Navigation – Plan du site

Calvin Schermerhorn, The Business of Slavery and the Rise of American Capitalism, 1815-1860

Damien Larrouqué
Business of Slavery and the Rise of American Capitalism, 1815–1860
Calvin Schermerhorn, Business of Slavery and the Rise of American Capitalism, 1815–1860, New Haven, Yale University Press, 2015, 336 p., ISBN : 9780300192001.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Piketty Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, p. 250-258.

1Comme son titre l’explicite, ce livre défend la thèse selon laquelle l’esclavage, plus qu’aucune autre activité, a contribué à l’essor du capitalisme aux États-Unis durant la première moitié du XIXe siècle. Pour le lecteur non spécialiste, il vient conforter l’hypothèse soulevée et partiellement étayée par Thomas Piketty dans l’ouvrage qui l’a rendu célèbre1. Au demeurant, ainsi qu’en témoigne l’abondante bibliographie utilisée à l’appui de sa réflexion, Calvin Schermerhorn n’est en rien le premier historien à s’intéresser à la question. Toutefois, l’originalité de son travail repose d’une part sur l’objet de son analyse, ou plus précisément sur la focale au prisme de laquelle étudier le business de l’esclavage, et d’autre part sur le mode de restitution adopté par l’auteur: des récits de vie plutôt que des données empiriques. Ainsi, il s’intéresse tout particulièrement aux déplacements forcés des hommes et aux flux des capitaux entre les États du Nord et ceux du Sud, qu’il appréhende au gré des évolutions technologiques en matière de transport (fluvial, de cabotage, ferré, etc.) et à l’aune de la modernisation du système bancaire. Pour ce qui est de la forme, l’ouvrage emprunte une approche que l’on pourrait se risquer à qualifier d’« histoire incarnée », dans le sens où il raconte la grande Histoire à la lumière de plusieurs trajectoires individuelles reconstruites à partir d’un minutieux travail d’archives (Durham, Washington DC, Philadelphie, Fort Worth, Nouvelle Orléans, Chapel Hill). Chaque chapitre suit ainsi un ou plusieurs protagonistes (marchands d’esclaves, armateurs, financiers, grands propriétaires terriens, journalistes, esclaves affranchis, etc.) et peut être lu de manière indépendante. Au nombre de sept, ils composent ensemble une fresque chronologique s’étendant des années 1810 aux années 1860.

2Fondamentalement, l’auteur entend remettre en question la distinction trompeuse entre « un Nord libre et un Sud esclave » (p. 4). Il démontre que c’est grâce aux crédits fournis par les financiers installés dans les États du Nord que les marchands d’esclaves ont bâti la prospérité des États du Sud. D’après Calvin Schermerhorn, le principe de la dette (dérivée du crédit), la circulation fiduciaire et le développement des transports ont favorisé l’essor conjoint de l’esclavage et du capitalisme. Pour l’auteur, « le capitalisme et l’esclavage se sont constitués mutuellement, sans pour autant que tous les capitalistes soient des esclavagistes et tous les esclavagistes, des capitalistes » (p. 2). Quand bien même l’origine de l’esclavage se confond avec celle de l’humanité, cette ignominieuse entreprise n’a alors plus rien d’archaïque. Telle que pratiquée aux États-Unis durant la première moitié du XIXe siècle, elle constitue un « système esclavagiste », dont l’auteur souligne la sophistication. Il insiste ainsi sur son fonctionnement en réseaux (multiplicité des acteurs) et son interconnexion avec des activités beaucoup plus traditionnelles ou moins polémiques (comme la banque, la poste, le commerce transatlantique ou le stockage et approvisionnement de certaines denrées). Il met aussi en exergue la capacité d’un tel système à nouer des relations incestueuses avec le monde politique (notamment sous la présidence d’Andrew Jackson ou lors des prospections, à partir des années 1850, pour la constitution d’un canal interocéanique, préludes aux futures républiques bananières d’Amérique centrale). En somme, au-delà de la dimension économique et sociale, l’esclavage a influencé et même structuré le cours de l’histoire politique et géopolitique des États-Unis.

3Pour le lecteur découvrant le sujet, le livre fourmille d’éléments intéressants, dont il est difficile de dresser un inventaire précis. On y apprend notamment que le prix des esclaves étaient initialement corrélé à celui des biens que leur asservissement produisait (essentiellement du sucre et du coton), jusqu’à qu’ils ne deviennent, au milieu du XIXe siècle, des marchandises comme les autres. Non seulement les esclaves pouvaient être hypothéqués et transmis en héritage, mais ils faisaient aussi l’objet de spéculation. Ainsi, le boom sur les marchés du Sud fut si intense que des journaux, échaudés par la panique financière de 1857, titraient alors sur les risques liés à la « fièvre nègre » (The Negro Fever, p. 235).

4En termes chiffrés, l’auteur estime qu’entre 2,5 et 3,2 millions de travailleurs noirs vivaient sous le joug de l’esclavage dans les années 1840. De surcroît, une loi fédérale de 1808 ayant interdit « l’importation » d’esclaves étrangers sur le sol des États-Unis, il affirme que le « kidnapping était indissociable de l’esclavage nord-américain » (p. 180). Citant notamment le récit autobiographique Twelve Years a Slave de Solomon Northup (1853) – adapté au cinéma par Steeve McQueen en 2013 –, l’auteur décrit avec horreur les razzias clandestines d’afro-descendants, effectuées dans les territoires du Nord. Jusqu’à la Guerre de Sécession (1861-1865), cette migration forcée Nord-Sud aurait représenté un million d’individus au total.

5Moins rapide voire plus dangereuse que la traversée transatlantique de la côte Est à Liverpool, la navigation de New York jusqu’à la Nouvelle Orléans coûtait entre 15 et 30 dollars par captif. Le prix de vente moyen d’un esclave voisinait les 500 dollars, variant de 300 dollars dans le New Jersey jusqu’à 800 dollars en Louisiane. Le système bancaire étant encore à ses balbutiements, la confiance dans les titres financiers était alors inversement proportionnelle à la distance de leur lieu d’émission. En conséquence, certains acheteurs à court de fonds pouvaient exiger un paiement à crédit sur 12 mois, à taux zéro. Les vendeurs ne s’offusquaient guère de ces conditions de transaction léonines, étant entendu qu’ils s’étaient procurés à moindre coût une « marchandise » illégalement asservie par des rabatteurs/ravisseurs sans foi ni loi, et qu’ils n’investissaient que rarement dans des traitements prophylactiques – l’auteur rapporte que le cholera, la variole ou encore la rougeole décimaient les rangs des captifs lors des transports. Du reste, les vendeurs se payaient également en nature en violant les jeunes femmes – là encore, les récits sont éprouvants. Il apparaît ainsi que « la violence sexuelle était partie intégrante du marché » (p. 191).

6L’auteur signale également que les esclaves pouvaient être maintenus en captivité dans des prisons d’État avant d’être envoyés dans le Sud ou d’être achetés au plus offrant. À Norfolk, par exemple, la détention durait en moyenne 120 jours. Les prisonniers qui étaient incapables de justifier de leur identité après avoir été kidnappés ou qui n’étaient pas réclamés en temps et en heure par leur « propriétaire » étaient vendus au bénéfice de l’État. Comble de cruauté, les prisons étaient les uniques lieux de la jeune République américaine où il n’existait pas de ségrégation entre les Blancs et les Noirs, ni surtout entre les hommes et les femmes, lesquelles étaient victimes (encore et toujours) de violences sexuelles.

7Bref, c’est au fil des pérégrinations, à l’aune des transactions et à travers les coups-bas que se livrent les protagonistes que l’auteur distille des informations pertinentes sur l’horreur du système esclavagiste, donnant ainsi une épaisseur presque dramatique à son récit. En quelque sorte, la vile histoire sert la Grande. Intéressant à bien des égards, l’ouvrage se lit comme un roman, dont il adopte d’ailleurs la structure (absence d’intertitres dans les chapitres ou de graphiques, mais présence d’illustrations iconographiques). L’auteur s’en remet en outre à des métaphores audacieuses – il assimile par exemple le système esclavagiste à un organisme humain (p. 106-107) – et use parfois de comparaisons cocasses – lorsqu’il évalue la taille d’une embarcation à celle « d’un airbus A 330 » (p. 205), ou précise que l’ambition des Texans était « aussi grande que les portions de viande qu’ils avalaient au petit-déjeuner » (p. 223). Il n’en reste pas moins vrai que ce livre est dense et demeure complexe. Le vocabulaire est précis et le niveau de langue très soutenu. Pour les lecteurs non bilingues – dont je fais partie –, cette lecture nécessite de conserver à portée un dictionnaire ou un traducteur informatique.

Haut de page

Notes

1 Piketty Thomas, Le capital au XXIe siècle, Paris, Seuil, p. 250-258.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Calvin Schermerhorn, The Business of Slavery and the Rise of American Capitalism, 1815-1860  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 28 mai 2018, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24739

Haut de page

Rédacteur

Damien Larrouqué

ATER à Paris 2 Panthéon-Assas, docteur associé au CERI-Sciences Po.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page