Navigation – Plan du site

Joëlle Zask, Quand la place devient publique

Sabrina Grillo
Quand la place devient publique
Joëlle Zask, Quand la place devient publique, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Les voies du politique », 2018, 185 p., ISBN : 9782356875754.
Haut de page

Texte intégral

1Alors que la ville du XXIe siècle subit de profondes transformations en lien avec un processus de métropolisation des territoires, le dernier ouvrage de la philosophe Joëlle Zask souhaite interroger la particularité de l’espace de la place comme lieu démocratique identitaire en analysant des places réelles et leurs fonctions dans la vie publique. En quinze chapitres, elle veut montrer que si une « place publique » peut avoir une fonction politique, celle-ci ne relève pas nécessairement de principes démocratiques. L’auteure part du postulat de l’existence de « places spécifiquement démocratiques » (p. 11) et prétend combler l’absence de réflexion ciblant ce type de lieux en abordant la géographie des places, leurs publics et les idéaux qu’ils entendent y défendre. Dans cet essai, l’auteure adopte le point de vue de l’« usager-architecte ». Elle s’appuie sur son expérience personnelle et quelques photographies de places illustrent les sites qu’elle a choisi de privilégier pour mener à bien sa démonstration (Place de la République à Paris, Place Tiananmen à Pékin par exemple). À quelle condition une place devient-elle véritablement « publique » et à quelle condition le public la rend-il démocratique ? Les problématiques sur la notion d’espace public abordées dans l’ouvrage se situent au croisement des sciences sociales et de la philosophie.

2Dès l’introduction, l’auteure tient à prévenir le lecteur contre certains préjugés : « la place publique n’est en rien un espace nécessairement démocratique » (p. 9), bien que de récents événements attestent sans équivoque que la place est un lieu de l’action collective, de l’innovation politique et de l’expérience démocratique. Les « mouvements des places » (les Indignés à Madrid ou Occupy Wall Street à New York en 2011) témoignent en effet d’une réappropriation des places publiques par les citoyens.

3La première place réelle que l’auteure choisit d’aborder est la place de la République de Paris (chapitre 1). Elle reprend l’histoire du lieu pour montrer comment la forme de cette place a conditionné les modes de vie démocratiques qui s’y sont déroulés récemment, comme le mouvement « Nuit debout » à l’origine de manifestations s’opposant à la « loi travail » dès mars 2016. Selon Zask, l’organisation de l’espace influe également sur son public : par exemple, une place trop vaste induirait l’errance tandis qu’une place trop hiérarchisée serait à l’origine de comportements excessivement identiques. La fonction initiale de la statue qui orne la place de la République était « moins […] d’incarner l’idéal républicain que de faire obstacle au Paris populaire et à ses divertissements » (p. 18), rappelle l’auteure, qui évoque en creux l’« esthétisation de la politique » selon Walter Benjamin (p. 15).

4Le chapitre 2 revient sur l’agora, ancêtre grecque de la place publique. L’auteure retrace son évolution architecturale, passée d’une forme irrégulière à une structure plus cloisonnée, devenant ainsi un lieu hiérarchisé d’exposition du pouvoir (Ve siècle av. J.-C.). Elle insiste sur le fait que l’agora certes incluait les peuples mais excluait tout autant puisque femmes, enfants et esclaves n’y avaient pas accès. C’est pourquoi l’agora apparait finalement comme un « mauvais modèle » de place publique (p. 23).

5Les chapitres 3 à 5 ont pour ambition de cerner l’évolution du rôle de la place dans l’espace urbain. Lieu de réunions d’artistes, de promeneurs, de marchands, la place publique apparait comme un espace où foisonne la vie sociale. Pour Platon et Aristote, un lieu est un agencement d’interactions entre un tout et les éléments qui le composent. Pour l’auteure, c’est une « portion d’espace concret dont nous faisons usage et que nous recréons continuellement par l’intermédiaire de nos usages » (p. 47). De fait, si la place publique est un espace nivelé, « elle diminue les possibilités de libres usages et d’associations libres ; en tant que lieu, elle les multiplie au contraire. Or plus c’est le cas, plus le degré de démocratie qu’elle incarne et, réciproquement rend possible, est élevé » (p. 51).

6La communauté de citoyens n’est pas donnée, elle se crée petit à petit grâce aux rencontres des individus et à leurs échanges qui fédèrent des opinions. Les chapitres 6 et 7 interrogent la capacité des individus à s’auto-gouverner et à utiliser les places publiques comme espaces de revendication d’idéaux. Lieu de rencontres et de convivialité entre les individus, la place est aussi le lieu de confrontation d’altérités. Les idées qui reçoivent d’abord le soutien « local » des personnes rassemblées sur une place peuvent ensuite être partagées à une plus grande échelle. On pense aux mouvements des places qui ont pris dès 2011 une dimension internationale. L’union des initiatives locales et leur aptitude à s’auto-gouverner ont même fait naître des groupes politiques, comme Podemos en Espagne. De fait, la place publique est le lieu où s’expérimente la sociabilité politique. C’est également un lieu d’histoire (chapitre 8) qui ancre les usages présents dans la mémoire d’actions passées. Le sentiment d’exister d’un individu passe en effet par la reconnaissance de sa contribution à travers les traces qu’il laisse dans l’espace. Toutefois, la place ne peut être démocratique « que si elle contribue au développement de l’individualité de chacun » et conserve « la marque des changements passés » (p. 78). Les monuments, s’ils peuvent pallier l’oubli, n’en conditionnent pas moins une mémoire commune, un « devoir de mémoire ». L’auteure prend l’exemple de la place Louis Philippe d’Alger qui a changé plusieurs fois de noms. Dans les années 2000, à l’occasion de travaux pour le creusement d’une station de métro, des vestiges historiques ont été mis au jour, si bien que la place est devenue une « station-musée » (p. 82). Cet exemple invite à réfléchir à l’impact des politiques de construction, qui effacent de temps à autre les traces du présent ou du passé, et à leur effet sur la construction identitaire de l’homme en société.

  • 1 Choay Françoise, Merlin Pierre (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Pres (...)

7Par définition, la place est un espace ouvert d’un point de vue physique mais aussi social et éthique (chapitres 9 à 10). Elle est « du domaine public non bâti, affectée à des usages publics. L’espace public est donc formé par une propriété et par une affectation d’usage »1, observent Françoise Choay et Pierre Merlin. Lieu visuellement enfermé par des bâtiments, la place est effectivement le théâtre de la société qui y circule et y interagit. Cependant, de nombreuses villes ayant été frappées dernièrement par des actes terroristes ont dû repenser les frontières de leurs places. Par exemple, des parterres de fleurs mobiles ont été introduits aux alentours du Palais Royal de Séville, et des véhicules de CRS stationnent en permanence autour de la place Rivoli à Paris. Ainsi, depuis ces évènements, des dispositifs de contrôle brutal viennent transformer l’accès et la configuration des places publiques.

8Les formes de privatisation qui gagnent peu à peu les espaces urbains, sous le contrôle des pouvoirs publics, imposent de nouvelles limites aux places. L’auteure prend l’exemple de Madison Square qui possédait à la fin du XIXe siècle une « double personnalité », mi-commerciale, mi-résidentielle, et qui est devenu un « morne quartier de bureaux déserté le soir » (p. 144). Zask évoque aussi la place des Cardeurs d’Aix-en-Provence, défigurée par les tonnelles des bars et restaurants, seuls lieux qui permettent de profiter des plus belles perspectives, moyennant bien sûr le prix d’une consommation. Un autre exemple est la place Vendôme de Paris, « en droit ouverte à tous » mais que seuls les touristes aisés ont véritablement les moyens de fréquenter. Ces exemples font bien ressortir les limites de la dimension « publique » des places.

9À travers cet ouvrage, l’auteure interroge l’historicité et le sens de l’objet urbain qu’est la place publique. Elle montre que la configuration hiérarchisée de certaines places est peu compatible avec l’idéal de démocratie. L’ouvrage invite le lecteur à saisir non pas ce qu’est une place mais ce qu’y s’y vit et ce qu’elle génère, et il met en évidence de façon convaincante le lien entre espace et démocratie, qu’il s’agisse de démocratie réelle ou d’anti-démocratie. Se préoccuper de nos places reviendrait finalement à nous soucier de notre démocratie.

Haut de page

Notes

1 Choay Françoise, Merlin Pierre (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement, Paris, Presses universitaires de France, 1996, p. 320.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabrina Grillo, « Joëlle Zask, Quand la place devient publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2018, mis en ligne le 30 mai 2018, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/24742

Haut de page

Rédacteur

Sabrina Grillo

Sabrina Grillo, agrégée d’espagnol, est enseignante à l’université et docteure en études hispaniques. Auteure d’une thèse sur Juan Negrín, ses travaux de recherche portent sur l’image (photographie et cinéma), l’histoire et la civilisation de l’Espagne contemporaine. En 2014, elle a été primée sous le haut patronage de la Commission nationale française pour l’Unesco grâce à la rédaction d’un essai sur les limites de l’éthique dans la diffusion de l’information.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page