Navigation – Plan du site

Rémi Beau et Catherine Larrère (dir.), Penser l’anthropocène

Gilles Pinte
Penser l'anthropocène
Rémi Beau, Catherine Larrère (dir.), Penser l'anthropocène, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, 554 p., ISBN : 9782724622102.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit des contributions de chercheurs d’horizons multiples ; il fait suite à un colloque international tenu en 2015 au Collège de France : « Comment penser l’Anthropocène ? ». La notion d’Anthropocène, développée par le géochimiste Paul Crutzen il y a une vingtaine d’années, prend en compte les activités humaines comme facteurs de changements de l’histoire géologique à travers l’augmentation des taux de CO2 et de méthane. Pour les coordinateurs de cet ouvrage, cette notion légitime une nouvelle catégorisation du temps planétaire qui succède à l’Holocène. L’anthropisation de la Terre a atteint un seuil critique qui va jusqu’à mettre en péril l’avenir de l’humanité, ce qui donnerait raison à Lévi-Strauss dans sa conclusion de Tristes tropiques : « Le monde a commencé sans l’homme et il s’achèvera sans lui ». Cette nouvelle époque géologique popularisée au début des années 2000 est à distinguer de la période précédente, l’Holocène, par le fait que cette dernière était marquée par une stabilité relative de la composition de l’atmosphère terrestre. Crutzen n’a pas réduit son concept à la seule question de l’augmentation du climat mais l’a élargi aux problématiques de la biodiversité planétaire.

2Pour les auteur.es de cet ouvrage, l’étude de l’Anthropocène semble se soustraire aux partages disciplinaires entre sciences de la nature, de la physique et de la Terre et sciences humaines et sociales : « Pour la première fois dans l’histoire de la planète, une époque géologique serait définie par la capacité d’action d’une espèce, l’espèce humaine. C’est ainsi que se dessine le grand récit de la rencontre entre l’histoire sociale des hommes et l’histoire naturelle de la planète » (Beau et Larrère, p. 8). Le concept d’Anthropocène, en tant qu’objet social, permet d’analyser l’évolution des sociétés humaines au regard du temps long de l’histoire. Il permet également, à travers le prisme de la régulation des changements climatiques et du maintien de la biodiversité, de repenser des champs entiers des sciences humaines et sociales : l’économie, le droit international, l’histoire, les sciences politiques ou encore la philosophie.

3L’ouvrage est structuré en quatre grandes parties. La première partie, intitulée « récits et contre-récits anthropocéniques », facilite la compréhension des débats et des controverses qui permettent de donner aux transformations en cours le nom d’Anthropocène. En effet, les débats sont nombreux entre géologues eux-mêmes sur ce changement hypothétique d’ère climatique et entre chercheurs des sciences humaines et sociales. Les auteurs en appellent à une nouvelle pensée politique et à une nouvelle philosophie de l’histoire pour tenter de lutter contre l’irréversibilité de dégâts causés à la planète. Cette partie est intéressante puisqu’il est question de définir une typologie des causes de l’Anthropocène et d’interroger la datation précise de l’entrée dans l’Anthropocène. Faut-il retenir comme date le début de l’agriculture et de l’élevage, c’est-à-dire 12 000 ans avant J.-C., 1784, date de l’invention de la machine à vapeur, ou encore le milieu du XXe siècle ? Le débat continue lorsqu’il s’agit de définir le responsable des changements climatiques : l’espèce humaine dans son ensemble ou « une clique d’hommes britanniques blancs et leurs moteurs à vapeur » (Hamilton, p. 40).

4Les problématiques géoclimatiques abordées le sont aussi à travers le prisme d’un questionnement sur le capitalisme, le rapport à la technique, la géopolitique et le féminisme. Par exemple, Emilie Hache analyse la position des féministes face au concept d’Anthropocène et propose une vision écoféministe, non apocalyptique, multispéciste et non viriliste de l’Anthropocène : « L’idée que l’émancipation des femmes suit le progrès du capitalisme est tout à fait erronée. Le capitalisme est structurellement patriarcal et constitue une défaite historique pour les femmes qui n’ont jamais été aussi pauvres ni n’eurent jamais aussi peu de libertés » (Hache, p. 116). La révolution industrielle et le ticket d’entrée dans l’Anthropocène, précise Emilie Hache, se sont fait au détriment des femmes. Ce traitement des femmes s’est doublé d’une nouvelle éthique des sciences modernes à l’égard de la nature, dont l’allégorie est souvent féminine ou maternelle. Ainsi la nature va devenir pour les hommes, avec le développement du capitalisme au XIXe siècle, un objet d’exploitation et de domination. Il faut donc, pour penser et espérer un avenir, sortir du système qui a valorisé un héros masculin et conquérant : « Nous ne nous battons pas pour la nature, mais nous sommes la nature qui se défend » (Hache, p. 122).

5Comment « habiter la Terre à l’âge de l’Anthropocène » ? Cette deuxième partie nous invite à repenser les manières de co-habiter l’espace, de fonder des équilibres entre la personne, les communautés humaines et l’environnement animal et végétal. Qu’apprendre ou que ré-apprendre des peuples autochtones, comment respecter les équilibres de la biodiversité ? Michel Lussault, par exemple, constate notre difficulté à ne pas voir la vulnérabilité des espaces habités ; cet aveuglement étant en partie dû aux croyances économiques liées à la croissance et aux certitudes liées à l’ingénierie de construction. Il propose une transposition de la problématique du care aux espaces de vie anthropocènes, c’est-à-dire aux différentes formes d’habitats humains, à travers les différentes valeurs de prévenance, de responsabilité, d’attention éducative, d’attention aux besoins des autres.

6La troisième partie questionne les méthodes scientifiques qui produisent de la connaissance sur l’Anthropocène. Cette partie, « Sciences, histoire et épistémologie », interroge notamment la possible disparition de l’homme de la Terre. L’article de Bernadette Bensaude Vincent et Sacha Loeve, « Penser carbone » analyse le caractère dual de la valeur du carbone et l’importance de prendre en compte sa double nature : « Nous sommes les obligés du carbone, qui fournit le squelette moléculaire de tout vivant sur Terre ainsi que l’énergie qu’on dépense sans y penser » (Bensaude et Loeve, p. 388). Pour les auteur.es, il faut « penser carbones au pluriel » et pas seulement la conception du carbone fossilisé servant à produire de l’énergie : « Les multiples modes d’existence du carbone nous apprennent justement qu’il n’y a pas un temps unique. Non seulement notre vision linéaire du temps s’accommode mal du temps cyclique du carbone au travers des sols, de l’atmosphère, des océans et du vivant, mais aussi elle esquive les effets intriqués et parfois antagonistes des cycles de carbone » (Bensaude et Loeve, p. 376). Il faut aussi prêter attention aux diverses identités et temporalités des êtres qui partagent la Terre avec nous.

7La dernière partie soulève la question des modalités d’action collective pour accompagner le changement global. Les auteur.es interrogent le triptyque « Politique, droit et morale ». L’épineuse question de la faible capacité du droit international à réguler les politiques économiques ou industrielles liées aux problématiques de l’Anthropocène est posée. Bronwyn Lay, dans sa contribution « Violence matérielle et droit », traite de l’insuffisance juridique devant les violences écologiques. Ces violences devraient amener le droit à évoluer afin de répondre à la gravité et à la vitesse des dommages créés à l’environnement. L’auteure développe également la notion d’écocide, qu’elle définit comme « la dégradation à grande échelle ou la destruction d’un paysage naturel, la perturbation ou la perte d’écosystèmes d’un territoire donné dans des proportions telles que la survie des habitants ou de ce territoire est mise en danger » (Bronwyn, p. 422). Elle prône l’introduction de lois sur l’écocide afin de développer une jurisprudence internationale et à mieux définir les actes de violence et les dommages écologiques.

8L’intérêt de ces contributions est d’offrir une palette de réflexions sur notre capacité à infléchir les dérèglements écologiques provoqués par les activités humaines. Cet ouvrage véritablement transdisciplinaire peut permettre un dialogue fécond entre les scientifiques des sciences de la vie et de la Terre et ceux des sciences humaines et sociales.

9La question finale des enjeux de l’Anthropocène est finalement la suivante : sommes-nous capables de manière collective de redéfinir des modèles d’action politique, écologique et juridique pour enrayer les dégradations climatiques et écologiques que nous avons commencé à provoquer. L’ouvrage est dense (4 parties, 30 chapitres et 38 auteurs) tout en étant très bien organisé et présenté. Des questionnements très intéressants sont traités dans les contributions. L’humanité doit-elle se préparer à vivre sur une planète de moins en moins habitable ? Quelles sont les limites à l’expansion de notre espèce ? L’Anthropocène est-elle le fait de l’espèce humaine ou d’un système économique, c’est-à-dire du capitalisme ? Ne devrait-on pas plutôt parler de Capitalocène ou de Technocène ? Deux articles nous y invitent : celui de Clive Hamilton, « Vers une philosophie de l’histoire de l’Anthropocène », et celui d’Alf Hornborg, « La magie mondialisée du Technocène », qui vise à privilégier le prisme de l’histoire du capitalisme plutôt que celui de l’évolution de la race humaine pour comprendre ce phénomène. Ainsi pour Hornborg, la recherche de solutions technologiques pour affronter les désordres écologiques est un leurre puisque « l’utopie technologiste fait partie intégrante de la vision du monde moderne qui a accompagné la révolution industrielle » (Hornborg, p. 110).

10Dans leur conclusion, les coordinateurs de l’ouvrage voient l’Anthropocène comme une ère qui est porteuse de deux récits. L’un est celui d’une géo-ingénierie planétaire visant à contrôler ou à réguler les effets du changement climatique. L’autre récit est celui du catastrophisme qui laisse la planète échapper à notre contrôle. C’est peut-être là l’ambiguïté du concept d’Anthropocène qui considère les humains comme la cause mais aussi comme la possible solution des désordres écologiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Pinte, « Rémi Beau et Catherine Larrère (dir.), Penser l’anthropocène », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 29 mai 2018, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24741

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page