthieu Giroud prend à rebours la démarche esquissée depuis le début de l’ouvrage. Au regard d’un processus décrit en trois temps (industrialisation, désindustrialisation, refonte du quartier), le sociologue s’intéresse aux perceptions profanes de la gentrification et à la non-circulation de la catégorie de « bobo » auprès des populations « déjà là ». L’enquête permet de constater que les critères de classement mobilisés par les agents sont différents de ceux présents dans le champ médiatique : à une focale sur les modes de vie se substitue une attention aux catégories socio-économiques (classes, âge, diplôme, sexe). L’auteur rappelle ainsi que la gentrification comme éviction des classes populaires de leur quartier par l’arrivée les classes moyennes et supérieures n’est pas le seul processus en œuvre, l’embourgeoisement de l’ensemble de la population de ces quartiers doit aussi être considéré. Vont dans ce sens les actions des habitant·e·s déjà là qui prennent part à la transformation du quartier, favorisant notamment l’ouverture de commerces ou la valorisation de biens immobiliers. À l’aide d’une définition des classes moyennes qui s’appuie sur un recodage des catégories socioprofessionnelles et prend en compte leurs rapports aux classes supérieures et populaires, Edmond Préteceille interroge ce qui se joue dans les transformations sociales de l’aire urbaine parisienne. Sur la période allant de 1990 à 2013, il remarque une certaine stabilité de la ségrégation sociale et prend alors comme autres critères l’origine sociale et nationale. Ses résultats l’amènent à considérer que, si derrière le processus de gentrification se trouve bien l’arrivée de nouveaux groupes sociaux, il faut aussi prendre en compte l’importance de la mobilité sociale des populations déjà résidentes sans oublier les reconfigurations genrées des professions et les relations entre générations.

  • 5 Que ce soit David Brooks aux États-Unis ou certain·e·s journalistes français·e·s, des styles de vie (...)

6Les deux tables rondes retranscrites en fin d’ouvrage rapportent les discussions entre chercheur·se·s en sciences sociales et journalistes autour de la circulation des catégories scientifiques dans le champ médiatique et celles sur la diffusion des travaux de recherche. Dans la continuité des précédents chapitres, ces échanges permettent de revenir sur la non-circulation des travaux sociologiques. La mobilisation d’une catégorie comme celle des « bobos » témoigne avant tout d’un appauvrissement de la description et de l’explication du monde social : les modes de vie ne sont pas mis en relation avec les propriétés sociales des agents5 et l’usage de la catégorie de « bobos » se fait aux dépens de catégories plus fines comme celle de gentrificateurs pour comprendre nos sociétés contemporaines, des catégories forgées en confrontation avec des travaux empiriques qui s’inscrivent dans une perspective de cumulativité de la science.

7Au-delà de l’étude de la genèse et des usages d’une catégorie médiatique et politique, cet ouvrage collectif affirme à nouveau que les relations entre espace physique et espace social gagnent à être considérées pour comprendre les transformations des différents groupes sociaux et de leurs pratiques et ce que ces reconfigurations font aux quartiers et aux villes. Les différentes contributions rappellent le travail de réflexivité nécessaire pour que la sociologie se dote d’objets de recherche autonomes : il s’agit d’interroger les usages de certaines catégories, plus encore de celles imposées par le champ médiatique. L’objectif de l’ouvrage initialement affiché, à savoir la démonstration des apports de la sociologie pour aller contre le sens commun et mieux comprendre le monde social, est aussi rempli. En effet, c’est l’intérêt que portent les sociologues aux processus de gentrification ou d’embourgeoisement et à l’évolution de la morphologie sociale des quartiers qui permet de rendre compte de la transformation de certains espaces urbains. Ce que ne permet pas l’usage d’une catégorie sociologiquement pauvre comme celle de « bobos », qui reste une catégorie qui en dit plus sur les agents qui la mobilisent que sur ceux qu’elle est censée décrire.

Haut de page

Notes

1 David Brooks, Bobos in Paradise: The New Upper Class and How They Got There, New York, Simon & Schuster, 2000.

2 Maurice Halbwachs pointait déjà l’intérêt que les sociologues ont à étudier les groupes nationaux pour comprendre la construction des classes sociales. Voir Maurice Halbwachs, Les classes sociales, éd. Gilles Montigny, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2008.

3 Renaud, « Les bobos », Rouge Sang, Virgin Music, 2006.

4 Il ne s’agit pas de la première enquête d’Anaïs Collet sur ce terrain : le Bas-Montreuil est l’un des deux quartiers, avec celui de la Croix-Rousse à Lyon, sur lesquels porte sa thèse et l’ouvrage qui en est issu Rester bourgeois. Les quartiers populaires, nouveaux chantiers de la distinction, Paris, La Découverte, 2015 ; compte rendu de Laure Ferrand pour Lectures : http://lectures.revues.org/17734.

5 Que ce soit David Brooks aux États-Unis ou certain·e·s journalistes français·e·s, des styles de vie, des pratiques culturelles ou des modes de consommation sont évoqués sans jamais se référer à la différenciation sociale de ces pratiques pourtant relevée au moins depuis Pierre Bourdieu. Pierre Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, coll. « Le sens commun », 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaud Morin, « Jean-Yves Authier, Anaïs Collet, Colin Giraud, Jean Rivière, Sylvie Tissot (dir.), Les bobos n’existent pas », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 26 mai 2018, consulté le 22 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24736

Haut de page

Rédacteur

Thibaud Morin

Étudiant en première année de master de sociologie à l’EHESS.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page